Navigation – Plan du site

Benjamin Derbez, Zoé Rollin, Sociologie du cancer

Vincent Schlegel
Sociologie du cancer
Benjamin Derbez, Zoé Rollin, Sociologie du cancer, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2016, 127 p., ISBN : 9782707182869.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce sont les deux pays choisis par les auteurs à des fins comparatives dans leur analyse de la polit (...)

1Le cancer est souvent présenté comme un véritable « fléau » des temps modernes, image renforcée par sa forte médiatisation et par l’institutionnalisation des politiques de lutte contre le cancer, en France comme aux États-Unis1. À ce titre, le cancer a suscité de nombreux travaux en sciences sociales, que l’ouvrage de Benjamin Derbez et Zoé Rollin propose de mettre en relation afin de montrer qu’il peut être considéré comme un objet sociologique à part entière. La variété des thèmes abordés dans ce livre confirme l’intérêt des chercheurs venus de différentes disciplines à étudier cette « pathologie millénaire » (p. 3), sans se limiter à l’approche biomédicale dominante jugée trop restrictive. À chacun des quatre grands axes de recherche identifiés par les auteurs, et autour desquels se sont polarisées ces études, correspond un chapitre du livre.

  • 2 Cette publicisation de la lutte contre le cancer trouve son aboutissement en France dans les trois (...)

2À l’aide d’analyses socio-historiques, le premier chapitre s’attache à retracer les étapes ayant rendu possible l’émergence d’une « biomédecine du cancer », caractérisée par son positionnement à mi-chemin entre le laboratoire et la clinique et son haut degré de spécialisation. Les auteurs montrent ainsi comment la requalification du cancer en tant que pathologie cellulaire au milieu du XIXe siècle ouvre la voie à la recherche thérapeutique. Jusqu’à ce tournant décisif, la théorie humorale, dominante depuis l’antiquité, donnait lieu à un « quasi-nihilisme thérapeutique » (p. 9). Dès lors, le développement de traitements innovants s’articule avec la création de nouvelles institutions qui ont modifié durablement le paysage de l’oncologie française, comme la Ligue Contre le Cancer en 1918 et les premiers centres anticancéreux dès 1921, dont les auteurs rappellent la genèse. La comparaison France/États-Unis adoptée apporte un éclairage intéressant, particulièrement en qui concerne la politisation de la lutte contre cancer et le retard relatif pris par le modèle français par rapport à son homologue américain, retard lié en grande partie à la concurrence nouvelle à laquelle doivent faire face ses deux institutions phares évoquées précédemment, dès le milieu du XXe siècle et jusqu’au début des années 1990. Ainsi, la réforme des centres d’une part, et le retour à une position hégémonique de la Ligue sur le front associatif d’autre part, concourent à la mise sur l’agenda politique de la lutte contre le cancer au début des années 2000. 2 Parallèlement au développement de nouvelles thérapies, qui ont conduit à considérer progressivement certains cancers comme curables, des controverses au sujet de son étiologie éclatent tout au long du XXe siècle, interrogeant du même coup les dispositifs de prévention à mettre en œuvre. Les premiers débats apparaissent suite aux études épidémiologiques qui visent à établir un lien de causalité entre tabagisme et survenue du cancer, débouchant en France sur de grandes campagnes de prévention à partir du milieu des années 1970. Cette politisation ne va pas sans susciter des interrogations, liées en grande partie au fait que si l’éducation pour la santé se veut dénuée de jugements moraux, elle n’en demeure pas moins une tentative de rendre l’individu responsable de ses actes et de leurs conséquences lorsqu’il adopte une conduite qu’il sait pourtant « à risque ». Mais la prévention prend aussi d’autres formes, dont certaines sont extrêmement biomédicalisées. C’est le cas du dépistage organisé du cancer du sein, ou des diagnostics et traitements toujours plus précoces. Les frontières entre le curatif et le préventif se révèlent alors minces – voire inexistantes – en cancérologie, notamment à cause de son placement au carrefour de différentes spécialités médicales : chirurgie, génétique, radiologie, médecine interne, etc. Cela ne va pas sans susciter des questions d’ordre éthique, souvent éludées au profit d’une injonction à combattre le cancer à ses différents niveaux de développement.

  • 3 Bury Michael, « Chronic illness as a biographical disruption », Sociology of Health and Illness, vo (...)

3Le troisième axe de recherche développé dans le livre est celui des inégalités sociales de santé. Les auteurs mobilisent ici les nombreuses études quantitatives produites par des épidémiologistes pour étayer leur propos. Le premier constat est tristement connu : les populations les plus défavorisées subissent une double peine, puisqu’elles sont à la fois plus nombreuses à développer un cancer au cours de leur vie mais aussi plus nombreuses à en décéder. De nombreux modèles explicatifs ont vu le jour pour expliquer ce phénomène, mettant toutefois en avant les conduites individuelles plutôt que certaines expositions collectives, souvent négligées par rapport aux premières. Cependant, comme les auteurs le rappellent, les comportements « à risque », fortement individualisés, doivent aussi être mis en lien avec les processus sociaux, dans lesquels ils s’insèrent, tâche qui incombe généralement au sociologue. Les conduites alcoolo-tabagiques, sur lesquelles se focalisent les dispositifs de prévention actuels, sont ainsi connues pour être socialement stratifiées. Cependant, elles ne peuvent expliquer à elle seules les inégalités d’incidence et de mortalité constatées entre les différents groupes sociaux. Ces différences sont aussi déterminées par les « rapports de pouvoir et de domination » de notre société (p. 72) dont les expositions collectives sont le reflet. Ces dernières font pourtant l’objet de nombreuses controverses, l’existence d’un lien de causalité pouvant expliquer la survenue du cancer étant régulièrement remis en cause. C’est notamment le cas des facteurs de risque professionnel qui restent aujourd’hui peu pris en compte par les autorités sanitaires, alors même qu’ils seraient en mesure d’éclairer, au moins en partie, la répartition inégalitaire du cancer sur le territoire français. Enfin, la dernière tradition de recherche évoquée dans l’ouvrage concerne l’expérience de la maladie chronique par les personnes qui en sont atteintes. Les auteurs reviennent ici sur les nombreux travaux ayant montré le « bouleversement biographique »3 induit par le diagnostic d’un cancer. En effet, « les patients construisent une signification particulière de leur maladie, survenue à un moment spécifique » (p. 85) et la temporalité particulière de celle-ci modifie durablement leurs différentes interactions sociales. C’est d’abord dans la relation de soin que cette transformation a lieu : le patient, ainsi que sa famille, sont amenés à « négocier » la prise en charge face à un médecin qui doit déléguer certaines tâches. Mais la maladie chronique impose aussi à la personne malade des changements importants en dehors de la sphère médicale, dans les autres mondes sociaux auxquels il appartient (famille, travail, école, etc.). En lien avec le chapitre III, on voit comment un cercle vicieux peut progressivement se dessiner pour la personne malade qui, du fait de son état pathologique, se voit confrontée à des difficultés liées au stigmate de la maladie dans d’autres sphères de sa vie sociale.

4Outre le fait que l’ouvrage constitue une synthèse particulièrement aboutie des travaux menés par les sciences sociales à propos du cancer, son intérêt principal réside dans la réaffirmation de l’utilité de la sociologie dans l’étude de phénomènes fortement biomédicalisés, et qui, de fait, sont souvent considérés comme exempts de l’influence du social. En effet, tout se passe alors comme si la rationalité médico-scientifique les en tenait éloignés. C’est à partir de ce constat que les auteurs plaident, en guise de conclusion, pour le développement de la recherche-action : la sociologie du cancer pourrait alors infléchir le cours de l’action à court-terme, à condition qu’elle accepte d’y apporter sa propre contribution (p. 101). On peut toutefois regretter qu’un aperçu des résultats pratiques et théoriques que ce type de démarche a déjà produit ne soit pas plus présent dans le cœur du livre.

Haut de page

Notes

1 Ce sont les deux pays choisis par les auteurs à des fins comparatives dans leur analyse de la politisation de la lutte contre le cancer.

2 Cette publicisation de la lutte contre le cancer trouve son aboutissement en France dans les trois « Plans Cancer » successifs, le premier ayant été lancé en 2003.

3 Bury Michael, « Chronic illness as a biographical disruption », Sociology of Health and Illness, vol. 4, n° 2, 1982, p 167-182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Schlegel, « Benjamin Derbez, Zoé Rollin, Sociologie du cancer », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19999

Haut de page

Rédacteur

Vincent Schlegel

Titulaire d’un Master 2 recherche « Pilotage des Politiques et Actions en Santé Publique » (EHESP-IEP de Rennes)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page