Navegación – Mapa del sitio

Adeline Blaszkiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre, 1914-1918

Pierre-Louis Buzzi
Albert Thomas
Adeline Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Histoire », 2016, 191 p., préface de Gilles Vergnon, ISBN : 978-2-7535-4354-6.
Inicio de página

Texto completo

1Si de nombreuses figures de la Première Guerre mondiale bénéficient d’une biographie, force est de reconnaître que toutes ne sont pas logées à la même enseigne. Ainsi, l’histoire du socialisme retient avec plus de rigueur les noms de Jaurès, de Blum ou de Mendès-France que celui auquel Adeline Blaszkiewicz-Maison vient de consacrer un ouvrage. Ce dernier, issu de son travail de mémoire sous la direction de Gilles Vergnon, a donc le mérite de mettre en lumière un des principaux hommes politiques de la Grande Guerre, pourtant méconnu : Albert Thomas.

2Grâce à des sources nombreuses (fonds Albert Thomas aux archives nationales, archives de l’Office universitaire de recherche socialiste, journaux d’époque, discours d’Albert Thomas, etc.), Adeline Blaszkiewicz-Maison revient en trois chapitres chronologiques sur la carrière de ce socialiste atypique, député, sous-secrétaire d’État à l’Armement et aux Munitions, puis ministre de l’Armement et des Fabrications de guerre. Dès l’introduction, Adeline Blaszkiewicz-Maison présente l’ambition de son travail : sortir des procès de mémoire et de la « légende noire » (p. 11) qui entoure la participation des socialistes à l’Union sacrée. L’auteure revient alors d’abord sur les raisons de ce rejet, ou de cet oubli historiographie. Accusé de traîtrise par une grande partie des socialistes pour son implication dans l’effort industriel de guerre, Albert Thomas est d’autant plus oublié avec la division du congrès de Tours et le poids acquis par les communistes après 1945. Partisan du réformisme avant la guerre, Albert Thomas est aussi des trois ministres socialistes artisans de l’Union sacrée, celui qui restera le plus longtemps en poste. Mais surtout, comme sous-secrétaire d’État, puis comme « ministre des Obus », pour reprendre le surnom qui lui était donné, il représente « l’entrepreneur de l’outil par excellence de la mort de masse » (p. 12).

3Dans un premier chapitre, Adeline Blaszkiewicz-Maison aborde le parcours d’Albert Thomas, depuis son entrée à l’École normale supérieure en 1898 jusqu’à sa prise fonction comme ministre. À la lecture de ce chapitre, on mesure à quel point Albert Thomas était un homme ancré dans le concret : désir d’éduquer les ouvriers, implication comme conseiller municipal de sa commune natale, puis comme maire de Champigny et comme fondateur et journaliste de nombreuses revues (La Revue syndicale, Action socialiste municipale, L’Humanité...), etc. Albert Thomas réfléchit ainsi par exemple aux aménagements urbains de la banlieue et aux chemins de fer. Le niveau municipal est le terrain privilégié du réformisme auquel appartient clairement et de manière assumée, en opposition avec le syndicalisme révolutionnaire. Adeline Blaszkiewicz-Maison peut ainsi écrire : « Socialiste convaincu, Albert Thomas se veut surtout démocrate et républicain » (p. 31). À ce titre, Thomas n’est pas opposé à une participation des socialistes au gouvernement, ou à une alliance avec les radicaux, estimant que la méthode révolutionnaire isole plus le parti que ne le rend utile. Il prend même clairement la défense de cette participation, en avant-gardiste, dans un numéro de juin 1914 de La Revue syndicaliste, dans lequel il invite à un socialisme légaliste et républicain. L’intérêt de ce chapitre est donc de saisir la complexité du ralliement des socialistes à la défense nationale. Adeline Blaszkiewicz-Maison revient avec brio et insiste sur le rôle de Thomas dans ce ralliement, qu’elle présente comme « un acteur de premier ordre du ralliement socialiste à l’Union sacrée » (p. 40), soulignant que ce ralliement fait suite à l’utilisation d’une « mythologie » (p. 44) avec la résurgence de Valmy et de la Patrie en danger, et qui tente ainsi de légitimer une présence socialiste, de tradition pacifiste et/ou antimilitariste, dans un gouvernement en temps de guerre.

  • 1 « La véritable égalité consiste, en temps de guerre, pour chaque citoyen à être employé à sa place, (...)

4La deuxième partie de l’ouvrage est tout aussi intéressante et montre bien comment Albert Thomas entend, à partir de la mobilisation industrielle, instaurer de nouveaux rapports entre le monde du capital et celui du travail. Adeline Blaszkiewicz-Maison aborde en effet dans ce chapitre de nombreux points : l’appel à des experts, spécialistes des questions politiques et techniques issus du réseau normalien, pour aider le ministre dans ses tâches de plus en plus nombreuses et variées ; la mobilisation industrielle qui implique une organisation et une modernisation de l’appareil productif français ; la question ouvrière qui pose problème au ministre, entre l’idéal égalitaire de l’impôt du sang et le réalisme économique qui implique une mobilisation de chaque citoyen à sa juste place1 ; les grèves ouvrières et l’amélioration des conditions de travail dans les usines. Adeline Blaszkiewicz-Maison dresse ainsi le portrait d’un homme profondément soucieux du concret, et présente alors l’usine comme « le terrain pratique d’application » du réformisme (p. 101). Le contrôle plus large de l’État permet d’introduire une législation plus rigoureuse et une surveillance croissante des établissements industriels, y compris des usines privées travaillant pour la défense nationale. Au-delà des échecs que connaît ce réformisme, Adeline Blaszkiewicz-Maison a raison de souligner « la vigueur des idées qui naissent dans les arcanes ministérielles », comme l’illustre le projet de construction d’un immense arsenal à Roanne auquel serait adjointe une cité ouvrière, formant ainsi un véritable village ouvrier, et qui « n’est pas sans rappeler le phalanstère d’un Fourier ou le familistère d’un Jean-Baptiste Godin » (p. 110). Bien que le Ministère pousse la production à de très hauts niveaux, Thomas reste soucieux du sort des ouvriers. Ce deuxième chapitre permet voir à l’œuvre le réalisme et le réformisme de Thomas, pour qui la guerre est un laboratoire qui permet de réfléchir et d’établir de nouvelles relations dans le monde du travail, des relations notamment fondées sur l’arbitrage et sur la négociation tripartie (syndicats, patronats, État).

5Le troisième chapitre se penche sur les deux dernières années du conflit. Adeline Blaszkiewicz-Maison analyse longuement la mission de Thomas en Russie, les déceptions qu’il en retire, ainsi que l’essor d’un courant pacifiste au sein du parti socialiste, en partie suite à la conférence de Stockholm, « pavé dans la marre de l’Union sacrée » (p. 124). En septembre 1917, la guerre s’enlisant, une crise ministérielle frappe le gouvernement et conduit au départ de Thomas qui retrouve son rôle de député et « reprend du service dans les colonnes de L’Humanité » (p. 143). Le chapitre s’achève sur la décadence programmée de Thomas qui, rejetant fermement le bolchévisme, est combattu par nombre de socialistes pour son implication dans le gouvernement pendant la guerre. Thomas est une sorte de « bouc émissaire », de figure repoussoir, que certains refusent même de considérer encore comme socialiste. On critique « le pacifiste devenu marchands d’armes » et on l’accuse d’avoir été à la botte des profiteurs à cause de ses contacts avec les industriels. Adeline Blaszkiewicz-Maison résume ainsi lyriquement le sort de Thomas qui passe « de la salle des machines au sous-sol de l’histoire » (p. 167).

6L’ouvrage est donc une biographie (partielle car l’auteure n’aborde ni l’enfance ni les dernières années du personnage, mais ce n’est pas problématique) bien réussie, qui permet de (re)découvrir un homme politique méconnu, pourtant pivot de la Grande Guerre, et un acteur profondément réformiste. L’intérêt de cette biographie est de ne pas se limiter à l’étude du personnage, mais de l’inscrire en lien ou en confrontation avec les autres socialistes de l’époque et de montrer ainsi les méandres des relations internes au mouvement socialiste. L’ouvrage suit donc pas à pas le parcours d’Albert Thomas, ses œuvres, ses idées, ses prises de paroles et ses écrits. Symbole du ralliement socialiste à la guerre, mais aussi des contradictions qu’implique une participation socialiste à une guerre industrielle, Albert Thomas ne peut sortir « indemne » (p. 170) du premier conflit mondial.

Inicio de página

Notas

1 « La véritable égalité consiste, en temps de guerre, pour chaque citoyen à être employé à sa place, pour le meilleur rendement », déclare Thomas aux sénateurs du Comité secret le 4 janvier 1916 (p. 98).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Pierre-Louis Buzzi, « Adeline Blaszkiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre, 1914-1918 », Lectures [En línea], Reseñas, 2016, Publicado el 10 febrero 2016, consultado el 24 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20097

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página