Navigation – Plan du site

Pierre-Yves Wauthier, Mon partenaire en un éclair. Un anthropologue en speed dating

Madhura Joshi
Mon partenaire en un éclair
Pierre-Yves Wauthier, Mon partenaire en un éclair. Un anthropologue en Speed Dating, Louvain-la-Neuve, Editions Academia, 2015, 238 p., ISBN : 9782806101822.
Haut de page

Texte intégral

1Cette étude du speed dating, issue d’un travail ethnographique mené à Bruxelles en 2009-2010, permet de questionner l’apparition des rencontres « hétérosexuelles » organisées par des agences spécialisées dans les sociétés ouest-européennes contemporaines : pourquoi et comment ces soirées organisées par des agences ont-elles rencontré un certain succès ? L’ouvrage de Pierre-Yves Wauthier tente de comprendre le sens et les pratiques d’unions dans ces sociétés où le choix du conjoint ou du partenaire dans une relation de couple est censé être libre et mutuel. Alors même que les désunions et les unions informelles s’avèrent des phénomènes courants, des considérations religieuses et médicales demeurent dans les discours, et appellent à la « fidélité » des partenaires sexuels. Ainsi l’auteur met-il en lumière le paradoxe contemporain de la quête du conjoint. Le mariage arrangé est tombé en désuétude, la sexualité et la naissance des enfants n’ont plus besoin d’être socialement validées par le mariage et on remarque l’allongement de l’adolescence appelée adulescence. L’auteur choisit alors de parler d’« appariement » plutôt que de la « formation du couple » ou de l’alliance pour qualifier et analyser la pratique du speed dating.

2Le speed dating représente une forme ritualisée et rationalisée de rencontres entre les futurs conjoints potentiels et permet d’« apprendre à séduire ». Il possède ses règles propres et se déroule dans une scénographie de l’espace et du temps – selon la formule 7-7-7 (rencontres entre sept hommes et sept femmes pendant sept minutes) avec des variantes. L’émergence de la pratique du speed dating date de 1998-1999 lorsqu’un rabbin de Los Angeles, Yaacov Deyo, eut l’idée d’organiser des rencontres entre des membres de la communauté juive, l’une des plus importantes parmi la diaspora juive. Yaacov Deyo et son épouse Sue Deyo, se positionnant en tant que personnes de référence de la communauté, se sont ainsi investis dans la mission de former des couples pérennes.

3La pratique fut largement médiatisée et ses variantes (déviant assez librement de l’originale) s’implantèrent dans les grandes villes européennes dès les années 2001-2002. Des agences spécialisées organisent ces soirées-événements, d’autant que les speed dating peuvent devenir un lieu propice à la publicité commerciale. La démarche des Deyo (expliquée en détail dans le premier chapitre et dans la deuxième annexe avec la traduction des passages de l’ouvrage des Deyo) procédait d’un certain nombre de constats : la difficulté pour les personnes « seules » de rencontrer la bonne personne, d’accepter le mode contemporain de la fréquentation amoureuse, d’accepter le rejet, et de s’engager dans une relation amoureuse. Afin de surmonter ces difficultés, le couple Deyo a mis au point un processus appelé « Speed Dating » qui consiste non seulement dans l’organisation des rencontres éclair (désignées par l’adjectif « speed ») mais également dans l’accompagnement des célibataires sur plusieurs mois dans le processus de cour (désigné par le terme « dating ») qui se termine par leur engagement mutuel dans la relation. P.-Y. Wauthier (p. 32) note à juste titre l’ambiguïté des termes « dating » en anglais et son équivalent « sortir avec quelqu’un », « fréquenter quelqu’un » ou même « être en couple », qui n’indiquent en rien s’il s’agit ou non d’une relation à long terme. Selon le constat de l’auteur, les speed dating bruxellois varient considérablement de l’idée des Deyo, et se déroulent non pas avec l’idée de trouver un partenaire avec l’aide de la communauté et du divin mais répondent à une injonction sociale. L’épanouissement personnel et professionnel à travers l’appariement reste l’un des mythes associés au fait d’être en couple, et la figure du célibataire paraît menaçante pour la stabilité des autres couples.

4Selon les observations du chercheur sur le terrain, le speed dating se déroule tel un rite de passage, en trois temps : en premier temps une inscription en ligne (facturée) préalable auprès de l’organisateur est exigée (l’avantage en étant la discrétion et la sécurité). Le fait d’être en couple ou marié n’empêche pas certains de se rendre à ces rencontres (à l’agacement des organisateurs et parfois jusqu’à l’exclusion de l’ « imposteur »). Ensuite le temps de « l’épreuve » durant la soirée-événement organisée dans un café ou une brasserie : l’activité consiste à rencontrer des inconnus pendant un temps limité pour échanger de vive voix sur des sujets divers pour voir si les personnes se plaisent. Enfin la troisième étape consiste dans l’envoi des coordonnées par l’agence aux personnes qui ont mutuellement coché les noms sur les fiches rendues à l’organisateur à l’issue des entretiens éclair. Dans la version médiatisée du speed dating, les agences se déchargent de la suite de ces soirées ; les personnes qui ont décidé de se (re)voir n’étaient plus encadrées par un coach ou par un groupe, les agences les laissant libres de s’apparier ou non.

5Puisqu’il vise à une moindre prise de risques qu’une rencontre en discothèque et en occurrence résulte dans moins de déceptions immédiates, le speed dating présente des avantages par rapport aux sites de rencontres ou aux agences matrimoniales. Le caractère ludique des soirées aide à dissiper les angoisses, au point que certains speed dateurs renouvellent l’expérience à plusieurs reprises. L’auteur démontre ainsi à partir des discours des personnes rencontrées, comment le speed dating répond aux demandes des adulescents, en leur permettant de rencontrer plusieurs personnes en une soirée et de développer des réseaux sociaux. Le fait que la rencontre soit « systématisée » ôte la pression du « je-ne-sais-quoi-dire », du « trop-à-dire », du silence ou encore du malentendu qui peuvent être le sort des rencontres dites « libres ».

6À partir des récits des sujets, P.-Y. Wauthier détaille les motivations à se rendre en speed dating : passer une soirée amusante, rencontrer des gens dans une ville inconnue, se donner le défi d’arriver à plaire à quelqu’un dans un temps limité et ainsi se découvrir dans un cadre sécurisant. Les personnes « seules » - célibataires, divorcées, séparées de leur conjoint, veuves – fréquentant le speed dating s’y rendent dans l’espoir de trouver un partenaire, voire « la bonne personne ». Les récits des speed dateurs révèlent un sentiment de « manque », de honte, de vide qu’il faut combler. Trouver l’âme sœur, le prince charmant, l’homme – ou la femme – de sa vie, le coup de foudre, vivre heureux et avoir des enfants ensemble avec le conjoint sont des mythes que portent en eux les speed dateurs, même s’ils expriment le doute face à l’engagement et à une vie heureuse à deux.

7Les trois annexes s’avèrent riches en renseignements sur la méthodologie adoptée. Des notes prises après les entretiens, sans enregistreur, et donc appelant à une écoute active du chercheur, ont été retranscrites et envoyées aux personnes interviewées afin de vérifier si le discours reconstitué était fidèle à leurs paroles. Une ambivalence des propos se lit dans les discours des speed dateurs : l’endroit est idéal pour rencontrer d’autres personnes « seules » mais le cadre n’est pas forcément propice à la rencontre de l’âme-sœur. Bien que les rencontres donnent lieu à des relations éphémères, aucune des personnes interviewées n’a pu trouver, ni ne pense trouver « la bonne personne ».

8Créé pour stabiliser les unions dans une communauté à Los Angeles, le speed dating bruxellois participe en fait à la rotation des partenaires. L’apparition du speed dating est contemporaine de la crise de l’institution sociale du mariage ; l’alliance matrimoniale n’est pas un pré-requis pour une vie à deux, pour la reproduction, et la famille nucléaire ne fonctionne plus comme une entité économique d’interdépendance et de répartition des tâches. Et pourtant la pression sociale demeure pour maintenir les individus « en couple », pour que ce couple soit basé sur le consentement mutuel et que cette relation soit stable. Or ni l’ennui, ni la violence ne sont exclus même au sein des couples ainsi formés. L’une des forces de cet ouvrage est de démontrer à travers un travail de terrain, comment argument commercial et besoin social se combinent dans la recherche d’un partenaire.

9Le travail de P.-Y. Wauthier répond aux critères académiques, respecte les discours des sujets et présente un phénomène qui permet de comprendre comment alors même que le mariage et la famille ne sont plus indispensables dans la vie de l’individu dans les sociétés ouest-européennes, le couple demeure le mythe et l’idéal à atteindre, car il est censé délivrer du mal de la solitude. La rencontre hétérosexuelle dans le cadre du speed dating apparaît comme une rencontre difficile, produite davantage par l’injonction sociale que par le désir réel de former des relations pérennes. Le rendement, l’autonomie, la vitesse sont autant de critères qui fonctionnent comme jauges et leurres de l’efficacité dans les sociétés modernes : ils s’appliquent également aux modalités de rencontres entre conjoints potentiels au sein des speed dating.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madhura Joshi, « Pierre-Yves Wauthier, Mon partenaire en un éclair. Un anthropologue en speed dating », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19727

Haut de page

Rédacteur

Madhura Joshi

Enseignante contractuelle d’anglais à l’Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse ; Membre de DIPRALANG, Université Montpellier III.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page