Navigation – Plan du site

Alexandre Moatti, Au pays de Numérix

François Romijn
Au pays de Numérix
Alexandre Moatti, Au pays de Numérix, Paris, PUF, 2015, 166 p., ISBN : 978-2-13-063144-6.
Haut de page

Texte intégral

1Les travaux sur les effets engendrés par les usages d’Internet et des autres objets connectés, sont généralement déclinés selon trois perspectives : cognitive, relationnelle et épistémique. En moins de vingt années, notre rapport à la connaissance a été profondément bouleversé. Les transformations à l’œuvre ont été largement couvertes par la littérature tant du point de vue macrosociologique que de celui de l’expérience vécue de l’usager. Dans cet essai, Alexandre Moatti nous propose une série de réflexions sur la question plus spécifique de l’accès et de la diffusion de la connaissance (culturelle, artistique, scientifique, etc.) à l’heure du numérique. Au travers de trois chapitres portant respectivement sur la mise en œuvre du projet de bibliothèque numérique européenne, les figures d’oppositions à Google et Wikipédia et finalement le droit d’auteur français, son fil conducteur l’amène à décrypter les ambiguïtés des postures adoptées sur cette question par les représentants du secteur public dans le domaine culturel français.

2Dans un premier chapitre, l’auteur expose les difficultés qui ont accompagné, depuis la fin de l’année 2004, le projet de mise en œuvre de la bibliothèque numérique européenne (http://www.europeana.eu/​portal/​). Sa description, très étayée, apporte une meilleure compréhension à l’échec de l’initiative au regard de l’objectif initial : mettre sur pied une bibliothèque numérique à destination du grand public qui puisse contrer le projet Google Books lancé à la même époque. La forme finalement donnée à Europeana relèvera quant à elle bien davantage d’une médiathèque et sera surtout utile aux chercheurs en sciences humaines et sociales plutôt qu’au grand public. Parmi les différents obstacles rencontrés par les promoteurs de la plateforme, il repère la discordance originelle entre la nature du projet et les objectifs politiques sous-jacents (redorer le blason de l’Europe après l’échec du référendum de 2005). Il souligne aussi les divergences idéologiques entre l’exception culturelle à la française et les options prises dans les autres pays de l’Union Européenne en regard à la question de la diffusion de la connaissance sur Internet. Plus particulièrement sur les modalités de collaboration avec le secteur privé. L’auteur observe aussi la confusion institutionnelle dans ce domaine. L’UE finançant tout une série d’initiatives ayant des ambitions très proches les unes des autres (Gallica, Quaero, the European Library (TEL), le projet Michael, la BNUE devenu Europeana).

3Le second chapitre décrypte plus spécifiquement la question des postures partagées en France face à Google et Wikipédia, dont les détracteurs partageraient la même critique boiteuse. Alors que l’auteur introduit son essai en refusant tout autant un angélisme du tout-numérique qu’une approche résolument pessimiste, on constate que le traitement analytique réservé à ces critiques reste incomplet. Ce qui déforce l’argumentaire de ce chapitre. On souhaiterait en apprendre davantage sur celles-ci. En ce qui concerne le cas de Wikipédia par exemple, les « travers » soulevés ne permettent pas aisément au lecteur de concevoir la profondeur critique à laquelle renvoient les cas d’apparences anodines documentés (la catégorisation thématique des pages, le choix des photos accompagnant les pages de personnalités publiques, les recours préférentiels des contributeurs à des sources secondaires, etc.). Peut-être aurait-il été plus cohérent que l’auteur se concentre sur les effets vertueux des initiatives qu’il promeut explicitement : « même si ces outils ont des défauts, ils participent d’une forme de progression de chacun par la connaissance. Qu’inversement, certaines oppositions à ces outils, systématiques et peu étayées, constituent des postures, parfois des impostures, qu’il est nécessaire d’analyser » (p. 7). Les écueils épinglés ne sont en effet que trop sommairement abordés.

4Dans un dernier chapitre, sont examinées les problématiques posées par la pratique de la législation française en matière de droit d’auteur. Ce que l’auteur questionne sous l’angle des obstacles à la libre diffusion de la connaissance sur Internet. À partir d’illustrations issues de domaines variés (l’audiovisuel culturel, l’usage des ressources pédagogiques à l’école, l’édition scientifique, etc.), l’attention du lecteur y est attirée sur une série de situations qui interpelle le lecteur sur ses usages quotidiens. En matière d’éducation notamment et les limites de l’exception pédagogique. On apprendra par exemple que les vidéos couvertes par le droit d’auteur ne peuvent être exposées plus de six minutes à une classe d’étudiants. On s’étonnera également de l’inexistence d’une « liberté de panorama » en France. Il s’agit de l’exception au droit d’auteur par laquelle une œuvre, architecturale ou artistique, protégée et située dans l’espace public, peut être reproduite. L’auteur souligne par ailleurs que les usages des recettes tirées des archives mises sur Internet par l’Institut National de l’Audiovisuel restent inconnus du grand public, etc.

5En bref, au travers de ces trois terrains, l’auteur pointe habilement la dualité ambiguë de la posture entretenue par le secteur public vis-à-vis d’Internet. Ses représentants stigmatisent d’une part le libéralisme marchand en invoquant la nécessité de l’exception culturelle et ne font, d’autre part, rien pour se rapprocher de l’Internet culturel non marchand. Ce que Moatti propose avant tout c’est une série de pistes et de recommandations visant à palier l’absence de stratégie des institutions publiques face à la question du numérique et de l’accès à la connaissance. Son livre est parsemé de propositions de natures et de portées plurielles. Il appelle notamment à la création d’un portail public de l’audiovisuel culturel, à accès gratuit, rassemblant divers types de ressources au bénéfice des internautes.

  • 1 Auray Nicolas, « Les technologies de l'information et le régime exploratoire », in Pek van Andel et (...)

6Nous voudrions revenir sur une considération abordée à de multiples reprises par l’auteur. Celui-ci pointe le décalage entre la façon dont sont conçues les initiatives publiques, françaises ou européennes, afin de promouvoir l’accès à la connaissance sur Internet d’une part, et les usages effectifs des usagers auxquelles elles s’adressent. Ce qu’il reconnaît sans doute transversalement en appelant à s’inspirer des conceptions adoptées outre-Atlantique (p. 145) .Google, comme de nombreux autres acteurs majeurs du numérique, semble avoir intégré le principe selon lequel Internet s’organise autour de la liberté de l’usager. Nicolas Auray a brillamment décrit la constitution d’Internet autour de la figure de l’exploration : « une logique de tâtonnements de proche en proche, […] sans plan d’ensemble, dans la dépendance au chemin emprunté et la suspension du jugement. » (p. 336)1 On peut facilement le constater, la plupart des initiatives visant à baliser ou à restreindre les usages sont le plus souvent ignorées des usagers (les labels de qualité dans le domaine de la santé sur Internet en est un exemple, cf. https://www.healthonnet.org/​HONcode/​Conduct.html). L’auteur perçoit la tension entre la forme qui est donnée aux initiatives issues du secteur public d’un côté, et les engagements effectifs au travers desquels s’orientent les usagers sur Internet, ceux pour lesquels il s’agit précisément d’accroître et de faciliter l’accès à la connaissance. Cependant, cette tension critique n’est pas considérée en tant que telle par l’auteur. Nous y voyons une piste afin de prolonger la réflexion du lecteur de cet essai. D’autres prolongements pourraient être proposés. Nous pensons notamment aux questions passionnantes relatives aux postures antiscience mentionnées (p. 57 et 104), ainsi que le propos de l’auteur sur le thème de l’ambivalence entre fascination et rejet du numérique qui mériterait en soi de plus amples développements tant les usages et les conceptions d’Internet semblent traversées d’une ambiguïté structurante.

Haut de page

Notes

1 Auray Nicolas, « Les technologies de l'information et le régime exploratoire », in Pek van Andel et Danielle Bourcier (eds.), La serendipité dans les arts, les sciences et la décision, éditions Hermann, 2011, p. 329-343.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Romijn, « Alexandre Moatti, Au pays de Numérix », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19937

Haut de page

Rédacteur

François Romijn

Doctorant allocataire du Fonds National de la Recherche Scientifique (F.R.S.-FNRS), membre du Groupe de Recherche Sur l’Action Publique (Institut de sociologie, Université Libre de Bruxelles) et du Centre Georg Simmel (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page