Navigation – Plan du site

David J. Robinson, The Energy Economy. Practical Insight to Public Policy and Current Affairs

Paul-Étienne Pini
The Energy Economy
David J. Robinson, The Energy Economy. Practical Insight to Public Policy and Current Affairs, New York, Palgrave Macmillan, 2015, 256 p., ISBN : 978-1-137-47169-7.
Haut de page

Texte intégral

1Les chocs pétroliers des années 1970, l’accident nucléaire de Three Mile Island (1979), l’enjeu énergétique sous-jacent aux guerres du Golfe (1980-2011), le leadership américain dans le domaine du renouvelable, l’explosion récente des hydrocarbures de schiste ainsi que leurs controverses, constituent autant de conjonctures qui ont à la fois scandé et catalysé les mutations de l’industrie énergétique nationale aux États-Unis. C’est ce système énergétique américain contemporain que le présent ouvrage entend passer en revue sur les plans économique et institutionnel. David J. Robinson, fort de sa double expérience de décideur politique et d’économiste, offre dans cet ouvrage un tour d’horizon complet, précis et illustré des questions énergétiques américaines et de la façon dont elles peuvent être articulées au développement économique. L’auteur focalise préférentiellement son approche sur l’échelle des États et des espaces locaux qui sont aujourd’hui les principaux laboratoires et centres d’impulsion du système énergétique américain : ancrage territorial des unités de production, lien entre énergie et urbanisation, contrastes entre législations étatiques, associations public-privé.

2Cet ouvrage stimulant et pragmatiste est un manuel explicitement adressé aux étudiants et aux décideurs dans les domaines connexes de l’économie de l’énergie et des politiques publiques américaines. Par souci d’exhaustivité et de clarté pédagogique, l’auteur y adopte donc « une position du “toute énergie est bonne à prendre” » (p. xii) et y développe une démonstration structurée par de multiples subdivisions thématiques. Ces divisions internes permettent de condenser, en l’espace de quelques dizaines de pages, un va-et-vient efficace et éclairant entre des résumés historiques, théoriques, techniques et des applications sous la forme d’études de cas. Le propos, toujours historicisé, procède d’une pluridisciplinarité habile qui associe de manière féconde des analyses macroéconomiques, politiques, juridiques et géographiques.

3L’ouvrage débute par deux chapitres qui synthétisent l’histoire économique du pays pour contextualiser les politiques publiques et les grandes phases qui orientent son développement énergétique. Celui-ci connaît une accélération majeure au cours du dernier tiers du XXe siècle, sous l’effet du néolibéralisme croissant et de l’inflation créée par les chocs pétroliers : dérégulation des services nationaux d’électricité et de gaz naturel opérée conjointement par le pouvoir fédéral et par les États ; mesures fiscales fédérales pour favoriser une diversification vers les énergies renouvelables (recherche, équipements) qui commencent à constituer une alternative abordable ; puis explosion du gaz de schiste faisant surgir la possibilité d’une indépendance énergétique américaine, en même temps qu’une manne financière inattendue pour les États et les espaces locaux concernés. Le développement économique américain est aujourd’hui « dominé par les acteurs régionaux et étatiques » (p. 30) ; c’est à ces mêmes échelons territoriaux que se présentent et se concentrent les opportunités de création de richesses dans le secteur de l’énergie. L’auteur introduit à ce titre le modèle, essentiellement régional, du développement économique dirigé par l’énergie (DEDE) qui sert de matrice théorique au reste de l’ouvrage. Le DEDE consiste à pérenniser les réussites économiques amorcées par les opportunités énergétiques locales ou étatiques, en attirant les entreprises via des avantages fiscaux et une énergie subventionnée, en remédiant à l’étalement urbain pour réduire les coûts de l’énergie liés à la distance et en concentrant infrastructures et capitaux autour des villes (grandes ou moyennes) afin d’y construire une filière énergétique ramifiée et pourvoyeuse d’emplois à hauts salaires. Le chapitre 3, très descriptif, rappelle le partage du mix énergétique américain, établit des prospectives globales d’évolution de l’offre et de la demande intérieures, puis quantifie la production énergétique nationale par type de source, en la situant à l’aide de cartes.

4Le chapitre 4 illustre le modèle du DEDE par l’étude croisée du cas de Détroit (Michigan) et de Las Vegas (Nevada), que leurs États respectifs ont entrepris d’ériger en pôles énergétiques globaux (PEG) afin de pallier leurs faiblesses : le Michigan est moins pourvu en hydrocarbures de schiste ou en potentiel énergétique renouvelable que l’Ohio ou le reste du Midwest ; la surconsommation électrique et la surreprésentation du secteur du jeu dans l’économie de Las Vegas handicapent l’essor de celle-ci. Dans les deux cas, le PEG a été constitué en valorisant les atouts originels de ces espaces. Profitant de sa position d’interface sur le couloir de circulation des Grands Lacs, le Michigan a capté une part conséquente du flux de pétrole de schiste issu de l’Ohio et entend polariser l’innovation énergétique du quart Nord-Est du pays en créant un grand centre de recherche sur le renouvelable à Détroit. L’État du Nevada et le maire de Las Vegas veulent dynamiser le secteur du solaire dans cette région au fort ensoleillement en créant des fermes solaires étatiques sans actionnariat destinées à produire en masse de l’énergie revendable aux particuliers et aux industriels.

  • 1 Selon l’acception donnée à ce concept par John Chapman : le système énergétique a pour principales (...)
  • 2 Le principe d’efficience énergétique consiste à optimiser le rapport entre effet utile et énergie c (...)
  • 3 À ce sujet, voir Jacques-François Thisse et al., « L’oubli de l’espace dans la pensée économique », (...)

5Plus avant, le chapitre 5 examine un aspect majeur du DEDE : l’optimisation des systèmes énergétiques1 existants par le biais de mesures de conservation et d’efficience2 énergétique. L’intérêt de ces dernières pour les politiques publiques de l’énergie est considérable : les investissements dans l’efficience énergétique sont créateurs d’emplois et permettent de réaliser des économies de consommation substantielles pour le seul volet de la performance énergétique des logements. De façon très convaincante, David Robinson articule ici l’efficience énergétique à la théorie de la localisation du développement économique3 : les coûts régionaux de l’énergie aux États-Unis comptent en effet parmi les cinq premiers facteurs du choix d’implantation des entreprises, quelle que soit leur taille. Parmi les stratégies d’efficience les plus répandues figurent l’adoption de normes de production, la mise en place d’incitations fiscales (taxes-crédits, programmes de rabais, subventions au rendement énergétique), et la promotion de l’information « capable de façonner le comportement du consommateur » (p. 103), à l’exemple du système fédéral d’évaluation Energy Star dont le label, largement diffusé, est devenu une quasi-norme dans le bâtiment et l’électronique.

6La perspective de l’efficience énergétique est approfondie par le chapitre 6 qui analyse l’enjeu constitué par la qualité, la fiabilité et la circulation de l’énergie en considérant celle-ci comme une « infrastructure critique ». Cette notion recouvre à la fois l’état matériel et l’emprise spatiale des réseaux de distribution d’énergie dont « certains fonctionnent toujours avec de larges segments hérités du XIXe siècle » (p. 113), mais elle fait également écho à la forte dépendance du tertiaire supérieur vis-à-vis d’un approvisionnement énergétique continu et low cost (communications, infosphère). C’est avant tout entre États que cette compétitivité économique de l’énergie se pose comme un enjeu majeur. Le propos dresse en ce sens une typologie des États selon le mode de contrôle des coûts de l’énergie qui est adopté : par encadrement des taux contre accord d’un monopole (approche régulatrice), ou par dérégulation des services publics (approche fondée sur le marché).

  • 4 Pour des éléments d’explication supplémentaires, se reporter à Serge Salat et Caroline Nowacki, « D (...)

7Par une entrée spatiale, l’analyse traite la composante proprement territoriale du DEDE en éclairant les rapports de celui-ci avec l’occupation des sols. Le phénomène d’étalement urbain (urban sprawl) alimente une déconcentration spatiale du bâti qui se répercute directement en surcoûts d’aménagements, énergétiques notamment. Pour l’auteur, un DEDE opératoire ne peut exister sans rétablissement d’une compacité urbaine qui concentre les clients autour des infrastructures énergétiques en place4. Le réinvestissement des centres-villes pourrait bénéficier du besoin d’urbanité éprouvé par la génération des millenials (génération Y : 1980-1995), dont le haut niveau d’instruction est d’ailleurs pourvoyeur de jeunes actifs qualifiés pour le secteur de l’énergie urbaine, où les millenials sont très représentés. Les régions qui veulent amorcer un DEDE par un recours plus direct à l’outil territorial établissent des « districts énergétiques » autosuffisants grâce au développement d’une énergie endogène mixte (fossile et renouvelable), subventionnée et rendue efficiente par la mise en place d’un système de prêts publics plafonnés, « PACE » (ou dette de propriété), pour l’optimisation énergétique des installations.

  • 5 Dans un État américain right to work (22 États, surtout dans le Sud et le Midwest), les travailleur (...)

8Le chapitre 8 prolonge la réflexion sur le lien entre DEDE et construction urbaine en examinant l’exemple de réussite énergétique que constitue Houston (Texas), devenu un modèle national de pôle énergétique urbain (PEU) : l’énergie y représente 50% des emplois liés aux exportations ; avec le secteur de la santé, elle rassemble la moitié des vingt plus grandes entreprises de la ville, dont Exxon Mobil. Houston est devenu un PEU grâce à une conjonction de facteurs qui en font le second technopôle national derrière la Silicon Valley. Les principaux sont l’investissement des capitaux issus d’un siècle d’industrie pétrolière locale pour construire des infrastructures énergétiques, l’accueil massif d’immigrés hispaniques et une politique texane favorable au privé et à l’étalement urbain (législation d’État right to work5, absence d’impôt sur le revenu et déréglementation de l’occupation des sols favorisant l’annexion municipale pour fournir aux grands complexes énergétiques des terrains constructibles).

9L’ouvrage se clôt sur une double perspective énergétique à travers deux types de sources en forte croissance aux États-Unis : d’une part l’énergie renouvelable et l’économie verte (chapitre 9), d’autre part le boom de l’huile de schiste en milieu rural (chapitre 10). L’exploitation des sources renouvelables permet de garantir une sécurité énergétique (protection vis-à-vis du marché international), de diminuer les émissions de carbone liées à la production d’électricité (un tiers des émissions américaines), de créer des emplois à hauts salaires (3 millions d’emplois actuellement, dont le niveau est de 13% supérieur à la moyenne). Le développement des énergies renouvelables dans un État devient le moteur du développement de celui-ci grâce à l’autosuffisance énergétique : l’auteur analyse le cas de l’Oregon, « économie dirigée par l’énergie renouvelable » (p. 182), où la croissance urbaine densifiée autour de Portland par un zonage strict, la valorisation du potentiel hydroélectrique depuis les années 1970 (60% de la génération électrique interne), les subventions fédérales, et le système de taxation sur la consommation ont compensé le surcoût de production du renouvelable et dégagé des incitations économiques pour attirer avec succès les entreprises. La présence de gisements d’hydrocarbures de schiste, quant à elle, constitue une opportunité moins assurée pour les espaces ruraux concernés : si la découverte d’une source marque bien le début d’un boom économique, la surproduction peut faire baisser les prix du schiste et les carences en infrastructures (routes, adduction d’eau pour le forage, logements pour les milliers d’ouvriers allochtones) peuvent créer un goulet d’étranglement qui bloque la production, faisant entrer le territoire dans une phase de bust (récession). Souvent impréparées aux développements massifs liés au schiste, d’un point de vue économique et organisationnel, les petites communes rurales et les régions doivent donc pérenniser le boom afin d’éviter le bust, grâce à une planification sur le court terme (transactions immobilières, logements, infrastructures) mais aussi sur le long terme (créer une demande énergétique locale, attirer les industries consommatrices d’énergie comme la métallurgie ou le papier).

10Lecture dense mais passionnante au terme de laquelle une solide compréhension du système énergétique américain est atteinte, cet ouvrage aurait cependant gagné à proposer un bref parcours du paysage épistémologique de l’économie de l’énergie – réflexivité dont cette discipline manque encore. Par ailleurs, une analyse plus marquée des politiques publiques de l’énergie à la lumière de l’appartenance partisane des élus aurait peut-être permis de dresser une typologie plus réaliste des orientations décisionnelles et de leurs résultats. Le travail de David J. Robinson n’en frappe pas moins par sa maîtrise, car il parvient en peu de pages à construire un exposé structuré et catégorisé sans pour autant rompre la continuité des échelles politiques et géographiques américaines, échelles dont les pouvoirs respectifs et les interrelations sont parfois complexes à saisir pour le lecteur qui y est étranger.

Haut de page

Notes

1 Selon l’acception donnée à ce concept par John Chapman : le système énergétique a pour principales variables la disponibilité des ressources, les technologies, les coûts et les bénéfices liés à l’économie de l’énergie, les politiques publiques, les distances spatiales et les densités, ainsi que les pratiques individuelles et les représentations sociales (John Chapman, Geography and energy: commercial energy systems and national policies, New York, Longman, 1989, 260 p.).

2 Le principe d’efficience énergétique consiste à optimiser le rapport entre effet utile et énergie consommée, afin de minimiser la quantité d’énergie utilisée pour un service rendu identique. L’efficience énergétique se présente comme un coût.

3 À ce sujet, voir Jacques-François Thisse et al., « L’oubli de l’espace dans la pensée économique », Région et Développement, n° 6, 1997, p. 13-39.

4 Pour des éléments d’explication supplémentaires, se reporter à Serge Salat et Caroline Nowacki, « De l’importance de la morphologie dans l’efficience énergétique des villes », Liaison énergie francophonie, n° 86, 2010, p. 141-146.

5 Dans un État américain right to work (22 États, surtout dans le Sud et le Midwest), les travailleurs d’un même secteur d’activité ont le droit de ne pas être syndiqués et donc de ne pas payer de cotisation syndicale, tout en bénéficiant des avantages de la convention collective. Ce statut rend les États qui l’adoptent très attractifs pour les entreprises, car plus compétitifs en termes de salaires (rapport de un à trois). Le statut right to work a été institué par les députés conservateurs après l’ère F.D. Roosevelt via la loi Taft-Hartley (1947) qui brise les monopoles syndicaux (closed shop ou union shop), dans un contexte de libéralisation post-Seconde guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Étienne Pini, « David J. Robinson, The Energy Economy. Practical Insight to Public Policy and Current Affairs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19916

Haut de page

Rédacteur

Paul-Étienne Pini

Normalien, diplômé de Master en Géographie et Politiques publiques (ENS de Lyon), Graduate Visiting Student de l'Université d'Oxford (School of Geography and the Environment – College : Lady Margaret Hall). Travaille actuellement à la Nuclear Energy Agency (NEA) de l'OCDE. | Champs de spécialisation : géographie de l'énergie, politiques publiques de l’énergie nucléaire, déclassement nucléaire, géo-économie de l'uranium, analyse spatiale et topologique (réseau) des flux, impacts socio-économiques territoriaux des activités industrielles liées à l'énergie. MPhil in Geography and Public policy (ENS de Lyon), Graduate Visiting Student at the University of Oxford (School of Geography and the Environment – College: LMH). Currently working for the OECD Nuclear Energy Agency. | Research areas: geography of energy, nuclear energy policy, nuclear decommissioning, geo-economics of uranium trade, socio-economic impacts of energy-related industries.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page