Navigation – Plan du site

Éric Maigret, Franck Rebillard (dir.), « Cultural studies et économie politique de la communication », Réseaux, no 192, 2015

Jean-François Blanchard
Cultural studies et économie politique de la communication
Éric Maigret, Franck Rebillard (dir.), « Cultural studies et économie politique de la communication », Réseaux, vol. 33, n° 192, 2015, 294 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782707188199.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Texts n’est pas traduit ; il désigne, si l’on se réfère à son usage par David Helmondhalgh notammen (...)

1Les cultural studies (CS) et l’économie politique de la communication (EPC) ont pour « repère fondateur » (p. 97) les travaux de Raymond Williams sur le capitalisme culturel (1960-1988) et sont issus d’une critique sociale fondée sur l’analyse marxiste des pratiques médiatiques et culturelles. Toutefois, les chercheurs des deux courants abordent les questions du pouvoir et de la domination dans la société à partir de points de vue opposés. Les cultural studies privilégient la réception et les représentations, et elles défendent une analyse politique qui révèle des formes d’émancipation ancrées dans des luttes autour de l’identité sociale et qui articule entre eux la classe, le genre, la race et les appartenances sociales. Les CS travaillent sur les médias, la culture populaire et la vie quotidienne, en ayant recours à des entretiens et parfois à l’ethnographie, et en se concentrant sur les publics et les texts1. Quant à l’EPC, elle considère les structures de la production économique comme le facteur déterminant et la variable « classe sociale » comme seule significative in fine. Elle porte son attention sur l’accès inégal aux ressources de production dans le champ des médias, ainsi qu’aux pouvoirs de domination et de contrôle liés à la propriété et aux situations géopolitiques internationales.

2L’introduction, sous la plume d’Éric Maigret et Franck Rebillard, présente ce rapport antagoniste et complémentaire entre les deux courants, et pose la question qui fait l’objet de ce dossier de la revue Réseaux : comment pourrait-on aujourd’hui articuler CS et EPC pour un enrichissement mutuel et ainsi « contribuer plus globalement à la compréhension et à l’observation des pratiques médiatiques et culturelles » ?

  • 2 Pour Émilie Da Lage et François Debruyne, ces discussions « concentrent la propension des uns et de (...)

3Ce numéro résulte d’un travail collectif réalisé en 2013-2014 par l’équipe de recherche Médias, cultures et pratiques numériques (MCPN – Cim) à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Outre l’introduction, le dossier comprend la traduction de deux articles datés de 1995 qui rendent compte du positionnement conflictuel2 et du répertoire argumentaire des deux courants de pensée à un moment paroxystique, qui parait aujourd’hui heureusement révolu. Le premier article revient à Nicholas Garnham, pour l’EPC, le second à Lawrence Grossberg, pour les CS.

  • 3 Les auteurs nous invitent à nous reporter au numéro 101 de Réseaux, « Questionner la société de l’i (...)

4Les auteurs de l’article suivant, Nelly Quemener et Gérome Guibert, examinent le positionnement des deux courants dans leur rapport au post-marxisme. Une des conclusions notables de leur étude souligne que les CS et l’EPC convergent pour une critique cohérente des analyses paradigmatiques du type « société post-industrielle » (Alain Touraine, Daniel Bell) ou « société de l’information ou en réseau » (Manuel Castells)3.

  • 4 Dans La dialectique de la raison (Adorno et Horkheimer, 1947)

5Dans le troisième article, Émilie Da Lage et François Debruyne comparent les productions scientifiques réalisées dans le cadre des courants de l’EPC et des CS sur le thème « musique et mondialisation ». L’exemple topique du jazz, fourni par le sociologue anglais Paul Gilroy dans L’Atlantique noir (1993), montre comment la musique prend une place centrale tout à la fois dans la culture, la formation des identités et les représentations sociales des Noirs et témoigne pertinemment de la marchandisation et de l’essentialisation de la culture afro-américaine. Cependant, en poursuivant l’analyse de l’œuvre de Gilroy, Da Lage et Debruyne révèlent que celui-ci est finalement proche de Theodor W. Adorno, dans sa définition du rôle émancipateur de l’art4, alors que le philosophe de l’École de Francfort a, paradoxalement, surtout inspiré l’EPC. Pour autant, la musique apparait beaucoup moins étudiée, en tant que telle, par l’EPC que par les CS. Surtout, dans l’EPC, la musique est généralement intégrée à la problématique des industries culturelles, des filières et de ses modes de structuration économique, y compris dans ses approches locales appréhendées comme une « géographie du pouvoir » (p. 122).

6En se fondant sur des études de cas spatialisées (la pop/rock à Grenoble, par exemple), l’article de Stéphane Costantini traite de l’articulation sociale et commerciale des musiques populaires et analyse les modalités de transition entre l’expérience sociale qu’apportent la musique et son inscription dans les marchés du travail et celui des produits culturels. L’auteur expose cinq concepts qu’il met en interrelation : la « scène » (vécue, ou perçue), le « vivier », en relation avec l’industrie musicale, le « marché » et le « protomarché », et enfin le « réseau ». Ces constructions empiriques présentent l’intérêt d’articuler entre eux tous les aspects de cette forme de musique populaire : expérience sociale, ressource économique pour les musiciens, produit commercial, filière économique et source de profit pour les industries culturelles. L’auteur nous démontre que les modalités de développement des activités des musiciens ne sont pas univoques et dépendent de nombreux facteurs, dont les aspects géographiques, stylistiques et économiques sont partie intégrante. Ainsi Costantini nous fait comprendre que la marchandise produite est culturelle et que s’y attachent des valeurs sociales spécifiques, qui s’observent non seulement au niveau de la marchandise et sa production, mais aussi à celui de l’espace de production.

  • 5 Mattelart Armand, Neveu Éric, « Cultural studies stories. La domestication d’une pensée sauvage ? » (...)
  • 6 L’ouvrage de Béatrice Hibou, dans une approche plutôt wébérienne apporte un éclairage intéressant s (...)
  • 7 Marie Moran, Identity and Capitalism, London, Sage, 2014. Compte rendu de Jean-François Blanchard p (...)

7Enfin, David Hesmondhalgh tente la jonction entre les CS et l’EPR en mettant en valeur les développements récents apparentés aux CS avec les production studies, les creatives industries, la cultural economy et le cultural labour. Ces axes de recherche renouvèlent l’analyse des conditions de production de la valeur économique dans le champ de la culture, en reconsidérant à la fois le travail salarié et le rôle du consommateur dans la production de valeur. Helmondhalgh montre que les CS ont gagné en pertinence dans les questions de production. Le concept de cultural labour constitue « une analyse critique du travail dans les industries culturelles » où se repèrent « des processus relevant de l’économie politique comme de la subjectivité, la réalisation de soi devient une exigence systématique » (p.188). De même, les production studies reprennent une posture classique des CS en retraçant le vécu des acteurs du secteur de la production culturelle (créateurs, scénaristes, etc.). Helmondhalgh souligne un point de faiblesse qui est décrit comme la « boite noire de l’hégémonie », la difficulté déjà relevée par Armand Mattelart et Érik Neveu5 en 1996, celle de conceptualiser et de mettre en mot l’hégémonie ou la domination6. Helmondhalgh nous oriente vers une approche normative qui n’apparait pas elle-même totalement convaincante, dans la mesure où elle renvoie à des notions qui, à leur tour, se montrent hermétiques comme « le bien-être » (p. 198). Cependant, l’idée éthique n’est pas à abandonner, à condition sans doute de la relier, notamment aux travaux sur la notion de justice sociale7.

8La question centrale posée en introduction par Maigret nous invite à une réponse sur plusieurs plans. Nous en avons repéré deux principaux à la lecture de ce dossier transversal, très dense en références externes. Le premier niveau est nommé par Da Lage et Debruyne « les endroits de la critique », c’est-à-dire « les endroits où repérer les transformations sociales et politiques les plus conséquentes ceux sur lesquels il faudrait à la fois porter la critique et agir » (p. 135). Les débats seraient donc à recentrer sur « les rapports entre expérience esthétique, production et logique des industries culturelles, société et politique » (p. 138). Le second niveau, plus empirique, est celui de l’interopérabilité des outils épistémologiques. Sur ce point, le présent dossier de Réseaux apporte plusieurs éléments de réponse. Nous retiendrons, par exemple, l’emboitement des concepts proposés par Constantini, et l’expérience féconde décrite par Maigret dans l’introduction : Doing Cultural Studies : The Story of the Sony Walkman (1997) sur l’étude du baladeur Sony. Des spécialistes de différents champs disciplinaires (info-com, géographie économique, anthropologie sociale, musicologie, gestion, etc.) ont collaboré à ce projet. Dans cette étude, en termes de méthode, une approche de la complexité est proposée par Paul Du Gay sous une forme modélisée : The circuit of culture qui permet appréhender l’ensemble des processus interactifs (identité, production, consommation, régulation, représentation).

9Enfin, Maigret souligne que les obstacles ne se limitent pas à l’épistémologie, mais tiennent aussi au cadrage « par les stratégies des institutions scientifiques comme les médias et tributaires de la place occupée par les individus au sein de la structure sociale » (p. 37). En définitive, la voie du rapprochement entre CS et EPC semble se situer dans des études de cas bien spécifiées et pluridisciplinaires, où les lectures CS et EPC se conjuguent en faisant abstraction des postures doctrinales.

Haut de page

Notes

1 Texts n’est pas traduit ; il désigne, si l’on se réfère à son usage par David Helmondhalgh notamment, un « ensemble des créations culturelles et médiatiques : programmes audiovisuels, albums musicaux, livres, magazines, etc. » (cf. note de la traductrice, p. 171).

2 Pour Émilie Da Lage et François Debruyne, ces discussions « concentrent la propension des uns et des autres à caricaturer l’autre camp… mais, surtout elles manifestent bien des désaccords bien plus profonds et relativement transversaux » (p. 133).

3 Les auteurs nous invitent à nous reporter au numéro 101 de Réseaux, « Questionner la société de l’information », où sont développées des critiques portant sur les Nouveaux paradigmes pour comprendre le monde aujourd’hui, selon le titre même du livre de Touraine (2005), ou la Société en réseaux (1998) de Castells, son disciple.

4 Dans La dialectique de la raison (Adorno et Horkheimer, 1947)

5 Mattelart Armand, Neveu Éric, « Cultural studies stories. La domestication d’une pensée sauvage ? », Réseaux, n° 80, 1996, p. 11-58.

6 L’ouvrage de Béatrice Hibou, dans une approche plutôt wébérienne apporte un éclairage intéressant sur ce sujet. Béatrice Hibou, Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, coll. « Sciences Humaines », 2011. Compte rendu de Lilian Mathieu pour Lectures : http://lectures.revues.org/5228.

7 Marie Moran, Identity and Capitalism, London, Sage, 2014. Compte rendu de Jean-François Blanchard pour Lectures : http://lectures.revues.org/18785.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Éric Maigret, Franck Rebillard (dir.), « Cultural studies et économie politique de la communication », Réseaux, no 192, 2015  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19745

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page