Navigation – Plan du site
Autour d'Axel Honneth

Autour d'Axel Honneth

Reconnaissance et communication
Olivier Voirol (dir.), « Autour d'Axel Honneth. Reconnaissance et communication », Réseaux, n° 193, 2015, La Découverte, ISBN : 9782707188151.
Notice publiée le 05 janvier 2016

Présentation de l'éditeur

La théorie de la reconnaissance élaborée par le philosophe et sociologue Axel Honneth est, à l’heure actuelle, une des contributions théoriques les plus importantes dans les domaines de la philosophie sociale et de la théorie sociologique. S’inscrivant dans l’héritage de la Théorie critique (de l’école de Francfort), elle élargit la conception de la communication aux rapports de reconnaissance, en concevant diverses modalités de leur construction ainsi que de leur obstruction. Approche pluraliste des sociétés modernes, la théorie honnéthienne considère des domaines aussi différents que celui des relations affectives propres à la sphère intime et familiale (amitié et amour), celui des relations juridiques dans le cadre de l’état et des institutions juridiques et, enfin, celui des relations économiques au sein des sociétés contemporaines.

Réseaux a manifesté depuis longtemps un intérêt pour les travaux d’Axel Honneth. Il y a dix ans, la revue publiait un numéro spécial consacré à la visibilité et à l’invisibilité, dont plusieurs contributions portaient l’empreinte des travaux honnéthiens, en particulier sur les « luttes pour la reconnaissance », les formes d’invisibilité, les différentes modalités du conflit social dans un espace public agonistique. Une décennie s’est écoulée depuis la parution de ce numéro de Réseaux et l’heure est venue de dresser un nouveau bilan des recherches et des discussions inspirées par le cadre théorique honnéthien. D’autant plus que, dans ce laps de temps d’une décennie, Axel Honneth a continué de développer sa théorie, en la complexifiant et en l’affinant, élargissant notamment le concept de « reconnaissance » au concept de « liberté sociale », développant une conception de la démocratie ancrée dans le concept hégélien d’« éthicité » (Honneth, 2015), tout en précisant les contours de son modèle de critique sociale et des rapports qu’il suppose entre philosophie et sciences sociales (Honneth, 2013). En outre, ses travaux ont été largement discutés dans une série de domaines, allant de la philosophie sociale et politique aux sciences sociales, en passant par la psychanalyse et la psychodynamique du travail, le droit, la théorie de l’état, etc. Ils ont fait l’objet d’une diffusion élargie, et de nombreuses discussions et commentaires critiques. On est donc à même d’apprécier les apports de ces discussions et de ces travaux, d’en examiner la portée comme les limites, en tentant de dégager des lignes de questionnements actuels et futurs. Le présent numéro de Réseaux entend mener à bien ce débat sous un angle précis, à savoir la question de l’espace public, des médias, des technologies de l’information, et de la communication sociale. 

Haut de page