Navigation – Plan du site

Myriam Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime

Alain Messaoudi
L'expérience démocratique en Algérie (1988-1992)
Myriam Aït-Aoudia, L'expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2015, 300 p., ISBN : 9782724612585.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « L'apprentissage de la compétition pluripartisane en Algérie (1988-1992) : sociologie d'un changem (...)

1Ce livre au plan solidement charpenté intéressera ceux qui veulent mieux comprendre l’histoire récente de l’Algérie aussi bien que ceux qui s’interrogent sur les modalités des transitions démocratiques. Découpé en trois parties chronologiques, avec une introduction méthodologique et un appareil de notes qui rappelle qu’il est le fruit d’une thèse1, l’ouvrage aborde à l’aune de la science politique une période de l’histoire de l’Algérie rarement considérée en soi, à la veille d’une guerre civile aux violences extrêmes qui attire généralement davantage l’attention.

  • 2 L’approche est donc fort différente de celle de Luis Martinez, dont l’analyse des logiques qui ont (...)

2Avec la distance critique nécessaire, et en s’appuyant sur des sources nombreuses et variées (presse, archives, entretiens avec des fonctionnaires de l’État et des représentants des principaux partis...), Myriam Aït-Aoudia reconstitue des configurations mobiles qu’elle inscrit dans leurs temporalités, en cherchant à prendre en considération l’ensemble des acteurs du jeu politique – au sens des élites en situation d’agir (pouvoir exécutif, élus et responsables des partis, officiers de l’armée, juristes, journalistes, responsables associatifs ou syndicaux...)2.

3La première partie (« Genèse du pluralisme partisan ») est consacrée aux dix mois qui se sont écoulés entre les émeutes qui ont éclaté en octobre 1988 à Alger et l’agrément en septembre 1989 de nouveaux partis politiques – principalement le Front islamique du Salut (FIS) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). Elle analyse la façon dont la dénonciation des violences dans la répression des émeutes a pris un tour politique, via les collectifs de soutien (intellectuels laïques ou islamistes, professions libérales, journalistes), en permettant de faire valoir des revendications anciennes, et comment cette dénonciation s’est transformée en contestation du régime en place (chap. 1). Les réformes institutionnelles qui ont suivi, du fait du président de la République (Chadli Bendjedid, candidat à une réélection en décembre 1988, y voyait l’occasion de réaffirmer sa légitimité) et de hauts fonctionnaires en marge du Front de libération national (comme Mouloud Hamrouche qui œuvrait depuis 1987 en faveur d’une libéralisation de l’économie et accède à la direction du gouvernement) avalisent finalement cette lecture politique des émeutes (chap. 2). La nouvelle constitution, approuvée par référendum en février 1989, met en cause la suprématie de la Charte nationale de 1976 (la référence au socialisme est notamment abandonnée), le statut de parti unique du FLN et le rôle politique et social accordé à l’armée. Elle n’instaure pas pour autant un pluripartisme qui ne s’impose que progressivement. L’auteur rappelle qu’il n’a été rendu possible que par la différenciation du militaire et du politique consécutive à la professionnalisation de l’armée depuis 1984, et souligne le rôle actif des islamistes en 1989-1990, qui ont vu dans le pluripartisme une occasion de s’affirmer comme force politique. C’est ainsi que s’impose une définition du pluralisme qui ne signifie pas seulement une possibilité d’exprimer différentes sensibilités à l’intérieur du FLN, mais aussi celle de fonder des organisations partisanes susceptibles de lui faire concurrence (chap. 3 et 4).

4La deuxième partie analyse la « Construction électorale du pluralisme partisan » jusqu’à la fixation en mars 1990 de la date des élections locales (qui auront lieu en juin), en accordant une attention particulière aux mutations du FLN et à la constitution du FIS. C’est au cours de cette période souvent négligée que se joue « l’entrée de la démocratie », avant que le résultat des premières élections ne permette de mesurer l’équilibre des forces. Le pouvoir exécutif met à disposition des nouveaux partis des locaux et leur octroie des aides financières : ils peuvent ainsi avoir des permanences, organiser des congrès et publier des brochures, ce qui contribue à la constitution d’un pluralisme politique auquel participe aussi le développement d’une presse privée. L’auteur analyse en particulier les conditions dans lesquelles le FLN est contraint, par l’action conjointe du pouvoir exécutif, du nouveau Conseil constitutionnel et des porte-parole des nouveaux partis, de renoncer à un statut privilégié et de se réformer, ce qui ne va pas sans inquiéter ses militants (chap. 5). Elle étudie aussi la façon dont les dirigeants du FIS, qui perçoivent l’action politique comme un prolongement de l’engagement religieux, parviennent à inscrire leurs savoir-faire en matière d’œuvres charitables dans un cadre partisan, non sans bricolages et tensions entre les initiatives de la base et les exigences de la nouvelle structure hiérarchisée du parti (chap. 6).

5La troisième partie permet enfin de comprendre comment, entre la préparation des élections locales du printemps 1990 et l’interruption des législatives en janvier 1992, la confiance nécessaire au jeu entre les concurrents politiques s’est dégradée. Après le rappel fait aux nombreuses municipalités conquises par le FIS d’une obligation de se conformer à la loi étatique (par exemple en matière de mixité scolaire), une législation interdisant l’usage des mosquées comme outil de propagande politique, et un redécoupage électoral favorable au FLN imposé en avril 1991, on assiste en juin 1991 à une épreuve de force qu’incarnent l’occupation de quatre places d’Alger par les militants du FIS et l’appel de leurs deux principaux dirigeants à la désobéissance civile. A lieu alors une première rupture : Abbassi Madani et Ali Belhadj sont incarcérés, les élections reportées à décembre, Hamrouche est remplacé à la tête du gouvernement. Le succès électoral du FIS au premier tour des législatives ouvre un débat entre les différents acteurs politiques où l’emportent ceux qui jugent que le risque est trop fort que le FIS veuille faire de son succès une victoire définitive : voyant leur existence menacée, ils jugent nécessaire d’interrompre le processus démocratique.

6Attentive aux dynamiques des situations, cette sociologie politique d’un processus de démocratisation permet de saisir les enjeux d’une séquence historique essentielle. Myriam Aït Aoudia souligne la diversité des élites qui participent à la légitimation des acteurs de la représentation politique dans une compétition conflictuelle. Elle prend soin d’éviter les tentations de la téléologie pour observer comment se définissent, à la suite de la constitution de nouveaux partis, des règles de jeu inédites. Se révèlent ainsi des configurations changeantes : à celles où les acteurs font confiance à la pérennité des règles qu’ils élaborent en jouant les uns par rapport aux autres – ainsi lors des élections locales de juin 1990 – succèdent d’autres qui se caractérisent par un délitement de cette confiance – ainsi à la fin de l’année 1991, lorsque la plupart des acteurs ne considèrent plus le Front islamique du salut (FIS) comme un partenaire, mais comme une menace pour la pérennité des règles du jeu, et donc comme un ennemi à exclure.

  • 3 Éditorial du dossier « L’Algérie, nouvelle force régionale ? » publié par la revue Politique étrang (...)

7En se concentrant sur les transformations des dispositifs à l’échelle du monde politique algérien, l’étude fait relativement peu de place aux particularités d’une conjoncture internationale qui a pu interférer sur l’établissement d’un climat de confiance ou sa dégradation. S’il a pu être interprété comme une occasion historique de développer un modèle islamique original, l’effondrement du modèle socialiste symbolisé par l’URSS et un temps adopté par l’Algérie n’a-t-il pas convaincu certains de l’inéluctabilité d’un processus de libéralisation et de démocratisation, facilitant la genèse du pluralisme partisan ? Est-ce par réaction à une trop fréquente surestimation du rôle des acteurs étrangers (France, États-Unis) ou internationaux (FMI, Banque mondiale) dans les destinées de l’Algérie ? L’ouvrage ne nous dit rien de leurs modes d’inscription dans les configurations que produisent les interactions entre agents de la scène politique nationale, comme s’ils restaient extérieurs aux dynamiques politiques qu’il révèle. Cela étant, on se prend à imaginer qu’une analyse de la situation actuelle du pays, avec la méthode et la finesse d’observation mise en œuvre dans ce travail, pourrait amener à nuancer le tableau d’un pays qu’on présente généralement comme frappé d’immobilité, à l’aune des bouleversements politiques qu’a connu le monde arabe depuis 2011, pris dans un « gel institutionnel, économique, social et politique3 ».

Haut de page

Notes

1 « L'apprentissage de la compétition pluripartisane en Algérie (1988-1992) : sociologie d'un changement de régime », thèse de science politique soutenue en 2008 à l’université Paris 1 sous la direction de Bastien François.

2 L’approche est donc fort différente de celle de Luis Martinez, dont l’analyse des logiques qui ont conduit à la guerre civile, nourrie d’observations de terrain dans des banlieues d’Alger ayant majoritairement voté pour le FIS, reste encore aujourd’hui tout à fait éclairante (La guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1998).

3 Éditorial du dossier « L’Algérie, nouvelle force régionale ? » publié par la revue Politique étrangère, 3e trimestre 2015, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Myriam Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19762

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page