Navigation – Plan du site

Dany-Robert Dufour, L’individu qui vient… après le libéralisme

Sophie Chetrit
L'individu qui vient... après le libéralisme
Dany-Robert Dufour, L'individu qui vient... après le libéralisme, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2015, 496 p., ISBN : 9782070467556.
Haut de page

Texte intégral

1Directeur de programme au Collège international de philosophie et enseignant en sciences de l’éducation à l’université Paris-VIII, Dany-Robert Dufour s’interroge dans cet ouvrage sur les moyens de résister au dernier totalitarisme : le libéralisme. Sa critique de la culture contemporaine a commencé avec la publication de Folie et Démocratie en 1996, pour être ensuite approfondie avec la « trilogie » composée de L’Art de réduire les têtes (2003), Le Divin Marché (2007) et La Cité perverse (2009). L’individu qui vient… après le libéralisme est donc l’achèvement d’une réflexion sur le libéralisme et ses effets destructeurs. La thèse ici développée est que « l’individu n’a encore jamais existé » (p. 13), les grandes idéologies – fascisme, communisme, libéralisme – ayant toutes nié l’individu, soit l’être capable de penser et d’agir par lui-même indépendamment de ses pulsions. Puisque le libéralisme réduit l’homme à ses pulsions par la culture de marché, notre époque ne serait guère une période individualiste mais une période d’égoïsme grégaire. Dès lors, en s’opposant aux attitudes néo-réactionnaires et postmodernistes, Dufour se pose en néo-résistant et affirme alors que le ré-enchantement du monde passe par la création d’un nouvel individu altruiste et enfin sympathique.

2Avec la postmodernité, les deux grands récits, celui du monothéisme et celui du logos sont renversés. Débutant dans les années 1980, la postmodernité correspond à une sortie de cette religion de « l’ancien régime du Père avec ses Commandements répressifs » (p. 38) et à une entrée dans la nouvelle religion du « Divin Marché », où le salut passe désormais par l’augmentation sans fin de la richesse. Toutefois, il faut noter que le marché a souvent su donner une nouvelle jeunesse aux anciennes religions, en fondant par exemple le « market-léninisme » en Chine ou encore l’« Islam de marché ». La postmodernité, qui relève d’une nouvelle épistémê, procède de l’extinction progressive des Lumières allemandes en faveur de l’amplification des Lumières anglaises. Il s’agit en quelque sorte de la victoire de Smith et du self-love contre Kant et son impératif catégorique. S’appuyant sur l’héritage grec, Kant en appelait à la maîtrise des pulsions et passions et à la prise en compte de l’autre, quand Smith de l’autre côté prônait une libération des pulsions fondée sur l’utilitarisme et la volonté de maximisation des plaisirs.

  • 1 Herbert Marcuse, Eros et Civilisation, contribution à Freud, Paris, Éditions de Minuit, 1963, p. 45 (...)

3Selon Dufour, il faudrait rejeter aussi bien les grands récits passés que le divin marché, en clamant un droit de retrait vis-à-vis du marché et un droit d’inventaire par rapport aux grands récits. La sortie des anciens récits par exemple, bien qu’elle ait permis de conquérir certains espaces nouveaux de réalisation subjective, intersubjective et collective, a mis fin à l’objectif de maîtrise des pulsions-passions, savoir qui devait s’acquérir notamment à l’école. De plus, si ces grands récits ont permis le fonctionnement symbolique des sociétés pendant des siècles en mettant en place des formes de répression nécessaires, permettant de passer de l’état de nature à l’état civil, ils en ont aussi profité pour introduire d’autres formes de répression non nécessaires, appelées « surrépression1» par Marcuse. Dufour rappelle par exemple que le patriarcat ou encore la relégation des hommes non-libres (banausos) dans la Grèce Antique peuvent être assimilés à des répressions non nécessaire.

  • 2 Gilles Deleuze, Félix Guattari, L’Anti-Œdipe, Capitalisme et schizophrénie, Paris, Éditions de minu (...)

4Si elle met fin au patriarcat et à l’esclavage, la postmodernité ne serait toutefois qu’une libération en trompe l’œil. Elle serait en effet à l’origine d’une nouvelle forme d’exploitation, créant des « prolétaires du cycle de la consommation » (p. 306). De plus, elle aurait transformé la politique en politique du sujet, n’ayant plus pour but d’établir des lois justes mais de faire accepter des fantasmes individuels soutenus par le marché. Cette volonté de soutenir le fantasme s’inscrit dans un projet philosophique : le « devenir mineur »2. Dufour illustre son propos en montrant comment la loi soutient désormais le fantasme des individus, par exemple en reconnaissant juridiquement les changements de sexe, bien qu’il ne soient jamais totalement accomplis d’un point de vue biologique. Cela reviendrait alors à aligner le statut juridique de « l’être »’ sur le « paraître ».

5Pour éviter de tomber dans les affres de la postmodernité et refonder l’aventure civilisationnelle, Dufour propose trois axiomes de survie. Tout d’abord, il faudrait créer des conservatoires afin de sauver les lettres, la recherche, la science, etc. Ensuite, il s’agirait de recréer l’école comme lieu de l’apprentissage de la maîtrise des passions-pulsions. En outre, il conviendrait de réinventer une instance politique de délibération dans la cité. Il faut dépasser l’opposition droite/gauche, ce clivage ayant contribué à la fuite en avant post-identitaire. Dès lors, il serait possible de réinventer le rapport à l’autre et de construire un nouvel individu altruiste. L’ouvrage s’achève avec trente propositions concrètes pour créer cet environnement politique et développe l’idée qu’il y a des alternatives possibles au libéralisme.

6À la jonction de la philosophie politique, de la morale et de la psychanalyse, cet ouvrage se fonde sur des analyses variées allant de Nietzsche à Lacan en passant par Sade, ou encore Marx et Freud. Il s’agit d’une véritable plongée dans les fondements de la culture occidentale. Rédigé dans un langage accessible, cet essai paraît être à la fois utopique et concret. Utopique en ce qu’il propose une nouvelle société fondée sur un individu sympathique « imaginé » ; concret en raison des mesures d’urgence proposées en annexes. Sans nostalgie et ni sans faire table rase du passé, l’œuvre de Dufour prend son sens au sein de l’actuelle crise généralisée – économique, écologique, politique, morale, intellectuelle, etc. –, esquissant les possibles d’une éventuelle renaissance tout en montrant les failles du dogme libéral. Le libéralisme se présente en effet comme une pensée unique. De fait, Dufour en appelle judicieusement à sortir de ce dogme de la croissance qui aveugle les politiques, rappelant bien que si le libéralisme économique se fonde sur une exploitation illimitée des ressources, la Terre atteint ses limites écologiques.

7S’il puise dans les classiques de la philosophie, l’ouvrage entend néanmoins comprendre des phénomènes contemporains. Il parvient ainsi à expliquer les succès du fondamentalisme religieux comme la radicalisation des religions pré-modernes lors de l’entrée dans la postmodernité. Il analyse la montée de l’extrême droite comme étant due au fait que la droite, d’une part, en justifiant l’accaparement, et la gauche d’autre part, en soutenant « un révolutionnisme oublieux de certains fondements de l’humanité » (p. 344), ont contribué à la fuite en avant post-identitaire. Pour Dufour, c’est cette fuite en avant qu’il faut désormais freiner. Les « changements de sexe » et leur récente reconnaissance juridique en seraient un des symptômes : les fantasmes individuels priment sur le sens commun. Dufour critique notamment la théorie de la « performativité du genre » développée par Judith Butler, affirmant qu’il est biologiquement impossible de changer de sexe. Aussi pertinente que soit cette critique, il nous semble qu’elle finit néanmoins par se perdre dans des jugements valeurs, notamment lorsque l’auteur qualifie le changement de sexe de « mutilations volontaires lourdes » (p. 267).

  • 3 Cornelius Castoriadis, La montée de l’insignifiance, Paris, Point Essais, 2007.

8Si Dufour s’inquiète de la fuite en avant post-identitaire, il semble toutefois plutôt optimiste, considérant que la civilisation occidentale possède les ressources nécessaires à sa refondation. Il en appelle alors à ce nouvel individualisme capable d’inscrire le vivre-ensemble dans une forme politique nouvelle. Si la naissance de certains mouvements comme les Indignés ou les décroissants peut justifier cet optimisme, il faut toutefois le confronter au contexte politique actuel. Il semblerait que le désintérêt pour la politique, marqué par une hausse toujours croissante de l’abstention électorale, atteigne son paroxysme. C’est pourquoi de nombreux philosophes politiques, Castoriadis notamment, qualifient les sociétés occidentales d’apathiques et insistent sur la perte du sens commun3. Si Dufour considère la politique comme lieu de la réalisation des individus, peu semblent s’y retrouver. Dès lors, que dire à des individus qui voient la poursuite de leurs fantasmes comme leur seul moyen de réalisation ?

Haut de page

Notes

1 Herbert Marcuse, Eros et Civilisation, contribution à Freud, Paris, Éditions de Minuit, 1963, p. 45-46.

2 Gilles Deleuze, Félix Guattari, L’Anti-Œdipe, Capitalisme et schizophrénie, Paris, Éditions de minuit, 1972.

3 Cornelius Castoriadis, La montée de l’insignifiance, Paris, Point Essais, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Chetrit, « Dany-Robert Dufour, L’individu qui vient… après le libéralisme  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19784

Haut de page

Rédacteur

Sophie Chetrit

Étudiante en master de philosophie, politique et économie à Sciences Po Lille.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page