Navigation – Plan du site

Georges Arbuz, L’avancée en âge au XXIe siècle. Approche anthropologique

Françoise Galloo
L'avancée en âge au XXIe siècle
Georges Arbuz, L'avancée en âge au XXIe siècle. Approche anthropologique, Paris, L'Harmattan, coll. « Effiscience », 2015, 392 p., Préfacie de Daniel Reguer, postface d'Anne-Marie Guillemard, ISBN : 978-2-343-05840-5.
Haut de page

Texte intégral

1Georges Arbuz aborde la question de l’avancée en âge en interviewant des sujets âgés de plus de 60 ans, nés entre 1930 et 1950. La première partie de l’ouvrage présente le choix de la méthode et les caractéristiques de la population étudiée, à partir des parcours de vie des personnes rencontrées. La deuxième partie livre les résultats et conclusions. L’auteur part de l’évolution des données sur le vieillissement : selon l’INSEE, l’espérance de vie après 60 ans avoisine désormais le quart de siècle en France. Les sujets âgés de plus de 60 ans formeront le tiers de la population vers 2060, avec la perspective d’une vie jusqu’à un âge avancé. L’auteur conçoit le vieillissement individuel comme un processus dynamique et considère l’expérience du sujet vieillissant comme un savoir qui a toute sa place en gérontologie. C’est pourquoi il se propose d’explorer les évolutions du dernier tiers de la vie en interrogeant des personnes âgées, à partir d’entretiens individuels qu’il a menés entre 2001 et 2003. Ces entretiens sont centrés l’existence passée, cadre social et familial de l’enfance et les changements et innovations vécus dans la vie adulte. 193 entretiens, réalisés à domicile ou en institution, dans diverses régions de France, ont été analysés. Ils montent un net contraste entre les modes de vie des différentes classes sociales. Le vieillissement, processus dynamique tout au long de la vie, reste inégalitaire : il varie selon le milieu social, les modes de vie et les conditions de travail. Aussi, une préférence a été donnée aux souvenirs des classes les plus modestes qui n’ont guère pu accéder au lycée ni vraiment choisir leur métier. Le mariage restait une étape importante, le travail occupait l’essentiel du temps des adultes et l’accent était mis sur les nécessaires économies à réaliser. Ainsi, la vie adulte, dans les années 1950-1960, a connu l’amélioration des conditions de vie, les possibilités de promotion de la personne, la création d’emplois nouveaux, la modernisation des pratiques éducatives et la transformation de l’habitat. Les participants à l’étude se souviennent de l’émancipation enfin possible, de l’accès à un milieu social différent et, au final, de leur besoin de se réaliser à tous les âges. De très nombreux extraits d’entretiens appuient cette partie.

2Le premier résultat de l’enquête montre l’apparition de nouvelles représentations et notions telles que : « société pour tous les âges », vieillissement actif, participation des retraités à la vie économique, sociale, culturelle et politique. Les entretiens ont permis d’étudier en profondeur le passage du statut d’actif à celui de retraité, l’organisation de la vie, les activités présentes et souhaitées et, enfin, la représentation du vieillissement pour soi et dans ses relations. L’entrée en retraite apparaît comme une délivrance pour ceux qui exercent un métier difficile (mineurs, métallurgistes). Elle permet de ménager sa santé et de faire plus large place aux loisirs. Cadres et professions libérales ont le souci de nouvelles activités mais les salariés à revenus modestes sont préoccupés par l’aspect économique : les retraités issus des milieux populaires vivent dans une relative fragilité sociale. L’importance des liens qui rattachaient les personnes à leur entreprise et à leur équipe de travail est largement soulignée.

3Tous les âges doivent faire face à des changements et des ruptures. La seconde partie du livre rend compte de la réflexion menée dans les ateliers collectifs auxquels ont été invités certaines des personnes précédemment interviewées, afin de préciser leur vision du vieillissement En effet, sujets acteurs de leur vie, les aînés sont confrontés à des événements majeurs dont ils ont à dégager le sens. Ces ateliers ont permis d’explorer quatre thèmes : l’entrée en retraite, la relation aux parents âgés encore vivants, la vie de couple et l’entrée en institution. Chacun renvoie à trois dimensions : le social, l’intergénérationnel et le personnel.

4Le départ à la retraite reste un évènement social : la « personnalité sociale » est en jeu et ce départ peut être vécu comme une épreuve assortie d’une accumulation de pertes. Les représentations de la retraite restent très ambivalentes et la retraite se résume souvent à un retrait de la vie sociale. Ce passage à un nouveau statut implique de nouvelles manières d’être, différentes selon les expériences. Pour les uns, entrée dans une zone de turbulences, passage à vide, lassitude, phase de doute sur soi, affaiblissement de l’image de soi… Le manque de préparation à la retraite accentue ces effets. Pour d’autres, ce peut être aussi l’embarras face à une multiplicité de choix, qui nécessite de « réapprendre à vivre » et de donner un nouveau sens à sa vie personnelle et sociale.

5Si le passage à la retraite suscite des difficultés, il conduit aussi à de nombreux engagements, soit dans la continuité de l’expérience professionnelle, soit dans l’ouverture à de nouvelles activités : se consacrer à de nouveaux intérêts, reprendre des études, réaliser des projets anciens… L’étude montre que, pour 60% des personnes rencontrées, le passage à la retraite est bien vécu. Leur vécu diffère selon le métier et les responsabilités qu’elles exerçaient précédemment, et selon leurs conditions de vie au travail. Enfin, le sentiment de perte de repères éprouvé par certains peut entraver leur capacité à maintenir des liens sociaux et à construire de nouvelles perspectives.

6Le vieillissement des parents constitue une épreuve pour les enfants, mais leur permet aussi une découverte des aspects fondamentaux de la condition humaine. La famille est le premier lieu de la découverte de la vieillesse et de la mort. Accompagner ses parents âgés apparaît comme une dette ou un devoir et les enfants ne s’y soustraient pas. Les situations sont variées : maintien à domicile, hospitalisation, placement en institution... Pour les enfants, aidants naturels, la solution choisie reflète l’importance des liens tissés tout au long de la vie avec leurs parents. La faiblesse de ces liens dans le passé peut induire des relations difficiles quand l’accompagnement ne repose pas sur le dialogue souhaitable. Parents et enfants doivent se préparer à ces situations et y trouver un sens.

7La vie de couple existe après la retraite et le vieillir ensemble permet de faire face aux difficultés, de compenser les déficiences de l’un par les capacités de l’autre… La maladie ou l’entrée en hôpital mobilise la force du lien existant entre les époux. La maladie est une épreuve à laquelle ils peuvent faire face à deux. Les pathologies des fonctions mentales mettent particulièrement à l’épreuve la force de l’attachement entre les époux. L’ouvrage revient largement sur plusieurs cas qui montrent combien le conjoint aidant peut mettre sa propre vie entre parenthèses avec une question cruciale : combien de temps pourra-t-il tenir ? Accompagner l’aidant exige d’être attentif à l’équilibre fragile du couple patient-aidant. Groupes de parole et accueil de jour présentent un intérêt évident. Et quand vient le décès, quelles que soient les circonstances, le survivant doit assumer une difficile séparation. L’avancée en âge, face à face avec son propre vieillissement, peut conduire à la solitude et à l’isolement, pour les personnes célibataires, divorcées, veuves, sans enfant ni famille proche. Ainsi, certains vivent des formes extrêmes de solitude.

8L’entrée en EHPAD, lorsqu’elle résulte d’une hospitalisation, est toujours vécue comme une contrainte. Pour la majorité des sujets âgés, vieillir chez soi donne le sentiment de conserver la maitrise de sa vie, de son identité et des liens tissés sur le lieu de résidence. Déménager en hébergement collectif reste une décision toujours difficile à prendre. La fatigue, la solitude, un état de santé fragile, l’insécurité liée à l’isolement, le refus d’être à la charge de son entourage proche sont autant d’arguments à prendre en compte. Les résidences pour seniors peuvent apparaître comme une solution qui libèrent des charges et contraintes tout en permettant à la personne âgée de conserver son autonomie. Ainsi, décider de changer d’habitation devient une épreuve réussie et apparait comme une transition vers une nouvelle phase de l’existence.

9Le vieillissement après 60 ans amorce une succession de changements et de ruptures et nul ne sort indemne de l’épreuve, ce qui justifie compassion et soutien. Ni inactif, ni obsolète qui coûte cher, le retraité est un participant actif à la vie citoyenne et sociale. Ainsi le vieillissement apparaît comme une phase nouvelle de maturation qui fait de chacun l’auteur de son existence, en quête d’un nouveau sens. Les événements de cette phase amènent à une prise de conscience de la temporalité humaine. La vieillesse concerne ainsi la société dans son ensemble. Elle devient objet de recherche qui appelle définitions, implications sociales, médicales, économiques ; elle prend une dimension anthropologique et constitue une aventure individuelle et collective, une source de savoir au-delà de la prise en compte des besoins. Il s’agit désormais, par une réflexion collective avec les aînés, d’ouvrir à tous de nouvelles perspectives et de préciser le rôle et la place de chacun dans la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Galloo, « Georges Arbuz, L’avancée en âge au XXIe siècle. Approche anthropologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19923

Haut de page

Rédacteur

Françoise Galloo

Étudiante en master 2 recherche Sociologie des âges, de la santé et des vulnérabilités (SASV), Université Lille 3.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page