Navigation – Plan du site

Cécile Gauthier, L’imaginaire du mot "slave" dans les langues française et allemande, entre dictionnaires et romans

Olga Artyushkina
L'imaginaire du mot "slave" dans les langues française et allemande, entre dictionnaires et romans
Cécile Gauthier, L'imaginaire du mot "slave" dans les langues française et allemande, entre dictionnaires et romans, Paris, Editions Pétra, coll. « : Sociétés et cultures post-soviétiques en mouvement », 2015, 522 p., ISBN : 9782847430769.
Haut de page

Texte intégral

1Le sens de certains mots excède la définition qu’on trouve dans un dictionnaire ; le mot est porteur de rêveries qui se laissent lire dans les romans, mais qui traversent aussi le discours savant. L’étude transdisciplinaire de Cécile Gauthier donne à voir comment l’imaginaire et l’histoire du mot slave reflètent les enjeux idéologiques et politiques de fin du XIXe - début du XXe siècle et place les questions de la construction des identités nationales, de l’altérité et des transferts culturels au cœur de sa réflexion.

2L’ouvrage s’articule en trois grandes parties avec la bibliographie raisonnée riche de plus de cinq cents références et comporte l’index des noms propres, ainsi que l’annexe avec la présentation du corpus littéraire et des données statistiques des occurrences du mot par roman et par auteur.

3La première partie est consacrée à l’histoire du mot slave dans le corpus lexicographique. L’auteur (plus loin : l’A.) présente un exposé érudit sur l’histoire du mot slave, donnée à lire comme un (des) « roman(s) étymologique(s) » dont l’écriture est conditionnée par le contexte socio-historique et intellectuel. L’étude lexicographique commence avec les ouvrages du XVIIIe siècle et se concentre essentiellement sur le XIXe et les premières décennies du XXe siècle, l’époque où les débats identitaires et les tensions nationalistes font rage en Europe et ont des répercussions sur le discours scientifique sur les Slaves. Le corpus romanesque, lui, est plus restreint et comporte la période allant de 1880 à 1930 ; il est composé des textes très variés allant de la littérature populaire (Leroux, Jules Verne) jusqu’aux œuvres « majeures » (Broch, Roth, Zola, Rilke, Thomas Mann) en passant par des textes d’auteurs peu connus (Anet, Fankhauser).

4Les approches synchronique et diachronique du corpus lexicographique permettent à l’A. de montrer que les discours enregistrés dans les dictionnaires et les encyclopédies ne sont pas neutres et peuvent être marqués par l’individualité de leur auteur et, à ce titre, témoignent des débats et des querelles de son époque. La confrontation des discours des philologues, philosophes et historiens Larousse, Louis Léger, Renan, Herder, Schleicher, met en évidence les enjeux complexes des questions étymologiques qui reflètent la complexité des transferts triangulaires entre les pôles latin, germanique et slave. Ces transferts s’inscrivent souvent dans un rapport de forces et montrent l’importance du geste de nomination, comme en témoignent les hypothèses étymologiques pour expliquer le mot slave : provient-il de « slava » (la gloire), de « slovo » (la parole) ou bien est-il donné par les Romains aux serviteurs des pays « slaves », comme l’écrit le linguiste Jan Baudouin de Courtenay ? Cette dernière hypothèse donne lieu à l’exposé sur l’intrication célèbre entre les mots « slave » et « esclave » que les linguistes français instrumentaliseront dans le conflit contre l’ennemi allemand au tournant du XXe siècle et qui donnera lieu à l’imaginaire riche dans la littérature.

  • 1 Ce concept est popularisé par le philosophe, historien et philologue Ernest Renan (1823-1892).
  • 2 « Du congrès des Slavistes et du Panslavisme “Platonique” », 1903.

5L’histoire du mot slave est celle de l’élaboration des savoirs linguistique et anthropologique au XIXe siècle, l’époque de la construction des identités nationales, fortement marquée par la quête des origines qui passionnent les philologues et conduit à la hiérarchisation des peuples et des langues. C’est à cette époque-là que naît le concept de « race linguistique »1 qui donnera naissance au mythe de la « race slave » primitive que l’A. analyse en confrontant des discours d’auteurs d’origine slave et des définitions des dictionnaires et encyclopédies françaises et allemandes. Une des tendances consiste à insister sur l’unité des Slaves et la parenté de leurs langues qui se manifeste pleinement dans le discours messianique panslaviste, russe et centre-européen. Bien que démenti à plusieurs reprises, notamment dans la figure du linguiste polonais Jan Baudouin de Courtenay qui affirme que « le monde slave homogène opposé au monde roman ou germanique n’existe que linguistiquement »2, le mythe de la race slave subsiste et hante l’imagination collective.

6Cette dimension proprement imaginaire est mise en relation avec le concept de slavité dans la fiction romanesque française et allemande présentée dans la deuxième partie. L’A. insiste sur l’importance du contexte et donne à voir les différents champs notionnels qui se trouvent associés au mot slave dans les deux corpus ; elle appuie son raisonnement sur les données statistiques de fréquence du mot, ainsi que l’analyse grammaticale des occurrences. Une des pistes exploitées consiste à montrer que l’emploi du mot slave en tant que substantif et en tant qu’adjectif a des implications particulières sur l’imaginaire de slavité : par exemple, le substantif « Slave », dont la fonction essentielle est celle de nommer, renseigne sur la manière d’appréhender l’autrui et permet de construire des frontières entre soi et l’autre. Or ces frontières, la localisation géographique des Slaves varie en fonction du point de vue de l’observateur et donne lieu à des imaginaires géographiques différents : pour les Français, les Slaves, au même titre que les Allemands, sont identifiés comme des peuples du Nord, alors que pour les Allemands, les Slaves sont liés à un imaginaire de l’Est, ce qui explique le rapprochement des Slaves avec l’univers oriental, leur procurant un caractère hybride inquiétant qui croise en partie l’altérité juive.

7La réflexion sur l’imaginaire du mot passe par l’analyse des stéréotypes et des clichés dans le corpus romanesque. L’approche comparative met en lumière les spécificités dans l’écriture de l’altérité dans les deux langues que l’A. met en lien avec le contexte historique propre aux aires culturelles germanique et française. Ainsi, l’imaginaire de la slavité dans le corpus allemand est davantage ancré dans la réalité, ce qui s’explique par la confrontation directe de l’aire germanique avec les peuples slaves qui sont davantage circonscrits dans le corpus et représentés dans leur diversité. En revanche, dans le corpus français, le mot a des contours plus vagues et l’imaginaire de slavité est marqué par une certaine déréalisation dont témoignent les clichés bien connus tels que « l’âme », « le cœur », « le charme » slaves, censés traduire une certaine « essence » du peuple, d’où les emplois curieux de l’adjectif slave dans sa fonction qualificative : un comportement, un trait physique ou psychique peuvent être « très ou peu slaves ». Les Slaves sont peu connus des Français et, pour eux, la slavité se recoupe essentiellement avec la russité, les Russes étant les seuls Slaves visibles pour les Français.

8Le stéréotype est montré dans l’ambivalence de son fonctionnement : par exemple, le stéréotype du Slave primitif, représentant de la société ancestrale, ou celui du Slave-esclave reçoivent des lectures totalement différentes en fonction du contexte socio-politique : le même stéréotype peut donner lieu au discours élogieux de Herder sur l’avenir prodigieux du « peuple enfant » qui va se libérer ou, au contraire, servir d’argument au rejet de cette altérité slave présentant les Slaves comme incapables de se gouverner, barbares, anarchistes, etc.

9Le mot slave se voit associer un certain univers qui s’incarne dans un folklore romanesque esquissé dans une galerie de personnages stéréotypés, dont les plus représentatifs sont le prince russe, dominant l’imaginaire français, le personnage de domestique, fortement représenté dans le corpus germanique, le révolutionnaire, le paysan/moujik, la femme martyre ou encore la femme slave, stéréotype de la femme fatale qui s’est figé en cliché. Ces stéréotypes s’inscrivent souvent dans des schémas narratifs et sont envisagés comme des paradigmes d’écriture de l’altérité.

10Un autre aspect important de l’écriture de l’altérité slave se révèle dans sa dimension linguistique. L’A. étudie la langue étrangère en tant que matériau romanesque et met en lumière la dimension artistique des langues slaves dont la représentation a un recours régulier à la métaphore musicale. Un développement original est consacré au motif du chant qui sert d’un vrai support narratif pour la mise en scène de « l’âme russe » et slave, reconnue comme cliché de l’âme primitive, l’« essence » de la société paysanne célébrée par le courant régionaliste populaire dans de nombreux pays de l’Europe centrale.

11L’altérité linguistique incarne dans la fiction le désir de l’exotisme, de l’intraduisible. La langue devient l’image du corps étranger dans le texte, lui procurant parfois une dimension érotique, évoquant la métaphore de la frontière qui est à la fois la construction de l’espace de la personne convoitée et la ligne qu’on désire ou (et) on craint de franchir. Dans le corpus français, le Slave, surtout le Russe, est un personnage de séducteur (séductrice) et représente un exotisme très lointain, apprécié et recherché par les lecteurs des romans populaires. En revanche, pour les Allemands, les Slaves représentent également l’altérité intérieure déstabilisante, dangereuse pour leur propre identité, car leur étrangeté n’est pas toujours visible : l’idée de la « plasticité » des Slaves, leur don pour les langues, leur capacité à se métamorphoser fascine, tout comme elle fait peur, car elle met en évidence l’absence de frontières nettes et immuables. L’aspect menaçant de l’autre est montré dans l’imaginaire de la figure de l’esclave qui se révolte et fait entendre sa voix dans un cri, un chant national qui annonce aussi le chant de mutinerie qui ouvre la réflexion sur la dimension politique de la langue étrangère et des enjeux que celle-ci représente au tournant des siècles sur le territoire plurilingue de l’aire culturelle germanique.

Haut de page

Notes

1 Ce concept est popularisé par le philosophe, historien et philologue Ernest Renan (1823-1892).

2 « Du congrès des Slavistes et du Panslavisme “Platonique” », 1903.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olga Artyushkina, « Cécile Gauthier, L’imaginaire du mot "slave" dans les langues française et allemande, entre dictionnaires et romans », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19764

Haut de page

Rédacteur

Olga Artyushkina

Maître de conférence en linguistique russe à l’université d’Aix-Marseille, Laboratoire ECHANGES

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page