Navigation – Plan du site

Camille Dupuy, Olivier Le Noé, Jérôme Pélisse (dir.), « Régulations professionnelles et organisations catégorielles », Terrains & travaux, n° 25, 2014

Didier Bastide
Régulations professionnelles et organisations catégorielles
Camille Dupuy, Olivier Le Noé, Jérôme Pélisse (dir.), « Régulations professionnelles et organisations catégorielles », Terrains & travaux, n° 25, 2014.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Boussard Valérie, Demazière Didier, Milburn Philip (dir.), L’injonction au professionnalisme. Analy (...)

1La sociologie des professions et des groupes professionnels étudie ces dernières années des activités, des groupes et des dynamiques (l’injonction au professionnalisme1, pour ne citer qu’un seul exemple) jusque-là peu ou pas abordés. La sociologie des relations professionnelles opère un mouvement similaire de diversification des approches et des objets d’analyse. Malgré la fécondité de ces travaux, demeure un « double angle mort ». Tel est le constat à l’origine du dossier thématique de Terrains & travaux, dans son numéro 25 coordonné par Camille Dupuy, Olivier Le Noé et Jérôme Pelisse. Les auteurs pointent en effet que, si la sociologie des groupes professionnels ne fait pas suffisamment la part belle aux pratiques des organisations collectives de salariés et d’employeurs, la sociologie des relations professionnelles reste trop souvent centrée sur les instances syndicales, les conflits, les négociations… Ce dossier, à travers huit contributions, grâce à l’entrée « organisations catégorielles », plus précisément à l’analyse de leurs pratiques et de leurs rôles concrets, invite à penser conjointement groupes et relations professionnels.

2Un premier article, à partir notamment d’une « participation observante » effectuée dans une école de formation à la médecine chinoise, questionne, la diversité des pratiques et des praticiens de cet exercice professionnel (médecins, sages-femmes, personnels paramédicaux, autres acteurs reconvertis dans cet exercice professionnel), ainsi que la profusion de leurs organisations. Fanny Parent analyse les démarches et les « luttes juridictionnelles » de ces organismes et met au jour une typologie des prises de position et des modes d’action de plus d’une dizaine de syndicats, de fédérations ou d’associations aux intérêts catégoriels différents. Si certaines organisations visent à conserver le monopole de la pratique de l’acupuncture (une des techniques de médecine chinoise) ou à l’ouvrir dans le cadre d’une délégation de soin, d’autres au contraire agissent pour une remise en cause de ce monopole.

3Le rôle d’un autre type d’organisation catégorielle, à savoir un collectif informel d’informaticiens confrontés à un projet de réorganisation de leur service, est analysé en suivant par Thierry Rousseau et Clément Ruffier. La posture de recherche-action adoptée met en relief la recomposition subie de la professionnalité, autour de nouvelles tâches considérées comme le « sale boulot ». Dans ce collectif fluctuant et fugace, coexistent trois profils de professionnalité que les auteurs détaillent. Ensuite, l’analyse se porte sur les effets de cette « alliance temporaire » de salariés, génératrice à la fois d’actions individuelles et d’argumentaires qui conduisent à des compromis locaux qui, au final, « fragilisent le déploiement » du projet initial d’externalisation.

4D’autres temporalités concernant les organisations catégorielles peuvent être appréhendées. Comment les associations catégorielles contribuent-elles à faire naître et à maintenir des groupes professionnels, se demande ainsi Florent Schepens, qui met en parallèle deux univers professionnels : celui des entrepreneurs de travaux forestiers et celui des personnels de soins palliatifs. Ces deux groupes voient le jour notamment grâce à des « entrepreneurs de morale » dont l’action consiste à infléchir la norme pour imposer dans le cas des soins palliatifs « l’activité auprès des mourants comme légitime ». Un réseau d’organisations catégorielles a transmué dans les années 1980 la préoccupation palliative de médicale en sociale. Ensuite, l’entreprise de morale vise à maintenir et à aménager l’espace spécifique d’intervention créé. Pour le syndicat des entrepreneurs forestiers, cela passe par « l’appropriation d’une rhétorique de l’urgence écologique » afin que le groupe professionnel apparaisse comme « la solution aux attentes sociales ».

5Les deux contributions suivantes, de Nicolas Sallée et d’Aurélie Llobet, s’intéressent aux organisations syndicales de deux corps de la fonction publique d’État. La première porte le regard sur le principal syndicat d’éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), qui est affilié à la FSU, une centrale syndicale de l’Éducation nationale, alors que ces personnels dépendent du ministère de la Justice. L’étude socio-historique des logiques revendicatives ambivalentes de cette organisation révèle en creux l’« incertitude identitaire fondamentale » d’un métier à visée éducative, lié administrativement au ministère de la Justice. Aurélie Llobet fait le choix d’étudier le syndicalisme dans l’enseignement secondaire à l’échelon local et concentre son attention sur les militants. Ces derniers personnifient les organisations syndicales et interviennent au quotidien dans le rapport des professeurs à leur activité professionnelle. L’auteure analyse notamment l’aide individuelle que ces militants apportent à leurs collègues en matière de gestion de carrière ou « dans le cas de problèmes professionnels avec les chefs d’établissement ».

6Avant la note critique de Guy Groux qui clôt le dossier, en proposant un état de la recherche concernant les syndicalismes catégoriels, corporatistes ou de métiers, deux contributions analysent chacune les logiques et les actions d’un syndicat catégoriel. Camille Dupuy aborde la façon dont le Syndicat national des journalistes (SNJ), dominant dans la profession et non confédéré, participe à la régulation de ce groupe professionnel. Louis-Marie Barnier étudie le rôle des personnels navigants commerciaux en matière de sécurité, qui s’impose au cœur de la défense catégorielle du syndicalisme de ces personnels.

7Au final, ce dense numéro de Terrains & travaux, réussit le pari d’analyser les professions à la fois « comme groupe et comme activité régulée, à la croisée des sociologies des groupes professionnels et des relations professionnelles ». Les modes d’action, les activités, les positionnements, l’histoire des organisations catégorielles combinés différemment suivant les contributions offrent un éclairage nouveau aux groupes professionnels et donnent ainsi à voir des univers et des identités professionnels sous un angle neuf.

Haut de page

Notes

1 Boussard Valérie, Demazière Didier, Milburn Philip (dir.), L’injonction au professionnalisme. Analyse d’une dynamique plurielle, Rennes, PUR, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Camille Dupuy, Olivier Le Noé, Jérôme Pélisse (dir.), « Régulations professionnelles et organisations catégorielles », Terrains & travaux, n° 25, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19721

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page