Navigation – Plan du site

Sylvain Ferez, Sébastien Ruffié (dir.), Le corps de la honte. Sociohistoire de la prise en charge du VIH/sida en Guadeloupe

Cécile Charlap
Le corps de la honte
Sylvain Ferez, Sébastien Ruffié (dir.), Le corps de la honte. Sociohistoire de la prise en charge du VIH/sida en Guadeloupe, Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Epistémologie du corps », 2015, 310 p., Préface de Nicolas Bancel, ISBN : 978-2-8143-0242-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Sylvain Ferez et Sébastien Ruffié analyse les racines coloniales de la prise en charge du VIH/sida en Guadeloupe, dans une articulation des rapports sociaux de « race », de classe et de sexe. Le socle de références (Wright Mills, Fanon, Balandier, Foucault, Douglas, Latour, Butler, Dorlin) esquisse le positionnement des analyses, entre études coloniales et approche critique. Procédant par un mouvement en trois temps, d’une mise en perspective historique de la prise en charge du VIH/sida en Guadeloupe à une analyse de l’organisation de cette prise en charge jusqu’à l’étude du vécu individuel de l’infection, les auteur.e.s entendent mettre en évidence et contextualiser la dimension sociale du VIH/sida en Guadeloupe. Ce qu’ils réussissent, à partir de matériaux riches et complémentaires (corpus de discours médicaux et d’archives, données quantitatives et données qualitatives issues de plusieurs enquêtes et recherches menées en Guadeloupe et en métropole). L’articulation de différentes perspectives (représentationnelle, organisationnelle, individuelle) permet de saisir l’objet VIH/sida en Guadeloupe à différents niveaux et donne au lecteur une vue d’ensemble particulièrement intéressante sur ce sujet. Tout au long de l’ouvrage, les analyses s’appuient sur et se positionnent face aux travaux portant sur la Guadeloupe et le VIH/sida. Ce faisant, elles proposent un état des recherches précis tout autant qu’une critique des limites de certaines perspectives qui alimentent une vision essentialisée de la « culture ». C’est une certaine perspective épistémologique qu’entend défendre cet ouvrage en questionnant l’articulation entre épidémiologie et anthropologie culturelle, laquelle nourrit une posture culturaliste oblitérant le poids des rapports sociaux dans les significations et les situations sociales.

2La première partie mobilise une perspective socio-historique afin d’analyser la construction sociale du VIH/sida en Guadeloupe. À partir d’un corpus de discours médicaux et de données épidémiologiques, les auteur.e.s mettent en lumière les significations construites par le regard épidémiologique et l’exercice de la médecine en milieu post-colonial ainsi que la dimension normative de la santé publique. Interrogeant le contexte épidémiologique d’apparition de VIH/sida en Guadeloupe, le chapitre 1 révèle une continuité historique entre construction de la lèpre et du VIH. L’apparition du sida réactive, en effet, des représentations (imaginaire de la contagion, maladie du sous-développement, exclusion sociale) et des pratiques (ségrégation, mise en quarantaine, dissimulation du mal) déjà à l’œuvre face à la lèpre. Toutefois, l’imaginaire de la contagion et de la peur de l’exclusion n’est pas à renvoyer « à un trait culturel sans support historique, ni inscription sociale, lié à des croyances populaires ou des représentations profanes » (p. 78), mais dépend d’une construction sociale auquel les discours médicaux contribuent : le discours épidémiologique est un lieu de production et de reproduction de la culture coloniale. Comme le montre le chapitre 2, la lecture comparée des données épidémiologiques sur le VIH/sida en Guadeloupe et en France hexagonale demande des précautions afin de ne pas interpréter les données par la perspective d’un « retard culturel ». Comment analyser la situation spécifique des Antilles face au VIH/sida (Guyane, Guadeloupe et Martinique sont les départements français les plus touchés par le virus) sans souscrire à des approches culturalistes qui essentialisent des modèles d’interprétations traditionnels ? Les auteur.e.s soulignent combien l’objet de recherche VIH/sida est construit (par l’épidémiologie notamment) autour de la question de la « spécificité culturelle », produisant par là-même une explication culturelle des différences de significations du VIH/sida. Or, comme le soulignent les auteur.e.s, ni les représentations et l’usage de la sexualité, ni les représentations de l’étiologie de la maladie, ni la gestion de sa visibilité et sa stigmatisation ne construisent une spécificité culturelle à la signification du VIH/sida propre à la Guadeloupe.

3La deuxième partie porte sur la structuration de la prise en charge et de la lutte contre le VIH/sida. À partir d’un corpus d’archives et des entretiens menés auprès d’acteurs impliqués, les chapitres 3 et 4 proposent ainsi une sociohistoire de l’organisation du champ associatif de prise en charge et de lutte contre le VIH/sida en Guadeloupe. Cette perspective particulièrement éclairante permet de saisir la manière dont la stratification sociale spécifique à la Guadeloupe affecte l’organisation du champ associatif : les intérêts divergents des différents groupes sociaux après la décolonisation sont pris en compte ainsi que leur articulation à la binarité des anciens rapports sociaux coloniaux. À partir de la reconstruction minutieuse de l’émergence d’AIDES Guadeloupe, le chapitre 3 interroge les modes de construction des différentes versions de l’histoire de l’association en éclairant les intérêts des acteurs professionnels et associatifs ainsi que la place prise dans cette histoire par le mythe post-colonial d’une initiative médico-hospitalière face à la réalité de l’éviction d’un fondateur guadeloupéen suspecté d’être homosexuel et séropositif. L’analyse permet de saisir la dynamique institutionnelle autour du VIH/sida et la manière dont la professionnalisation des volontaires d’AIDES Guadeloupe conduit à une modification du rapport aux malades, loin du processus d’auto-organisation qui caractérise la situation en métropole. Dans une continuité chronologique, le chapitre 4 éclaire précisément les rapports entre la Fédération nationale AIDES et AIDES Guadeloupe ainsi que le processus de scission qui découlera des conflits. Le décalage du comité guadeloupéen avec la philosophie militante d’AIDES est mis en exergue : le milieu associatif en Guadeloupe se structure plus sur le modèle du secteur médico-social que sur le modèle militant métropolitain. L’histoire de la prise en charge du VIH/sida en Guadeloupe souligne le conformisme institutionnel du milieu associatif et une logique de réification des traits culturels. Ces analyses permettent de saisir les mécanismes qui nourrissent les hiérarchies institutionnelles, lesquelles recoupent les hiérarchies découlant des rapports sociaux de classe, de « race » et de sexe.

4À partir de l’étude ethnographique du fonctionnement associatif et d’entretiens menés auprès de personnes vivant avec le VIH (PVVIH), la troisième partie s’intéresse à l’expérience du VIH/sida au niveau individuel. Au regard du constat d’un investissement tardif et fragile des PVVIH, le chapitre 5 interroge l’engagement associatif des femmes et les processus organisationnels qui pèsent sur leur agentivité. Les auteur.e.s montrent ainsi que les difficultés d’auto-organisation sont en partie produites par les logiques d’organisation de la prise en charge et de la lutte contre le VIH/sida qui opèrent une distinction entre les différentes actrices (mais à évoquer « la communauté d’expérience et de vécu des femmes » (p. 206), les auteur.e.s ne retombent-ils pas dans une forme d’homogénéisation et d’essentialisation des expériences des femmes qu’ils critiquent par ailleurs ?). La lecture interactionniste permet aux auteur.e.s d’analyser la hiérarchie organisationnelle des associations qui va des « usagers » aux « petites mains » jusqu’aux « entrepreneurs », laquelle explique en partie l’invisibilité des PVVIH et constitue un obstacle à leur auto-organisation. Les auteur.e.s soulignent les enjeux du langage : la maîtrise de la langue française constitue une condition de légitimité au sein du champ associatif. Prenant appui sur cet exemple des « petites mains » de la lutte contre le sida, le texte permet d’alimenter la critique de l’éthique de la sollicitude proposée par Gilligan. Le chapitre 6 s’intéresse à la gestion individuelle du corps contaminé par le VIH à partir d’enquêtes comparant les vécus du VIH en Guadeloupe et en métropole. Les différences de ces vécus s’expliquent notamment par des rapports à la religion et des niveaux de précarité différents. La question de la visibilité du statut sérologique est ainsi au cœur des expériences des PVVIH en Guadeloupe. Loin de toute homogénéisation des expériences du VIH en Guadeloupe, les auteur.e.s soulignent que l’expérience de l’infection diffère selon la place occupée par les individus dans la hiérarchie sociale.

5La conclusion permet aux auteur.e.s de se situer au sein des différentes approches post-coloniales. Plus que l’anthropologie culturelle ou les post-colonial studies, ce sont les approches théoriques de Douglas et Balandier qu’ils mobilisent afin d’analyser le poids des traces de la domination coloniale dans la production des savoirs sur le VIH/sida, dans les dynamiques qui traversent l’organisation de sa prise en charge en Guadeloupe et ses conséquences pour les individus infectés. Ils concluent sur la notion novatrice de « dispositions post-coloniales » (p. 267) chez les différents acteurs de la lutte contre le VIH et chez les PVVIH. Marquées par une culture impériale, ces dispositions coloniales structurent la construction sociale du VIH/sida, sa gestion sociale et l’expérience personnelle du corps infecté. Le but atteint par les auteur.e.s est bien de politiser ces questions, c’est-à-dire de les penser en termes de rapports sociaux et non à partir de supposées spécificités culturelles, en appréhendant les objets et les acteurs dans leur contexte historique, organisationnel et hiérarchique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Charlap, « Sylvain Ferez, Sébastien Ruffié (dir.), Le corps de la honte. Sociohistoire de la prise en charge du VIH/sida en Guadeloupe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19742

Haut de page

Rédacteur

Cécile Charlap

Docteure en sociologie, chercheure associée au Laboratoire Dynamiques Européennes-UMR 7367, enseignante à l’Université de Paris 13

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page