Skip to navigation – Site map

Jilali El Adnani, Mohammed Kenbib, Histoire du Maroc indépendant. Biographies politiques

Daniel Rivet
Histoire du Maroc indépendant
Jilali El Adnani, Mohammed Kenbib (dir.), Histoire du Maroc indépendant. Biographies politiques, Rabat, Université Mohamed V, 2015, 616 p..
Top of page

Full text

1Entreprendre 137 notices biographiques retraçant l’itinéraire en politique d’acteurs dont la majorité est encore en activité ou du moins de ce monde : tel est l’objectif de ce dictionnaire de la vie politique au Maroc depuis 1956. Il est le fruit de vingt-trois collaborateurs, dont huit femmes et plusieurs doctorants du Centre d’histoire du Temps présent impulsé par deux coordinateurs : Jilali Al Adnani et Mohammed Kenbib, le premier auteur de deux ouvrages remarqués sur la confrérie de la Tidjaniya et la fabrique du Sahara occidental à l’époque coloniale, le second auteur consacré dans le champ académique international par ses travaux sur les relations entre juifs et musulmans au Maroc et l’État chérifien face à la pénétration européenne au XIXe siècle. L’ouvrage se conforme à l’une des recommandations de l’Instance Équité et réconciliation formulée en 2007 : écrire l’histoire du temps présent et traiter des brûlures infligées durant les « années de plomb » sous le règne de Hassan II. Dans leur préface, les deux coordinateurs resituent cette somme dans son contexte contemporain : il s’agit d’une histoire civique et critique et, disons le d’emblée, la somme qu’ils ont mise en œuvre remplit l’objectif fixé par Driss Ben Zekri et Driss Al Yazami, les deux têtes pensantes de cette instance, d’examiner sans tabou le long demi-siècle postérieur au protectorat français et espagnol. Ce dictionnaire à base de biographies politiques a construit le matériau pour écrire cette histoire. Il contribuera à déplacer loin en aval de 1956 le niveau de base de la conscience historique des Marocains longtemps bloqué au seuil de l’indépendance.

2Quelques lignes de force surgissent à la lecture de ces biographies. Je ne fais que les suggérer. L’importance du lieu de socialisation des futurs acteurs politiques ressort avec force. Nombre d’entre eux descendent de parents militants nationalistes istiqlaliens ou PDI (parti démocratique de l’Indépendance). D’une femme dirigeante du PPS (parti du Progrès et du Socialisme), son biographe dit qu’elle n’entra pas en politique, mais qu’elle tomba dedans dès son enfance, tant sa famille était militante. On voit par ailleurs les quartiers populaires prendre la relève des médinas en tant que pépinières d’hommes ou femmes intensément politisés. Certains furent élevés dans une famille austère et pieuse, les islamistes, mais pas exclusivement. Les lycées et universités furent des rampes de lancement au même titre que le Collège royal. De même la Qaraouiyine à Fès et la Youssoufia à Marrakech ou encore l’Association des étudiants musulmans d’Afrique du Nord à Paris, à laquelle succède après 1960, l’UNEM. Des événements ont constitué des déclics : la sanglante répression des émeutes de Casablanca en mars 1965 et la guerre des six jours début juin 1967, par exemple.

3Ce qui ressort également de cette anthologie, c’est la longévité politique (la « gérontocratisation » : disent les auteurs) de ce personnel, son parcours souvent sinusoïdal et les risques encourus à faire de la politique au Maroc. Commençons par ce dernier trait. C’est le non dit qui surplombe tant de parcours. Il y eut ceux qui encoururent les foudres du protectorat finissant : le centre d’interrogatoire de Derb Moulay Chérif à Casablanca, où déjà se pratique la torture, et la forteresse de Aghbalou N’Kerdous dans le Haut Atlas oriental, presque une alter-université pour un nombre considérable de nationalistes, dont un Mehdi Ben Barka ou un Driss M’hamedi, second ministre de l’Intérieur après le caïd Lhassen Lyoussi. Il y eut ceux qui subirent la répression des « années de plomb » qui succéda à celle de la puissance coloniale : c’est le cas de la plupart des acteurs de la « transition consensuelle » du gouvernement de Youssoufi de 1998 à 2002 et, plus encore, du processus de démocratisation déclenché par l’IER à partir de 2004. Le parcours du communiste Abdallah El Ayachi illustre, comme celui, tragique, de Ben Barka, la trajectoire de ceux qui traversèrent les deux vagues de répression qui s’enchaînent de part et d’autre de 1956. Celui de l’indomptable Saïda Lemnebhi, morte d’une grève de la faim en 1977, atteste que des femmes marocaines parvinrent à la hauteur de la figure mythique d’Antigone. Ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage que de faire ressortir ces vies intrépides de militantes féministes acquises à la conquête des droits de l’homme. Elles se forgèrent dans l’ultragauche (UNEM, Ila al Amam et mouvement du 23 mars) et la prison. Et, comme pour les hommes, les années 1980 furent un seuil les faisant basculer, après une phase d’autocritique, dans une autre approche du politique, conférant la priorité à la construction d’une démocratie pluraliste reprenant le projet de monarchie constitutionnelle et parlementaire porté par une minorité de signataires du Manifeste de l’Istiqlal en 1944.

4Dans ces conditions, la longévité de la plupart des hommes politiques témoigne à la fois de l’immobilisme de la « démocratie hassanienne » (selon Moulay Ahmed Alaoui, le communicant principal du roi), et des revirements décrits par nombre d’entre eux pour survivre. Un politicien renommé déclare que la vie politique au Maroc est d’une telle subtilité qu’il faut la décrypter comme un rébus semé de hiéroglyphes. Il y a des bifurcations qu’on peut passer au crible de la raison politique, comme celle qui scinde en deux en 1959 le parti de l’Istiqlal et génère l’UNFP (Union nationale des forces populaires). Mais d’autres restent illisibles au regard des contemporains : quel clivage opérer entre le Rassemblement National des Indépendants d’Ahmed Othman qui date de 1973 et l’Union Constitutionnelle fondée en 1983 par Maâti Bouabid ? Et la cascade de scissions qui pulvérisent au début du XXIe siècle la gauche de la gauche marocaine est illisible à l’aune d’une grille de lecture fondée sur la grammaire de la gauche arabo-occidentaliste. Ressort qu’à la génération des nationalistes dans la force de l’âge dans les années 1960 succède celle des grands commis de l’État au cours des années 1980, puis, au début du XXIe siècle, celle des militants surgis de l’extrême gauche et du mouvement islamiste qui, tous aujourd’hui, dépassent la cinquantaine. Le goût de la politique a-t-il déserté les Marocains ? Le système est-il bloqué ? Ces interrogations parsèment diverses notices portant l’accent sur le « nomadisme » de nombre de politiques passant d’un parti l’autre et virevoltant au gré des humeurs du souverain et des oscillations de la conjoncture historique.

5L’intérêt de ce dictionnaire de la vie politique provient également du fait que les auteurs prennent appui sur une notice biographique pour introduire un éclairage coulissant sur tel ou tel épisode de l’histoire du temps présent ou sur tel ou tel phénomène structurant de la destinée du pays.

6Un épisode : c’est par exemple la façon, subtile, dont sont présentés les parcours contrastés du docteur Mohammed Benhima et du professeur de médecine Azzedine Laraki. Tous deux tiennent à une période clé le portefeuille de l’Éducation nationale. Le premier en 1966 veut moduler l’arabisation, le second à partir de 1973 la généraliser sans transition. Les avertissements lancés par le premier font ressortir la justesse de sa vision ; la politique démagogique du second retentit encore lourdement sur le fort bas niveau de l’enseignement public. L’amazighité, diffuse ou ouverte, qui occupe le derrière de la scène au lendemain de l’indépendance est également campée en toile de fond à travers la personne non pas de l’ondulant Mahjoub Ahardan, mais du caïd Lhassen Lyoussi, qui, lui, en est un concentré insoluble dans tout autre courant politique.

7Un fait structurant : c’est la présence accrue des femmes dans le paysage politique, qui, à travers quelques notices, sert à illustrer la montée d’un féminisme d’État ou indocile, incontrôlable, et la consolidation du courant des droits de l’homme, rampe d’accès pour nombre de femmes à des rôles politiques. C’est également à travers les remarquables entrées figurant à cheikh Yassine et à Raïssouni, un clerc à la topographie intellectuelle atypique, que le mouvement islamiste est mis en perspective au-delà des données classiques fournies sur sa cristallisation partisane. S’éloignant des catégories analytiques en vogue chez tant de politologues analysant l’islamisme en termes d’offre sur un marché de biens spirituels, les auteurs de ces deux notices se livrent à une approche inductive, nous livrant l’accès à l’intérieur de ces deux personnages emblématiques d’un islamisme spécifique au Maroc.

8Historiens, sociologues et anthropologues du politique tiendront avec ce dictionnaire une base de données indispensable et irremplaçable pour construire une typologie de la classe politique marocaine depuis un long demi-siècle. Le lecteur généraliste que je suis s’interrogera sur quelques points aveugles de cet ouvrage fondamental. Le principal, ce sont les prétoriens qui ont tenu les manettes du politique : les généraux Oufkir, Dlimi et Ben Slimane. Peut-être est-ce encore prématuré d’exposer leur rôle dans la construction de la monarchie postcoloniale ? Et puis, pourquoi pas une entrée consacrée aux personnages à la croisée des chemins avec, sur un versant marocain français, une entrée Rachida Dati et Najat Vallaud-Belkacem, deux femmes ministres non anecdotiques de la république française, et sur le versant français marocain, une autre consacrée à Michel Jobert, Elisabeth Guigou et Dominique de Villepin ? Ce sont plutôt des suggestions que des critiques adressées à une somme dont la lecture s’imposera à toute personne s’essayant à naviguer dans le labyrinthe de l’histoire du temps présent au Maroc.

Top of page

References

Electronic reference

Daniel Rivet, « Jilali El Adnani, Mohammed Kenbib, Histoire du Maroc indépendant. Biographies politiques », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 02 February 2016, connection on 22 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20042

Top of page

About the author

Daniel Rivet

Professeur d'université retraité, auteur d'ouvrages portant sur le Maghreb à l'époque coloniale et d'une histoire du Maroc parue chez Fayard en 2012. A enseigné à la Faculté des lettres et sciences humaines de Rabat (université Mohammed V) et aux universités de Lyon Lumière II et Paris 1 Panthéon Sorbonne. Dernière parution : Un acteur incompris de la décolonisation : le général Édouard Méric (1901-1973), Éditions Bouchène, 2015

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page