Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Cabestan, La politique internationale de la Chine. Entre intégration et volonté de puissance

David Noël
La politique internationale de la Chine
Jean-Pierre Cabestan, La politique internationale de la Chine. Entre intégration et volonté de puissance, Les Presses de Sciences Po, 2015, édition mise à jour et enrichie, 1re éd. 2010, ISBN : 978-2-7246-1805-1.
Haut de page

Texte intégral

1Sinologue réputé, directeur de recherche au CNRS et directeur du département de science politique et d’études internationales de l’Université baptiste de Hong-Kong, Jean-Pierre Cabestan vient de faire paraître une seconde édition mise à jour et enrichie de son ouvrage sur la politique internationale de la Chine, initialement paru en 2010.

2Depuis la première édition, Xi Jinping a succédé à Hu Jintao en 2013 à la présidence de la République populaire, la Chine est devenue en 2014 la deuxième puissance économique du monde, l’alliance entre la Chine et la Russie s’est renforcée et les tensions se sont avivées en mer de Chine entre la République populaire et ses principaux rivaux dans la région, les États-Unis et le Japon.

  • 1 « Senkaku-Diaoyu : incident naval sino-américain », Le Monde.fr, 14 décembre 2013, en ligne : http: (...)
  • 2 Michel de Grandi, « Mer de Chine : les États-Unis testent la détermination de Pékin », Les Échos.fr(...)

3Le sous-titre choisi par Jean-Pierre Cabestan, « entre intégration et volonté de puissance », pose clairement la problématique de l’ouvrage. Consciente de ses forces, la Chine hésite de moins en moins à montrer ses muscles. Récemment, des incidents ont éclaté autour des îles Senkaku-Diaoyu1 et des îles Spratleys2, des îlots qu’elle revendique en mer de Chine orientale et méridionale. Néanmoins consciente de ses faiblesses, la Chine s’est convertie au multilatéralisme qui sert ses intérêts de grande puissance et lui permet d’étendre son influence dans le monde. Grande puissance moderne, la Chine utilise à la fois les armes diplomatiques et militaires du hard power classique et celles économiques et culturelles du soft power.

4Les deux premiers chapitres de l’ouvrage de Jean-Pierre Cabestan opèrent un retour chronologique. Le premier est consacré à « l’après Tiananmen » qui a vu Pékin chercher à sortir de son isolement diplomatique et renouer avec le monde. La crise dans le détroit de Formose en 1996 et la réaction des États-Unis qui envoyèrent alors deux groupes aéronavals pour protéger Taïwan ont convaincu la direction du Parti communiste chinois et de l’Armée populaire de libération (APL) de modifier leur approche. Dans la deuxième partie des années 1990, la Chine de Jiang Zemin a ainsi établi des partenariats stratégiques avec la Russie, la France et l’Union européenne. Cette politique d’ouverture s’est poursuivie avec Hu Jintao, entre 2002 et 2012, à la suite des attentats du 11 septembre 2001 et de la guerre contre le terrorisme, qui ont amené la Chine à collaborer plus étroitement avec les États-Unis, mais aussi avec la Russie et les pays d’Asie centrale. Cependant, l’éclatement de la crise financière en 2008 ainsi que les difficultés rencontrées par les États-Unis en Irak et en Afghanistan ont sensiblement modifié la donne, la Chine étant de moins en moins disposée au compromis, souligne Jean-Pierre Cabestan dans le chapitre 2 consacré à l’évolution de la politique étrangère chinoise depuis 2000 : « La diplomatie chinoise s’est adaptée à l’évolution de son économie et de sa société. […] Si la politique étrangère est devenue plus sophistiquée […], plus que jamais, Pékin compte modifier l’ordre mondial international dans un sens qui lui est favorable afin de mieux protéger ses intérêts fondamentaux. […] En ce sens, aujourd’hui, la Chine est plus que jamais une puissance révisionniste » (p. 117).

5Le troisième chapitre est consacré aux orientations actuelles de la politique de sécurité chinoise. Les différents livres blancs de la défense publiés par la République populaire témoignent d’une diversification relative des menaces perçues par la Chine, sur fond de rivalité durable avec les États-Unis. La Chine a entrepris la modernisation rapide de son outil militaire et y consacre une part plus importante de son budget (145 milliards de dollars en 2015). Son objectif est de disposer à terme d’une supériorité aérienne et navale dans le détroit de Formose face aux forces de Taïwan, du Japon et des États-Unis ; afin de dissuader ces derniers d’intervenir pour protéger leur allié taïwanais en cas de guerre. L’APL présente toutefois un certain nombre de faiblesses et ses soldats n’ont pas l’expérience du combat. Jusqu’en 2009, jamais les casques bleus chinois envoyés en opération de maintien de la paix n’avaient pris part à des combats. L’implication de 500 soldats chinois d’infanterie au Mali en 2013 et de 700 autres en Sud-Soudan en 2014 constitue à cet égard une nouveauté qui doit permettre à l’armée chinoise d’améliorer ses capacités opérationnelles. Mais la République populaire ne veille pas seulement à sa sécurité militaire ; les autorités chinoises entendent garantir également la sécurité énergétique de leur pays et ses approvisionnements en pétrole et en gaz naturel, sa sécurité environnementale, sa sécurité sanitaire et alimentaire et encore sa sécurité financière.

6Jean-Pierre Cabestan présente dans le quatrième chapitre les différentes instances de décision en matière de politique étrangère : le bureau politique du Parti communiste chinois et la commission militaire centrale, le ministère des Affaires étrangères et celui du Commerce, mais aussi les différents « groupes dirigeants », ces commissions discrètes mais puissantes où se prennent les grandes décisions. S’interrogeant sur le nationalisme chinois, Jean-Pierre Cabestan remarque que « les responsables du PC sont nationalistes et restent probablement plus xénophobes que de nombreux Chinois. […] Ce nationalisme d’État est aujourd’hui l’une des sources essentielles de leur légitimité […]. Mais en même temps, la direction du PC reste plus libre que les gouvernements démocratiques élus de faire les choix de politique étrangère qu’elle souhaite. […] il y a désormais en Chine de multiples manières d’être nationaliste » (p. 238-239).

7Les six chapitres qui suivent sont centrés sur les relations que la Chine entretient avec le reste du monde : les États-Unis (chapitre 5), le Japon (chapitre 6), la Russie et l’Asie centrale (chapitre 7), l’Inde (chapitre 8), l’Union européenne (chapitre 9) et enfin les pays émergents (chapitre 10). On constate que les rapports sino-américains se sont améliorés depuis 2001 alimentant même les spéculations autour d’un G2 américano-chinois qui traiterait des grands problèmes globaux sans trop tenir compte de l’avis des autres grandes puissances. En dépit de ces rapprochements, par exemple sur les questions climatiques lors du sommet de Copenhague en 2009, l’objectif de la Chine reste inchangé : « déligitimer puis marginaliser la présence des États-Unis en Asie » ; mais Jean-Pierre Cabestan estime que « renforcée par l’alliance américano-japonaise, l’asymétrie des puissances militaires que l’on observe encore aujourd’hui entre les États-Unis et la Chine en Asie orientale perdurera encore longtemps » (p. 316-317).

8Avec le Japon, les rapports sont tout aussi complexes et en 2002, une partie des experts chinois ont pu plaider pour un rapprochement sino-japonais afin de contrebalancer l’influence américaine. Les conflits autour de la délimitation des Zones économiques exclusives des deux pays en mer de Chine, ainsi que la montée du nationalisme à Tokyo comme à Pékin, avec les visites du premier ministre japonais au sanctuaire de Yasukuni et les manifestations antijaponaises de 2005, ont dégradé les relations entre les deux pays avec des échanges économiques en diminution sur fond de rivalités stratégiques, malgré l’interdépendance des économies japonaise et chinoise et le maintien d’étroites relations éducatives et culturelles entre les deux pays.

9Le partenariat économique et stratégique noué avec la Russie dans les années 1990 et qui est allé en se renforçant permet à la Chine de contrebalancer l’influence américaine, notamment en Asie centrale, et de diversifier ses sources d’approvisionnement en pétrole. Confrontés à des menaces sécessionnistes, les deux pays restent attachés à la non-ingérence et se sont montrés hostiles ou réservés face aux interventions occidentales en Irak, en Libye et en Syrie. L’Organisation de coopération de Shanghai, fondée en 2001, s’est étoffée, non sans arrière-pensées, la Russie voulant éviter que l’OCS ne vienne porter ombrage à la CEI. Malgré l’activisme de la République populaire, l’OCS n’est pas encore devenue une organisation multilatérale régionale crédible comparable à l’Union européenne ou à l’OTAN.

10Vis-à-vis de l’Inde, un certain nombre de difficultés héritées de l’histoire (tracé de la frontière, question tibétaine) se sont aplanies, mais restent présentes. Si les deux pays s’intègrent aux forums des grands pays émergents (sommet des BRICS entre Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud ; sommet des BASIC réunissant les mêmes sans la Russie), l’alliance sino-pakistanaise reste un obstacle à tout rapprochement sino-indien, sur fond de rivalités économiques entre deux économies qui se retrouvent en situation de compétition dans leur sphère d’influence de l’Asie du Sud et avec le reste du monde.

11Avec l’Union européenne, « la Chine peut se permettre […] de se montrer exigeante, voire capricieuse, et plus rarement conciliante » (p. 468). L’intérêt stratégique européen pour la Chine reste ponctuel de même que la politique européenne de Pékin n’apparaît pas prioritaire. La Chine privilégie en fait ses relations bilatérales avec la France ou l’Allemagne. Les relations commerciales entre la Chine et l’UE sont marquées par un grand déséquilibre (160 milliards de dollars de déficit commercial pour l’Union européenne).

12Pour finir, Jean-Pierre Cabestan considère que les relations entre la Chine et les pays en développement se situent « entre coopération, prédation et leadership ». Derrière un discours officiellement tiers-mondiste qui s’est bien atténué depuis l’époque de la conférence de Bandung, la Chine privilégie en fait les relations bilatérales avec les grands pays d’Asie (Arabie saoudite, Iran), d’Afrique (Nigeria, Ethiopie, Afrique du Sud, Angola) et d’Amérique (Brésil, Venezuela, Argentine). L’aide au développement apportée par la Chine aux pays d’Afrique, loin d’être désintéressée, place ses entreprises publiques en position de force et assure au pays l’accès à des matières premières stratégiques qui lui permettent de diversifier ses sources d’approvisionnement. Contestée, la politique africaine de la Chine est jugée véritablement prédatrice par une partie des sociétés africaines.

13Jean-Pierre Cabestan conclut donc que « capitalisant sur la réussite de son décollage économique et la modernisation de ses forces armées, la Chine est redevenue en Asie-Pacifique une puissance régionale incontournable et complète, à la fois politique, économique et militaire », mais qu’elle restera le deuxième grand de la planète et devra compter avec les autres puissances régionales que sont l’Inde, la Russie et le Japon : « dans le monde multipolaire qu’elle a appelé de ses vœux, la Chine risque de voir ses ambitions hégémoniques pendant longtemps contrariées » (p. 563).

14Précis, documenté, nourri de nombreuses références à des revues chinoises d’analyse stratégique, l’ouvrage de Jean-Pierre Cabestan offre un éclairage d’une grande acuité sur la politique internationale de la Chine. Loin de tout angélisme et de tout catastrophisme, l’auteur livre au final un jugement lucide et nuancé sur la Chine d’aujourd’hui qui permettra au lecteur de mieux comprendre les aspirations, les atouts et les fragilités d’un pays qui ambitionne de devenir la première puissance du monde.

Haut de page

Notes

1 « Senkaku-Diaoyu : incident naval sino-américain », Le Monde.fr, 14 décembre 2013, en ligne : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/12/14/senkaku-diaoyu-incident-entre-navires-americains-et-chinois_4334366_3216.html.

2 Michel de Grandi, « Mer de Chine : les États-Unis testent la détermination de Pékin », Les Échos.fr, 27 octobre 2015, en ligne : http://www.lesechos.fr/27/10/2015/lesechos.fr/021434803372_mer-de-chine---les-etats-unis-testent-la-determination-de-pekin.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Jean-Pierre Cabestan, La politique internationale de la Chine. Entre intégration et volonté de puissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20027

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page