Navigation – Plan du site

R.J.W. Evans, Guy P. Marchal, The Uses of the Middle Ages in Modern European States

Anouk Canet
The Uses of the Middle Ages in Modern European States
Robert Evans, Guy P. Marchal (dir.), The Uses of the Middle Ages in Modern European States. History, Nationhood and the Search for Origins, Palgrave Macmillan, coll. « Writing the Nation », 2015, ISBN : 9781137428110.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le médiévalisme, voir le récent ouvrage dirigé par V. Ferré, Médiévalisme, modernité du Moyen  (...)
  • 2 Voir notamment E. Hobsbawm, Nations et nationalismes depuis 1780 : programmes, mythe et réalité, Ga (...)

1Inscrit dans une historiographie de la formation de l'idée nationale déjà fournie, l'ouvrage édité par R. Evans et G. Marchal, tous deux spécialistes d'histoire médiévale de l'Europe centrale, arrime la réflexion au phénomène du « médiévalisme » dans les jeunes états européens1. Le point de vue choisi est d'autant plus ambitieux que les auteurs ont volontairement décidé d'écarter de leur étude les grands Etats-nations dont la formation remonte de manière claire au Moyen-Âge, la France, l'Allemagne et l'Angleterre, d'ailleurs abondamment étudiés par de nombreux auteurs, de l'historien E. Hobsbawn à l'anthropologue E. Gellner2. L'hypothèse selon laquelle « l'instrumentalisation du Moyen-Âge a été d'autant plus prononcée que ces pays ne possédaient pas un état propre [their own statehood] » (p. 2) ouvre en fait la voie à une analyse resserrée des processus de nation-building à l'époque contemporaine, au prisme d'un Moyen-Âge suffisamment lointain pour être « stylisé » et suffisamment proche pour entrer dans une continuité historique avec la modernité.

  • 3 Significativement, ce comité, Islando-Danois, a été qualifié de « comité de restauration (skilanefn (...)

2Organisé en quatre parties suivant un découpage régional, Scandinavie, Europe centrale, Benelux et Balkans, l'ouvrage est d'abord l'occasion de se familiariser avec l'histoire médiévale des périphéries de l'Europe. L'ensemble consacré à la Scandinavie et aux Celtes revient notamment sur l'importance des grands textes fondateurs (sagas, chroniques irlandaises, mythologie scandinave), qui, bien qu'objectivement produits d'une aire culturelle dépassant les frontières nationales modernes, ont fait l'objet d'une réappropriation contemporaine de la part des institutions tant culturelles que politiques de chacune des nations concernées. L'article de Guðmundur Hálfdanarson consacré à l'histoire de la restitution des sagas par un « Comité de restauration »3 à l'Islande est particulièrement emblématique à cet égard. Le retour sur leur sol natal des manuscrits des sagas islandaises représente à la fois la réintégration de l'Islande dans un espace mental européen en tant que « génératrice de culture européenne », et sa singularisation à la fois de l'occupant danois et de la mère-patrie norvégienne qui a fourni aux rédacteurs des sagas la matière de leurs histoires. Dans l'Irlande du XVIIe siècle, c'est aussi la publication londonienne de l'Expugnatio Hiberniae, chronique galloise du XIIe siècle à forte tonalité anti-irlandaise, qui stimule le développement d'un courant historiographique irlandais qui promeut l'image d'une île « of saints and scholars ».

3Au Benelux, et particulièrement aux Pays-Bas et en Belgique, la promotion du Moyen-Âge se noue là où la cohésion nationale moderne est la plus fragile, autour des questions religieuses d'une part et de l'influence culturelle et politique des plus grands États environnants. En Belgique et aux Pays-Bas, le statut historique accordé à la Contre-Réforme fait ainsi l'objet de deux utilisations opposées : synonyme de la fin de la « grandeur » pour la première, début de l'histoire nationale pour la seconde. Cette fracture transparaît jusque dans les politiques urbaines des deux pays, où la construction du néo-gothique Rijksmuseum fait l'objet d'intenses débats en raison de la « catholicité » du style, tandis que Bruges est partiellement reconfigurée « à la médiévale ». Faire l'histoire du Moyen-Âge est aussi l'occasion de célébrer des héros d'une histoire qui, puisqu'européenne, se dégage de du récit national de la France et de l'Allemagne. Les figures de Jean de Bohème au Luxembourg et de Jean de Brabant en Belgique s'inscrivent ainsi dans le « paradigme européen » qui redonne leur juste place aux petites – et récentes – nations constamment menacées par l'influence française ou allemande.

  • 4 P. 163. Ces célébrations, organisées en 1988-1989 pour le six-centième anniversaire de la bataille (...)

4Dans l'Europe centrale et les Balkans, les tendances sont peu homogènes et le retour au Moyen-Âge moins fort qu'ailleurs. Là où l'Italie et la Grèce, mais aussi l'Albanie revendiquent plus volontiers des origines antiques que médiévales, l'Autriche et la Suisse trouvent les racines de leur identité nationale bien davantage dans l'époque contemporaine que dans le Moyen-Âge. La tardive redécouverte du « medium aevum » en Italie est évocatrice : elle a lieu, en partie, sous l'impulsion de la recherche étrangère, davantage française et britannique qu'allemande d'ailleurs, et se concentre essentiellement sur une histoire « constitutionnelle », autour de la « libertas » de l'époque communale. C'est seulement a posteriori que le romantisme italien se saisit des thèmes médiévaux dans la décennie 1870-1880, dans un l'effervescence qui succède à l'unification. Dans ce panorama général, le cas de la Serbie fait figure d'exception : rendue tristement célèbre par son utilisation par Slobodan Milošević, la bataille de Kosovo Polje, lors de laquelle, en 1389, le prince serbe Lazar vainquit l'empire ottoman, est un objet historiographique complexe, en tout cas « synonyme de la souffrance serbe » (p. 172). L'histoire de son usage politique, des premières célébrations précautionneuses organisées par la monarchie serbe en 1939 à son instrumentalisation grossière par le parti communiste en vue de préparer l'« homogénéisation nationale » d'après Tito4, retracée par Marko Šuica, offre un exemple d'une rare acuité des possibilités de réutilisation contemporaine du médiéval.

  • 5 D. Fewster, dans son analyse sur la Finlande, renvoie par exemple à la notion d'identité conçue com (...)

5De cette analyse, dont le point de départ est local, on peut dégager au fil de la lecture quelques grands phénomènes récurrents. D'abord, la chronologie de l'utilisation du Moyen-Âge connaît partout, quoiqu'à des degrés et dans des ordres différents, des « moments », dont les plus importants sont le « national-romantisme » ou « médiévalisme à la Novalis », le moment philologique de redécouverte des textes (ou de manipulation des textes, dans le cas des parchemins tchèques des faussaires Hora et Kralové), l'institutionnalisation de l'enseignement du Moyen-Âge qui passe par l'établissement d'un réseau hiérarchique d'institutions universitaires et scolaires. Un deuxième caractère saillant est celui du rapport à l'idée européenne dans des nations souvent issues de la partition du congrès de Vienne. L'horizon européen est ainsi, soit l'occasion d'affirmer sa singularité par rapport à une puissance dominante (Irlande, Islande, Luxembourg ou Italie), soit convoqué par l'altérité menaçante de l'empire Ottoman (Grèce, Serbie, Autriche), soit parfois rejeté au nom d'un particularisme national-médiéval important (Norvège, Finlande)5.

  • 6 On pense à la figure de Jeanne d'Arc en France ou aux références aux Anglo-Saxons en Grande-Bretagn (...)
  • 7 D'après les termes de M. Moretti et I. Porciani, p. 191. Encore une fois, le rôle de l'éducation de (...)

6Du point de vue historiographique, l'ouvrage démontre aussi définitivement l'importance des sociétés savantes pour la promotion du Moyen-Âge : de L'Institut für Österreichische Geschichtsforschung aux Regia Deputazione di Storia patria, ce sont toujours les universitaires qui initient la promotion du Moyen-Âge, sauf sans doute dans le cas très isolé de la Serbie. Le rôle de « premier moteur » du politique au sens large est absent – ce qui est en fort contraste avec les grands états-nation où le culte du Moyen-Âge est profondément et anciennement lié à certaines rhétoriques politiques, de l'extrême droite en particulier6. Il est aussi l'occasion de mettre en valeur l'importance des réseaux universitaires puis scolaires dans la « dissémination de la connaissance [du Moyen-Âge] » et dans la formation d'un médiévalisme national7.

  • 8 Voir entre autres le débat suscité par la parution du livre de P. J. Geary, The Myth of Nations: th (...)

7L'ensemble de l'ouvrage manque certes d'une problématique suffisamment forte, tant du point de vue thématique (ce qui est dû en partie à la diversité des origines académiques des auteurs aussi bien contemporanéistes que médiévistes, spécialistes d'histoire culturelle ou politique), que du point de vue méthodologique, la focale étant placée alternativement sur l'histoire des sources, l'historiographie à proprement parler ou l'analyse du phénomène politique contemporain. Mais il présente le double avantage de faire découvrir les histoires de nations qui sembleront peu familières à nombre de lecteurs et d'offrir une première ébauche appréciable pour une histoire comparée des mythes nationaux à l'échelle de l'Europe. Il répond en cela à une demande académique croissante, mais aussi, plus largement, à la nécessité publique d'éclairer objectivement les origines mythiques de l'idée nationale en Europe8.

Haut de page

Notes

1 Sur le médiévalisme, voir le récent ouvrage dirigé par V. Ferré, Médiévalisme, modernité du Moyen Âge, L'Harmattan, 2010. Le qualificatif de « Jeunes Etats européens », ou « Young European States », revient régulièrement dans la littérature des sciences politiques et désigne en général les états issus de la décomposition du bloc soviétique. Ici, il s'agit plutôt des états issus des recompositions territoriales européennes survenues entre 1789 et les années 1870.

2 Voir notamment E. Hobsbawm, Nations et nationalismes depuis 1780 : programmes, mythe et réalité, Gallimard, 1992, E. Gellner, Nations et nationalisme, Payot, 1989 ; le Moyen-Âge de ces pays a par ailleurs fait l'objet d'études approfondies du point de vue de l'appareil d'état, voir par exemple J.-Ph. Genet pour la France ou G. Althoff pour l'Allemagne.

3 Significativement, ce comité, Islando-Danois, a été qualifié de « comité de restauration (skilanefnd) en islandais et « de partition (deludvalg) » en norvégien. Il contribua à la restitution, après-guerre, d'une partie importante des manuscrits de l'Arnamagnæan Collection à l'Islande.

4 P. 163. Ces célébrations, organisées en 1988-1989 pour le six-centième anniversaire de la bataille par le parti communiste serbe, visaient à assurer une cohésion nationale forte autour du parti unique dans la Serbie post-Yougoslave.

5 D. Fewster, dans son analyse sur la Finlande, renvoie par exemple à la notion d'identité conçue comme « imagined community » à la suite de B. Anderson. Cette analyse sous-tend la plupart des articles de l'ouvrage et rejoint de manière frappante la lecture contemporaine que fait la science politique de l'identité européenne, en particulier dans les typologies de la sensibilité nationale à l'Europe. Voir par exemple « L'identité européenne, entre science politique et science-fiction », Politique européenne, 2010/1, n°30.

6 On pense à la figure de Jeanne d'Arc en France ou aux références aux Anglo-Saxons en Grande-Bretagne au XIXe siècle, dont la popularité a été politique, à tout le moins sociale, bien plus que scientifique à leur début. Voir par exemple M. Winock, « Jeanne d'Arc est-elle d'extrême droite ? », L'Histoire, mai 1997, n°210.

7 D'après les termes de M. Moretti et I. Porciani, p. 191. Encore une fois, le rôle de l'éducation de masse dans la formation d'une idée nationale a été seulement partiellement étudié, de fait surtout à l'époque contemporaine et surtout pour les états à la fois centralisés et à la population significative (Allemagne, France).

8 Voir entre autres le débat suscité par la parution du livre de P. J. Geary, The Myth of Nations: the Medieval Origins of Europe, Princeton University Press, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anouk Canet, « R.J.W. Evans, Guy P. Marchal, The Uses of the Middle Ages in Modern European States », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19884

Haut de page

Rédacteur

Anouk Canet

Élève normalienne en histoire médiévale (Paris-IV Sorbonne) et affaires européennes (Sciences Po Paris)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page