Navigation – Plan du site

Michel Lallement, Logique de classe. Edmond Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale

Rémi Rouméas
Logique de classe
Michel Lallement, Logique de classe. Edmont Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale, Paris, Belles Lettres, coll. « L'histoire de profil », 2015, 376 p., ISBN : 978-2-251-90013-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, (...)
  • 2 Bernard Lahire, « Préface » à Edmond Goblot, Ibid, p. 8.

1« Nous ne serons jamais assez reconnaissants à la Révolution de nous avoir donné l'égalité civile et l'égalité politique. Elle ne nous a pas donné l'égalité sociale ». Ce sont là les premiers mots d’Edmond Goblot dans La barrière et le niveau1. Comment comprendre qu’un philosophe, commençant sa carrière à la fin du XIXe siècle et spécialiste de logique, entreprenne de réaliser un essai de sociologie traitant de la bourgeoisie française, et que ce même ouvrage soit considéré comme l’une de « ces œuvres majeures qui ont exercé une influence souterraine très puissante sur la sociologie française de l’éducation et de la culture des années 1960-1970 »2 ? C’est la question que se pose Michel Lallement dans Logique de classe. Edmond Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale. Son ambition n’est pas seulement de faire la biographie d’Edmond Goblot, mais plutôt de comprendre pourquoi ce philosophe « s’est fait » sociologue, et d’analyser les conditions de production de cette œuvre à part parmi ses legs, en prenant au sérieux « l’articulation entre le parcours biographique d’E. Goblot et son œuvre » (p. 12). La sociologie du travail de Lallement est mobilisée dans cet ouvrage biographique, elle lui permet d’éviter l’écueil d’une focalisation sur l’œuvre ou l’auteur. Au contraire, il étudie conjointement l’auteur, le contexte et l’œuvre. Ce point de vue englobant facilite la compréhension de l’ouvrage et, surtout, permet de comprendre pourquoi ce spécialiste de morale et de logique s’est penché sur la bourgeoisie.

2Michel Lallement commence par analyser sociologiquement la trajectoire de Goblot. De fait, le modèle de socialisation familiale délivré par la famille du philosophe n’a pas toujours coïncidé avec la socialisation propre à son parcours scolaire et professionnel. Après être entré dans le détail de son ascendance, Michel Lallement nous fait découvrir un enfant intellectuellement précoce, que la mère ne manque pas de faire travailler trois heures par jour pendant les vacances, ce qui explique à la fois le goût qu’il prend pour le travail et les progrès qu’il réalise. Ce fort investissement scolaire, dans un contexte de promotion du professorat à la fin du XIXe siècle, permet une ascension sociale, recherchée par sa famille de petits bourgeois en quête de reconnaissance et de respectabilité, ascension qui culmine avec l’obtention du baccalauréat. Il lui faut s’y reprendre à trois reprises pour devenir normalien. Michel Lallement nous donne les détails de ces années de préparation grâce à l’échange épistolaire régulier que Goblot entretient avec sa famille. Pour sa troisième année, Edmond intègre le lycée Henri-IV, c’est pour lui l’année de la maturité : son poste d’auxiliaire responsable de la surveillance des élèves lui fait découvrir un autre monde, dans lequel il adopte pour la première fois la posture d’enseignant, ce qui n’est pas sans effets sur sa vocation professionnelle. Son statut de normalien enfin acquis, Goblot passe de l’autre côté de la « barrière ».

  • 3 Edmond Goblot, Justice et liberté, Paris, Alcan, 1902, p. 11.
  • 4 Émile Durkheim, Leçons de sociologie. Physique des mœurs et du droit, PUF, Paris, 1950.

3À la fin du XIXe siècle, Goblot entame deux thèses, dont l’une porte sur la classification des sciences. Il y défend l’idée que les sciences expérimentales, aussi bien que la sociologie et la psychologie, suivront le chemin tracé par les mathématiques en termes de rationalité. Bien qu’il la considère comme peu avancée, Goblot ne néglige pas la sociologie et va même jusqu’à conclure que, la science étant un phénomène social, la logique est une branche de la sociologie. Michel Lallement note que cet adoubement de la sociologie par un philosophe n’est pas usuel à cette époque. Mais Goblot, comme Durkheim, était positiviste : le rationalisme qui se répand en histoire, en psychologie et en sociologie ne manque pas d’attirer certains philosophes, dont Goblot qui participe à ce rapprochement entre science et philosophie. La proximité de sa pensée avec celle de Durkheim, son ancien camarade à l’École Normale Supérieure, est réelle dans certains domaines ; les propos suivants de son ouvrage de morale Justice et liberté : « Nous devons tout à autrui. Nous ne sommes nous-mêmes que ce qu’on nous a faits. Nous ne nous appartenons pas »3, résonnent avec les principes fondamentaux de la sociologie durkheimienne. À titre d’exemple, le sociologue en use comme argument pour dénoncer le caractère inégalitaire du patrimoine hérité, ce qu’il formule ainsi : « On dit que nous devons avoir la libre disposition des produits de notre travail (…). Rien n'est plus contestable. Nous ne nous appartenons pas tout entier ; nous nous devons à autrui, aux groupes divers dont nous faisons partie »4.

4Dans un second temps, Michel Lallement se penche sur la carrière de Goblot, d’abord enseignant en lycée de province (il refuse délibérément d’enseigner dans la capitale) puis professeur à l’université de Lyon. L’auteur propose une analyse de correspondances pour faire l’examen des appréciations portées par les responsables hiérarchiques au sujet de Goblot. Cette représentation statistique permet d’appréhender conjointement les manières d’enseigner de Goblot et la réputation qu’il a auprès de ses collègues, et cela tout au long de sa carrière. On y découvre notamment un professeur savant, subtil, dévoué autant à ses élèves qu’à des causes extra-scolaires. En effet, l’un des nombreux intérêts de l’ouvrage de Lallement est de donner à voir l’engagement politique d’un philosophe de la IIIe République, par exemple durant  l’affaire Dreyfus, sa défense de la laïcité, ou encore ses écrits réformistes contre les dérives de son temps (alcoolisme, prostitution, etc.).

  • 5 Edmond Goblot, « Les classes et la société », Revue d’économie politique, XIIIe année, 1899, p. 30- (...)
  • 6 Edmond Goblot, La barrière et le niveau, p. 7.
  • 7 Ibid, p. 39.

5Enfin, l’auteur se penche sur le travail de Goblot sur la bourgeoisie et défend l’idée selon laquelle ce spécialiste de logique ne s’est pas mué accidentellement en sociologue. Dès 1899, Goblot se penche sur les stratégies de barrière et de niveau5. Son objectif est explicite : appliquer au social ses théories de logicien, et comprendre par-là les discours que la bourgeoisie élabore pour persuader l’ensemble de la société qu’elle est une classe sociale. Ainsi, l’ambition réelle de Goblot dans La barrière et le niveau n’est pas seulement de faire le portrait d’un groupe social, ni d’en montrer les stratégies de distinction, mais de travailler « sur le processus de classification que, collectivement, les bourgeois mettent en œuvre en produisant des jugements de valeur destinés à convaincre de l’existence de caractères importants » (p. 240). C’est pourquoi Goblot met au premier plan le caractère symbolique des classes sociales et non leur position dans le processus de production comme le fait le matérialisme marxiste. Le titre de son ouvrage signifie que toute démarcation sociale est à la fois barrière et niveau, c’est-à-dire qu’elle est à la fois un obstacle pour le plus grand nombre et un caractère commun à ceux qui passent la barrière : « l’égalité dans la classe est condition de la supériorité de classe »6. Ce critère donne lieu à une injonction paradoxale selon Goblot, à savoir qu’il s’agit pour la bourgeoisie de ne pas être comme tout le monde (barrière) et d’être comme tout le monde au sein de la bourgeoisie (niveau). Par ses jugements de valeurs, la bourgeoisie institue, fait exister quelque chose qui n’existe pas, une mystique : une classe d’égaux unie par une qualité commune. Pour imposer l’illusion de cette dernière, la bourgeoisie multiplie le recours à des critères tels que la richesse, les professions, la morale, l’éducation intellectuelle, le goût esthétique, dont Goblot démontre tour à tour le caractère illogique. Goblot prête donc attention aux signes superficiels qui participent du travail distinctif de la bourgeoisie vis-à-vis des autres strates sociales (costumes, langage, manières), c’est dans ce cadre qu’il élabore une réflexion sur la mode. Elle constitue à ses yeux un phénomène de domination: « Nous ne sommes pas du tout libres de nous habiller comme il nous plaît. Cette contrainte que le milieu social exerce sur l’individu (…) règle les détails les plus minutieux de notre vêtement avec une exigence plus tyrannique qu’elle ne règle les actions de notre vie »7. La mode sert de « barrière mouvante » à la bourgeoisie et dès qu’elle est imitée, « les bourgeois doivent troquer l’ancien contre le nouveau : pour préserver la distance » (p. 224), mais la mode est aussi un niveau, c’est pourquoi le raisonnement bourgeois confond originalité et excentricité.

  • 8 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Voyage en grande bourgeoisie, PUF, 1997, chapitre 4.

6 Cet ouvrage a le double mérite d’entrer dans le détail de la vie peu connue d’un auteur incontournable et d’expliquer sociologiquement la production d’une œuvre. Cela permet d’aborder à nouveaux frais le contenu de celle-ci, d’autant qu’il est encore d’actualité. Ces manières de faire propre à la bourgeoisie ne se sont pas éteintes, contrairement aux prédictions de Goblot, les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot en sont une illustration, notamment lorsqu’ils se penchent sur les « mises en scène » du bourgeois qui ont leur propre symbolique. L’art de la conversation, de la courtoisie et des bonnes manières, voilà autant de pratiques qui tendent à marquer une distance de classe entre enquêtés et enquêteurs durant les entretiens que réalisent ces deux sociologues8.

Haut de page

Notes

1 Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Presses universitaires de France, coll. « le lien social », 2010 (1ère éd. 1925).

2 Bernard Lahire, « Préface » à Edmond Goblot, Ibid, p. 8.

3 Edmond Goblot, Justice et liberté, Paris, Alcan, 1902, p. 11.

4 Émile Durkheim, Leçons de sociologie. Physique des mœurs et du droit, PUF, Paris, 1950.

5 Edmond Goblot, « Les classes et la société », Revue d’économie politique, XIIIe année, 1899, p. 30-60.

6 Edmond Goblot, La barrière et le niveau, p. 7.

7 Ibid, p. 39.

8 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Voyage en grande bourgeoisie, PUF, 1997, chapitre 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Rouméas, « Michel Lallement, Logique de classe. Edmond Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19819

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page