Navigation – Plan du site

Gaspard Lion, Incertaines demeures. Enquête sur l’habitat précaire

Laurie Daffe
Incertaines demeures
Gaspard Lion, Incertaines demeures. Enquête sur l'habitat précaire, Paris, Bayard, 2015, 230 p., ISBN : 978-2-227-48850-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En milieu d’ouvrage, une dizaine de photos illustrent ces habitations.

1Si les causes structurelles de la crise du logement en France s’avèrent peu ou prou claires (arrêt de la politique d’aide à la pierre, libéralisation du secteur du logement, etc. cumulés à la précarisation de l’emploi), la panoplie de réponses qui y sont apportées par les personnes directement touchées reste encore largement opaque. Pourtant, en-dehors de la prise en charge institutionnelle existante – souvent inadaptée et insuffisante – des individus construisent, aménagent, s’installent dans des bois, des campings, des centres-villes. De ces habitats dits « précaires », on ne connaît bien souvent que les couleurs vives des tentes ou les tables en plastique à l’entrée des cabanes et caravanes1, qui se rappellent à notre bienveillance en période hivernale ou lorsqu’un accident est relayé par les médias. Les statistiques, quant à elles, peinent à faire entrer des situations aussi impalpables (discrétion, dispersion, caractère temporaire, etc.), instables (expulsions, destructions/reconstructions régulières, etc.) et contrastées (hôtels meublés, squats, etc.) dans les définitions normatives et homogénéisantes du « logement ».

2En effet, comme le démontre aussi brillamment qu’humblement Gaspard Lion (EHESS, Paris-Descartes), seule une approche « par le bas » permet de traduire la complexité, la diversité et les ambivalences qui traversent ces trajectoires singulières. Ainsi, grâce à une ethnographie multi-située (bois de Vincennes, quartier central de Paris et camping résidentiel de la région parisienne) menée sur cinq années (d’abord sur une base quotidienne puis de manière plus espacée), l’auteur instaure une relation de familiarité avec les quotidiens des enquêté·e·s. Au cours de ses visites et séjours, il se fait donc le témoin autant que l’acteur d’événements heureux et malheureux, et réalise de nombreux entretiens et récits de vie auprès des habitant·e·s, que viennent étayer des sources secondaires (documents administratifs, chiffres officiels, littérature scientifique, etc.). Afin de rendre compte du caractère dynamique et contextuel des discours, l’auteur adopte, à l’instar de C. Grignon et J-C. Passeron, une « double perspective […] attentive aussi bien aux rapports symboliques et matériels de domination qu’aux sphères d’autonomie relative et au déploiement de capacités d’adaptation et de résistance » (p. 22). De cette manière, Gaspard Lion cherche à décentrer les regards tout en évitant les stéréotypes et le misérabilisme habituellement imposés à ces situations.

3L’ouvrage repose d’ailleurs sur deux postulats à contre-courant des visions communément admises dans les politiques et parcours de « relogement ». D’une part, tout individu est nécessairement inclus quelque part ou, en d’autre termes, aucun individu n’est « exclu » dans l’absolu : ils occupent « seulement des places différentes dans le cadre d’une société profondément inégalitaire, structurée par des rapports de classe » (p. 19). D’autre part, tout aussi précaires qu’ils soient, ces lieux n’en sont pas moins « habités » : on y dort, on s’y repose, on y stocke des affaires autant qu’on y construit des souvenirs, des émotions, des « potentialités d’actions » (p. 22). Cette approche par l’habiter permet non seulement de mettre en évidence la dimension active et positive des habitations, mais aussi de dépasser une vision fonctionnaliste du « chez soi » : ainsi, « on peut tout à fait habiter sans logement tout comme on peut être logé sans habiter réellement l’espace en question » (p. 23).

4Une fois l’introduction campée, l’auteur adopte un récit à la première personne du singulier, témoignant de la méthode utilisée et de sa démarche impliquée. Mais ce sont bien les habitant·e·s de cabanes dans les bois de Vincennes (première partie), de tentes dans un quartier central de Paris (deuxième partie), et de caravanes dans un camping à l’année de la région parisienne (troisième partie), qui ont voix au chapitre. Gaspard Lion rencontre de la sorte l’objectif principal qu’il s’est donné : « redonner place, corps et voix, à ceux et à celles que l’on refuse trop souvent d’écouter parce que leur présence est une critique radicale de l’urgence sociale et plus largement des politiques du logement. » (p. 26).

  • 2 Bien que chaque partie forme un tout cohérent et examine en détails les différentes facettes (intim (...)

5Dans cette logique, ce sont les portraits des habitant·e·s qui font émerger les thématiques autour desquelles chaque partie est articulée : « le chez soi en situation limite » pour la première partie, « négocier sa place » dans la seconde et « le “mal-logement” au prisme des trajectoires habitantes » dans la dernière. Soulignons que le cadre théorique lui-même n’empiète pas sur la parole des protagonistes : les références bibliographiques, nombreuses, récentes mais modérément développées, trouvent leur place en notes de bas de page. Ce choix d’écriture permet de conjuguer théorie et empirie, interprétations et faits de manière convaincante, tout en démontrant le caractère généralisable des cas particuliers présentés.2

  • 3 A ce sujet, voir Paquot, T., « Introduction. “Habitat”, “habitation”, “habiter”, précisions sur tro (...)

6D’abord et avant tout, la contribution de l’ouvrage à une sociologie de l’habiter3 est notable. Les situations étudiées démontrent en réalité toute la dimension dynamique et relative de l’« habiter » et de l’« habitable » : replacés dans le continuum des trajectoires et lieux de vies successifs des individus, ces habitats font mentir les normes standardisées de confort, de besoins, ainsi que l’utilisation par les pouvoirs publics de catégories telles que celle d’« indignité ». Ainsi, l’auteur invite à considérer les choix et préférences résidentiels dans une perspective « qui tienne compte à la fois des expériences socialisatrices passées, des contextes de contraintes objectives dans lequel [sic] elles prennent place, et du rapport entre présent et futur qui se joue dans ces existences précarisées » (p. 203).

7On pressent à quel point l’habiter dépasse les « “quatre murs” des intérieurs domestiques » (p. 24) et met en exergue des dimensions à la fois sensible et politique. Ainsi, la simple affirmation « j’habite ici » (dans ces bois, dans cette tente, dans cette caravane) témoigne d’une part de l’« importance des habitudes incorporées dans la façon dont se nouent des relations avec un environnement social et matériel », (p. 24) et d’autre part d’une « manière de s’affirmer en tant que sujets politiques autonomes à part entière » (p. 26). En effet, ces habitats sont rarement reconnus comme tels par les acteurs publics ; les expulsions, interdictions et destructions s’enchaînent, face auxquelles leur caractère d’habitats « indignes » exclut leurs occupant·e·s du droit commun et des protections auxquelles il donne accès. Dénier cette qualité de « chez soi » revient donc à disqualifier ces habitant·e·s, les plaçant en victimes autant qu’en coupables, « dépossédés de leur capacité à évaluer ce qui est adapté ou inadapté à leur situation, au vu de leurs chances objectives de retrouver un logement » (p. 205).

8Par conséquent, ces actes d’habiter constituent pour l’auteur « une forme d’“infrapolitique”, de lutte et de résistance discrète pour la mise en œuvre d’un droit au logement que la société ne permet pas de satisfaire » (p. 25). Effectivement, du début de l’ouvrage jusqu’à sa fin, on ne peut qu’être frappé par le manque de solutions disponibles à long terme, salubres et bon marché dans les circuits « officiels ». Tous les individus rencontrés au fil des pages s’y sont heurtés, cela tout en étant soumis à des mesures toujours plus coercitives cachées derrière des arguments compassionnels. À cet égard, Gaspard Lion prend position, affute son propos, et résume ainsi la lourdeur de la situation : « Nouvelles formes d’enfermement des pauvres, ces politiques masquent de la sorte mal leur fonction policière, de restauration de l’ordre public mais aussi d’imposition d’une norme de logement qui est celle des dominants. Comme les herbes folles, les habitats spontanés défient les lois de la planification urbaine et les rapports de domination politique ; les “invisibiliser” ou les raser n’est au final qu’une manière de les rendre illégitimes, de faire rentrer dans le rang ces habitants trop indociles » (p. 207).

9Finalement, c’est un véritable droit au logement et à l’autodétermination en faveur desquels plaide l’auteur. Il insiste d’abord sur l’urgence d’une construction massive de logements financièrement accessibles, car « tout est fait comme si le problème ne concernait qu’une poignée de personnes très exclues […]. Tout se passe comme si l’État avait abandonné tout projet de régulation globale de l’offre de logements pour se contenter de “colmater les brèches” » (p. 209). En attendant la livraison de ces logements, Gaspard Lion insiste ensuite sur l’importance que soient reconnus les habitats précaires par les pouvoirs publics, afin de garantir les droits et protections de leurs habitant·e·s eu égard aux abus qui ont actuellement cours. Cette reconnaissance va également dans le sens d’un droit à l’habitat choisi, qui permet à chacun de « déterminer le caractère décent ou non de son habitat, selon ses besoins et alternatives en présence » (p. 215). Enfin, de manière générale, cet ouvrage interroge la possibilité d’expérimenter à l’heure actuelle « de nouveaux modes d’habiter, de nouveaux styles de vie, qui ne correspondent pas à la “vision normative du logement” » (p. 215).

  • 4 Michel Agier, Anthropologie de la ville, Paris, Presses Universitaires de France, 2015, p. 30.

10Pour notre part, nous pensons que les études consacrées aux habitats précaires, temporaires, alternatifs ou choisis demeurent encore trop rares ou maladroitement menées (folklorisantes, misérabilistes, homogénéisantes, militantes, etc.) malgré la priorité que représente cette thématique. En parvenant à rendre la complexité des « racinements » qui se créent « aux frontières de l’achevé, de l’établi, de l’ordonné, du centre et du dominant »4 Gaspard Lion nous propose donc une contribution précieuse à la compréhension d’actes d’habiter parfois tolérés, souvent négociés, mais de plus en plus menacés.

Haut de page

Notes

1 En milieu d’ouvrage, une dizaine de photos illustrent ces habitations.

2 Bien que chaque partie forme un tout cohérent et examine en détails les différentes facettes (intimité, fabrique des compétences précaires, relations de voisinage, dynamiques de distinction, etc.) des thématiques et situations citées ci-dessus, nous choisissons pour ce compte-rendu de mettre uniquement en évidence les apports et argumentaires transversaux de cet ouvrage.

3 A ce sujet, voir Paquot, T., « Introduction. “Habitat”, “habitation”, “habiter”, précisions sur trois termes parents », in Paquot, M. ; Lussault, M. et Younes, C. (dir.) (2007). Habiter, le propre de l’humain. Villes, territoires et philosophie. Paris, La Découverte, p. 7-16.

4 Michel Agier, Anthropologie de la ville, Paris, Presses Universitaires de France, 2015, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurie Daffe, « Gaspard Lion, Incertaines demeures. Enquête sur l’habitat précaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19833

Haut de page

Rédacteur

Laurie Daffe

Doctorante FRESH (FNRS). Laboratoire d'Anthropologie Prospective, Université catholique de Louvain. Étude de la place de l'habitat fluvial (bateaux-logements, péniches habitées, barges flottantes) dans le processus de reconversion d'anciennes zones industrielles en Wallonie et à Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page