Navigation – Plan du site

Alicia Fernandez Garcia, Mathieu Petithomme (dir.), Contester en Espagne. Crise démocratique et mouvements sociaux

Damien Connil
Contester en Espagne
Alicia Fernandez Garcia, Mathieu Petithomme (dir.), Contester en Espagne. Crise démocratique et mouvements sociaux, Paris, Demopolis, coll. « Quaero », 2016, 332 p., ISBN : 978-2-35457-090-3.
Haut de page

Texte intégral

1Comprendre et analyser les mobilisations provoquées par la crise économique, sociale et politique que traverse l’Espagne depuis 2008, tel est l’objectif de l’ouvrage. Car, si la crise a substitué « à l’imaginaire collectif du progrès futur l’amertume d’un quotidien marqué par le déclassement social » (p. 9), la thèse des auteurs est aussi qu’elle a provoqué un profond renouveau de l’action citoyenne et suscité l’essor de nouveaux mouvements sociaux. Ce sont eux que l’ouvrage se propose d’étudier. À travers différentes contributions, réunies dans une démarche pluridisciplinaire associant économistes, politistes, historiens et hispanistes, Contester en Espagne met en lumière le dynamisme et la vitalité de ces mobilisations interrogeant tout à la fois leurs origines et leurs structures, leurs revendications et leurs modes d’action, leur développement et leurs limites.

2Un premier chapitre, introductif, permet aux coordonnateurs de l’ouvrage, Alicia Fernandez Garcia et Mathieu Petithomme, de revenir sur les étapes de la crise espagnole. Ils soulignent en particulier qu’à la crise économique et sociale (éclatement de la bulle immobilière, augmentation de la dette publique, hausse du chômage, forte émigration) s’est ajoutée une crise politique renforcée par la multiplication des scandales de corruption. La crise espagnole apparaît donc aussi, aux yeux des auteurs, comme une crise institutionnelle remettant en question, sinon en cause, le modèle issu de la Constitution de 1978 notamment en ce qui concerne l’indépendance de la justice, le système électoral ou l’organisation territoriale. Mais les auteurs observent également, depuis 2008, une importante mobilisation contre les effets de la crise. Ils évoquent ainsi « le renouveau de la contestation dans l’Espagne contemporaine » (p. 32) à travers les manifestations anti-austérité, l’émergence du mouvement des Indignés et le développement de nouveaux modes d’action collective, entre contestation et désobéissance. Pour comprendre ce phénomène et ses mécanismes, l’ouvrage est découpé en trois parties.

3La première partie fait le lien entre le contexte de crise économique et le renouveau de la contestation sociale. Elies Furio Blasco, Matilde Alonso Pérez et Christel Birabent Camarasa analysent tout d’abord le défi de la montée du chômage et la réforme du marché du travail en s’attachant aux facteurs explicatifs aussi bien conjoncturels que structurels du chômage espagnol. Ils comparent ce dernier au chômage européen puis examinent et discutent la réforme du marché du travail portée par le gouvernement de Mariano Rajoy. Ensuite, Alicia Fernandez Garcia revient sur le mouvement républicain et son possible renouveau au cours de la période la plus récente. Tout en en relevant la faiblesse et le caractère minoritaire, elle montre que, dans le contexte de la crise espagnole, ce mouvement pouvait aussi être observé « comme un catalyseur des revendications plurielles des mouvements sociaux » (p. 87). Karine Bergès, enfin, reprend le cours de l’histoire du féminisme espagnol depuis la transition démocratique, en souligne les mouvements et les transformations, met en évidence l’importance de la « marée violette » au sein du mouvement des Indignés et remarque la remobilisation des féminismes espagnols autour de la question de l’avortement.

4Dans la deuxième partie de l’ouvrage, consacrée aux rapports entre revendications identitaires et nouveaux mouvements sociaux, Mercè Pujol Berché se penche sur la question de la Catalogne en s’intéressant, dans le contexte de la crise, aux manifestations récentes du mouvement indépendantiste à partir de l’adoption du statut de la Catalogne jusqu’à la consultation du 9 novembre 2014 et ses suites. Mathieu Petithomme évoque, quant à lui, le « nationalisme basque radical » en revenant sur l’histoire du mouvement et sur ce qu’il nomme « la transition démocratique » qu’il observe depuis 2011. Enfin, Sylvie Koller revient sur un mouvement emblématique, celui des Indignés. En cherchant comment le mouvement s’est structuré, quelles étaient ses revendications et quelles ont été les formes de son action puis comment d’autres mouvements ont émergé dans son sillage, l’auteure montre que le mouvement dépasse désormais son cadre initial et irrigue plus largement les mobilisations sociales.

5La troisième partie passe de la crise sociale à la crise institutionnelle et politique. D’abord, Mathieu Petithomme s’intéresse au droit au logement et à la lutte contre les expulsions. À travers l’exemple d’un mouvement citoyen (la Plataforma de Afectados por la Hipoteca), il analyse, lui aussi, la structuration, les revendications et les stratégies d’action du collectif et estime que ce mouvement a rempli plusieurs fonctions au sein de la société espagnole : une fonction sociale d’entraide, une fonction de mise en lumière des enjeux de la question du logement ainsi que la fonction d’un « groupe de pression en défense de l’intérêt général » (p. 244). Benoît Pellistrandi étudie ensuite la monarchie dans un chapitre qui fait écho à celui consacré au mouvement républicain. L’auteur replace dans une perspective historique et dans le contexte de l’Espagne de la fin des années 2000 la crise de légitimité de la monarchie espagnole, qui a conduit à l’abdication de Juan Carlos Ier et à l’arrivée au pouvoir du nouveau roi, Felipe VI. Ce chapitre montre aussi comment l’action politique de Juan Carlos a permis à la monarchie espagnole de nouer un véritable pacte démocratique qu’il appartient désormais à Felipe VI de préserver pour continuer à faire de la Couronne « une institution d’équilibre et d’incarnation » (p. 249). Enfin, Mathieu Petithomme s’interroge sur l’ascension de Podemos dans un contexte de crise de la représentation. Il analyse la création de cette organisation partisane nouvelle, le renouvellement idéologique qu’elle entend porter et les stratégies politiques qu’elle emploie, en s’appuyant notamment sur une méthode participative et sur l’utilisation des nouveaux médias et réseaux sociaux, avant de s’interroger sur « la fin du bipartisme imparfait » (p. 293) et d’envisager une possible « quadripartition » (p. 297) de l’espace politique espagnol.

6Alicia Fernandez Garcia clôt l’ouvrage en posant la question d’un possible tournant historique pour l’Espagne. En s’appuyant sur les différentes contributions réunies elle insiste, au-delà de la crise et de ses facteurs d’explication, sur la vitalité nouvelle des mobilisations sociales, sur le développement de nouvelles formes d’action collective ainsi que sur l’essor et le renouveau des engagements citoyens.

7L’ouvrage aide à mieux comprendre l’Espagne d’aujourd’hui. Il met en évidence tout à la fois la convergence et la diversité des revendications cristallisées par une crise économique et sociale, politique et institutionnelle. À cet égard, exprimons alors simplement un regret, l’absence d’un point de vue : celui des juristes, constitutionnalistes notamment, qui aurait pu éclairer encore davantage et différemment peut-être les enjeux de ces nouvelles mobilisations. Mais, comme annoncé dans l’avant-propos, « au-delà du pessimisme, des drames humains et de la résignation, ce livre montre que cette période troublée a aussi été marquée par le renouveau de l’action citoyenne et par l’essor de nouveaux mouvements sociaux » (p. 5), et là se trouve, assurément, son apport essentiel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Connil, « Alicia Fernandez Garcia, Mathieu Petithomme (dir.), Contester en Espagne. Crise démocratique et mouvements sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20129

Haut de page

Rédacteur

Damien Connil

Chargé de recherche CNRS – Université de Pau (UMR 7318 – IE2IA).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page