Skip to navigation – Site map

Laurence Roulleau-Berger (dir.), « Inventer les sciences sociales postoccidentales », Socio, n° 5, 2015

Claire Cosquer
Inventer les sciences sociales postoccidentales
Laurence Roulleau-Berger (dir.), « Inventer les sciences sociales postoccidentales », Socio, n° 5, 2015, 288 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme.
Top of page

Full text

  • 1 Connell Raewyn, Southern Theory: Social Science and the Global Dynamics of Knowledge, Cambridge, Po (...)

1Ce dossier dirigé par Laurence Roulleau-Berger ambitionne de repenser la production scientifique, spécifiquement celle des sciences sociales, à l’heure de la globalisation. Cet état du monde met la science face à un défi, que les auteurs formulent à peu près comme suit : comment, selon quelle stratégie épistémique, viser l’universalité dans un monde global, alors même que la notion d’universalité est souvent suspecte d’ethnocentrisme ? Comme le situe l’éditorial de Michel Wieviorka, ce dossier choisit une prise de position forte au sein d’un débat qui, face à cette question, diviserait les sciences sociales en deux camps. Le premier, celui pour lequel Socio prend parti, assume l’entrée dans une ère globale, « post-occidentale », caractérisée par la globalisation des connaissances et l’intensification de leur circulation. La sociologie postoccidentale affiche donc l’ambition de rompre avec l’isolement et la localisation des différents courants scientifiques régionaux. Le second est celui du « nationalisme méthodologique », initialement identifié et critiqué par Ulrich Beck, qui se caractérise par la présupposition que les contextes sociaux sont principalement déterminés, voire définis, par les institutions de l’État-nation. Le nationalisme méthodologique fait lui-même partie d’un ensemble plus large, qualifié de « provincialisme » : est visée par là une science se satisfaisant d’un ancrage européen ou nord-américain de ses catégories et de ses références. Chaque camp, rappelle Wieviorka, encourt un risque principal spécifique : alors que le nationalisme méthodologique s’expose aux biais de l’ethnocentrisme, les sciences « post-occidentales » risquent quant à elles de se trouver dans une posture surplombante, hors-sol. En arrière-fond de cette opposition, Wierviorka dresse le constat de l’hégémonie scientifique de l’Occident, encore insuffisamment remise en cause par les pratiques scientifiques elles-mêmes – est entre autres évoquée Raewyn Connell, qui a montré à quel point l’espace scientifique était dominé par les universitaires du Nord global, jusque dans la répartition inégalitaire des citations, au détriment des chercheurs du Sud, et qui a attiré l’attention sur l’importance afférente d’une politique de la citation1.

  • 2 Beck Ulrich, Benjamin Boudou, « Nationalisme méthodologique ? Cosmopolitisme méthodologique : un ch (...)

2Ce numéro de Socio appelle donc de tous vœux une forme de transnationalisme méthodologique, dont le programme scientifique est esquissé par le premier article du dossier, signé par Laurence Roulleau-Berger. Celui-ci, agencement de savoirs situés, ne reprend pas le paradigme du cosmopolitisme méthodologique que défend Ulrich Beck2, mais s’accommode temporairement de certaines affirmations nationalistes ou régionalistes– par exemple, l’« asiatisme », forme de provincialisme dominé, du moins d’espace de pensée situé, développé par certains sociologues dans le but de construire une autonomie épistémique vis-à-vis de l’Europe et de l’Amérique du Nord – à condition de les insérer dans une structure d’échange. Roulleau-Berger rend compte d’un dispositif de connaissances à trois pôles : un pôle local, constitué par des « niches de connaissances localisées dans des espaces de savoirs spécifiquement européens ou asiatiques peu ouvertes à des influences extérieures », un pôle traductif, constitué par des « dispositifs épistémologiques intermédiaires qui favorisent des traductions partielles des savoirs sociologiques de l’Europe vers l’Asie et de l’Asie vers l’Europe », et enfin un pôle transnational, formé par des « espaces épistémologiques transnationaux où sont placés en équivalence des savoirs européens et des savoirs d’Asie » (p. 16-17).

3Les articles qui suivent forment des tentatives de mettre en actes ce programme. Ainsi Li Peilin part de cette observation que les thèmes de « modernisation » et de « société orientale » ont très rarement été pensés conjointement au cours des derniers siècles, comme s’ils étaient mutuellement exclusifs. Or, si le thème de la modernisation est central pour la sociologie en général, alors il existe un enjeu spécifique, pour la sociologie postoccidentale, à introduire la notion de « modernisation orientale ». Li Peilin tente d’accomplir ce geste et de restaurer un peu de la pluralité des expériences de la modernisation, à partir de des caractéristiques spécifiques de l’expérience chinoise (notamment démographiques et culturelles), et le processus de restructuration qu’elle engage par l’« exploration pragmatique et [la] profonde réflexion à partir des trois piliers que sont l’économie de marché, la démocratie et la justice sociale » (p. 36). Kazuhiko Yatabe travaille également à la déconstruction du monopole occidental sur le concept de « modernité ». Il analyse les débats à l’œuvre au Japon, particulièrement dans le champ de la sociologie, autour des notions de « modernité occidentale » et de « modernité orientale », proposant de les décrire comme une « oscillation pendulaire ». L’article de Sang-Jin Han, qui tente de définir la relation entre l’Asie de l’Est et l’Occident dans leurs trajectoires de modernisation, donne corps à la distinction théorique esquissée par Roulleau-Berger vis-à-vis du cosmopolitisme méthodologique de Beck, que l’auteur accuse par ailleurs d’être encore empreint de présupposés « eurocentriques » (p. 46). Une telle tentative de restauration des spécificités locales est pareillement à l’œuvre dans le travail de Nira Wickramasinghe sur le Sri Lanka colonial (Ceylan), qui critique la surdétermination de l’analyse du « politique » en Asie du Sud par le cadre colonial et la modernité. Pour déstabiliser cette surdétermination, on notera que Wickramasinghe fait cependant le choix de mobiliser un concept originellement occidental, en l’occurrence la notion arendtienne du « politique » comme espace d’apparition. Toutefois, la question de l’hégémonie scientifique occidentale doit être posée sans minimiser les productions scientifiques locales. Cette exigence est portée par l’article de Veena Das et Shalini Randeria qui abordent, à partir du cas de l’Inde, le problème de l’influence occidentale sur la définition des sujets de recherche locaux. Malgré des ressources généralement très inférieures aux recherches des pays d’Europe et d’Amérique du Nord, les auteures montrent que les programmes de recherche indiens résistent à l’inféodation occidentale : elles suggèrent ainsi d’appréhender la globalité scientifique comme un espace pluricentrique, complexifiant et nuançant la notion d’hégémonie.

4L’article de Nishihara se distingue sans doute du reste du dossier par son rapport à l’enquête empirique, qui le rend le plus à même d’éviter l’écueil du « surplomb » évoqué en introduction par Wieviorka. Il examine la forme transnationale que prennent non pas la science, mais les sociétés qui la produisent : à rebours du stéréotype dépeignant le Japon comme pays fermé et isolé, Nishihara rend compte de l’importance des migrations et communications transnationales, notamment avec le reste de l’Asie du Nord-Est. S’appuyant sur une longue enquête, conduite dans un village agricole au centre du Japon puis dans un port de pêche du Nord-Est (durement affecté par le tremblement de terre), Nishihara s’intéresse aux échanges transnationaux et aux attachements émotionnels noués par les acteurs dans leurs environnements socio-culturels. Il introduit, à la suite de Simmel, le concept de « médiateur », par lequel il désigne les acteurs permettant les échanges entre environnements socio-culturels différents : il identifie comme tels les immigrés mariés à des nationaux, les Japonais revenant du Nord-Est de la Chine (Mandchourie), ou encore les étudiants étrangers au Japon. Si elle propose d’abord une intéressante saisie du transnationalisme « par en bas », son enquête constitue aussi, en retour, un point d’appui pour interroger les relations de la sociologie japonaise à la sociologie occidentale.

5Le dossier se clôt sur deux articles plus théoriques : Emmanuel Lozerand dresse la généalogie du préjugé qui associe l’individu, et par extension l’individualisme, à l’Occident, et remet en cause l’opposition entre sociétés holistes et sociétés individualistes, sans pour autant renoncer à saisir les spécificités occidentales. Cette déconstruction de la dichotomie, délétère à la fois pour la pensée de l’Occident et pour celle d’un « reste-du-monde » dont Lozerand pointe la très problématique simplification, anime aussi la démarche d’Yves Schemeil. Schemeil s’appuie sur les écrits de divers auteurs proche-orientaux et extrême-orientaux, depuis l’Antiquité jusqu’à la période contemporaine, pour montrer qu’ils formulent les mêmes problèmes, et parfois les mêmes conclusions, que les auteurs occidentaux.

6Ces derniers articles mettent sans doute le mieux en lumière les limites de l’ambitieux programme porté par le dossier. Si celui-ci formule des problèmes stimulants, il demeure que l’assomption d’une science « postoccidentale » ne se décrète évidemment pas, sauf à supposer que les sciences sociales pourraient parfaitement se défaire des rapports de pouvoir globaux continuant à assurer à l’Occident diverses formes d’hégémonie. Si Roulleau-Berger précise que les fantasmes orientalistes et occidentalistes qui doivent être mis à bas par le transnationalisme méthodologique se situent dans des espaces épistémologiques hiérarchisés, cette attention aux rapports de pouvoir qui traversent la science semble inconstante au cours du dossier. On peut ainsi s’interroger quant à la pertinence de la démarche – par exemple celle de Schemeil – qui consiste à aller chercher chez quelques auteurs non occidentaux les mêmes raisonnements ou problèmes… que ceux rencontrés chez « les » auteurs occidentaux, reproduisant par là cette régularité qui fait de l’Occident la référence, ou l’origine d’un savoir dont on s’efforce de démontrer l’universalité.

Top of page

Notes

1 Connell Raewyn, Southern Theory: Social Science and the Global Dynamics of Knowledge, Cambridge, Polity Press, 2007.

2 Beck Ulrich, Benjamin Boudou, « Nationalisme méthodologique ? Cosmopolitisme méthodologique : un changement de paradigme dans les sciences sociales », Raisons politiques, n° 54, 2014, p. 103.

Top of page

References

Electronic reference

Claire Cosquer, « Laurence Roulleau-Berger (dir.), « Inventer les sciences sociales postoccidentales », Socio, n° 5, 2015 », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 03 February 2016, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20048

Top of page

About the author

Claire Cosquer

Doctorante en sociologie à l’Observatoire sociologique du changement, Sciences Po Paris.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page