Navigation – Plan du site

Max Weber, Discours de guerre et d’après-guerre

Adeline Blaszkiewicz-Maison
Discours de guerre et d'après-guerre
Max Weber, Discours de guerre et d'après-guerre, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2015, 133 p., Editeur : Hinnerk Bruhns; Traducteur :Pierre de Larminat; Traducteur : Ostiane Courau, ISBN : 9782713225062.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Max Weber, Le savant et le politiqueUne nouvelle traduction, La Découverte, 2003, (...)

1L’ouvrage propose une traduction inédite en français de quatre discours de guerre et d’après-guerre de Max Weber. Cette traduction, qui s’accompagne d’une riche édition critique réalisée par Hinnerk Bruhns, historien et directeur de recherche émérite au CNRS, prend place à côté des travaux menés dans les vingt dernières années, en France notamment, qui portent un regard nouveau sur l’œuvre du père de la sociologie allemande1. L’ouvrage se divise en deux parties, la première étant consacrée à la présentation des quatre discours, ainsi qu’à leur commentaire critique, et la deuxième comportant les discours en question. À cela s’ajoute, en fin d’ouvrage, une courte présentation des repères biographiques de l’auteur, outil commode à l’usage du lecteur.

  • 2 Le Manifeste des 93, signé par des intellectuels et universitaires allemands en août 1914, nie les (...)
  • 3 Weber fut alors en charge de la direction des hôpitaux militaires à Heidelberg.

2Le premier discours, intitulé « Au seuil de la troisième année de guerre », a été prononcé par Max Weber le 1er août 1916, dans le cadre du comité national allemand pour une paix honorable, fondé en juillet 1916, cherchant à faire avancer l’idée d’une paix modérée. Hinnerk Bruhns nous renseigne alors sur la position de Weber dans le champ intellectuel de l’époque : Weber, économiste éminent de 52 ans, est cependant peu connu du grand public, bien qu’il dispose d’un réseau politique étendu (p. 11-12). De plus, à la différence de nombre de ses collègues, Weber n’a pas pris part au Manifeste des 932 de 1914 et s’est donc peu exprimé sur le conflit depuis son lancement, sauf pour faire part d’une forme d’enthousiasme devant la guerre « grande et merveilleuse » (p. 14) alors qu’il se porte immédiatement volontaire pour servir au front3. Le discours s’inscrit dans le contexte d’un débat animé autour des buts de guerre de l’Allemagne, débat qui est d’ailleurs tabou aux yeux du gouvernement allemand. Ce texte doit aussi se comprendre au regard de l’engagement personnel de Weber dans cette guerre. Loin de faire appel à l’émotion pour s’adresser à son public, le sociologue se donne pour but de poser les bases d’une « réflexion politique indispensable sur la réorganisation politique et sociale de l’Allemagne après la fin de la guerre » (p. 19-20). À ce titre, en intellectuel mais aussi en fervent patriote, il met en avant trois enseignements à tirer de ces premières années de conflit mondial. Tout d’abord, il cherche à s’opposer à une idée reçue, selon laquelle les intérêts économiques domineraient le monde, et seraient a fortiori à l’origine du déclenchement du conflit. Weber défend ensuite le rôle supposé de l’industrie allemande dans l’issue de la guerre, celle-ci étant engagée dans une transition d’un capitalisme agraire vers un capitalisme industriel notable. Enfin, et surtout, Weber tire un enseignement de la guerre, de nature proprement sociologique : elle a démontré l’importance de la notion de Nation à côté de celle d’État, allant à l’encontre de la culture intellectuelle allemande faisant de l’État la valeur suprême. Elle est alors présentée comme une guerre de défense, pouvant permettre l’accélération nécessaire de la fondation de la Nation, encore inachevée dans l’Allemagne née de l’époque bismarckienne. Ce dernier point permet finalement à Weber d’aborder la question des buts de guerre, pourtant présentée comme taboue à l’ouverture du discours. Au-delà des questions de frontières, le cœur du problème est bien la constitution d’une puissance allemande reconnue comme telle par les autres puissances, afin qu’elle puisse garder son indépendance et défendre sa culture (p. 22). Max Weber n’hésite alors pas à présenter le conflit comme une « guerre sainte d’un peuple qui lutte pour sa survie » (p. 89), reprenant à son compte les accents les plus durs de la propagande allemande, comme le note très justement Hinnerk Bruhns (p. 27).

3Le deuxième discours, prononcé à Munich trois mois plus tard, le 27 octobre 1916, porte sur la situation de l’Allemagne dans la politique mondiale et reprend les précédentes thématiques. Renouvelant son refus d’une politique guidée par les émotions, il lance un appel aux valeurs morales, voire chevaleresques. La guerre, nous dit-il, est un affrontement sur le champ d’honneur, dont dépend en retour l’honneur de la nation allemande. Il conclut son discours par la formule suivante : « il nous faut être un État puissant, parce que sinon nous aurions honte devant l’histoire de ne pas en être un » (p. 99). En ce sens, Weber n’hésite pas à analyser la guerre « comme une accélération inouïe du processus de rationalisation et de mécanisation » (p. 28), alimentant la prétention des États belligérants au prestige dans la compétition des bureaucraties européennes.

4Le troisième discours, prononcé après la guerre, traite du thème alors brûlant en Allemagne de « la culpabilité du déclenchement de la guerre ». Comme l’analyse finement Hinnerk Bruhns, les questions qui préoccupent le plus Max Weber concernent la situation de l’Allemagne à l’issue de la guerre. Ainsi, il dénonce vivement les « littérateurs » (p. 103) qui véhiculent largement l’idée de la culpabilité de l’Allemagne, et prend ainsi fait et cause pour la déclaration d’Heidelberg, émise par des universitaires qui s’opposent à la publication par le gouvernement allemand de textes faisant état d’une responsabilité de l’Allemagne dans la marche vers la guerre. Cependant, il ne s’adresse pas ici seulement aux Allemands, mais aussi aux Alliés en train de négocier les conditions de la paix, en reprenant au cas par cas ce qu’il estime être les responsabilités de chacune des autres puissances, à commencer par la Russie tsariste. Pour Weber, « c’est bien son comportement qui fut décisif dans le déclenchement de la guerre » (p. 107-108). Si Max Weber ne cache pas pour autant ses critiques vis-à-vis de la politique nationaliste allemande, notamment dans le cas de la violation de la neutralité de la Belgique (p. 111), le lecteur trouve en ces lignes un Max Weber à la fois patriote, mais aussi lucide sur les conséquences potentielles de la paix à venir.

  • 4 Dans ces discours, il promettait à l’humanité toute entière un « froid polaire d’une obscurité et d (...)

5Ainsi, au fil du quatrième discours, prononcé à Heidelberg le 1er mars 1919, cette même grille d’analyse est utilisée à propos de l’appartenance économique de la Sarre à l’Allemagne. Son argumentaire vise à montrer l’interdépendance économique de la Sarre et de l’Allemagne, justifiant ainsi l’appartenance politique de la Sarre à l’Allemagne (p. 122-123). En analyste politique ensuite, Weber rebondit à nouveau sur la question de la culpabilité du déclenchement de la guerre, en la mettant dos à celle de la « responsabilité de l’avenir » (p. 128), qui, dit-il, incombe cette fois-ci uniquement aux vainqueurs. Il conclut ainsi son discours de cette façon : « ce qui est absolument certain, c’est que nos ennemis porteront seuls devant l’histoire la responsabilité de ce qui se passe maintenant : de cette paix lourde de manquements à l’objectivité et de fuites devant les responsabilités » (p. 129), et en appelle finalement au « tribunal de l’avenir » (p. 129). Prononcé quelques mois avant la signature du traité de Versailles, et à peine un an avant la mort du sociologue, ces paroles prophétisent à l’Allemagne une « glaciale et ténébreuse nuit polaire » également annoncée dans ses discours plus connus, rassemblés dans Le savant et le politique4. Il complète ainsi sa théorie sociologique de la responsabilité en politique, en l’élargissant à la question de la responsabilité des décideurs politiques devant l’histoire.

6Nous noterons enfin que la présentation critique des quatre discours replace précisément et pertinemment chacun d’entre eux dans leur contexte politique, mais aussi au sein de l’œuvre de Weber. De plus, elle ne manque pas de présenter rigoureusement l’histoire des manuscrits eux-mêmes et les évènements ayant permis leur traduction et leur redécouverte contemporaine. Tout au long de sa présentation, le souci d’Hinnerk Bruhns est de tirer l’enseignement proprement sociologique de chacun de ces discours. Un premier enseignement concerne l’organisation bureaucratique rationnelle, que la guerre permet d’accélérer largement selon Weber (p. 40), et ouvre une réflexion sur les manières de moderniser socialement, économiquement et politiquement l’Allemagne de l’après-guerre. De plus, Weber analyse l’effet de la guerre sur les sociétés politiques modernes : celui de concurrencer l’éthique religieuse, le sacrifice des combattants ayant pour effet de fortifier la constitution encore hésitante de la nation allemande (p. 47-48 et p. 51). Enfin, dans son épilogue, Hinnerk Bruhns cherche à replacer ces écrits wébériens au cœur des débats qui animent depuis près d’un siècle sociologues et historiens sur les positionnements politiques de Weber au sujet de la démocratie, de la nation et enfin de la politique de puissance (p. 58-59). Il dresse d’abord à grands traits les termes du débat qui a opposé Raymond Aron et Adolf Arndt, ou encore Hannah Arendt, sur le nationalisme de Max Weber et sa conception de la puissance, parfois perçue comme annonciatrice des totalitarismes à venir (p. 56). Si Hinnerk Bruhns met en garde contre des interprétations anachroniques et cherche à montrer qu’il y a bien chez Weber un nationalisme, mais non accompagné d’une politique de puissance illimitée (p. 65), on peut cependant regretter qu’il n’aille pas plus loin dans son analyse, cherchant plus à faire la synthèse des différentes interprétations de la théorie wébérienne qu’à apporter sa contribution propre à ce riche débat, encore vif aujourd’hui.

7Ceci mis à part, il convient surtout de saluer une telle publication, qui permet de nourrir le dynamique champ des études wébériennes, dans une édition agréable et dont l’appareil critique, fourni et commode d’usage, permet de naviguer aisément entre le texte de Weber et la riche présentation critique. Dans le contexte de commémoration du centenaire de la Grande Guerre, cette parution apporte une pièce nouvelle à la foisonnante histoire des intellectuels en guerre.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Max Weber, Le savant et le politiqueUne nouvelle traduction, La Découverte, 2003, Préface de Catherine Colliot-Thélène.

2 Le Manifeste des 93, signé par des intellectuels et universitaires allemands en août 1914, nie les accusations d’exactions portées contre l’armée allemande depuis le début du conflit.

3 Weber fut alors en charge de la direction des hôpitaux militaires à Heidelberg.

4 Dans ces discours, il promettait à l’humanité toute entière un « froid polaire d’une obscurité et d’une dureté glaciale ». Voir Max Weber, Le savant et le politiqueUne nouvelle traduction, La Découverte, 2003, Préface de Catherine Colliot-Thélène, p. 205.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Blaszkiewicz-Maison, « Max Weber, Discours de guerre et d’après-guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19817

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page