Navigation – Plan du site

Philippe Mioche (dir.), La sidérurgie française et la Maison de Wendel pendant les Trente Glorieuses (1945-1975)

Audrey Leleu
La sidérurgie française et la Maison de Wendel pendant les Trente Glorieuses (1945-1975)
Philippe Mioche (dir.), La sidérurgie française et la Maison de Wendel pendant les Trente Glorieuses (1945-1975), Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Le temps de l'histoire », 2015, 150 p., ISBN : 979-10-320-0027-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici le terme de « Maison », utilisé par Philippe Mioche afin « d’esquiver la questio (...)

1Cet ouvrage, dirigé par Philippe Mioche, réunit les contributions de la journée d’études « la sidérurgie française et les établissements de Wendel pendant les Trente Glorieuses (1945-1975) ». Organisée le 26 septembre 2014 sur le site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives nationales, cette journée fait suite au dépôt d’archives effectué en 2014 par la Fondation de Wendel. L’ouvrage présente les contributions de quatre historiens (Philippe Mioche, Pascal Raggi, Eric Godelier et Ivan Kharaba) et de deux archivistes (Magali Lacousse et Vincent Boully), ainsi que la retranscription de la table ronde « Archives et histoire des entreprises ». L’ensemble permet de revenir sur l’histoire de la Maison de Wendel1 mais également de s’interroger sur l’intérêt des archives d’entreprises et de leur utilisation.

2Dans son introduction, Philippe Mioche précise les angles d’approche adoptés par les quatre historiens. Lui-même et Pascal Raggi s’intéressent aux échelles géographiques en abordant respectivement la situation de la Maison de Wendel en France et sa situation en Lorraine. Eric Godelier, en étudiant les rapports entre de Wendel et Usinor, et Ivan Kharaba, en s’intéressant à la sidérurgie du Centre Midi, abordent l’histoire de la Maison de Wendel sous l’angle de ses concurrents. Les quatre auteurs ont l’objectif commun d’éclairer une période de l’histoire de l’entreprise lorraine qui n’a pas fait l’objet de travaux spécifiques et de mettre en valeur les archives déposées aux Archives nationales.

3Philippe Mioche commence par dresser le contexte national de la sidérurgie française pendant les Trente Glorieuses, de la croissance d’après-guerre à l’endettement du secteur qui conduit à son étatisation en 1978. Il rappelle la spécificité de la Maison de Wendel, demeurée une entreprise familiale jusqu’à la fin des années 1970, et de sa stratégie entrepreneuriale, qui diffère de celle de son rival nordiste Usinor. Pascal Raggi quant à lui, revient sur les innovations techniques qui ont permis de se restructurer et de moderniser usines de Wendel. L’approche par le biais des échelles géographiques permet de resituer la Maison de Wendel dans l’histoire de la sidérurgie française en appréhendant sa place au niveau national et son importance au niveau local.

4Les deux articles suivants abordent cette période de l’histoire de la Maison de Wendel en analysant ses relations difficiles avec d’une part son rival nordiste Usinor et d’autre part son rival historique Schneider. Eric Godelier revient notamment sur les la modernisation du secteur et sur « la capacité des dirigeants et des ingénieurs de la sidérurgie à innover [questions qui vont] rythmer les débats industriels et politiques » (p. 48), puis il montre les différences de gestion entrepreneuriale entre Usinor et le groupe de Wendel. Yvan Kharaba se penche sur la création en 1970 du groupe Creusot-Loire, né de la fusion de la société des Forges et ateliers du Creusot, détenue par le groupe Empain-Schneider, avec la Compagnie des ateliers et forges de la Loire détenue par le groupe de Marine-Firminy. Il analyse la bataille que se livrent les groupes Empain-Schneider, Denain-Nord-Est Longwy (maison mère d’Usinor), et de Wendel pour le contrôle de Marine-Firminy. Si la bataille se solde par une victoire pour de Wendel, l’expérience de gestion commune de Creusot-Loire avec les Schneider s’avère être un échec. Elle tourne en effet à la confrontation et rappelle qu’au-delà de la crise économique, « les antagonismes entre les deux groupes et cette incapacité à travailler ensemble ont incontestablement participé à la faillite de Creusot-Loire » (p. 82).

5Dans leurs contributions, les quatre historiens soulignent l’importance de l’utilisation des archives déposées par la Fondation de Wendel. Leurs articles sont suivis par une présentation des fonds conservés aux Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine (les « archives historiques » et le fonds « François et Maurice de Wendel ») et aux Archives nationales du Monde du travail de Roubaix (les différents fonds des entreprises liées à de Wendel). Magali Lacousse et Vincent Boully reviennent tous les deux sur l’historique des différents dépôts, mais aussi sur la richesse documentaire des fonds.

6L’ouvrage s’achève sur la retranscription de la table ronde intitulée « Archives et histoire des entreprises », qui réunit historiens, archivistes, membres de la famille ou du groupe de Wendel et professionnels de la sidérurgie. On peut retenir des débats deux éléments relatifs aux archives d’entreprises : d’une part, l’intérêt de telles archives pour les chercheurs, mais également pour les entreprises dans l’optique d’une meilleure connaissance d’elles-mêmes et d’une gestion plus efficace de leurs documents (Dominique Barjot) ; d’autre part, le manque de recherches historiques sur les entreprises. Ce défaut reflète un manque de recherches en archives plus général (Isabelle Aristide, Sébastien Mellard). Les causes de cette pénurie sont difficilement identifiables, diverses et non exclusives les unes des autres. Elles peuvent être liées au manque d’étudiants en histoire économique et sociale, à la préférence donnée aux formations professionnalisantes ou encore au travail fastidieux de dépouillement, qui peut rebuter certains. Philippe Mioche rappelle clairement le paradoxe : « Jamais autant on n’a parlé d’entreprises et pourtant, la recherche en histoire économique et sociale est en difficulté » (p. 111).

7Cet ouvrage offre des pistes de recherche sur un des groupes industriels français les plus importants pendant une période jusque-là peu étudiée de son histoire, les Trente Glorieuses.. Il constitue également, de manière plus large, un plaidoyer pour la recherche en archives d’entreprises.

Haut de page

Notes

1 Nous reprenons ici le terme de « Maison », utilisé par Philippe Mioche afin « d’esquiver la question de la nébuleuse des intérêts contrôlés par la famille de Wendel » (p. 17).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Leleu, « Philippe Mioche (dir.), La sidérurgie française et la Maison de Wendel pendant les Trente Glorieuses (1945-1975) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19907

Haut de page

Rédacteur

Audrey Leleu

Doctorante au Centre de recherche et d’études histoire et sociétés à l’Université d’Artois.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page