Navigation – Plan du site

Jamil Dakhlia, À la recherche des publics populaires(1) Faire peuple

Olivier Champagne-Poirier
À la recherche des publics populaires
Jamil Dakhlia (dir.), À la recherche des publics populaires. (1) Faire peuple, Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Questions de communication, série actes », 2015, 218 p., ISBN : 9782814302372.
Haut de page

Texte intégral

1Les termes public et populaire sont tous deux polysémiques et renvoient à des ensembles conceptuels multiples. D’une part, le public peut être perçu tel un produit stratégiquement aliéné et passif, ou inversement, tel un collectif socialement actif et résistant. D’autre part, le terme populaire est couramment utilisé pour désigner, notamment, une population politique, une culture contemporaine dictée par la célébrité ou encore un statut socioéconomique dominé. C’est précisément le défi scientifique que pose l’étude de l’association sémantique complexe de ces deux termes dans la notion de « publics populaires » que s’est proposé d’explorer le colloque international À la recherche des publics populaires qui s’est tenu à Nancy en octobre 20111, dont l’ouvrage dont on rend compte ici en est issu. Le collectif d’actes dirigé par Jamil Dakhlia constitue la publication d’une sélection des actes de ce colloque.

  • 2 Notez qu’en raison de la politique éditoriale de Lectures, il n’est fait mention dans ce compte-ren (...)

2En prônant l’interdisciplinarité, le directeur de cette publication a produit un ouvrage contribuant à situer la catégorie public populaire au sein des champs de recherche en sciences sociales. Pour ce faire, il a convoqué treize actes2 afin d’organiser une réflexion tripartite autour de la problématique collectivement, bien que très différemment, étudiée que sont les publics populaires. Les actes sont ainsi disposés selon s’ils traitent des théories permettant de conceptualiser les publics populaires et les appels au peuple, de l’étude des stratégies visant à mobiliser les publics populaires et, finalement, de l’étude des dispositifs médiatiques élaborés afin de convoquer les publics populaires. Cette mise en commun d’écrits, traduisant une compréhension théorisée émise par Dakhlia, permet de couvrir en trois volets un spectre d’étude varié et résolument complexe.

3Pour commencer le volet théorique de l’ouvrage, l’acte rédigé par Roger Bautier discute des enjeux médiatiques et langagiers dans la formation d’un espace public alors élitiste et maintenant populaire. En dressant un portrait historique dans lequel l’ouverture de la presse écrite aux classes populaires a contribué à créer une sphère publique plus inclusive, l’auteur réfléchit aux impacts potentiels de l’abaissement des capacités langagières d’une population « abrutie » par les médias de masse sur cette nouvelle sphère. Il conclut en appelant à la prudence quant aux effets des nouveaux médias sur un espace public qui gagne à constamment être étudié.

4Le deuxième acte est signé par Jean Caune et aborde le jeu d’inter influence entre les publics et les expressions artistiques, en occurrence, le théâtre. En offrant un regard chronologique sur l’évolution du théâtre et de ses publics, Caune renvoie directement à la définition de ce qui constitue le public, définition qui « doit se faire par l’objet qui le constitue temporairement comme tel » (p. 39). Un théâtre populaire centré sur le divertissement aurait ainsi supplanté un théâtre classique centré sur l’esthétisme, et ce, dans un contexte ou le multiculturalisme vient redéfinir les critères d’appartenance aux systèmes de production.

5Adela Rogojinaru, pour sa part, centre son intérêt sur le rôle des publics digitaux dans la construction de l’espace public. Abordés sous l’angle du marketing politique, les nouveaux médias sont discutés telles des sources de pouvoirs individuels, mais également en tant que diluants potentiels de la sphère publique. Bien qu’elle-même tente de circonscrire les publics digitaux à une typologie des tendances dominantes, la chercheure mentionne en conclusion « there is no single model of digital publics », ce qui incite à s’éloigner des classifications prédicatrices et à s’intéresser à l’« expression of self in the electronic public sphere » (p. 61).

6Le dernier acte de ce qu’il convient de nommer le volet théorique de l’ouvrage porte sur la manifestation du populaire dans le modèle politique bulgare et résulte des travaux de Svetlana Dimitrova. Cette manifestation s’illustre par la montée des partis dits populistes et qui appellent au support des classes citoyennes populaires. L’auteure identifie des stratégies d’instrumentalisation de la posture populiste, notamment l’utilisation stylistique d’un langage simple et l’usage politique de l’ethnicité, afin d’aller chercher la confiance des « citoyens mal informés » (p. 73). Elle conclut sur l’importance de la capacité de distinction entre une posture populiste et le populisme lui-même.

7Isabelle Mathieu, auteure du premier acte du volet portant sur les stratégies de mobilisation, envisage le théâtre populaire sous l’angle politique en le décrivant comme « fondateur pour l’intervention publique contemporaine dans le champ de l’art et de la culture » (p. 82). La médiation culturelle permise par cette forme de théâtre apparue à la fin du 19e siècle indiquerait une tendance à l’action culturelle afin de mobiliser les publics. Ceci étant, ce qui alors visait à contribuer à une politisation du peuple, vise aujourd’hui plutôt à contribuer à l’élargissement des publics. Devant ce constat, l’auteure invite à repenser l’action culturelle afin qu’elle entraine véritablement « la réunion d’un peuple autour d’une culture partagée » (p. 93).

8Toujours dans la lignée des démarches stratégiques, Christina Holtz-Bacha et Eva-Maria Lessinger abordent dans leur contribution le cas du politicien allemand Karl-Theodor zu Guttenberg. Par cette étude, les chercheures ont observé la trajectoire politique de l’ancien ministre des Finances. Elles concluent que son brouillement stratégique des frontières privées et politiques est simultanément à l’origine d’un succès et d’une déchéance médiatiques. Cette dynamique mettant en exergue un équilibre très fragile entre les mondes médiatiques et politiques.

9Delphine Saurier discute d’un type de public culturel français créé par le point de rencontre stratégique entre la volonté de démocratisation culturelle du ministère de la Culture et la reconnaissance du droit à la culture du ministère de la Justice, soit les personnes placées sous main de justice. Pour outiller sa réflexion, la chercheure a analysé les discours de responsables en milieux culturels et en milieux pénitenciers. Ce processus l’amène à conclure que cette manifestation de public, par exemple de musées, n’étant pas orienté par une intentionnalité de fréquentation, vient nuancer la notion de public et renforce l’idée selon laquelle « le public, comme objet homogène reste insaisissable » (p. 133).

10Une étude quantitative portant sur la façon dont la Commission Européenne (CE) a outillé une démarche numérique de mobilisation de publics constitue le dernier acte du volet portant sur les stratégies et est portée par Romain Badouard. Il est à noter que, pour la CE, le statut de public s’obtiendrait par la participation à sa plateforme d’échange web. Toutefois, Badouard remarque que les limites de la plateforme, notamment le cloisonnement national ne permettant pas d’échanger avec un homologue étranger, laissent place à des usages actifs. Les usagers, ayant peu d’égard pour les objectifs initiaux de la plateforme, vont développer des techniques afin de contourner les limites, par exemple en transportant les échanges sur un autre site plus permissif.

11Après avoir organisé une réflexion collective autour des thématiques d’étude théoriques et stratégiques, Dakhlia poursuit en présentant une exploration des dispositifs de mobilisation.

12Le premier acte de ce volet, rédigé par Sébastien Rouquette, rend compte d’une analyse comparative entre les dispositifs de l’espace médiatique télévisé (débats télévisés) et ceux de l’hypermédia Internet (blogues). En évaluant la place du populaire (ici entendu comme faisant référence aux couches moins favorisées de la population) dans les deux espaces, Rouquette remarque que les contextes socio-politico-culturels contribuent à une censure médiatique du discours des acteurs populaires. La valorisation médiatique du discours d’acteurs spécialisés entrainerait, à la télévision, une évacuation des perspectives populaire et, en ligne, une autocensure des internautes.

  • 3 Charaudeau, P. (1997). Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Pari (...)

13Christine Servais traite également des dispositifs d’adresse aux publics populaires, mais elle le fait selon une perspective théorique. Plus précisément, elle aborde les dispositifs d’étude de ces publics en tenant compte du fait que ceux-ci « ne peuvent constituer d’emblée un objet de recherche » (p. 168). Elle suggère donc de les étudier et les analyser dans les termes de l’intentionnalité et de l’effectivité ou, en référant à Charaudeau (1997)3 « des effets de sens possibles » et « des effets de sens réels ». Selon cette perspective, les publics populaires constituent une problématique discutable par le biais de recherche ayant pour objet, par exemple, les intentions des médias ou la réception des publics.

14En cherchant à réfléchir et définir les processus de prise en compte des publics par les musées contemporains, Céline Schall et Jean-Christophe Vilatte se sont intéressés à l’exposition d’archéologie Vestiges de voyages. Les discours des créateurs de l’exposition et les sémiotiques qu’elle présente permettent d’identifier les dispositifs visant à mobiliser le grand public. La variété des thématiques abordées, la diversité dans les dispositifs de médiations et l’évitement du vocabulaire technique sont ainsi des composantes qui illustrent à la fois un désir d’accroissement des publics et des perceptions stéréotypées de celui-ci qui « impliquent un modèle du déficit qui conduit à beaucoup simplifier les propos » (p. 193).

15Le collectif se termine par le texte de Gaëlle Crenn qui a analysé les discours de visiteurs de l’exposition Abbaworld présentée au Powerhouse Museum de Sydney afin de développer sur les effets de « l’entrée récente des industries culturelles sur la scène muséale » (p. 196). La chercheure a pu constater des tensions entre la mise en exposition d’une offre appelant à la culture populaire dans un musée qui, par définition, appel à la culture légitime. Elle conclut ainsi à la présence d’un continuum de réception sur lequel s’oppose une reconnaissance par les visiteurs de la place cruciale qu’occupe la culture populaire dans leurs vies et la perception d’une « distance difficilement dépassable entre musées et culture populaire de masse » (p. 210).

16Concluons en revenant sur l’objectif du colloque duquel a émergé ce collectif, soit de « vérifier si la catégorie " public populaire" était toujours pertinente, voire heuristique pour nourrir la recherche en sciences sociales » (p. 9). À la lumière du travail de concertation de Dakhlia, force est de constater que non-seulement cette sphère d’étude est toujours pertinente, mais sa nature polysémique et évolutive invite aux démarches collaboratives.

Haut de page

Notes

1 On trouve ici la fiche signalétique de l’événement : http://calenda.org/204436.

2 Notez qu’en raison de la politique éditoriale de Lectures, il n’est fait mention dans ce compte-rendu que de douze actes. Celui rédigé par Frédérique Giraud (rédactrice en chef de Lectures) et portant sur les stratégies a été évacué pour éviter toute apparence de conflit d’intérêt.

3 Charaudeau, P. (1997). Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan/Ina.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Champagne-Poirier, « Jamil Dakhlia, À la recherche des publics populaires(1) Faire peuple », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 03 janvier 2016, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19738

Haut de page

Rédacteur

Olivier Champagne-Poirier

Doctorant en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières Membre du laboratoire de recherche sur les publics de la culture

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page