Navigation – Plan du site

Marie-Claude L’Huilier & Anne Jollet (dir.), Guerre et paix. Troisièmes rencontres d’histoire critique

Alice Voisin
Guerre et paix
Marie-Claude L'Huillier, Anne Jollet (dir.), Guerre et paix. Troisièmes rencontres d'Histoire critique, Paris, L'Harmattan, coll. « Histoire, Textes, Sociétés », 2015, 256 p., ISBN : 9782343074238.
Haut de page

Texte intégral

1Les 28, 29 et 30 novembre 2013, se sont tenues à Gennevilliers les Troisièmes rencontres d’Histoire critique, organisées par les Cahiers d’Histoire : Revue d’histoire critique et l’Université populaire 92, visant à un « travail de mémoire et d’éducation populaire » (p. 4) sur le thème « Guerre et paix ». Elles ont donné lieu à cet ouvrage collectif dirigé par Marie-Claude L’Huillier, et Anne Jollet, spécialistes respectivement du discours politique dans la Rome impériale et de la Révolution française.

2Le thème choisi est assez vaste pour donner lieu à des contributions variées abordant la question des relations entre la guerre et la paix, dans des espaces allant de la France au Vietnam en passant par l’Algérie et l’Égypte, de l’Antiquité romaine à nos jours. Ces contributions offrent une réflexion sur ces notions complexes, interrogées à travers l’analyse des prises de décision des gouvernants, mais surtout celle du choix des peuples de prendre les armes. Pour cela, elles s’appuient sur des études de cas et s’inscrivent dans la lignée d’un renouvellement, amorcé dans les années 1990, de l’historiographie de la guerre et de la paix. L’histoire qui s’écrit depuis lors n’est plus une histoire « d’en haut » ; elle ne se limite pas aux discours dominants mais au contraire interroge les aspects de l’histoire et/ou de la mémoire qui ont souvent été oubliés, à l’échelle des individus. Suivant cette logique, les différentes contributions tendent à montrer comment les questions de guerre et de paix sont indissociables de pratiques politiques et sociales, et ce à travers un ensemble d’interrogations, notamment : comment éviter la guerre ou au contraire l’accepter et comment construire la paix ? Le propos est organisé en cinq parties : les rapports entre histoire et mémoires, les mouvements pacifistes, les Résistances durant la Seconde Guerre mondiale, la diplomatie et les guerres coloniales.

  • 1 Metahri Nassima, « Que pourrais-je répondre à Amira », Lexpérience traumatique, Naqd, n° 18, 2003, (...)

3L’ouvrage s’ouvre avec la question des traces laissées par les conflits dans les sociétés. Plus précisément, ce sont les mécanismes mémoriels qui sont interrogés. Deux problématiques principales se dégagent des quatre communications de cette partie. Tout d’abord, il faut souligner la pluralité de ces mémoires. Eric Fournier montre, à travers le cas de la guerre civile en France, une mémoire nationale évolutive qui aurait connu trois phases successives depuis la Commune : entre 1871 et 1914, durant l’entre-deux-guerres et enfin après la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, « l’histoire des mémoires de la Commune, comme tout objet d’histoire, n’a rien de linéaire, de monolithique, et les rythmes, les temporalités, s’entrecroisent, se chevauchent, coexistent dans la tension » (p. 35). Il faut différencier la mémoire des vainqueurs et celle des vaincus. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, les Républicains conservateurs ou modérés qui parviennent au pouvoir cherchent à se donner une image pacificatrice pour faire oublier les violences de l’armée versaillaise. De leur côté, les vaincus adoptent une position à la fois héroïque et critique vis-à-vis de leur défaite. Glorifiant leur combat, ils tentent de comprendre les raisons de cette défaite. Le second problème est celui de la confrontation de ces mémoires avec l’histoire officielle. Le travail de Daho Djerbal sur l’Algérie post-coloniale traduit particulièrement bien ce conflit : « D’un côté la réappropriation du passé par le témoin ou l’acteur, de l’autre la réappropriation de ce même passé par l’historien » (p. 21). Il montre les « mécanismes de l’oubli » à l’œuvre, à l’échelle individuelle, et donc le caractère subjectif du travail de la mémoire. Notamment, le « pacte dénégatif » – concept élaboré par le Dr. Nassima Metahri1 – est une stratégie de survie, de reconstruction, que des victimes peuvent déployer entre elles pour occulter des événements traumatisants.

4La question des luttes pour la paix et des pacifismes fait l’objet de la deuxième partie. Elle s’inscrit ici plus largement dans une histoire des mouvements sociaux, d’une part, et dans une histoire du genre, d’autre part. Les études sur ces thématiques se font à l’échelle des groupes sociaux ou des individus, pour montrer que l’opposition à la guerre ne prend pas toujours la même forme et qu’elle a au contraire de multiples visages, selon les contextes historiques, sociaux, politiques voire économiques. Les luttes pour la paix sont d’abord envisagées à travers des corps de métiers bien particuliers, comme celui des instituteurs dans l’entre-deux-guerres, analysé par Jacques Girault, ou celui des ouvrières de la manufacture d’armes de Châtellerault après la Seconde Guerre mondiale, étudié par Marie-Claude Albert. Ces femmes participent à l’économie de guerre et ont donc une implication réelle dans le phénomène guerrier. Mais l’historienne s’interroge aussi sur la singularité des actions féminines telles que la création d’un Comité de la paix au sein de la manufacture. Elle affirme que celles-ci « sont favorables à l’unité d’action et à l’esprit de négociation plus qu’aux rapports de force » (p. 76). Souvent mères de soldats, ces femmes ont été particulièrement touchées durant la guerre d’Algérie. De manière plus générale, ce mouvement féminin se distingue par des préoccupations sociales et non purement politiques, associant la paix au progrès social. Marie-Claude Albert est rejointe dans cette approche par le genre par Isabelle Vahé qui, quant à elle, livre un travail de microhistoire avec sa biographie de la féministe pacifiste Jeanne Mélin (1871-1964).

5La troisième partie s’intéresse aux Résistances en Italie et en Grèce durant la Seconde Guerre mondiale. Roberto Colozza et Joëlle Fontaine font bien une histoire des deux mouvements de résistance durant le conflit mais ils s’intéressent surtout à leurs postérité. Ils soulignent, qu’à la différence de ce qui se passe en France, ces mouvements ne s’inscrivent pas dans une mémoire unanime et font au contraire l’objet de nombreux clivages. Roberto Colozza résume ainsi cette ambivalence en Italie : « Héros, rebelles, patriotes, terroristes, l’ambiguïté statutaire des résistants en a fait un objet mémoriel difficile à saisir et à définir. D’où la coexistence de mémoires hétérogènes, sur le plan personnel, voire autobiographique, aussi bien qu’à l’échelle institutionnelle » (p. 139). En Grèce, la Résistance est restée considérée comme une entreprise criminelle jusqu’en 1974 et ne bénéficie encore aujourd’hui d’aucune commémoration. La mythification est une caractéristique de la Résistance italienne dont la pluralité des mémoires s’exprime après la guerre, rappelant la mémoire de la Commune étudiée par Eric Fournier. À l’inverse, c’est l’absence de mémoire collective qui distingue la Résistance grecque.

6La quatrième partie, intitulée « Guerre et diplomatie », est consacrée au processus de décision et de fabrication de la paix. Elle s’inscrit plus classiquement dans une approche de la paix par l’histoire diplomatique. En s’appuyant sur des auteurs latins, Ghislaine Stouder étudie le processus de fabrication de la paix dans la République romaine, de l’ouverture des négociations avec l’ennemi jusqu’au vote ou non de la paix par le peuple romain. Démontrant que le Sénat est le véritable « espace de décision de la paix », elle souligne le « caractère aristocratique des institutions romaines » (p. 170). Cette idée est également présente chez Marc Belissa qui étudie la diplomatie au XVIIIe siècle, montrant combien il est paradoxal de la définir comme un « moyen de pacification des rapports entre peuples » (p. 182), quand ceux-ci n’ont en réalité aucun droit de regard sur les alliances politiques. Ainsi, les intérêts en jeu dans la fabrique de la paix, autant économiques que stratégiques, ressortent tout particulièrement des contributions de cette partie.

7L’Afrique subsaharienne et l’Indochine font l’objet de la dernière partie. Si les auteurs traitent tous deux d’espaces coloniaux, ils les abordent de deux façons très différentes. D’une part, Catherine Coquery-Vidrovitch insiste sur les conséquences matérielles, politiques et sociales des guerres sur les colonies d’Afrique subsaharienne, depuis le XIXe siècle. Elle montre comment les guerres mondiales ont été à l’origine de bouleversements qui ont préparé le terrain aux guerres d’indépendance. Ainsi, ce sont des soldats engagés dans le premier conflit mondial, restés en France après l’armistice, qui ont lancé « les premiers mouvements “modernes” de résistance à la colonisation » (p. 215). D’autre part, Alain Ruscio s’interroge sur l’action anticolonialiste en France entre 1856 et 1954. Il remet en cause l’historiographie manichéenne qui divise les Français entre opposants et partisans de la colonisation en Indochine. Cet anticolonialisme est étudié à plusieurs échelles pour en démontrer la complexité : au sein des cercles politiques de gauche mais aussi au niveau des associations, comme France-Vietnam fondée en 1946.

8Les études proposées dans cet ouvrage apparaissent nécessaires pour comprendre que les processus de guerre et de paix sont intrinsèquement liés aux contextes sociaux, politiques, économiques des pays touchés et saisir comment ils se jouent à toutes les échelles. Elles ont recours à des sources très variées ; on peut toutefois regretter que certaines ne soient pas davantage explicitées, comme celles qu’utilise Marc Belissa à propos de la diplomatie au XVIIIe siècle. À l’inverse, Annie Lacroix-Riz, sur la question des relations entre le Vatican et les États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, propose un tableau complet des archives utilisées (correspondances, rapports, télégrammes, etc.). Il peut apparaître surprenant qu’aucune des communications ne soit consacrée aux guerres médiévales, laissant un vide historiographique sur cette période. Les travaux de Nicolas Offenstadt peuvent venir compléter les interventions de ces Troisièmes rencontres d’Histoire critique. De manière plus générale, la part belle est faite à l’époque contemporaine alors que les périodes antérieures sont quelque peu occultées, limitant la possibilité de comparer les différentes périodes. Dans cette perspective, le chapitre sur la diplomatie est particulièrement intéressant parce qu’il permet d’avoir un aperçu des relations internationales, de la période de la République romaine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, en passant par le XVIIIsiècle.

9Cet ouvrage est donc intéressant car il dresse un tableau, certes non exhaustif mais riche malgré tout, de l’état actuel de la recherche sur l’entrelacement des notions de guerre et de paix. Il est traversé par la problématique mémorielle, insistant ainsi tout particulièrement sur les réactions des sociétés face aux événements historiques. La richesse de l’ouvrage vient notamment de la diversité géographique qui permet au lecteur d’effectuer des comparaisons et de saisir toute la complexité des processus de guerre et de paix selon les contextes. De plus, s’adressant à un public élargi, ces contributions se veulent en lien étroit avec l’actualité marquée par de nombreux conflits. Au-delà des connaissances historiques que la lecture de cet ouvrage peut apporter, c’est une réflexion sur le présent, une manière de « penser et lutter contre la guerre » qui se dessine.

Haut de page

Notes

1 Metahri Nassima, « Que pourrais-je répondre à Amira », Lexpérience traumatique, Naqd, n° 18, 2003, p. 39-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Voisin, « Marie-Claude L’Huilier & Anne Jollet (dir.), Guerre et paix. Troisièmes rencontres d’histoire critique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19837

Haut de page

Rédacteur

Alice Voisin

Étudiante en master 2 d’histoire contemporaine à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page