Navigation – Plan du site

Vanezia Parlea, « Un Franc parmy les Arabes ». Parcours oriental et découverte de l’Autre chez le chevalier d’Arvieux

Guillaume Linte
"Un Franc parmy les Arabes"
Vanezia Parlea, "Un Franc parmy les Arabes". Parcours oriental et découverte de l'Autre chez le chevalier d'Arvieux, Grenoble, ELLUG, coll. « Vers l'Orient », 2015, 297 p., ISBN : 978-2-84310-309-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Moureau, Le Théâtre des voyages. Une scénographie de l’Âge classique, Paris, PUPS, 2005. G (...)

1Vanezia Parlea, spécialiste de la littérature du XVIIe siècle, est maître de conférences à l’université de Bucarest. Cet ouvrage, qui constitue l’édition remaniée de sa thèse de doctorat soutenue en 2011, développe une approche transdisciplinaire de la question de la « découverte de l’Autre » à l’Âge classique. L’auteure se place ainsi, entre autres, dans la continuité des travaux de François Moureau, Geoffroy Atkinson et Jean-Marc Moura1.

2Le sujet central de l’ouvrage est celui de l’altérité vécue par le chevalier d’Arvieux, voyageur français du XVIIe siècle se rendant en Orient. Plus précisément, Vanezia Parlea entend déterminer « les enjeux et les formes » (p. 12) de sa rencontre avec l’« Oriental », tout en questionnant la possibilité de dépasser le cadre de la pensée occidentale. Le biais choisi pour mener à bien cette enquête est audacieux : étudier les relations qui se nouent entre voyageurs français et Orientaux à l’Âge classique à partir d’une unique source, les Mémoires du chevalier d’Arvieux (1635-1702). Un choix que l’auteure justifie ainsi : « Nous avons [...] considéré que la reconstitution du parcours d’un voyageur unique pouvait rendre compte de la diversité des dynamiques interculturelles propres à l’époque, pourvu que son expérience orientale fût suffisamment longue et riche » (p. 12).

3L’ouvrage est divisé en trois grandes parties. La première, intitulée « Voyages d’une vie, aventures d’une œuvre », s’applique à offrir au lecteur une brève biographie du témoin retenu par Vanezia Parlea. Laurent d’Arvieux, dit chevalier d’Arvieux, est un noble natif de Marseille, qui découvre l’Orient pour la première fois à dix-huit ans. Il est présenté comme un homme curieux, avide de voyages et épris de l’étude des langues orientales. Les évènements les plus importants à noter sont, à l’évidence, les longs séjours de Laurent d’Arvieux dans l’Empire Ottoman. Le premier dure douze années (1653-1665), passées dans l’Est méditerranéen, de Smyrne à Alexandrie, en passant par Sidon, Jérusalem, Gaza ou encore le mont Carmel. Le second, en tant que consul d’Alep, se déroule entre 1678 et 1686. Entre ces deux longs séjours, le chevalier d’Arvieux effectue également plusieurs missions diplomatiques de courte durée, notamment à Tunis et Constantinople.

4Dans le chapitre suivant, l’auteure fait un point sur l’histoire du texte et de sa transmission, en évoquant notamment les différentes versions existantes des Mémoires. Bien que la plus authentique semble être celle d’un manuscrit non autographe conservé à la bibliothèque municipale de Versailles, c’est l’édition de 1735, établie par le père Jean-Baptiste Labat, qui est choisie comme référence. Un choix essentiellement pratique, cette version étant la seule « complète et citée par les rares chercheurs qui s’y sont intéressés » (p. 48). Vanezia Parlea précise toutefois revenir à la version manuscrite quand l’édition de 1735 s’éloigne excessivement du point de vue le plus authentique.

5Après l’énoncé de ces prérequis sur Laurent d’Arvieux et son œuvre, le troisième et dernier chapitre expose l’une des hypothèses fondatrices de cette étude : l’auteure choisit, comme témoin de la rencontre avec l’Autre, un homme qui, par son ouverture d’esprit, son goût des langues orientales et son envie de « comprendre » les cultures du Levant, serait davantage porté dans ses projets par un « désir de l’Autre », que par un « désir de gain » (p. 54).

  • 2 Vanezia Parlea cite notamment Jean Thévenot, Jean-Baptiste Tavernier et Antoine Galland (p. 64).

6La seconde partie de l’ouvrage, « Construction de l’image de soi et de l’autre », développe et analyse certains enjeux liés à l’altérité vécue et observée. Le premier chapitre explore l’une des qualités premières de Laurent d’Avrieux, mais aussi des voyageurs de son temps parmi les plus perspicaces et ouverts à l’Autre2, à savoir la curiosité. Vanezia Parlea voit en effet en d’Arvieux un « voyageur curieux » (p. 64). Cette considération l’amène à se poser la question de ce qu’est la curiosité et à explorer les réalités et formes plurielles qu’elle emprunte. Ainsi, l’auteure distingue trois formes de curiosité : esthétique, épistémologique et « éthique ou dialogique, la voie royale d’accès à l’Autre » (p. 81).

7Le chapitre suivant, qui constitue à lui seul le tiers de l’ouvrage, explore la manière théâtrale avec laquelle les Français se présentent sur la « scène orientale ». Cette mise en scène de soi soulève des interrogations liées au sujet de l’altérité : comment se définir par rapport à l’Autre ? Qui est-il ? Quelles interactions sont envisageables ? Le regard porté sur les Orientaux tout au long des Mémoires permet à l’auteure d’offrir des réponses, notamment en constatant l’évolution et la diversité qu’il recouvre. L’une des principales conclusions tirées de cette analyse est l’« altération » de l’identité du voyageur, conséquence d’un contact prolongé avec l’altérité orientale.

8Ensuite, c’est la mise en scène du voyageur à son retour dans le Royaume qui intéresse l’auteure. Le chevalier d’Arvieux se voit ainsi contraint de jouer sa réintégration dans le « chez-soi », cette « réinsertion » est « à la fois entravée et facilitée par son “orientalisation” » (p. 184) qui en faisait un objet de curiosité à la cour. Vanezia Parlea soulève alors une hypothèse originale quant à l’identité du voyageur : « Laurent d’Arvieux est devenu un être hybride, mêlé, doué cependant d’une capacité d’adaptation que seule une identité incertaine et mouvante comme la sienne peut procurer » (p. 187).

9La troisième et dernière partie de cet ouvrage analyse les « éléments d’une anthropologie orientale ». L’auteure s’intéresse au problème de la connaissance de l’Autre au XVIIe siècle et s’attache à distinguer les différents « ethnotypes » relatifs aux populations citées dans les Mémoires du chevalier d’Arvieux, égrainant pour ce faire les stéréotypes propres aux Turcs, aux Arabes ou encore aux Juifs. Ainsi, sont particulièrement soulevées les difficultés pour le voyageur d’avoir, au-delà de la simple description, une véritable compréhension des cultures de l’Orient. Dans ce cadre, le chevalier d’Arvieux est présenté comme un acteur tout à fait remarquable, capable, grâce à sa personnalité et à la durée de ses séjours en Orient, de proposer des descriptions et des analyses originales et personnelles à propos des différentes sociétés rencontrées. Selon l’auteure, les propos mis en lumières dans ses Mémoires « témoignent ainsi plus d’une fois du dépassement d’une perspective ethnographique vers une approche plus proprement anthropologique » (p. 226).

10Après cette analyse générale, l’ultime chapitre du livre se présente comme une étude de cas. En effet il est entièrement dédié à la rencontre entre Laurent d’Arvieux et un Autre soigneusement choisi : le Bédouin. Certes le Français n’a guère séjourné plus de six mois chez les « Arabes du mont Carmel », entre 1664 et 1665, mais l’auteure a décidé de se focaliser sur cette expérience qui constitue, à ses yeux, un moment charnière du parcours de Laurent d’Arvieux en Orient. Dédier un chapitre entier à cette rencontre se justifie également par l’originalité celle-ci, le XVIIe siècle français « ignor[ant] presque tout des Bédouins » (p. 239).

11Dans son ouvrage, « Un Franc parmy les Arabes ». Parcours oriental et découverte de l’Autre chez le chevalier d’Arvieux, Vanezia Parlea met en lumière une source relativement méconnue de l’histoire des voyages en Orient au XVIIe siècle. La lecture, parfois exigeante, est facilitée par une structure interne limpide et articulée de manière logique. Cette organisation, au service des thèses défendues par l’auteure, permet au lecteur de découvrir le parcours et la personnalité de Laurent d’Arvieux, tout en le replaçant dans son époque, avant de se confronter à une analyse plus approfondie du texte. Ainsi, cet ouvrage permet d’appréhender l’exemple d’un voyageur ayant, partiellement, dépassé l’ethnocentrisme de son temps, grâce à son goût du voyage et sa curiosité pour l’Orient.

Haut de page

Notes

1 François Moureau, Le Théâtre des voyages. Une scénographie de l’Âge classique, Paris, PUPS, 2005. Geoffroy Atkinson, Les Nouveaux Horizons de la Renaissance Française, Paris, Droz, 1935. Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, Paris, PUF, 1998.

2 Vanezia Parlea cite notamment Jean Thévenot, Jean-Baptiste Tavernier et Antoine Galland (p. 64).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Linte, « Vanezia Parlea, « Un Franc parmy les Arabes ». Parcours oriental et découverte de l’Autre chez le chevalier d’Arvieux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19867

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Linte

Doctorant en histoire à l’Université Paris-Est, Centre de recherche en histoire européenne comparée.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page