Navigation – Plan du site

Isabel Boni-Le Goff (dir.), « Emprises spatiales », Genèses, n° 99, 2015

Alexis Creten
Emprises spatiales
Isabel Boni-Le Goff (dir.), « Emprises spatiales », Genèses, n° 99, juin, 2015, 173 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-7011-9339-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Les ghettos du gotha. Comment la bourgeoi (...)

1Les auteurs rassemblés au sein de ce dossier défendent deux idées : d’une part, l’espace est utilisé par « les élites » afin d’exercer une domination sur les autres groupes sociaux ; d’autre part, il se trouve au centre de rapports de pouvoir et de luttes qui visent à le contrôler, voire à le posséder. Cette double dimension de la domination spatiale se trouve au cœur des quatre articles qui forment ce dossier résolument interdisciplinaire. En effet, les pratiques qui visent à instaurer et à légitimer une domination sur et par l’espace sont ici l’objet de réflexions tant en sociologie (économique, urbaine et des élites) que du côté de la géographie sociale, de l’histoire ou des sciences politiques. Les perspectives des auteurs sont complémentaires et permettent d’appréhender les différentes facettes de ce que la coordinatrice du dossier, Isabel Boni-Le Goff, nomme les « emprises spatiales ». Ces dernières résultent de dynamiques sociales qui s’établissent sur le long terme et qui créent une spatialisation forte des pratiques de pouvoir et de domination. Elles sont également le fruit de nombreuses interactions et négociations entre les élites et les autres groupes sociaux, ce qui permet de nuancer et d’approfondir les travaux qui approchent la haute bourgeoisie comme un entre-soi étanche1.

  • 2 Goffman Erving, Communication Conduct in an Island Community, thèse de doctorat non publiée, Univer (...)

2Dès le premier article, « Aux marges des beaux quartiers. Membres du Racing et prostituées au Bois de Boulogne », Kevin Geay explique comment l’entre-soi des membres d’un club sportif privé, prestigieux et élitiste, est mis à l’épreuve par la coprésence, dans les alentours, de personnes prostituées. Or, étonnamment, les membres du Racing semblent peu chercher à lutter contre la présence des péripatéticiennes, jugées indésirables, réagissant plutôt avec « tolérance et longanimité » (l’auteur de l’article reprend les mots de Goffman)2. À travers une enquête ethnographique (observations et entretiens), Kevin Geay met en évidence l’intérêt qu’ont ces élites à fermer les yeux sur le racolage, afin que la réputation des lieux n’en souffre pas, ce qui ternirait le prestige qu’elles retirent de la fréquentation du club. La mairie du 16e arrondissement fait de même et évite d’évoquer cette présence jugée gênante. De leur côté, les personnes prostituées tentent de minimiser les nuisances potentielles provoquées par leurs activités, en restant à leur « place » de dominées ou en coopérant avec la police, par exemple. Ainsi, s’intéresser aux coprésences au sein des « beaux quartiers » permet de mettre en évidence le fait que ces quartiers ne forment pas des « ghettos » de riches, bien que cette image soit communément partagée, de par la capacité des membres de la haute bourgeoisie à « imposer une définition homogène de leurs lieux de vie » (p. 23), qui rejette les indésirables dans l’ombre.

  • 3 Un équipage est une sorte de « club de chasse » composé de veneurs (chasseurs) et de divers acteurs (...)

3L’article suivant s’intéresse aux relations qui existent entre les maîtres d’équipage3 de chasse à courre, issus de la grande bourgeoisie, et les autres milieux sociaux au sein des deux localités (semi-)rurales étudiées. Héloïse Fradkine a mené une enquête ethnographique auprès de deux équipages différents, recréés par deux couples à l’image de ceux formés autrefois par leurs ancêtres. Les interactions entretenues par les maîtres d’équipage avec les autres groupes sociaux sont nécessaires car les veneurs ont besoin de leur coopération. En effet, sans elle, cette activité jugée prestigieuse ne serait pas possible. D’une part, après avoir fondé leurs équipages, les deux couples étudiés ont dû s’imposer face aux équipages rivaux présents dans leurs régions respectives. Pour cela, ils ont joué de leur « autochtonie » pour bénéficier, par extension, de la considération dont jouissaient leurs aïeux auprès des populations locales, mais aussi afin de susciter l’adhésion de ces dernières autour de leur projet de refonder les équipages de leurs ancêtres. D’autre part, les équipages doivent obtenir le consentement des détenteurs de terrains pour pouvoir y chasser. Ici aussi, ils doivent réussir à tisser de nombreuses relations conviviales avec les autres groupes sociaux. Cette étude éclaire donc l’importance du consentement et de la coopération des populations locales dans l’établissement d’une domination territoriale des équipages de chasse à courre.

4Ensuite, Isabel Boni-Le Goff se penche sur les cabinets d’expertise et de conseil en gestion d’entreprise. Dans son article intitulé « À quoi servent les bureaux des cabinets de conseil ? Espaces, biens symboliques et techniques de gouvernement », elle part d’un paradoxe pour interroger le rôle de domination symbolique joué par les bureaux de ces firmes. Il s’agit d’espaces assez peu occupés, étant donné que les consultants passent une grande partie de leur temps « chez les clients », mais qui font l’objet d’un soin important et d’un aménagement minutieux. L’auteure commence par replacer ce paradoxe dans son contexte historique avant de présenter l’enquête ethnographique qu’elle a réalisée dans deux cabinets de conseil. Elle explique comment s’est progressivement mis en place un « ethos » d’experts nomades et comment s’est construit, en parallèle, la nécessité de disposer de façades institutionnelles convaincantes. Ainsi, les bureaux sont devenus essentiels pour deux raisons. En premier lieu, le secteur de l’expertise est très concurrentiel et le bureau contribue à la lutte symbolique en conférant au cabinet une image de prestige. En second lieu, son organisation spatiale s’avère utile pour gouverner et dominer les employés. Alors que ces experts sont peu présents physiquement, l’espace des bureaux sert à maintenir le lien entre l’entreprise et ses employés, mais aussi à accroître leur sentiment d’appartenance tout en actant leur position de subordonnés.

  • 4 Tatiana Debroux, Jean-Michel Decroly, Chloé Deligne, Christian Dessouroux, Christophe Loir et Mathi (...)
  • 5 À ce sujet, voir notamment Reigner Hélène, Brenac Thierry, Hernandez Frédérique, Nouvelles idéologi (...)

5Enfin, « La production d’ensembles résidentiels élitaires (Bruxelles XVIIIe-XXe siècles) » clôt le dossier. Les six auteurs4 se penchent sur quatre ensembles résidentiels construits à Bruxelles et destinés à des populations aisées, autant d’opérations urbaines qui ont durablement marqué la capitale belge. Ils mettent en lumière une série de caractéristiques communes à ces ensembles résidentiels, pourtant très différents de par leurs époques de construction, leurs conceptions et les contextes sociaux et économiques dans lesquels ils s’inscrivent. Trois éléments communs à ces espaces résidentiels destinés aux élites sont particulièrement mis en évidence. D’abord, ces opérations immobilières, bien que réalisées à l’initiative d’acteurs privés, ne peuvent se concrétiser sans le support des pouvoirs publics. Non seulement la mise en œuvre du projet dépend d’une autorisation octroyée par les décideurs politiques, mais elle nécessite, pour attirer la clientèle ciblée, la réalisation d’infrastructures publiques. Ensuite, le coût de ces projets s’avère dès lors élevés et ne peut être rentabilisé que si les populations ciblées s’installent massivement ; ces opérations sont donc un pari spéculatif risqué. Enfin, les populations socialement dominantes possèdent de nombreuses ressources (économiques, symboliques, sémantiques...) qui leur permettent d’agir sur l’espace et d’y asseoir leur emprise. À travers les quatre cas analysés, les auteurs cherchent à expliquer comment ces élites font passer leurs intérêts comme relevant du bien commun ; au-delà ils nous invitent à questionner les opérations urbaines en cours ainsi que sur les discours qui les accompagnent et visent à les justifier5.

6Les différents articles du dossier placent l’espace au centre d’enjeux symboliques importants. Les auteurs démontrent comment « les élites » dominent par et sur l’espace. Or, cette double emprise ne persiste que grâce à des arrangements qui sont le fruit d’interactions et de négociations permanentes avec les autres groupes sociaux. Examiner ces processus sociaux revient à dépasser l’étanchéité apparente de l’entre-soi élitaire qui repose, en fait, en partie, sur des coopérations avec les autres groupes sociaux. Cependant, comme le met très bien en avant l’article d’Héloïse Fradkine, un certain nombre d’efforts sont nécessaires pour s’assurer les collaborations nécessaires. Ces dernières soulèvent également la question du consentement des dominés aux rapports de pouvoir et de domination, qui n’est pas réglée pour autant à l’issue de ce dossier. Au final, ces articles, bien que fort différents dans les sujets abordés, se révèlent très complémentaires dans l’examen du lien entre dominations et espaces et invitent à questionner la dimension hermétique parfois conféré aux entre-soi, mais aussi à ne pas exclure la question des dominations socio-spatiales et des rapports de pouvoir de l’équation.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Les ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Seuil, 2007. Compte rendu de Stéphane Olivesi dans Questions de communication : https://questionsdecommunication.revues.org/1649.

2 Goffman Erving, Communication Conduct in an Island Community, thèse de doctorat non publiée, Université de Chicago, 1953, p. 40.

3 Un équipage est une sorte de « club de chasse » composé de veneurs (chasseurs) et de divers acteurs qui occupent des postes variés (et souvent vus comme subalternes) nécessaires à la chasse.

4 Tatiana Debroux, Jean-Michel Decroly, Chloé Deligne, Christian Dessouroux, Christophe Loir et Mathieu Van Criekingen.

5 À ce sujet, voir notamment Reigner Hélène, Brenac Thierry, Hernandez Frédérique, Nouvelles idéologies urbaines. Dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013. Compte rendu de Lionel Francou dans Urbanités : http://www.revue-urbanites.fr/lu-une-boite-a-outils-pour-porter-un-regard-critique-sur-laction-publique-urbaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Creten, « Isabel Boni-Le Goff (dir.), « Emprises spatiales », Genèses, n° 99, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19987

Haut de page

Rédacteur

Alexis Creten

Étudiant en master de sociologie à l’Université libre de Bruxelles. Expérience d’assistant de recherche dans le cadre de l’étude EQUOP-ULB.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page