Navigation – Plan du site

Jonathyne Briggs, Sounds French. Globalization, Cultural Communities and Pop Music, 1958-1980

Rémi Lecompte
Sounds French
Jonathyne Briggs, Sounds French. Globalization, Cultural Communities and Pop Music in France, 1958-1980, Oxford, Oxford University Press, 2015, 248 p., ISBN : 9780199377060.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citons trois exemples parmi beaucoup d’autres : Volume ! La revue des musiques populaires / The Fre (...)
  • 2 Les genres musicaux se laissent deviner sous les formulations thématiques des titres des chapitres, (...)
  • 3 De la « nuit de la Nation », le 22 juin 1963, à une performance de Daft Punk, le 26 janvier 2014, l (...)
  • 4 http://global.oup.com/us/companion.websites/9780199377060/links/ [Consulté le 3/01/2016]. Ces derni (...)

1La musique populaire est devenue un objet de plus en plus étudié par les universitaires, qu’ils soient sociologues, musicologues ou, comme l’auteur de cet ouvrage, historiens1. Investissant le champ de l’histoire culturelle, Briggs dissèque et analyse la musique populaire française avec pour objectif d’interroger la relation entre ladite musique, le phénomène de globalisation et l’émergence de communautés culturelles propres à la société française. L’histoire qu’il nous propose épouse la chronologie des deux premières décennies de la Ve République (1958-1980), de l’arrivée du rock and roll en France au mitan des années 1950 jusqu’à la fin de la première vague de la musique punk, au crépuscule des années 1970. L’ouvrage présente une forme limpide et originale : limpide parce qu’elle est composée de cinq chapitres qui abordent chacun un genre musical – la musique yéyé, la chanson française, le rock progressif, la musique bretonne, et la musique punk2 – l’ensemble enchâssé entre une introduction et une coda ; originale car chacune des parties commence par le récit d’un concert choisi pour sa valeur symbolique et historique3. Par ailleurs, pour illustrer le livre, les Presses universitaires d’Oxford proposent en libre accès la consultation d’un page web sur laquelle on retrouve des liens qui nous permettent d’avoir un aperçu sonore et audiovisuel des principales musiques évoquées dans l’ouvrage4.

  • 5 Alors qu’ils sont complémentaires dans la sphère francophone, les concepts de mondialisation et de (...)
  • 6 Georges Ritzer, The McDonaldization Thesis: Explorations and Extentions, Thousand Oaks (CA), Sage P (...)

2L’historien américain souhaite décrire le paysage culturel français en mettant en lumière la place de ces différentes musiques populaires dans la construction de l’identité nationale et de communautés sociales (générationnelles, régionales, underground) propres à la France, tout en soulignant l’importance des apports culturels étrangers (notamment américains et anglais) dans cette construction. Il commence ainsi son ouvrage en prenant l’exemple de Johnny Hallyday, associé pendant toute sa carrière à un genre musical populaire américain, le rock and roll, et qui est devenu dans le même temps une icône nationale et un symbole puissant de la francité (Frenchness). Si le phénomène de globalisation culturelle5 fait immédiatement penser à une homogénéisation, à une « McDonaldisation »6 de la culture, l’auteur prend soin de rappeler dès l’introduction le paradoxe qui le sous-tend, à savoir qu’en matière musicale, la globalisation peut aussi servir à promouvoir des formes de singularité et de pluralité. Selon Briggs, les musiques populaires de la seconde moitié du XXsiècle sont donc particulièrement intéressantes à observer en tant qu’elles participent à la reconfiguration de la société française dans le contexte de la globalisation culturelle, ou pour le dire autrement, en tant qu’elles contribuent à la création de nouvelles constellations sociales, aux frontières complexes et mouvantes, dans lesquelles des groupes se réunissent, grâce à la musique, autour de valeurs et/ou de goûts communs.

  • 7 Boris Vian (paroles), Michel Legrand (musique) et Henri Salvador (interprétation).
  • 8 S’il n’y a pas d’analyse musicale à proprement parler (c’est-à-dire à partir de relevés musicaux), (...)

3Le premier chapitre aborde la naissance d’une « culture jeune » portée par le phénomène des Copains au moment de l’arrivée du rock and roll en France, d’abord sous une forme parodique (les chansons du groupe Henry Cording and his original Rock and Roll Band7), puis sous une forme francisée (la musique yéyé). La méthode de l’auteur, comme dans chacun des chapitres suivants, est de passer en revue un grand nombre d’éléments liés à cette culture, en analysant tour à tour : les lieux et événements spécifiques, la culture matérielle (du tourne-disque à la guitare électrique en passant par le transistor), les médias (magazine, presse, radio, télévision), les albums emblématiques (de la pochette au contenu textuel et musical8), le jeu scénique des musiciens, la réception par les auditeurs et les critiques, la portée politique du genre musical, etc. Riche de ces analyses, Briggs note ainsi avec pertinence que l’« identité copain » qui ignore les différences de sexe, de classe, ou de race ne prend pas en compte et masque les réalités sociales de la décolonisation et de la France gaullienne et ne fait qu’échafauder un mythe égalitariste tout en portant les idéaux contemporains de la France : consumérisme, mobilité et coopération.

4Dans le chapitre suivant, il est question de la chanson française dite « à texte », de sa légitimation artistique (l’époque la hissant au rang d’un art poétique et littéraire), et de son rôle social et symbolique (les critiques et les auditeurs participant à la construction et au succès d’un genre musical français qui vient se positionner face à la globalisation représentée par le rock and roll et la musique yéyé). L’auteur s’arrête en particulier sur le triumvirat des auteurs-compositeurs-interprètes des années 1960 : Jacques Brel, Georges Brassens et Léo Ferré. Si ce trio d’artistes représente en effet « un mythe de francité comme une réponse à la présence croissante des autres formes de pop music » (p. 47), Briggs souligne cependant combien l’esthétique de la chanson française s’hybride d’un point de vue musical pendant les décennies soixante et soixante-dix, en puisant dans des genres et des esthétiques qui lui sont étrangers : outre le jazz, dont l’influence se fait sentir depuis plusieurs décennies déjà, le rock devient notamment une des inspirations musicales majeures (voir Gainsbourg, Higelin, ou encore Ferré lorsqu’il collabore avec le groupe de rock progressif Zoo).

  • 9 Il s’agit notamment de la position du musicologue Edward Macan. Voir Edward Macan, Rocking the Clas (...)

5Le chapitre trois décrit le développement du rock progressif en France en analysant les connexions entre ce genre musical, la contre-culture et les idées de Mai 1968. En combinant des éléments issus du jazz, de la musique classique et du rock, la musique progressive entend faire s’effondrer les catégories habituelles entre musique savante et musique populaire. Certains auteurs y voient une volonté politique d’inventer une société sans classes, portée par une nouvelle culture qui combinerait des éléments stylistiques de la « haute » et de la « basse » culture (p. 80)9. En présentant un panorama de la scène progressive, Briggs distingue d’une part les groupes très politisés (Red Noise, Komintern, Maajun), associés à la New Left et proches des maoïstes, des trotskistes ou d’autres groupuscules politiques, et d’autre part les groupes moins politisés en apparence (Magma, Heldon), associés à la Freak Left, dont la démarche esthétique et artistique se veut subversive, se plaçant dans la continuité des idéaux de la contre-culture et de Mai 1968.

  • 10 « Depuis 1972, Dastum (“recueillir” en breton), association à but non lucratif, s’est donné pour mi (...)
  • 11 Alan Stivell, Renaissance de la harpe celtique, Fontana/Phonograph, 1971.

6Dans l’avant-dernier chapitre, Briggs prend l’exemple de la musique bretonne (de Dastum10 à Alan Stivell en passant par Tri Yann) pour illustrer comment les formes culturelles de la globalisation peuvent participer à la réinvention d’une culture musicale régionale. L’historien analyse notamment l’œuvre d’Alan Stivell pour montrer comment peut s’articuler un retour à la tradition et sa réinvention (de l’utilisation de la langue bretonne à la popularisation de la harpe celtique11), avec une ouverture à la modernité notamment par l’assimilation des influences électriques du rock anglais et américain.

  • 12 Le journalisme gonzo est un style de journalisme qui ne prétend pas à l'objectivité et explore au c (...)
  • 13 Patrick Eudeline, L’aventure punk, Paris, Sagittaire, 1978. Alain Pacadis, Un jeune homme chic, Par (...)

7Dans le cinquième et dernier chapitre, enfin, l’auteur s’intéresse à la vague punk de la fin des années 1970. Du groupe Stinky Toys chantant en anglais à Métal Urbain revendiquant l’usage du français, l’historien montre combien la scène française a des difficultés à se démarquer des modèles punk considérés comme authentiques – concept très flou en musique –, à savoir ceux des scènes londonienne et new-yorkaise. Par ailleurs, Briggs souligne avec justesse le rôle important de trois écrivains-journalistes gonzo12 associés à la scène punk (Yves Adrien, Patrick Eudeline, et Alain Pacadis), dont les ouvrages à la fin des années 1970 marquent le déclin de la première vague punk13. Pour terminer, une brève coda ouvre des perspectives au sujet de genres comme le rap (NTM, MC Solaar, IAM) ou la musique électronique (la French touch) qui, dans un autre contexte, celui de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle en France, sont des exemples qui articulent les idiosyncrasies françaises et les influences de la globalisation.

  • 14 Parmi beaucoup d’autres : « L’école est fini » (p. 34), « Chansons de texte » (p. 49), « Milard » ( (...)
  • 15 Le jazz, les musiques sud-américaines et le reggae auraient cependant mérité leurs chapitres pour c (...)

8Les quelques étourderies que l’on peut relever dans les citations et les titres en français14 n’obscurcissent en rien la qualité et la précision de l’analyse générale. L’intérêt de l’ouvrage de Briggs, en somme, tient surtout au fait qu’il laisse apparaître, par l’analyse méticuleuse de chacune des musiques populaires abordées15, un paysage musical complexe, riche et nuancé des années 1958 à 1980, tout en soulevant un grand nombre de questions et problématiques autour des rapports entre identité, globalisation et musique populaire. Sounds french, en construisant des passerelles entre sociologie, histoire culturelle et musicologie, éclaire et approfondit ainsi de manière certaine notre perception de cette période charnière du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Citons trois exemples parmi beaucoup d’autres : Volume ! La revue des musiques populaires / The French journal of popular music studies, https://volume.revues.org/ ; David Loosley, Popular Music in Contemporary France: Authenticity, Politics, Debate, New York, Berg, 2003 ; Larry Fortis, French Frenzies: A Social History of Popular Music in France, College Station, Virtualbookworm, 2004.

2 Les genres musicaux se laissent deviner sous les formulations thématiques des titres des chapitres, respectivement : Sounds Young, Sounds Traditional, Sounds Revolutionary, Sounds Regional, Sounds Distorted.

3 De la « nuit de la Nation », le 22 juin 1963, à une performance de Daft Punk, le 26 janvier 2014, lors de la cérémonie des Grammy Awards, en passant par un concert de Sun Ra à Paris, en octobre 1970, ou par le premier festival punk à Mont-de-Marsan, en août 1976.

4 http://global.oup.com/us/companion.websites/9780199377060/links/ [Consulté le 3/01/2016]. Ces dernières années, cette pratique est devenue de plus en plus courante dans l’édition des livres sur la musique. Citons à titre d’exemples deux réussites dans le domaine : Alex Ross, The rest is noise. À l’écoute du XXe siècle, la modernité en musique, Paris, Actes Sud, 2010, http://www.therestisnoise.com/2007/01/book-audiofiles.html ; Francis Wolff, Pourquoi la musique ?, Paris, Fayard, 2015, http://www.pourquoilamusique.fr/extraits.html.

5 Alors qu’ils sont complémentaires dans la sphère francophone, les concepts de mondialisation et de globalisation se confondent, dans la langue anglaise, sous le terme de globalization. L’auteur discute ces termes dans son introduction (p. 7-8) en s’appuyant notamment sur un ouvrage de Jean-Luc Nancy. Voir Jean-Luc Nancy, La création du monde ou la mondialisation, Paris, Galilée, 2002 ; Jean-Luc Nancy, The Creation of the World, or, Globalization, Albany, State University of New York Press, 2007.

6 Georges Ritzer, The McDonaldization Thesis: Explorations and Extentions, Thousand Oaks (CA), Sage Publications, 1998.

7 Boris Vian (paroles), Michel Legrand (musique) et Henri Salvador (interprétation).

8 S’il n’y a pas d’analyse musicale à proprement parler (c’est-à-dire à partir de relevés musicaux), on trouve néanmoins des descriptions relativement précises des musiques concernées (instrumentation, modes de jeu, forme, progression harmonique).

9 Il s’agit notamment de la position du musicologue Edward Macan. Voir Edward Macan, Rocking the Classics: English Progressive Rock and the Countreculture, New York, Oxford University Press, 1997.

10 « Depuis 1972, Dastum (“recueillir” en breton), association à but non lucratif, s’est donné pour mission le collectage, la sauvegarde et la diffusion du patrimoine oral de l’ensemble de la Bretagne historique : chansons, musiques, contes, légendes, histoires, proverbes, dictons, récits, témoignages... », http://www.dastum.bzh/FR/association-dastum-missions.php [consulté le 10/01/2016].

11 Alan Stivell, Renaissance de la harpe celtique, Fontana/Phonograph, 1971.

12 Le journalisme gonzo est un style de journalisme qui ne prétend pas à l'objectivité et explore au contraire les formes de récit les plus subjectives. Voir https://en.wikipedia.org/wiki/Gonzo_journalism.

13 Patrick Eudeline, L’aventure punk, Paris, Sagittaire, 1978. Alain Pacadis, Un jeune homme chic, Paris, Sagittaire, 1978. Yves Adrien, Novövision. Les confessions d’un cobaye du siècle, Paris, Humanoïdes associés, 1980.

14 Parmi beaucoup d’autres : « L’école est fini » (p. 34), « Chansons de texte » (p. 49), « Milard » (p. 58), « La valise à mille temps » (p. 63), « Quand n’on n’a que l’amour » (p. 63), « Hommage au maire du Tours » (p. 97), etc.

15 Le jazz, les musiques sud-américaines et le reggae auraient cependant mérité leurs chapitres pour compléter le panorama réflexif à propos de ces deux décennies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Lecompte, « Jonathyne Briggs, Sounds French. Globalization, Cultural Communities and Pop Music, 1958-1980 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 janvier 2016, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19959

Haut de page

Rédacteur

Rémi Lecompte

Docteur en musicologie et chargé de cours à l’université François Rabelais de Tours. Ses recherches ont pour objet les représentations de la musique au cinéma.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page