Navigation – Plan du site

« Lire Le capital de Thomas Piketty », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 70, n° 1, 2015

Mohammed Taleb
Lire Le capital de Thomas Piketty
« Lire Le capital de Thomas Piketty », Annales Histoire Sciences sociales, vol. 70, n° 1, 2015, Paris, Armand Colin, EHESS, ISBN : 9782200929565.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thomas Piketty est reconnu par ses pairs et le monde des médias. Après avoir reçu, en 2001, une Méd (...)
  • 2 Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2013. Quelques mois après sa s (...)

1Des États-Unis à la Chine, le succès planétaire de l’ouvrage de Thomas Piketty1 tient, pour une large part, au caractère symbolique de son titre : Le capital au XXIe siècle2. On ne peut pas ne pas oser cette comparaison avec Le Capital de Karl Marx qui, au milieu du XIXe siècle, livrait une déconstruction radicale du capitalisme, en décortiquant ses divers mécanismes de fonctionnement. Thomas Piketty ne s’inscrit nullement dans cette perspective. Au contraire, il souligne que, faisant partie de la génération du « bicentenaire de la Révolution française » (1989), il est devenu adulte « en écoutant l’effondrement des dictatures communistes » (p. 62). Plus que cela, il écrit : « Je suis vacciné à vie contre les discours anticapitalistes convenus et paresseux » (p. 62). Si « la croissance moderne et la diffusion des connaissances […] n’ont pas modifié les structures profondes du capital et des inégalités », elles « ont permis d’éviter l’apocalypse marxiste » (p. 62), reconnaît l’économiste. Il ne faut donc pas chercher dans ce gros pavé de 1 000 pages une analyse radicale du capitalisme et des processus qui permettraient d’en finir avec le cycle social inégalitaire que ce système historique génère nécessairement. Son propos est ailleurs, et son principal acquis est peut-être d’ordre méthodologique. C’est tout l’enjeu de ce numéro des Annales, précisément consacré, pour une bonne moitié, aux recherches de Thomas Piketty. Mais avant d’évoquer quelques-unes des perspectives portées par les dix auteurs universitaires qui ont accepté de contribuer au dossier, il serait juste de donner la parole à La Rédaction de la revue – créée et longtemps animées par Marc Bloch, Lucien Febvre et Fernand Braudel – qui explique le sens de sa démarche dans un préambule non signé (intitulé « Lire Le capital de Thomas Piketty »).

2Pour La Rédaction des Annales, une science sociale est nécessairement une science historique (p. 5), c’est-à-dire une science qui inscrit son objet dans la trame du temps, et notamment du temps long. Si l’économie prétend être une science sociale, elle se doit donc d’être attentive à poser les faits et les phénomènes économiques (financiers, bancaires, fonciers, fiscaux, industriels, juridiques, techniques, etc.) dans les flux complexes du passé et du présent. Pour que l’économie puisse se réconcilier avec l’histoire, deux impasses doivent être évitées. La première est le caractère anhistorique de la modélisation théorique de l’économie, qui se traduit par une dérive vers une « une conception parfois purement prédictive et abstraite du savoir économique » (p. 5). La seconde impasse, elle, est interne au champ de travail des historiens. Selon les Annales, « L’histoire et les sciences sociales […] ont peu à peu considéré l’économie comme un champ scientifique étranger, non seulement parce que l’histoire économique elle-même a vu sa position éminente remise en cause par les tendances historiographiques dominantes depuis une génération, mais aussi parce que la montée en puissance du culturalisme et du constructivisme social a parfois alimenté l’idée que les lois économiques étaient d’arbitraires fictions qui ne pouvaient être que relativisées, voire dénoncées » (p. 5). On comprend mieux la raison d’être d’un dossier « Piketty ». Le capital au XXIe siècle, en effet, ne prétend pas être un ouvrage d’économie, mais d’économie historique ou d’histoire économique.

3Ce sont donc dix universitaires qui se livrent à un commentaire de tel ou tel aspects du livre de Thomas Piketty. Par ordre d’apparition dans la revue, citons : « Dynamique du capitalisme et inégalités », de Jean-Yves Grenier, « Faire fructifier Le capital au XXIe siècle », de Peter H. Lindert, « Monnaie et capital. Contributions du Capital au XXIe siècle à l’histoire et à la théorie monétaires », d’Éric Monnet, « Vers une histoire politique du capital ? », de Nicolas Delalande, « Capital, reproduction sociale et fabrique des inégalités », d’Alexis Spire, « Vous avez dit “capital” ? Extension de la notion et mise en question d’inégalités et de pouvoirs de domination », de Laurent Thévenot, « Servitude et travail à la fin du Moyen Âge. La dévalorisation des salariés et les pauvres “peu méritants” », de Giacomo Todeschini, « Du présent au passé : les dynamiques historiques de la richesse à l’époque moderne », de Katia Béguin, « Les échelles des inégalités : nation, région, empire », d’Alessandro Stanziani, « Thomas Piketty en Amérique », de Nicolas Barreyre. Thomas Piketty a participé à ce dossier en publiant un court chapitre, « Vers une économie politique et historique. Réflexions sur le capital au XXIe », essais de réponse aux interrogations des différents contributeurs.

  • 3 Thomas Piketty, Les Hauts Revenus en France au XXe siècle, Paris, Éditions Grasset, 2001.
  • 4 Thomas Piketty, L’Économie des inégalités, Paris, La Découverte, collection « Repères », 1997.

4Il n’est pas possible de présenter la teneur des diverses études proposées. Chacune mériterait un focus, notamment en ce qu’elles abordent sur un mode critique le travail de Thomas Piketty. J’insisterais plutôt sur la question méthodologique. En prenant la problématique des inégalités, sur laquelle Piketty travaille depuis la fin des années 1990 (il suffit de se reporter à Les Hauts Revenus en France au XXe siècle3, et à L’Économie des inégalités4), Thomas Piketty prend un fil conducteur multiréférentiel, à la fois économique, social et politique. D’ailleurs, il ne se prétend pas économiste, mais d’abord « chercheur en sciences sociales ». C’est pourquoi La Rédaction des Annales estime que Le capital au XXIe siècle est « un ouvrage d’économiste en rupture, au moins partielle, avec les préoccupations théoriques dominantes au sein de sa discipline, puisqu’il vise moins à établir un modèle qu’une interprétation historique de la construction des inégalités au sein des sociétés démocratiques contemporaines, appuyée sur une exceptionnelle collecte documentaire » (p. 5).

5La discussion des thèses de Thomas Piketty se réalise selon les règles d’une logique du « déplacement » et non selon celles de l’analyse critique interne du livre. Déplacement pluralisé d’ailleurs : « Qu’ils se situent, précise la Rédaction, dans l’usage de concepts comme celui de capital, qui est aussi employé par la sociologie, ou encore dans le temps, l’espace et l’échelle des institutions politiques, ces déplacements sont propres à nourrir le débat en offrant des perspectives différentes des paramètres de départ de l’ouvrage » (p. 5). Si les trois premières études des Annales abordent le travail de Thomas Piketty sous l’angle proprement économique, les trois suivantes se lancent dans une discussion serrée et féconde avec les thèses pikettyennes entre divers courants intellectuels, et cela à partir de disciplines comme les sciences politiques et la sociologie, Là, dans ce débat, on voit poindre les limites de l’approche du Capital au XXIe siècle. Ainsi, Nicolas Delalande, du Centre d’histoire de science po, met-il l’accent sur l’une de ces limites : « L’économie politique dont [Piketty] se revendique laisse en suspens un certain nombre d’interrogations, au premier rang desquelles celle de la nature et du sens des liens qui unissent le système économique et les institutions politiques. En faisant de celles-ci des variables purement exogènes produites par les hasards et le chaos de l’histoire, Thomas Piketty n’aborde pas la question des soubassements économiques de la démocratie, pourtant fondamentale pour comprendre et analyser les effets de la crise de 2008 sur les sociétés européennes et américaine » (p. 59). Est-ce la raison pour laquelle Thomas Piketty considère, pour dépasser le régime social inégalitaire, que le levier démocratico-politique est moins efficace que le levier économico-fiscaliste (l’impôt) ?

6Les quatre dernières études de ce dossier des Annales « explorent les perspectives historiques dans des sociétés et des époques différentes ». Parmi elles, l’étude de l’historien italien, de l’Université de Trieste, Giacomo Todeschini nous a particulièrement intéressée en ce sens qu’à partir d’une problématique posée par Thomas Piketty – à savoir « les croyances méritocratiques » (p. 88) à l’œuvre dans la justification d’une société inégalitaire –, il explore la question de la dévalorisation des salariés et les pauvres « peu méritants » à la fin du Moyen Âge. Dans son exposé, le professeur italien souligne les relations analogiques entre l’ancien mépris à l’égard des activités manuelles et salariées, à l’égard des gens qui louaient leur capacité de travail (les mercenarius), et les inégalités économiques et sociales de l’économie moderne. Le mépris médiéval du salariait s’accompagnait en même temps d’un mépris pour l’usure. Mais, « il faut souligner, écrit Giacomo Todeschini, que l’interdiction de l’usure n’a jamais, ni au Moyen Âge ni à l’époque moderne, mis en cause le droit des plus riches à s’enrichir en faisant fructifier leur capital. Aussi bien du côté juridique que du côté théologique, on a très précocement établi une distinction subtile mais parfaitement intelligible entre usure et productivité d’un capital, en soulignant déjà depuis le XIIIe siècle que la valeur sociale et, donc, le sens économique de la productivité de l’argent relèvent du rôle social et politique du capitaliste, c’est-à-dire du fait que le détenteur du capital est reconnu par les marchés comme un investisseur professionnel, fondamental, en raison que lui et son capital courent, pour la croissance de ce qu’on appelait le bien commun, et qu’on appellera prospérité collective, voire bonheur universel. Les savoirs institutionnels européens ont donc commencé très tôt à affirmer l’existence d’une différence nette entre l’illégalité de la rente parasitaire de l’usurier et la légalité, voire le prestige et la moralité, de la rente en tant que profit du capitaliste marchand et banquier » (p. 89).

7Avec cette livraison des Annales, le lecteur accède à une foule d’informations socio-économiques, et historiques qui permet une entrée en matière dans les questionnements sur les injustices sociales contemporaines. Mais, comme le dit Thomas Piketty lui-même dans sa « réponse » collective aux auteurs du numéro, si « l’information doit nourrir des institutions fiscales et démocratiques », elle ne constitue pas « un but en soi » (p. 138). Quel est donc le but recherché ? Reprendre le contrôle du capitalisme. Ici, le débat s’ouvre, car s’il a raison de dire que la circulation et la transparence de l’information est l’une des conditions de la vie démocratique, Thomas Piketty a tendance à oublier les hommes et femmes concrets, les peuples et les mouvements sociaux qui agissent, au Nord et au Sud du monde, pour dépasser le capitalisme, et non contrôler. En effet, pour lui, en effet, le défi n’est pas de dénoncer les inégalités, car elles peuvent êtres légitimes dans une société juste ! Au final, la réponse praticable et raisonnable à la crise et à ces inégalités qui sont trop visibles est celle de la bonne gouvernance des entreprises et d’une fiscalité plus forte du capital. Ce n’est pas la révolution de Marx, mais plutôt le réformisme de la social-démocratie.

Haut de page

Notes

1 Thomas Piketty est reconnu par ses pairs et le monde des médias. Après avoir reçu, en 2001, une Médaille de bronze du CNRS, il est le récipiendaire l’année suivante du Prix du meilleur jeune économiste, décernée par Le Monde et Le Cercle des économistes. On le retrouve en 2007 auprès de Ségolène Royal lors de sa campagne présidentielle. Le journal Foreign Policy fait de lui l’un des intellectuels les plus influents au monde (dans une liste 1 000 personnalités). Depuis 2000, il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, et depuis 2007 professeur à l’École d’économie de Paris.

2 Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2013. Quelques mois après sa sortie, le livre est devenu un best-seller international.

3 Thomas Piketty, Les Hauts Revenus en France au XXe siècle, Paris, Éditions Grasset, 2001.

4 Thomas Piketty, L’Économie des inégalités, Paris, La Découverte, collection « Repères », 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohammed Taleb, « « Lire Le capital de Thomas Piketty », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 70, n° 1, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19920

Haut de page

Rédacteur

Mohammed Taleb

Philosophe, écrivain, formateur en éducation relative à l’environnement, enseignant l’écopsychologie à Lausanne. Il a publié récemment Éloge de l’Âme du monde, avec Michel Cazenave et Nathalie Calmé (Paris, Entrelacs, 2004), Theodore Roszak pour une écopsychologie libératrice (Neuvy, Le Passager clandestin, 2015), Nature vivante et Âme pacifiée (La Bégude de Mezenc, Arma Artis, 2014) et L’écologie vue du Sud (Paris, Sang de la Terre, 2014).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page