Navigation – Plan du site

Christian Laval, Luca Paltrinieri, Fehat Taylan (dir.), Marx & Foucault. Lecture, usages, confrontations

Maxime Jean
Marx & Foucault
Christian Laval, Luca Paltrinieri, Ferhat Taylan (dir.), Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2015, 300 p., ISBN : 9782707188014.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, rassemblant les articles d’une vingtaine d’auteurs, est le résultat du colloque international « Marx & Foucault » qui s’est tenu à Nanterre-Paris, les 18-19-20 Décembre 2014, sous la responsabilité de Christian Laval, Luca Paltrinieri, Ferhat Taylan. Notons immédiatement l’importance dans le titre de l’esperluette « & », qui n’est pas un « et » comme prennent le temps de l’expliquer les directeurs de publication dans l’introduction. Car il ne s’agit pas d’opposer, comme dans un pur jeu universitaire, deux auteurs, de deux périodes différentes, ne discutant pas des mêmes sujets. Ainsi, la discussion ne peut se résumer à envisager les relations du premier par rapport au second, puis du second par rapport au premier. Ce « & » signifie la mise en examen, le passage au crible de la raison, des relations entre Marx et Foucault. Chaque auteur, en rappelant les difficultés et les dangers de cet exercice, choisit d’insister soit sur les affinités, les synthèses, soit sur les ruptures, ou encore sur la dynamique de flux et de reflux de l’un par rapport à l’autre. Il est pourtant difficile de créer un débat entre deux théories, avec deux auteurs qui ont travaillé sur des périodes historiques différentes, dans des contextes différents et dont la pensée a évolué au cours de leurs écrits. Néanmoins, la confrontation de ces deux auteurs est féconde pour la théorie critique. Il n’y pas de théorie critique qui puisse se passer de leurs analyses. Après Foucault, on ne lit plus Marx de la même manière. Certaines œuvres résistent à l’interprétation jusqu’à ce qu’on dispose de nouveaux instruments théoriques. Ainsi Foucault libère un espace théorique qui permet une nouvelle compréhension de Marx.

  • 1 Franck Fischbach, Philosophies de Marx, Vrin, Moments philosophiques, Paris, 2015
  • 2 Michel Foucault, « Entretiens sur la prison. Le livre et sa méthode », in Dits et Écrits (1954 – 19 (...)

2L’œuvre de Marx a contribué à réduire la frontière entre philosophie et histoire. Si Marx est souvent interprété comme l’auteur qui souhaite supprimer la philosophie, sa position est en réalité beaucoup plus nuancée. Il promeut davantage une nouvelle philosophie, qu’il nomme critique, qui opèrerait le renversement de la philosophie-monde1. Foucault va, volontairement, poursuivre ce mouvement de confusion entre philosophie et histoire. Il établit ainsi un dialogue ininterrompu avec Marx, allant même jusqu’à soutenir, comme le rappelle Rudy M. Leonelli, dans le chapitre « Foucault, lecteur du Capital » (p. 59 à 70), qu’on « pourrait se demander quelle différence il pourrait y avoir entre être historien et être marxiste2 » (p. 59). La lecture de Marx par Foucault devient une confrontation lorsque ce dernier en vient à l’histoire de l’individu. L’histoire de la subjectivation est chez Foucault, une histoire de la constitution de l’individu et de la synthétisation de la vie en force de travail. La problématique va questionner plus particulièrement la force de travail. Faut-il admettre immédiatement la force de travail comme une aptitude humaine, ou est-elle une construction historique ? Marx envisage cette force de travail comme une capacité qui s’actualise avec l’essor du capitalisme. Il cerne, dans cette force, l’essence de l’homme (elle est dans le Livre 1 du Capital : « la somme des attitudes physiques ou intellectuelles qui existent dans la corporéité d’un homme »). À l’inverse, pour Foucault, la réduction de la vie en une force de travail, ne dépend pas d’une actualisation par le mode de production capitaliste, mais des appareils disciplinaires, des techniques de séquestration qui ont préexistés au système capitaliste. Par une prise de pouvoir sur les corps, ces techniques vont transformer la vie en une force de travail et permettre la disponibilité de cette force, sous le modèle capitaliste.

  • 3 « Quand Lukács se réfère au « Tout » en tant qu’élément transcendant, en surplomb de l’histoire ell (...)

3Cette controverse peut être intégrée à une autre plus générale entre Foucault et Marx : celle qui concerne le sujet politique. La controverse traditionnelle, comme l’expose Judith Revel, dans le chapitre « Foucault, marxiste hérétique ? Histoire, subjectivation et liberté » (p. 154 à 170), tourne autour de l’aporie suivante : soit les sujets politiques sont les produits de l’histoire, et, dans ce cas, « c’est l’histoire qui est le véritable « sujet » (p. 157), soit les sujets produisent librement l’histoire, et alors celle-ci est seconde. Tout l’enjeu pour Foucault sera de faire cohabiter ces deux conceptions contre les diverses et contradictoires positions des marxistes, qui ont besoin de la référence à une histoire dialectique pour penser la lutte des classes. Il peut cependant, exister des points de convergences entre Foucault et les marxistes. Par exemple, le « Tout3 » chez Lukács trouve un équivalent dans le vocabulaire foucaldien dans le terme de « totalisation » : les deux auteurs rejettent par ces termes, toute conception d’une histoire comme développement et réalisation continue d’une essence, ou d’une histoire qui se fonde sur une origine. Foucault va ainsi déconstruire cette totalité originaire, d’abord méthodologiquement, « en travaillant sur des épistémès déterminées, à partir de périodisations précises » (p. 161), puis philosophiquement en faisant la généalogie de cette présupposée unité. Ces deux auteurs conçoivent l’histoire comme une production continue. L’histoire devient chez Foucault, concomitamment, « l’ensemble des déterminations auxquelles une époque est soumise, et qui modèlent et façonnent tout ce qui émerge » et « sa surface visible, sa peau la plus récente, qui en signale paradoxalement sa possible transformation » (p. 161).

4Malgré des différences fondamentales, il n’en reste pas moins que, par certains de leurs aspects, les œuvres de Marx et de Foucault se rencontrent de façon significative. En effet, comme le soutient Diogo Sardinha, dans « Le nominalisme de la relation comme principe antimétaphysique » (p. 244 à 257), Foucault et Marx sont nominalistes sur la question de l’individu et du sujet dans l’histoire. Les deux auteurs dissolvent les idéalités ou refusent les philosophies des essences. Car, même si Marx, dans la sixième thèse sur Feuerbach, définit la nature humaine comme l’ensemble des rapports sociaux, cela revient à ne donner aucune définition de la nature humaine. Il n’y a pas de contenu de l’essence humaine, mais seulement des pratiques et des relations. Quant à Foucault, lorsqu’il insiste sur le caractère historique des sujets, il opère dans le même mouvement leur désessentialisation (il reproduira cette méthode avec le pouvoir, la sexualité, le libéralisme, ou encore la folie). Diogo Sardinha, conclut ainsi, que le « nominalisme [de Foucault] emprunte la voie descendante, menant à l’analyse des pratiques concrètes […], au lieu de faire remonter la pensée vers les idéalités et la transcendance », (p. 252).

5Le colloque se conclut en quatrième partie, par les perspectives pour la « philosophie sociale » ou les théories sociales, qu’ouvre la confrontation de ces deux corpus. Marx et Foucault restent des références majeures pour les penseurs du néolibéralisme, ou du néocapitalisme. Mais leurs thèses n’ont pas à s’imposer d’autorité. Ainsi, le néolibéralisme s’est caractérisé pour Stéphane Haber par un accroissement rapide et important de l’influence de très grandes entreprises sur la vie sociale – thèse développée dans le chapitre intitulé « Marx, Foucault et la grande entreprise comme institution centrale du capitalisme » (p. 309 à 322). Peut-on dire que Marx avait prédit cette puissance des grandes entreprises avec son concept d’usine, ou de fabrique ? Pas complètement. Pour Marx l’usine est davantage le lieu du déploiement d’une rationalisation technique, que celui de la cristallisation de relations de pouvoir. La domination de classe semble même dans le Capital, au chapitre 13 du livre 1, devenir seulement l’emprise de la technique. Là, réside la différence entre analyser les grandes lois d’un système et comprendre le jeu des acteurs. En ce qui concerne Foucault, le rapport aux grandes entreprises est problématique, dans la mesure où dans Surveiller et punir, l’usine semble entièrement relativisée en tant que phénomène historique ; ce qui empêche de la problématiser distinctement. Nonobstant, c’est à partir du concept « d’institution paradigmatique » de Foucault (c’est-à-dire qu’il existe pour chaque société ou chaque époque, des institutions où les transformations du pouvoir se révèlent les plus nettement) que l’on peut, selon Stéphane Haber, penser les entreprises contemporaines comme lieux où s’exposent avec le plus de visibilité les contraintes, l’accélération de la vie sociale, la discipline, les systèmes de surveillance et de sanctions.

6En définitive, ce livre s’adresse à tout universitaire travaillant sur Foucault, Marx, les marxistes, ou qui cherche à penser le capitalisme sous sa forme néolibérale. Mais, aujourd’hui, lire Marx ou Foucault, est déjà faire une démarche politique. Alors, ce livre s’adresse à ceux qui s’intéressent, non pas à « la » politique, mais aux problèmes de fond, concernant « le » politique.

Haut de page

Notes

1 Franck Fischbach, Philosophies de Marx, Vrin, Moments philosophiques, Paris, 2015

2 Michel Foucault, « Entretiens sur la prison. Le livre et sa méthode », in Dits et Écrits (1954 – 1988), Gallimard, Paris, 1994, Tome II, p. 752 – 753.

3 « Quand Lukács se réfère au « Tout » en tant qu’élément transcendant, en surplomb de l’histoire elle-même, celui-ci correspond exactement à ce que Foucault, dans l’Archéologie du savoir, appelle quant à lui « totalisation » (p. 160).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Jean, « Christian Laval, Luca Paltrinieri, Fehat Taylan (dir.), Marx & Foucault. Lecture, usages, confrontations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19915

Haut de page

Rédacteur

Maxime Jean

Étudiant en master 1 d’histoire contemporaine et master 1 de philosophie à l’université de Bourgogne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page