Navigation – Plan du site

Nathalie Ortar, La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle

Lucie Bony
La vie en deux
Nathalie Ortar, La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle, Paris, Editions Pétra, coll. « Europes : Terrains et sociétés », 2015, 374 p., ISBN : 9782847431209.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple : Bruno Lefebvre, Ethnographie des travailleurs en déplacement. Voyages en Europe (...)

1Cet ouvrage est consacré à la vie quotidienne des travailleurs mobiles. En cela, il vient poursuivre la réflexion ouverte par d’autres recherches sur le lien entre travail et mobilité géographique1. L’angle privilégié par Nathalie Ortar est celui de l’analyse de la mobilité au prisme des modes d’habiter et des situations de pluri-résidentialité. Il s’agit ainsi d’étudier les choix à l’origine de la mobilité géographique professionnelle et l’incidence que cela a sur le quotidien familial. Croisant une lecture sociologique et anthropologique de la mobilité, l’étude l’appréhende sous ses composantes intergénérationnelle, sociale, géographique, résidentielle et professionnelle. Cette analyse repose sur 42 entretiens semi-directifs réalisés auprès de 26 couples résidant en France (dont 11 anglophones), et 4 parents divorcés.

2Le livre est composé de sept chapitres. Le premier présente les emplois, les lieux de vie et les origines professionnelles et résidentielles de la mobilité géographique. Après une revue de littérature revenant sur les différentes dimensions de la mobilité, l’auteure distingue trois groupes au sein des enquêtés en fonction des motifs les ayant conduits à la mobilité géographique. Le premier groupe, socialement très hétérogène, rassemble des ouvriers exerçant dans les transports, les grands chantiers du bâtiment ou l’industrie, des commerciaux, des cadres techniques, des consultants, etc. Pour ces travailleurs mobiles, c’est la profession en elle-même qui implique des déplacements réguliers. Pour le deuxième groupe, la mobilité est induite par une délocalisation de l’emploi ou une restructuration de l’entreprise. Cette situation affecte aussi bien des fonctionnaires que des salariés du privé, ayant parfois rarement connus de mobilité géographique par le passé. Enfin, le troisième groupe est formé par les personnes qui travaillent loin de leur domicile par choix : il s’agit autant de cadres soucieux de « faire carrière » que de couples cherchant à préserver un équilibre personnel et professionnel ou désireux d’expérimenter un autre mode de vie. On constate ainsi, et c’est l’un des intérêts de cette recherche, que les travailleurs mobiles appartiennent à des catégories sociales diverses. De même, la description de leurs lieux de vie donne à voir la variété de leurs choix résidentiels.

3Le deuxième chapitre est consacré à l’entrée en mobilité, qui correspond souvent à une bifurcation biographique. Celle-ci peut prendre la forme d’une « crise » : les individus ne sont pas préparés à vivre la mobilité, qui s’impose à eux pour une raison imprévue (chômage, délocalisation de l’entreprise, mutation contrainte, etc.) et qui a pour conséquence d’autres formes d’imprévisibilités liées aux décisions prises pour y faire face. L’entrée en mobilité peut également prendre la forme d’un « carrefour » : dans ce cas, si les perspectives de vie potentiellement induites par la mobilité sont davantage prévues, il n’en reste pas moins que les choix effectués peuvent avoir des conséquences imprévues. L’auteure analyse ainsi finement, et toujours en s’appuyant sur les situations que lui ont exposées les couples interrogés, les choix de vie. Ceux-ci résultent d’arbitrages effectué par le travailleur et son conjoint et prennent en considération leurs modes d’habiter et de vie, l’équilibre de leurs carrières professionnelles, les aspirations sociales et scolaires pour leurs enfants.

4Le troisième chapitre expose l’organisation de l’activité des travailleurs mobiles et les implications professionnelles de ces choix. On constate ainsi qu’être travailleur mobile induit des situations de travail très diverses, selon notamment que la mobilité est inscrite dans la pratique professionnelle ou non. Le cas des télétravailleurs est ensuite aussi précisément analysé, soulignant les réticences aussi bien institutionnelles que professionnelles auxquelles cette situation peut se heurter. Le télétravail est ainsi souvent négocié au cas par cas, tout comme l’aménagement des horaires de travail pour rendre compatible les déplacements professionnels et la vie familiale. Finalement, il apparaît qu’en raison des contraintes qui pèsent sur ces travailleurs mobiles, la mobilité sert autant leur carrière qu’elle peut la desservir.

5Le quatrième chapitre analyse les modalités pratiques de l’exercice de la mobilité. Après avoir abordé la question des coûts financiers, parfois très élevés, induits par les déplacements, l’organisation et le choix des trajets sont analysés. Ceux-ci influent sur la fréquence et la longueur des séjours passés en famille. La détermination du trajet le plus performant pour répondre aux exigences tant professionnelles que familiales est acquis par l’expérience : cette organisation est toutefois fragile et peut être bouleversée à tout moment par des changements d’horaires ou des suppressions de trains ou d’avions. Parce que les transports nécessitent d’être apprivoisés, sont également analysées les gestuelles, les procédures, les règles et les routines auxquels sont confrontés les travailleurs au cours de leurs déplacements.

  • 2 C’est par exemple le cas des femmes de détenus. Voir à ce sujet l’ouvrage de Caroline Touraut, La f (...)

6Dans le cinquième chapitre, l’organisation de la vie entre deux (lieu de résidence de la famille et lieu de travail à distance) est décortiquée. Sur leurs lieux de travail, les travailleurs mobiles résident à l’hôtel, en foyer, disposent d’un logement personnel ou font appel à leurs réseaux familiaux et amicaux. Leur quotidien est essentiellement centré sur leur travail ; peu d’entre eux ont des loisirs ou font des sorties sur place : cela s’explique tant par la fatigue induite par les déplacements que par la crainte de voir l’espace professionnel concurrencer l’espace familial. La vie entre deux est aussi médiatisée par l’usage du téléphone ou d’internet (Skype). Comme dans d’autres situations de séparation2, il apparaît que ces liens maintenus à distance, même très réguliers dans certains couples, ne pallient qu’imparfaitement l’absence du travailleur mobile.

7L’analyse des conséquences de la mobilité sur le conjoint est un autre des grands intérêts de cet ouvrage : il donne à voir les tensions et les articulations existant entre la mobilité et l’immobilité. On voit ainsi dans le sixième chapitre l’incidence de la mobilité liée au travail sur l’organisation de la vie quotidienne de « ceux qui restent ». Les déménagements familiaux fréquents ou l’absence régulière du conjoint mobile influent par exemple sur le type d’emploi exercé par le conjoint sédentaire. Au quotidien, ce dernier doit ensuite prendre en charge l’essentiel des tâches domestiques et l’éducation des enfants, au point que certains enquêtés comparent leur situation à celle des parents divorcés. Pour faire face aux charges accrues qui pèsent sur les conjoints des travailleurs mobiles, les solidarités familiales s’avèrent une ressource précieuse. Les extraits d’entretien donnent ensuite à voir la réorganisation des rôles au sein des couples mais aussi le vécu des enfants.

8Le dernier chapitre poursuit ces observations en abordant la construction du vivre-ensemble familial au moment du retour au domicile du travailleur mobile. Ce retour implique une réadaptation de ce dernier aux changements induits par son absence. Il révèle aussi les tensions au sein des couples, au sujet de l’éducation des enfants ou en raison de la fatigue et de la lassitude induites par la mobilité ou par la prise en charge du quotidien familial.

9Ce livre, qui cite fréquemment le matériau d’enquête et donne ainsi accès à des situations concrètes d’expériences de travailleurs mobiles et de leur famille, montre finalement que la mobilité est une épreuve qui a de nombreux coûts (économiques, psychologiques, relationnels, etc.). Elle n’en est pour autant pas une expérience de déracinement. En effet, l’analyse montre au contraire que les travailleurs mobiles sont principalement des sédentaires contraints à se déplacer et que les lieux priment dans la construction de leur identité (faible investissement du temps et des lieux de déplacement, construction de repères spatiaux et symboliques dans les lieux de la vie familiale).

10Il ressort également de ce livre l’existence d’une forme de socialisation à la mobilité. On y apprend en effet que certains de ces travailleurs mobiles sont également des enfants de grands mobiles. Certains sont dans la reproduction du modèle, alors que d’autres le rejettent et décident par exemple de limiter leur mobilité résidentielle, pour permettre à leurs enfants de nouer des liens avec des pairs, et font ainsi le choix d’un célibat géographique. Plus généralement, une réflexion sur les modalités d’apprentissage de la mobilité traverse l’ouvrage : l’éducation des enfants à la mobilité (p. 58), l’influence des expériences d’amis et de connaissances sur le choix de se déplacer (p. 63), l’intériorisation des routines et l’acquisition des compétences en matière de déplacement (p. 125-130), l’apprentissage de ce mode de vie par les membres de la famille (p. 190), etc.

11Cette analyse questionne aussi la construction du rapport de genre au sein des couples qui doivent faire face à cette mobilité géographique professionnelle. L’auteure, qui conclue à une « domination masculine persistante de l’espace » (p.229), constate que la majorité des travailleurs mobiles sont des hommes et montre comment cette situation a pour conséquence une accentuation de la répartition traditionnelle des tâches entre l’homme et la femme. Cette dernière, sédentaire, constitue la gardienne du foyer et est principalement en charge de l’éducation des enfants. Ce sont également les femmes qui sont amenées à accepter des situations professionnelles précaires ou dégradées au profit de la carrière professionnelle de leur conjoint mobile.

12Enfin, de manière secondaire dans l’ouvrage, cette analyse donne à voir la situation des couples britanniques installés en France. Ces migrations sont qualifiées de « styles de vie » dans la mesure où ce sont généralement des motivations hédonistes qui ont présidé à l’installation en France (désir d’un ailleurs, d’une vie plus apaisée, etc.). Leurs expériences sont en de nombreux points comparables à celles des autres couples français dont la situation est exposée dans l’ouvrage, si ce n’est qu’ils font l’expérience d’un changement de pays, qui implique un éloignement de la famille d’origine et une méconnaissance de la langue.

13Pour conclure, ce livre intéressera les étudiants et chercheurs travaillant non seulement sur la mobilité mais plus généralement sur les styles de vie et les modes d’habiter, la mobilité s’avérant un bon analyseur de la vie quotidienne. Il intéressera également nombre d’universitaires qui font l’expérience du travail mobile et qui se reconnaîtront sans doute dans certaines des situations décrites dans le livre…

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : Bruno Lefebvre, Ethnographie des travailleurs en déplacement. Voyages en Europe sociale : http://lectures.revues.org/11093 ; Emmanuel Ravalet, Stéphanie Vincent-Geslin, Vincent Kaufmann, Jean Leveugle, Tranches de vie mobile. Enquête sociologique sur la grande mobilité liée au travail : http://lectures.revues.org/19905 ; Emmanuel Ravalet, Stéphanie Vincent-Geslin, Vincent Kaufman, Gil Viry, Yann Dubois, Grandes mobilités liées au travail. Perspectives européennes : https://lectures.revues.org/19470.

2 C’est par exemple le cas des femmes de détenus. Voir à ce sujet l’ouvrage de Caroline Touraut, La famille à l'épreuve de la prison : https://lectures.revues.org/10194#bodyftn9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bony, « Nathalie Ortar, La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19988

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page