Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, Pour la sociologie

Sébastien Zerilli
Pour la sociologie
Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue "culture de l'excuse", Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2016, 182 p., ISBN : 9782707188601.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues, Paris, Librio, 2008, p. 32.
  • 2 Un long « Supplément » (p. 129-168) est ainsi consacré à l’analyse d’un livre parfaitement représen (...)
  • 3 Voir par exemple François Bourricaud, « Contre le sociologisme : une critique et des propositions » (...)

1À l’entrée « évidence » de son Dictionnaire des idées reçues, Gustave Flaubert écrit : « Vous aveugle, quand elle ne crève pas les yeux »1. Manière de dire que rien n’est moins évident qu’une évidence. À en juger par les raccourcis et parfois même les erreurs que s’autorisent de nombreux commentateurs au sujet de la sociologie, propos dont la fréquence semble d’ailleurs être strictement proportionnelle au degré de tension du débat public, on mesure toute la justesse de la remarque de l’auteur de L’Éducation sentimentale. Souvent affublée par ses détracteurs d’un suffixe soulignant ses penchants prétendument systématisants et simplificateurs, la sociologie, devenue sociologisme, est triplement accusée d’être réductrice, déterministe et partisane. C’est à déconstruire chacune de ces critiques que s’emploie ici Bernard Lahire. Son objectif détermine le format et le style de son texte. Ouvrage de circonstance2, Pour la sociologie est avant tout un plaidoyer pour une sociologie. Une sociologie que certains universitaires critiquent également3, mais dont l’auteur s’attache à démontrer, dans cet essai remarquablement clair, la cohérence intellectuelle.

  • 4 Marlène Benquet, Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution, Paris, La Découverte (...)

2Si la sociologie est d’abord accusée par ses adversaires d’être réductrice, c’est parce qu’ils se méprennent sur la façon dont ceux qui la pratiquent appréhendent le monde social. Même lorsqu’elle est de sensibilité holiste, l’analyse sociologique n’éclipse pas les singularités individuelles au profit de l’observation d’un mythologique « Système » dont le fonctionnement serait aussi abstrait qu’écrasant. Sans la nier, elle considère « la singularité relative de chaque individu [comme] la synthèse […] de l’ensemble des expériences qu’il a vécues avec d’autres à des degrés d’intensité variables et dans un ordre déterminé » (p. 54). La démarche que défend Bernard Lahire n’est donc ni réductrice ni surplombante. En croisant l’analyse des dispositions intériorisées par chaque individu, en fonction de son milieu d’origine, avec l’identification des contraintes qui s’imposent extérieurement à lui selon les contextes, elle permet « de saisir les multiples conditions sociales de production de soi » (p. 155). C’est la complexité de ce processus qui justifie le travail du sociologue. Effectivement, « chaque individu est trop multisocialisé et trop multidéterminé pour qu’il puisse être conscient de ses déterminismes » (p. 60). Ces propos donnent tout leur sens à cette remarque de Marlène Benquet : « Si la sociologie fait preuve d’une curieuse prétention quand elle affirme savoir mieux que les individus eux-mêmes ce pourquoi ils agissent, […] il est pourtant certain qu’elle dispose d’un point de vue plus large sur leur situation, puisqu’il résulte du cumul des différents points de vue et des évaluations individuelles qu’elle a pu recenser »4.

3Bien plus que les prétendues simplifications d’un sociologisme grossier, c’est au contraire la fiction d’un « Homo clausus » (chapitre III) « défini par sa conscience pure, sa raison et sa liberté fondamentale » (p. 139) qui semble être extraordinairement réductrice pour comprendre les comportements individuels. Le sociologue en fournit l’explication en s’interrogeant, entre autres choses, sur les motivations du travail dominical. Consentir à exercer son activité professionnelle le dimanche, est-ce vraiment le choix d’individus parfaitement libres, complétement autodéterminés, simplement décidés à « travailler plus pour gagner plus » ? « Faute de se demander quelles sont les conditions sociales de production d’un consentement, […] on passe à côté de la réalité objective des rapports sociaux » (p. 74).

  • 5 Pierre Bourdieu, Sociologie générale, vol. 1, cours aux Collège de France (1981-1983), Paris, Raiso (...)
  • 6 Pierre Rosanvallon, Le Parlement des indivisibles, Paris, Seuil, coll. « Raconter la vie », 2014, p (...)

4Cette façon de définir la sociologie permet à son tour de comprendre pourquoi il est maladroit et insuffisant de la décrire comme une discipline simplement déterministe. En saisissant le réseau des contraintes sociales objectives dans lequel est pris chaque individu, elle ne cherche pas à prouver le caractère indépassable de tel rôle, telle position ou tel statut ; elle n’a pas pour objectif de permettre à chacun d’accéder à la conscience résignée de sa situation, transformant tel stigmate en alibi ou telle explication en excuse. Bien au contraire, elle fournit les éléments d’une possible émancipation. Bernard Lahire considère donc avec Pierre Bourdieu que « [c]omme la sociologie donne une connaissance des déterminismes, […], écrire de la sociologie, ou la dire à tout le monde, en faisant en sorte que sans trop de déformations ou de distorsions elle devienne intelligible, c’est travailler à diffuser, à universaliser la possibilité d’une liberté »5. « Multiples sont les voies pour s’approprier le monde et dire la vérité des existences »6, remarque Pierre Rosanvallon. La sociologie en est une.

5Insister sur le potentiel émancipateur et les virtualités politiques dont est riche l’analyse sociologique ne veut pourtant pas dire qu’elle est une discipline intrinsèquement et essentiellement partisane. Comme le souligne très justement Bernard Lahire, « le travail des sociologues ne modifie en rien, en tant qu’acte de connaissance, la situation des individus » (p. 152). Simplement, essayer de comprendre comment fonctionne le monde social permet d’« affronter la cruelle réalité des choses pour pouvoir – si on le souhaite – penser rationnellement aux moyens d’agir en vue de lutter contre l’état inégal des choses » (p. 89, c’est nous qui soulignons).

6On voit donc à quel point il est injustifié d’associer la sociologie à une quelconque « culture de l’excuse » qui déresponsabiliserait les « dominés » et les déculpabiliserait d’avoir commis toutes sortes de méfaits pour protester symboliquement contre une société qui les écrase. Comme toute démarche scientifique, la réflexion sociologique est mue par la volonté de comprendre. Or, la compréhension intellectuelle des choses est essentiellement différente de leur compréhension morale. Ne pas distinguer ces deux aspects « relève de la confusion des perspectives » (p. 36).

  • 7 Claude Grignon, « Sociologie, expertise et critique sociale », in Bernard Lahire (dir.), À quoi ser (...)

7Bien sûr, parce que le sociologue est lui aussi un être social, parce qu’il est en quelque sorte un des rouages de la mécanique sociale dont il cherche à comprendre le fonctionnement, le statut épistémologique de la discipline qu’il pratique est singulier. C’est la raison pour laquelle l’auto-analyse et l’interrogation réflexive sont des exercices essentiels dans tout travail sociologique. Sans doute la prise en compte des motivations personnelles et des raisons biographiques qui motivent et aiguillent toute enquête ne peut-elle pas être totale. Même partielle, jamais achevée et perpétuellement recommencée, elle donne pourtant toute sa valeur à la recherche sociologique, et permet de distinguer les conclusions provisoires du chercheur de celles du journaliste ou de l’essayiste. Les précautions méthodologiques et épistémologiques de ses praticiens permettent ainsi à la sociologie, malgré la singularité de son statut scientifique, de faire valoir « une grande cumulativité » (p. 87) dans plusieurs domaines de recherche. « Les “préformations”, les “vues de l’esprit”, les “hypothèses” constructives […] qui guident […] la construction de toute enquête n’empêchent pas celle-ci d’apporter des informations que l’on ignorait avant de l’avoir réalisée, et de procurer ainsi des gains de connaissance et d’intelligibilité »7, souligne d’ailleurs Claude Grignon.

  • 8 Robert Castel, « La sociologie et la demande à la réponse sociale », in Bernard Lahire (dir.), À qu (...)

8Cependant, tout en reconnaissant l’implication irréductible du sociologue dans sa recherche, ne peut-on pas également pointer la dimension partisane des propos réduisant la réflexion sociologique à une activité militante et politique ? « Les critiques qu’on adresse aujourd'hui à la sociologie et, plus largement, à toutes les sciences qui étudient la réalité sociale, reposent sur un mélange de méconnaissance et de résistance », avance Bernard Lahire (p. 11). Ainsi faut-il lire le supplément consacré en fin d’ouvrage à l’analyse du dernier livre de Philippe Val comme un exercice soulignant les nombreuses contradictions logiques, mais aussi la parfaite cohérence idéologique de son auteur. Dès lors, sans pour autant renoncer aux exigences et à la rigueur de la recherche scientifique, le sociologue pourrait prendre position. À la manière de Robert Castel, qui considérait que « si parti pris il y a, il fait contrepoids à un autre parti pris, celui du discours “neutre” de l’objectivisme qui prend pour acquis les situations acquises et ce faisant les cautionne »8.

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues, Paris, Librio, 2008, p. 32.

2 Un long « Supplément » (p. 129-168) est ainsi consacré à l’analyse d’un livre parfaitement représentatif de l’humeur anti-sociologique du moment : le dernier ouvrage de Philippe Val (Malaise dans l’inculture, Paris, Grasset, 2015). Ce post scriptum, plus polémique que le reste du texte, est en quelque sorte une étude de cas illustrant les démonstrations du sociologue. Commenter ce commentaire de texte, dont la rigueur et la justesse nous semblent cependant évidentes, nous paraît redondant.

3 Voir par exemple François Bourricaud, « Contre le sociologisme : une critique et des propositions », Revue française de sociologie, 1975, vol. XVI, n° 1, p. 583-603.

4 Marlène Benquet, Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution, Paris, La Découverte, coll. « Poche », 2015 [2013], p. 124.

5 Pierre Bourdieu, Sociologie générale, vol. 1, cours aux Collège de France (1981-1983), Paris, Raison d’agir / Seuil, coll. « Cours et travaux », 2015, p. 455.

6 Pierre Rosanvallon, Le Parlement des indivisibles, Paris, Seuil, coll. « Raconter la vie », 2014, p. 55. Avec le lancement de cette collection, l’historien souhaite participer au « décloisonnement » et à la « pluralisation des modes de compréhension de la réalité » (p. 55).

7 Claude Grignon, « Sociologie, expertise et critique sociale », in Bernard Lahire (dir.), À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte, coll. « Poche », 2004 [2002], p. 132. Les expressions utilisées par Claude Grignon dans cette citation sont extraites de François Simiand, « Méthodes historique et sciences sociales », Revue de synthèse historique, 1903, disponible en ligne sur le site des classiques des sciences sociales : http://classiques.uqac.ca/classiques/simiand_francois/methode/methode_11/methode_hist_sc_soc1.html.

8 Robert Castel, « La sociologie et la demande à la réponse sociale », in Bernard Lahire (dir.), À quoi sert la sociologie ?, op. cit., p. 73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Bernard Lahire, Pour la sociologie  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 février 2016, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20101

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Diplômé en sociologie, anthropologie et sciences politiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page