Navigation – Plan du site

Christian Thuderoz, Faut-il prendre sa voiture les jours de pluie ? Petits exercices de sociologie pratique à l’usage des décideurs (nous tous)

Florian Besson
Faut-il prendre sa voiture les jours de pluie ?
Christian Thuderoz, Faut-il prendre sa voiture les jours de pluie ? Petits exercices de sociologie pratique à l'usage des décideurs (nous tous), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact sociologie », 2016, 122 p., ISBN : 9782753542808.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ruwen Ogien, L’Influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine, et autres questions (...)

1Ces dernières années, plusieurs ouvrages de philosophie pratique sont parus, qui se proposent de faire réfléchir sur l’éthique et la morale à partir de dilemmes bien connus – par exemple celui dit « du tramway », au cœur de l’ouvrage de Ruwen Ogien, L’Influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine1. Christian Thuderoz se propose ici de faire la même chose, mais pour la sociologie : autrement dit, de soulever un ensemble de réflexions pratiques, portant sur les modalités des prises de décisions et sur les effets souvent pervers de nos raisonnements. L’ouvrage se présente comme une succession de chapitres – l’auteur parle de « notices » – posant à chaque fois une question autour d’un problème pratique : faut-il prévenir un nouveau collègue des dysfonctionnements de l’entreprise ? Comment négocier une augmentation ? Comment organiser une répartition juste de la prise de parole dans une conférence ? Faut-il acheter son ticket de métro, même lorsqu’on est pressé ? Comment partager un héritage de façon à ce que tous soient satisfaits de la répartition des biens ?

  • 2 Hans Jonas, Le Principe responsabilité : une éthique pour la civilisation technologique, Paris, Édi (...)

2 À partir de ces questions concrètes, l’auteur propose à chaque fois une série de réponses, en reprenant les travaux de sociologues comme Edgar Morin ou Christian Morel, abondamment cité dans l’ouvrage. Le présupposé philosophique trouve plutôt sa source chez les pragmatistes du début du XXe siècle, notamment John Dewey : nos actions ont toutes des conséquences, et il convient donc d’y réfléchir soigneusement. Ces conséquences sont souvent surprenantes, car paradoxales : en protégeant les castors, menacés d’extinction, le Canada se retrouve ainsi face à un problème de pollution des rivières, puisque les barrages des castors favorisent l’augmentation du taux de méthylmercure, un produit toxique. Or, ce que souligne souvent l’auteur, c’est que de tels effets pervers sont imprévus, mais qu’ils n’étaient pas imprévisibles : en citant Hans Jonas et son concept d’heuristique de la peur, théorisé dans Le Principe responsabilité2, Christian Thudenoz souligne notamment tout l’intérêt qu’il y aurait à prévoir systématiquement le pire, notamment lorsqu’on construit des centrales nucléaires ou qu’on prévoit des évacuations de population.

3Il s’agit bien pour l’auteur de pointer des solutions possibles, facilement récupérables par tout un chacun dans ses choix au quotidien. Retenons en particulier trois messages, ou trois leçons : l’auteur indique d’abord que la plupart des conséquences négatives de nos actions pourraient être évitées si on prenait la peine et le temps d’y réfléchir, ce qui suppose de « mener l’enquête » (p. 31), en utilisant les connaissances disponibles et ses propres expériences. À cet égard, la sociologie peut en effet se faire science de la décision, moins pour indiquer systématiquement ce qu’il faudrait faire que pour faire comprendre pourquoi nous agissons comme nous le faisons. Savons-nous, par exemple, que dans un groupe, les hommes seront plus portés à prendre des décisions potentiellement risquées si des femmes sont présentes ? Et que plus il y a de femmes, moins les hommes oseront avouer leurs hésitations et s’opposer à la décision risquée de l’un d'entre eux ? On a ici l’exemple type d’une connaissance théorique, fondée sur une enquête sociologique, et qui peut très concrètement servir à mieux orienter nos décisions de tous les jours : lorsqu’il s’agit de choisir entre deux pistes de ski pour éviter une avalanche (cas évoqué ici dans le onzième chapitre), laissons choisir les femmes... L’auteur pointe ensuite tout l’intérêt de la négociation : pour obtenir une augmentation, imposer une décision que l’on sait être la bonne, partager un héritage, l’enjeu fondamental est de prendre la parole, de proposer des solutions, de demander aux autres de se justifier. En forçant tous les acteurs à exposer la chaîne de leurs raisonnements, on limite au maximum les présupposés qui risquent toujours d’obérer la décision.

4Enfin, l’auteur souligne qu’il convient bien souvent d’inventer une nouvelle voie afin de sortir des modes de pensée traditionnels. Prenons l’exemple, développé dans le deuxième chapitre, des embouteillages : lorsque Bison Futé annonce des embouteillages monstres pour le dimanche matin, des milliers d’automobilistes font le choix apparemment rationnel de partir le samedi matin... provoquant des bouchons ce matin-là. Que faire alors pour échapper à ce qu’on appelle un effet d’agrégation de décisions individuelles ? Imaginer de nouvelles solutions : partir lundi matin, partir en train, rouler la nuit. C’est dans cette insistance sur l’efficacité pratique de l’imagination que le livre prend toute sa valeur : en soulignant la nécessité des démarches contrefactuelles (que se serait-il passé si... ?) et prospectives (que se passerait-il si... ?), en rappelant qu’il existe toujours plusieurs moyens d’arriver à un objectif, l’auteur invite avec conviction à toujours remettre en doute ses décisions. Passer des sentiers battus à des « chemins de traverse » (p. 120), en cherchant en permanence à inventer de nouvelles solutions : ce petit guide de sociologie pratique se fait aussi réponse contre la morosité ambiante, s'opposant au constat thatchérien de l'absence d'alternative.

  • 3 Voir Thierry Dutour, Sous l'empire du bien. Bonnes gens et pacte social, XIIe-XVe siècles, Paris, G (...)

5L’ouvrage est court, accessible au grand public, écrit dans un style volontairement simple. Peut-être un peu trop simple, d'ailleurs : sans même parler du grand nombre d’erreurs de syntaxe, de constructions grammaticalement hasardeuses et de coquilles, qui rendent la lecture souvent pénible, le style ne convainc guère. Pour faire simple, l’auteur utilise des formules très orales, et on peut critiquer des mots comme « boulot » pour dire travail, ou des expressions comme « bander à part », assez malheureuse, avouons-le... D’autres choix stylistiques pourraient être discutés : l’auteur fait ainsi le choix de s’adresser à une lectrice, tous les exemples étaient donc conjugués et accordés au féminin ; dans son épilogue, l’auteur explique qu’il fait cela pour bousculer nos habitudes de pensée et nous rappeler que ce que nous prenons pour « naturel » (ici, l’utilisation du masculin comme genre neutre) est en fait historiquement et socialement construit. Si le procédé d’écriture est loin d'être inintéressant, il aurait peut-être pu être davantage relié au propos de l’ouvrage. Et d’ailleurs, en parlant de construction historique, l’auteur gagnerait – mais ici mon propos est biaisé par la discipline qui est la mienne – à prendre du recul : contrairement à ce qu’il écrit, par exemple, l’importance du consentement dans les décisions politiques n’est pas une invention de Rousseau (p. 38), mais remonte, au moins, au Moyen Âge et aux pratiques de pouvoir des seigneurs féodaux3.

  • 4 Pierre Bayard, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Éditions de Minuit, 2012, et, Aurais-j (...)
  • 5 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire ?, Paris, Éditions du Seuil, 1971.
  • 6 Jared Diamond, Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, (...)

6Naviguant avec aisance dans les références convoquées, Christian Thuderoz n’échappe pas à certains biais : ainsi du poids important donné aux travaux de Christian Morel, visiblement ami de l’auteur et relecteur de l’ouvrage – ce qui aurait mérité, à tout le moins, un disclaimer. Certains chapitres abordent des concepts moins bien connus et souvent très stimulants, comme les « erreurs de Frazer », sur la causalité, ou la méthode Brams-Taylor, qui vous permettra de mieux partager un gâteau d’anniversaire ou de régler le conflit israélo-palestinien ; mais d’autres chapitres reprennent des expériences extrêmement connues et commentées – la réflexion de Marcel Mauss sur le don, l’expérience de Asch sur la conformité ou de Milgram sur l’obéissance aux ordres, par exemple. L’auteur a tendance à accumuler les références, passant en quelques lignes d’un proverbe chinois à un roman de Sartre, via une citation d’Épictète, un roman de Philippe Roth, un autre de Kundera, une pensée de Pascal et une citation de Keynes, ce qui nuit à la clarté du propos. On regrettera que ne soient pas plus développées certaines références : ainsi du renvoi plus qu’allusif à la philosophie de la causalité de Hume (p. 48), alors que toute la réflexion du philosophe écossais sur le lien entre habitude et causalité aurait considérablement enrichi l’ouvrage. Il aurait pu être intéressant de renvoyer aux deux derniers ouvrages de Pierre Bayard, qui interrogent les mécanismes de prise de décision dans des cas de dilemme éthique4. Certaines références, au contraire, ne semblent pas convenir à un ouvrage scientifique : ainsi du long passage dans lequel l’auteur revient sur une expérience personnelle difficile, après qu’il eut envoyé un mail critiquant sa direction (p. 27-28). Christian Thuderoz cherche visiblement ici à régler ses comptes, non sans amertume, et le passage est assez gênant pour le lecteur. Enfin, on peut s'étonner de sa vision purement utilitariste de l’histoire, le passé étant censé fournir des solutions : au contraire, plusieurs historiens ou philosophes de l’histoire rappellent qu’il n’y a pas de « leçons de l’histoire », les contextes étant toujours différents5, et que chercher à reproduire le passé, ou au contraire à éviter qu’il ne se reproduise, conduit souvent à prendre de mauvaises décisions – pensons aux réflexions de Jared Diamond dans Effondrement6.

7Si le fond de l’ouvrage est souvent intéressant, et le message de l’auteur convaincant, il est ainsi dommage que sa forme ne soit pas plus soignée, et son plan d’ensemble mieux réfléchi. Plutôt que de chercher à tout dire, au risque de multiplier les approximations, les confusions et les oublis, il aurait peut-être été plus intéressant de se concentrer sur quelques situations précises, de faire un tri, bref... de décider.

Haut de page

Notes

1 Ruwen Ogien, L’Influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine, et autres questions de philosophie morale expérimentale, Paris, Éditions Grasset, 2011. Le dilemme du tramway se présente ainsi : un conducteur de tramway perd le contrôle de sa machine et a le choix entre l'orienter sur une voie où le tramway écrasera une personne ou sur une voie où il en écrasera dix. Que doit-il faire ? Est-il moralement juste de tuer une personne pour en sauver dix ?

2 Hans Jonas, Le Principe responsabilité : une éthique pour la civilisation technologique, Paris, Éditions du Cerf, 1990.

3 Voir Thierry Dutour, Sous l'empire du bien. Bonnes gens et pacte social, XIIe-XVe siècles, Paris, Garnier, 2015.

4 Pierre Bayard, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Éditions de Minuit, 2012, et, Aurais-je sauvé Geneviève Dixmer ?, Paris, Éditions de Minuit, 2015.

5 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire ?, Paris, Éditions du Seuil, 1971.

6 Jared Diamond, Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Christian Thuderoz, Faut-il prendre sa voiture les jours de pluie ? Petits exercices de sociologie pratique à l’usage des décideurs (nous tous) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 février 2016, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20077

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page