Navegación – Mapa del sitio

Marc-Olivier Déplaude, La hantise du nombre. Une histoire des numerus clausus de médecine

Alexandre Klein
La hantise du nombre
Marc-Olivier Déplaude, La hantise du nombre. Une histoire des numerus clausus de médecine, Paris, Belles Lettres, 2015, 416 p., ISBN : 978-2-251-43036-2.
Inicio de página

Texto completo

1La question de la démographie médicale est un serpent de mer qui hante l’histoire de la médecine française. Entre dénonciation du manque et crainte de la pléthore, l’histoire de la professionnalisation médicale aux XIXe et XXe siècles est intimement liée au problème de la régulation du nombre des praticiens. Le point saillant de cette problématique est certainement le numerus clausus établi en France en 1971 pour limiter la quantité de médecins en formation. Parce qu’il a fait l’objet de débats publics passionnés au début du XXIsiècle, le concept est bien connu. Néanmoins, l’histoire et les enjeux de cet outil de régulation de la profession médicale le sont beaucoup moins. Certes, en 2011, le Dr Daniel Wallach a fait paraître une première histoire du numerus clausus fondée sur la lecture du Quotidien du médecin entre 1971 et 2009. Mais cet ouvrage s’affirmait davantage comme un manifeste que comme une véritable étude historique. Il importait donc que la genèse et l’évolution du numerus clausus soient analysées plus largement et resituées dans leur contexte tant médical et social que politique et administratif. C’est ce que propose aujourd’hui le politiste Marc-Olivier Déplaude dans cet ouvrage publié dans la collection « Médecine et sciences humaines » des éditions Les Belles Lettres, et issu d’une thèse de doctorat en science politique soutenue à l’Université Paris 1 en 2007. Pourquoi et comment en est-on venu à limiter la quantité d’étudiants pouvant suivre un cursus médical ? À quels problèmes devait répondre cette solution du numerus clausus ? Quelles ont été les étapes et les raisons de sa mise en place ? Et surtout pourquoi s’est-elle vue tour à tour soutenue puis critiquée par les élites médicales ? C’est pour répondre à ces questions que Déplaude a réalisé, à partir d’archives gouvernementales, médiatiques et privées, ainsi que d’une série d’entretiens, une enquête socio-historique approfondie afin de retracer les débats dont a fait l’objet la démographie médicale depuis 1960 au sein du corps des médecins comme de l’opinion publique. À la croisée de la sociologie des professions, de l’histoire politique et de l’histoire de la médecine, il nous présente ainsi un essai important et particulièrement réussi.

2Dans une première partie, l’auteur démontre tout d’abord pourquoi et comment les autorités en sont venues à mettre en place des quotas de régulation limitant l’accès aux études médicales. Pour ce faire, il détaille dans un premier chapitre les raisons de l’augmentation, au cours des années 1960, du nombre de médecins formés et il explicite les tensions que cet accroissement a engendrées. Puis Déplaude revient, dans un deuxième chapitre, sur les évènements de mai 1968 et sur leur rôle dans l’adoption, trois ans plus tard, du numerus clausus. L’institution de cet outil de régulation fait, elle, l’objet du troisième chapitre, tandis que le quatrième et dernier chapitre de cette première partie s’intéresse pour sa part aux luttes et débats qui ont eu lieu au cours des années 1970 autour de la réforme de l’internat. La seconde partie de l’ouvrage étudie ensuite la manière dont ont été fixés les quotas que sont le numerus clausus et le contingentement de l’accès aux formations spécialisées à partir de la sixième année (mis en place en 1982-1984). Elle précise également leurs effets sur le système de santé français. Elle montre notamment que leur resserrement progressif a créé de vives tensions qui ont conduit à un renversement total, à l’aube du nouveau millénaire, de la politique menée par les pouvoirs publics. Le cinquième chapitre, qui inaugure cette seconde partie, revient donc tout d’abord sur la diminution progressive du numerus clausus qui a eu lieu entre 1980 et 1998. Il détaille en particulier les compromis qui ont mené à ces décisions et montre habilement que les quotas ont été déterminés en fonction, principalement, de préoccupations de court terme. Le chapitre six détaille ensuite le glissement de la rhétorique de la pléthore vers celle du manque de praticiens, qui est intervenu à la fin des années 1990. Il démontre que ce glissement s’accompagne d’une redéfinition du problème de la démographie médicale en termes de santé publique, notamment autour du concept de « désert médical ». Enfin, le septième et dernier chapitre se penche sur un « autre numerus clausus », qui n’est pas sans conséquence sur la démographie médicale : celui qui concerne les médecins étrangers. Détaillant les différentes mesures qui ont réglementé leur exercice sur le territoire français, il rappelle que l’encadrement du recrutement des médecins étrangers a été autant une variable d’ajustement du nombre de praticiens qu’un instrument de défense du libéralisme médical.

3Ainsi, grâce à une étude patiente et particulièrement rigoureuse, Déplaude nous offre un panorama précis de l’histoire des numerus clausus dans la médecine française. Il présente en effet clairement l’ensemble des débats et enjeux internes au corps médical comme au corps administratif, qui ont déterminé la genèse et l’évolution de ces outils de régulation démographique. Il explicite également avec précision le rôle particulier et les stratégies spécifiques des différents acteurs (médicaux, politiques, administratifs ou syndicaux) de ce processus. Par son approche méthodologique double, aussi pertinente que maîtrisée, il parvient à mettre en lumière la logique sociohistorique complexe propre à la gestion de la démographie médicale en France au cours de seconde moitié du XXe siècle. Dénouant ainsi les problématiques internes à cette question cruciale pour la profession médicale, l’auteur est finalement en mesure de très justement signaler les impasses à éviter et les voies à suivre pour assurer l’avenir de l’offre de soins française. À noter que, bien qu’elle soit extrêmement détaillée, cette étude reste très claire et accessible du fait d’une plume concise et fluide, qui permet au lecteur de toujours suivre avec aisance les analyses minutieuses d’un sujet traité dans toute sa profondeur administrative et légale. Finalement, en abordant avec rigueur et application un sujet aussi essentiel que peu étudié, l’ouvrage de Déplaude s’impose comme une référence désormais incontournable pour l’histoire de la médecine française contemporaine, mais aussi comme une contribution importante au champ de la sociologie historique des professions.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Alexandre Klein, « Marc-Olivier Déplaude, La hantise du nombre. Une histoire des numerus clausus de médecine », Lectures [En línea], Reseñas, 2016, Publicado el 08 enero 2016, consultado el 14 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19783

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página