Navigation – Plan du site

Juliette Charbonneaux, Les deux corps du Président ou comment les médias se laissent séduire par le people

Pascal Lardellier
Les deux corps du président
Juliette Charbonneaux, Les deux corps du président. Ou comment les médias se laissent séduire par le people, Paris, Les Petits Matins, coll. « Médias, politique & communicat », 2015, 121 p., ISBN : 978-2-36383-177-4.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage stimulant, Juliette Charbonneaux analyse les « dérives » de l’hypermédiatisation, et des intrusions de plus en plus fréquentes de la presse et des médias dans la vie privée des hommes et des femmes politiques français. A fortiori il est question de François Hollande qui, entre sa rupture ultra-médiatisée avec Valérie Trierweiler et l’épisode du « Gayet gate », a vu sa vie sentimentale largement dévoilée sur la place publique. L’auteure montre que toutes les chaînes nationales et la presse écrite dans son ensemble ont largement contribué à transformer des détails intimes, du moins privés, en affaire d’État. Juliette Charbonneaux souligne l’influence des médias généralistes dans l’effacement des frontières entre corps privé et corps public du Président, ces médias ayant cédé à la pression de l’information en temps réel et aux sirènes de l’immédiateté.

2Dans l’introduction de son ouvrage, l’auteure précise son ancrage théorique (les sciences de l’information et de la communication et plus particulièrement la communication politique) et expose sa méthodologie, rappelant qu’elle a volontairement choisi d’écarter les magazines people et de se pencher sur les médias généralistes « afin de déterminer en quoi ils ont contribué à cette situation que l’on peut envisager comme inédite » (p. 10). Elle souligne la rupture épistémologique forte que constitue l’affaire « Hollande-Gayet ». En effet, jusqu’à cette affaire, les révélations fracassantes et embarrassantes étaient traditionnellement plutôt réservées aux personnalités du monde du spectacle et du sport (Mathieu Valbuena, footballeur international français, a récemment subi un chantage à la sextape). Quant aux hommes et aux femmes politiques, ils étaient plutôt épargnés par ces procédés discutables : « le dévoilement de la vie privée fonctionnait jusqu’alors sur la base d’une logique de co-construction gagnant-gagnant : la figure politique cherchait à améliorer sa réputation, la presse à augmenter ses ventes ou son audience, et donc ses recettes » (p. 10). Depuis la révélation de la liaison de François Hollande avec l’actrice Julie Gayet, il semble au contraire que l’on assiste à un basculement dans lequel le domaine du privé n’est plus un instrument de communication pour la figure présidentielle, mais se met à jouer contre elle. L’auteure attire notre attention sur la façon dont la presse généraliste s’est fait l’écho de la vie privée du Président et met l’accent sur la responsabilité (peut-être même la culpabilité) des médias dans cette approche particulière du pouvoir : « il y a bien responsabilité, car le pouvoir ne peut se concevoir sans sa représentation, et les médias, en informant, ne font pas autre chose que produire des représentations qui modèlent le rapport des citoyens au pouvoir » (p. 12-13). Juliette Charbonneaux souligne le refus des médias d’assumer leurs responsabilités alors même qu’ils participent au brouillage des frontières entre privé et public, ainsi qu'au aux conséquences de ce phénomène. Reprenant à nouveaux frais l’expression « Les Deux Corps du roi » empruntée à Ernst Kantorowicz, elle propose de l’entendre principalement comme une fiction métaphorique : « le pouvoir serait, à travers une personne, incarné par deux corps : l’un individuel, naturel et de ce fait éphémère, l’autre collectif, divin, pérenne et en ce sens synonyme de l’État » (p. 15). Elle montre que, dans les médias (tous genres confondus), la dualité historique du corps souverain se recompose autour de deux pôles, non pas entre corps séculier et corps divin, mais entre corps privé et corps public du Président, entre la part relevant de sa fonction et celle relevant de l’intime. Le public français, au gré de petites révélations successives, a fini par s’habituer à voir la vie privée de leur Président exposée et même exhibée. Avant François Hollande, il convient de ne pas oublier combien Nicolas Sarkozy a œuvré, volontairement, à dévoiler et mettre en scène sa vie privée, jusqu’à en faire un vecteur de communication à part entière.

3Dans la première partie de l’ouvrage (« Le Président à corps ouvert ou la scénographie d’un scandale politique »), Juliette Charbonneaux rappelle que sur ce plan précis, la France et les États-Unis s’opposent foncièrement sur le fond : « aux États-Unis, le dévoilement de la conduite privée des personnages publics est non seulement admis, mais considéré comme relevant de la mission démocratique qui est celle des médias » (p. 25). En France, il est plutôt d’usage et de tradition de sacraliser la vie privée des hauts dignitaires et des responsables politiques d’ampleur nationale. La « une » de Closer constitue un précédent au sens juridique du terme, et un exemple frappant de récupération et d’exploitation d’une série d’images volées du Président et de l’actrice. Ces images ont connu une vie médiatique incroyablement longue en raison d’un principe de citation iconique partagée : « nombreux sont les médias qui se sont saisis des couvertures des hebdomadaires et de leurs pages intérieures pour les transformer en illustrations de leurs propres contenus » (p. 27). Les journaux de la presse écrite nationale ont placé sur leurs sites internet les couvertures de Closer pour capitaliser à leur manière sur l’engouement suscité par cette affaire. Ces images ont été amplement citées et ont fini par devenir le prétexte à des discours sur le corps privé (du chef de l’État). En s’attardant sur la fabrique des images volées, les médias ont contribué un peu plus à la publicisation de la vie naguère privée du Président. Outre les images, Juliette Charbonneaux montre que le dévoilement de la vie privée de François Hollande a été rendu possible par la conjonction de « deux phénomènes discursifs que sont les “petites phrases” et les citations venues de sources inhabituelles [qui participent] de l’insertion de l’intime dans l’actualité et plus encore dans la couverture de la figure présidentielle » (p. 42). Les photos de magazines people font évoluer les normes de la représentation politique, ce que Philippe Marion appelle l’« effet bourrelet » : les leaders politiques ayant les mêmes imperfections physiques, ils nous semblent plus accessibles et sympathiques, ce qui paradoxalement accentue encore leur .désacralisation.

4Dans la seconde partie de l’ouvrage, l’auteur évoque le recours par les médias à des processus de fictionnalisation (ou plutôt de storytelling, de mise en récit de la politique) pour évoquer les tenants et les aboutissants de cette liaison adultère. La requalification de certains faits en mystères relevant du registre du roman policier suscite la curiosité du lectorat : « l’analogie avec différents registres fictionnels fonctionne comme “véhicule privilégié” de l’ironie et, avec elle, des informations relevant du domaine privé » (p. 77). Les emprunts à des registres fictionnels variés (roman, cinéma, télévision, théâtre et surtout vaudeville) participent amplement d’une disqualification totale du Président de la République, qui est présenté comme le personnage sans envergure d’un mauvais film. Le parallèle avec le vaudeville et le triangle classique qui le caractérise (mari / amant / épouse) n’est fait que pour nuire encore à l’image publique déjà écornée du chef de l’État. La large couverture de cette affaire dans les médias étrangers a de surcroît désinhibé totalement les magazines et journaux français qui ont fait preuve de virtuosité en feignant le désengagement énonciatif. Cela leur a permis de camoufler leur implication dans cette sur-exploitation médiatique de l’affaire « Hollande-Gayet » pour « préserver leur réputation en ayant l’aire de n’être jamais à l’origine de la publicisation de l’intime » (p. 85).

5Dans la troisième et dernière partie de l’ouvrage, l’auteure s’intéresse de près à la fabrication de la réputation médiatique de l’homme d’État. Elle établit un lien intéressant entre une forme de journalisme « à la française » et une tendance importante de la communication politique, mais pointe une série de défaillances dans la stratégie de communication de François Hollande : « le premier reproche consiste à pointer chez le Président une incompréhension des différentes logiques médiatiques et de leurs transformations en cours » (p. 89). Le Président se voit reprocher son ignorance totale des processus de fabrication et de construction de l’information médiatique, et l’auteure impute à cette ignorance les dysfonctionnements récurrents de la stratégie de communication du gouvernement. Si l’on en croit les médias français et francophones, « le problème communicationnel du Président réside dans son déficit d’identité narrative plus encore que dans une inadaptation aux évolutions médiatiques » (p. 102). Le Président Hollande est battu en brèche par de réguliers problèmes de communication et par une absence totale de storytelling présidentiel digne de ce nom et surtout efficace. Le refus du Président de pratiquer le storytelling comme son prédécesseur lui coûte en grande partie sa cote de popularité désastreuse : incapable de se mettre en récit et de narrer la fabula de la France, la communication du Président est (ou était, avant les événements récents) totalement illisible.

6La conclusion est, à l’image de cet ouvrage (qui accorde parfois une trop grande place à la description), vivifiante et éclairante à bien des égards. Juliette Charbonneaux rappelle que le propos du livre était d’essayer de saisir les « bruits » émis par les médias généralistes au sujet de la vie privée, sans pour autant compromettre leur réputation. C’est en participant au dévoilement du secret de François Hollande que les médias ont contribué à remettre en cause sa légitimité en tant que première figure d’autorité. Dans un jeu d’avance truqué, « les médias participent donc à une désacralisation du pouvoir politique qu’ils dénoncent par ailleurs » (p. 120).

7Cet ouvrage, synthétique et dense, intéressera celles et ceux qui conjuguent un intérêt pour les médias et un attrait pour la communication politique dans son rapport avec la construction d’une image publique et d’un ethos discursif adapté à la fonction présidentielle. Il semble évident que les échéances électorales à venir tout comme les événements récents donneront une actualité aux thèmes présentés dans ces pages, et aux analyses qu’elles contiennent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Lardellier, « Juliette Charbonneaux, Les deux corps du Président ou comment les médias se laissent séduire par le people », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19793

Haut de page

Rédacteur

Pascal Lardellier

Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Bourgogne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page