Navigation – Plan du site

Lorenzo Barrault-Stella, Gaële Goastellec (dir.), « L’éducation, un objet désormais commun à la sociologie et à la science politique », Éducation et sociétés, n° 36, 2015

Igor Martinache
L’éducation, un objet désormais commun à la sociologie et à la science politique
Lorenzo Barrault-Stella, Gaële Goastellec (dir.), « L’éducation, un objet désormais commun à la sociologie et à la science politique », Éducation et sociétés, n° 36, 2015, Lyon, Bruxelles, ENS Éditions, De Boeck, ISBN : 9782807300866.
Haut de page

Texte intégral

1Hormis peut-être le système de retraite, peu de sujets suscitent autant de passions politiques que l’éducation. En témoignent la réforme du collège actuellement sur les rails et celle des rythmes scolaires il y a quelques années, sans même remonter à la manifestation monstre le 24 juin 1984, contre le projet de loi Savary, qui contribua à son retrait. Et pourtant, les politistes se sont jusqu’à récemment maintenus largement à l’écart de la question, comme si elle ne constituait pas un objet politique en soi. Dans les années 1970, tout juste était-elle intégrée comme variable explicative des comportements politiques, ainsi que le rappellent en introduction les responsables du dossier, Lorenzo Barrault-Stella et Gaële Goastellec. Puis, dans les deux décennies suivantes, c’est sous l’angle de l’économie publique comparée qu’elle a été principalement abordée, en privilégiant cependant un angle quantitatif, pour envisager les efforts et résultats des politiques publiques menées en la matière. C’est seulement depuis une dizaine d’années, sous l’effet à la fois des transformations de la science politique et de la sociologie de l’éducation, mais aussi de l’éducation elle-même, que les deux champs de recherche se décloisonnent pour leur plus grand profit. Telle est justement la démonstration en actes qu’entend réaliser ce dossier, lui-même issu d’un atelier organisé durant le colloque « Les sciences sociales européennes face à la globalisation de l’éducation et de la formation », qui s’est tenu à l’Université d’Amiens en novembre 2014. Plusieurs enjeux se posent ainsi à cette sociologie politique de l’éducation en essor, qu’il s’agisse notamment d’articuler différentes échelles d’analyse, du plus local au global, pour saisir les dynamiques d’internationalisation qui traversent l’éducation et prennent la forme de divers dispositifs « innovants », mais aussi la manière dont les systèmes éducatifs remodèlent en retour les sociétés contemporaines. Les outils et concepts de la science politique s’avèrent ainsi plus qu’utiles pour saisir la construction des politiques scolaires, mais aussi en amont celle des « problèmes publics » en matière éducative, pour analyser ainsi à la fois les institutions qui organisent l’éducation, de même que les mobilisations que celles-ci suscitent et qui contribuent à leurs transformations.

  • 1 Voir Pierre Muller, Les politiques publiques, Paris, PUF, 2015 [11e édition].
  • 2 Isabelle Bruno et Emmanuel Didier (dir.), Benchmarking : l’État sous pression statistique, Paris, L (...)

2 Dans un premier article, Baptiste Véroone revient sur la construction « à tâtons », au sein de l’Union européenne, d’un classement des universités baptisé « U-Multirank » au tournant de la décennie 2010. Il montre ainsi comment ce dernier s’intègre dans un référentiel - c’est-à-dire, dans le langage des politiques publiques, un cadre cognitif partagé à un moment donné1 -, néolibéral qui fait la part belle au benchmarking2 sous couvert de transparence et d’émulation. Reste qu’en matière d’enseignement supérieur, la mise en place de tels classements ne va pas de soi, nombre de responsables politiques étant échaudés par le poids de celui dit de Shangaï, globalement peu amène avec les établissements du continent, mais c’est justement la volonté de lui substituer un autre indicateur multidimensionnel qui l’emporte. L’auteur décrit ainsi les tâtonnements politico-techniques qui se déroulent alors, sous l’égide de la Commission européenne et du groupe d’experts sélectionnés par ses soins, avec un souci tout particulier d’éviter les conflits, en tentant autant que faire se peut de mettre l’accent sur la dimension « technique » du travail éminemment politique de sélection des critères.

3 Florence Vallade revient dans son article sur le processus de construction du problème public de l’autisme en France, en montrant à la fois comment la désignation même de cette psychose s’est diffusée dans l’espace public au cours des années 1990, mais aussi comment a été progressivement imposée l’idée selon laquelle son traitement ne saurait être qu’éducatif. Après un retour pédagogique sur la littérature et les concepts concernant ce sous-champ de la science politique que constitue l’analyse de la construction des problèmes publics, elle met ainsi en évidence les « entrepreneurs de morale », en l’occurrence quelques associations de chercheurs et parents d’enfants concernés, qui sont parvenus au fil de leur « croisade » à importer des États-Unis une approche scientifique de l’autisme et un traitement comportemental découlant de cette dernière. Nazli Nozarian s’intéresse pour sa part à la genèse d’un autre problème public : le développement des dispositifs de « démocratisation » des grandes écoles. Elle pointe ainsi le rôle pionnier en la matière de Sciences-po Paris, qui dès 2001 met en place une procédure d’admission spécifique aux élèves issus de lycées partenaires situés en Zone d’éducation prioritaire (ZEP). Elle montre ainsi comment sa mise en œuvre découle à la fois de la position de « franc-tireur » de Sciences-po dans le champ de l’enseignement supérieur français, ni Université, ni grande école comme les autres, et de de la coopération d’agents diversement intéressés à l’affaire, qui se sont progressivement coalisés dans la dénonciation d’un « problème » de l’homogénéité sociale du recrutement des grandes écoles et ont imposé une « solution », là aussi perçue comme évidente et ont su la préserver contre ses remises en cause.

4 C’est à un autre aspect politique de l’éducation, longtemps sous-exploré, que sont consacrées les deux contributions suivantes : l’engagement des enseignants. Celle de Juliette Fontaine revient ainsi sur les réformes éducatives mises en place à partir de l’été 1940 par le régime de Vichy, elles-mêmes liées à la construction discursive du « problème » de la décadence morale de la société française, expliquant la défaite militaire et imputé en large partie à son école. Ces réformes de l’école font la part belle aux propositions très critiques envers l’école républicaine, élaborées au sein du Cercle Fustel de Coulanges, groupe d’enseignants réactionnaires fondé en 1926, au moment de la victoire du Cartel des Gauches. Mais comme le montre l’auteure, sur le terrain, les enseignant-e-s, loin de mettre en œuvre docilement ces consignes, vont pour certain-e-s développer une série de micro-résistances quotidiennes, manifestant un attachement républicain, même si les matériaux mobilisés ne permettent cependant pas de connaître l’ampleur réelle de ces dernières. Frédéric Sawicki se penche pour sa part sur la période contemporaine à partir des résultats d’une vaste enquête par questionnaires, menée auprès des enseignants des premier et second degrés dans l’académie de Lille. À partir d’une analyse factorielle, il met notamment en évidence une forte hétérogénéité dans les rapports à l’engagement de ce groupe professionnel, entre les « hypermobilisés », engagés tous azimuts, celles et ceux qui se mobilisent prioritairement autour de leur métier, celles et ceux qui vont se mobiliser au contraire prioritairement sur des causes extérieures, et enfin celles et ceux qui sont rétifs à tout engagement. Contre l’idée fréquente d’une démobilisation générale, ces résultats montrent aussi un taux de syndicalisation qui, s’il baisse, reste néanmoins très élevé au regard de la moyenne nationale, et un intérêt pour la politique qui reste très marqué, malgré une distance croissante pris vis-à-vis des organisations partisanes. Ces données quantitatives ouvrent ce faisant une série de pistes pour tenter d’expliquer pourquoi les enseignants paraissent aujourd’hui peiner à peser sur la définition des politiques scolaires. Et, suggère l’auteur en conclusion, « plutôt que d’imputer au corporatisme et au conservatisme syndicaux la seule responsabilité de cette incapacité des enseignants à peser autrement que négativement sur l’évolution de leur cadre de travail, il conviendrait de prendre la mesure de ce que cette impuissance doit à la forte hétérogénéité des orientations politiques des enseignants, mais aussi à la moindre place qu’ils occupent aujourd’hui dans les partis politiques » (p. 100).

  • 3 Voir Gøsta Esping-Andersen, Les trois mondes de l’État-providence, Paris, PUF, 1999.

5 Lorenzo Barrault-Stella et Cécile Hess s’intéressent enfin dans leur article à une autre hétérogénéité de l’engagement des enseignants : celle des manières par lesquelles ils s’efforcent d’exercer la discipline. À partir d’observations et entretiens menés auprès d’élèves et d’enseignants d’un collège de ZEP dans l’académie de Strasbourg, ils mettent ainsi en évidence, à côté du contrôle social autoritaire traditionnel, reposant sur la sanction négative, l’utilisation, notamment par les plus jeunes, de techniques pour obtenir la conformation des élèves, tenant à l’individualisation du suivi, ou encore à la délégation du contrôle social aux parents ou même aux groupes de pairs. Tant par les dimensions traitées que par les outils méthodologiques et conceptuels mobilisés, les articles de ce dossier démontrent bel et bien combien la science politique peut contribuer à renouveler l’étude des faits éducatifs, mais aussi suggèrent combien d’angles morts restent à explorer et de pistes à continuer de creuser en la matière. À noter enfin parmi les articles composant le hors-dossier, celui de Léonard Moulin, qui propose une analyse internationale comparée des dépenses dans l’enseignement supérieur, qui rejoint et amende la fameuse typologie des trois régimes d’« État-Providence » élaborée par Gøsta Esping-Andersen3, et montre surtout que la « solution » libérale consistant à augmenter les frais d’inscription pour « responsabiliser » les étudiant-e-s et ainsi accroître leur réussite s’avère un véritable leurre, sans pour autant que le statu quo des systèmes corporatistes comme celui de la France s’avère davantage souhaitable. Dans ce domaine aussi, le modèle social-démocrate apparaît finalement de loin le plus à même de permettre de concilier égalité et « efficacité ». À bon entendeur…

Haut de page

Notes

1 Voir Pierre Muller, Les politiques publiques, Paris, PUF, 2015 [11e édition].

2 Isabelle Bruno et Emmanuel Didier (dir.), Benchmarking : l’État sous pression statistique, Paris, La Découverte, 2013.

3 Voir Gøsta Esping-Andersen, Les trois mondes de l’État-providence, Paris, PUF, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Lorenzo Barrault-Stella, Gaële Goastellec (dir.), « L’éducation, un objet désormais commun à la sociologie et à la science politique », Éducation et sociétés, n° 36, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20002

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page