Navigation – Plan du site

Lisa Mckenzie, Getting By. Estates, Class and Culture in Austerity Britain

Benjamin Brundu-Gonzalez
Getting By
Lisa Mckenzie, Getting By. Estates, class and culture in austerity Britain, Bristol, Policy Press, 2015, 224 p., Foreword by Danny Dorling, Afterword by Owen Jones, ISBN : 9781447309956.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stricto sensu, l’expression anglaise « council estate » désigne un ensemble de logements sociaux po (...)

1Lisa Mckenzie, associate researcher à la London School of Economics, a enquêté pendant huit ans dans le council estate1 de St Ann à Nottingham, entre 2005 et 2013. Getting By, dont la réception a été hautement enthousiaste outre-manche, est l’aboutissement de cette imposante entreprise ethnographique. La population étudiée appartient au précariat, cette fraction des classes populaires durement frappée par le chômage de longue durée, et particulièrement dépendante des dispositifs sociaux que les gouvernements britanniques ont considérablement remis en cause depuis les années 1980. Les difficultés que rencontrent ces individus en situation de précarité pour joindre les deux bouts (get by) sont de plus redoublées par les agressions symboliques que constituent les représentations officielles et médiatiques de leur existence. L’attention démesurée accordée à la délinquance et la criminalité (et notamment aux affrontements entre gangs rivaux, qui ont valu à Nottingham le surnom de Shoottingham), mais aussi le mode de vie supposé des classes populaires, caricaturé à travers le genre télévisuel du poverty porn, forment les points cardinaux de cette mythologie sociale qui transforme les membres les plus vulnérables de la société britannique en « undeserving poor », responsables de leur propre sort. Le council estate est ainsi tout à la fois un espace objectivement déshérité, dont les 15 000 habitants appartiennent aux 10 % les plus pauvres de la population britannique, et un « espace urbain stigmatisé » (p. 44) par les professionnels de la production de discours, hommes politiques et journalistes.

  • 2 Notre traduction, ainsi que pour les autres citations présentées dans ce compte rendu.

2Ce livre explore et documente prioritairement les « graves conséquences, pour ceux qui en sont la cible, des préjugés tenaces, des inégalités et de la stigmatisation liés à l’appartenance de classe »2 (p. 3). Ainsi Lisa Mckenzie se préoccupe-t-elle moins de la détresse économique du council estate, quoique que cette dimension ne soit pas absente du livre, que de la manière dont ses représentations médiatiques et officielles affectent ses habitants, leur vie quotidienne et leur identité. La sociologue montre que ces discours, largement incorporés par les membres de la middle class, déterminent en profondeur le caractère conflictuel des interactions entre les habitants du council estate et les autres habitants de la ville, ceux que les enquêtés appellent les « outsiders ». Et si les difficultés sont particulièrement prononcées avec les représentants des services sociaux et des forces de l’ordre, les enquêtés se plaignent aussi, plus largement, des railleries, des regards réprobateurs et des commentaires désobligeants que leur réservent les autres habitants de la ville. Ces agressions symboliques et les discriminations qui les accompagnent affectent profondément les habitants du council estate, façonnent leur identité et leurs comportements. Comme le remarque la sociologue, « ceux qui vivent dans des quartiers déshérités et qui sont identifiés comme les assistés, les déchets ou les cas sociaux, finissent par se reconnaître dans le discours mainstream qui les définit » (p. 203). Tyler, un jeune homme noir issu du council estate, est ainsi toujours habité par le sentiment de se trouver « out of place » à l’université plusieurs mois après son admission, et ce malgré d’excellents résultats scolaires (p. 76).

  • 3 La mort de ce jeune homme de couleur, abattu par la police alors qu’il était désarmé, a marqué le p (...)
  • 4 Beverley Skeggs, « Haunted by the Spectre of Judgement: Respectability, Value and Affect in Class R (...)

3Certes, la sociologue insiste régulièrement sur le sentiment de révolte et la colère des protagonistes de son livre, notamment après le meurtre de Mark Duggan (chapitre 6)3. Mais elle montre surtout que la concaténation des agressions symboliques nourrit le processus de ghettoïsation. Le council estate, malgré les insuffisances de ses infrastructures et les problèmes de criminalité dont il est le théâtre, est en effet devenu pour les enquêtés un « sanctuaire » (p. 195), un « bouclier » (p. 149) qui protège des violences du monde extérieur. Les aspirations des enquêtés dépassent ainsi rarement les limites géographiques de St Ann. Ces hommes et ces femmes, conscients que leurs chances objectives de mobilité sociale en dehors du council estate sont nulles (ou presque), sont disposés à investir toute leur énergie dans la council estate life car cette existence leur offre des rémunérations économiques et symboliques bien supérieures à celles qu’ils pourraient espérer outside (notamment, pour les hommes, via les gangs et le commerce de la drogue). Ainsi, les agressions symboliques, en déterminant la perception subjective des chances objectives, affectent réellement ces dernières ; elles ajustent les structures mentales (aspirations) aux structures sociales (life chances). Autrement dit, le « spectre du jugement »4 circonscrit la mobilité spatiale et sociale des habitants en redoublant la frontière physique du council estate par une « frontière émotionnelle » (p. 60) qui marque la distance avec les espaces de la middle class.

4Contre les représentations misérabilistes que colportent les médias et les hommes politiques, Lisa Mckenzie entend aussi livrer un portait nuancé de la communauté étudiée, qui mette en lumière non seulement ses fragilités mais aussi « les pratiques et les processus locaux qui fonctionnent » (p. 18). L’un des thèmes majeurs du livre est ainsi le multiculturalisme qui donne son identité au council estate. La sociologue a tout particulièrement étudié la condition des femmes blanches mères d’enfants métis, qui constitue une illustration féconde des tensions entre l’intérieur et l’extérieur. Car si ces femmes sont nombreuses et bien intégrées dans cette communauté, qui connait une forte immigration jamaïcaine depuis les années 1950, leur statut en dehors du council estate est problématique et multidéterminé puisque leur stigmatisation résulte non seulement de leur lieu de résidence et de leur appartenance à la white working class, mais aussi de leur sexualité. La couleur de la peau de leurs enfants, qui révèle que ces femmes ont eu des relations sexuelles avec un homme noir, diminue en effet leur respectabilité auprès des outsiders, qui s’empressent de conclure que ces femmes sont « ready », c’est-à-dire « faciles ». Le council estate, où les relations interraciales sont monnaie courante et largement tolérées, constitue ainsi pour ces femmes un lieu protégé des manifestations de racisme et de sexisme auxquelles leur sexualité les expose dans le reste de la ville. Le métissage culturel associé au métissage ethnique (processus que la sociologue nomme « jamaïcanisation » et qui concerne, entre autres choses, les manières de parler, de se vêtir ou encore de cuisiner) est même particulièrement valorisé à St Ann.

5Lisa Mackenzie ne livre pas pour autant une image enchantée du council estate : des tensions interethniques existent, notamment entre les familles installées depuis plusieurs générations et les populations issues des vagues migratoires les plus récentes ; ou encore entre les femmes blanches et les femmes noires, le nombre important de relations interraciales, associé au statut social des hommes noirs dans le council estate, créant une forte concurrence sur le marché matrimonial. Néanmoins, cette ethnographie, qui montre une communauté populaire métissée confrontée aux paroles racistes et aux pratiques endogamiques de la middle class, est bien faite pour nuancer les raccourcis misérabilistes qui associent mécaniquement classes populaires et racisme.

Haut de page

Notes

1 Stricto sensu, l’expression anglaise « council estate » désigne un ensemble de logements sociaux possédé par les pouvoirs publics municipaux, le « council ». Mais council estate est surtout, comme banlieue, favela, ou ghetto, un de ces « termes spéciaux » dont les sociétés postindustrielles disposent dans leur lexique topographique « pour désigner ces lieux stigmatisés situés au plus bas du système hiérarchique des places qui composent la métropole », Loïc Wacquant, Parias urbains, Paris, La Découverte, 2007, p. 7.

2 Notre traduction, ainsi que pour les autres citations présentées dans ce compte rendu.

3 La mort de ce jeune homme de couleur, abattu par la police alors qu’il était désarmé, a marqué le point de départ des émeutes urbaines de 2011.

4 Beverley Skeggs, « Haunted by the Spectre of Judgement: Respectability, Value and Affect in Class Relations », in Kjartan Páll Sveinsson (dir.), Who Cares About the White Working Class?, Runnymede Trust, London, 2009, p. 39-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Brundu-Gonzalez, « Lisa Mckenzie, Getting By. Estates, Class and Culture in Austerity Britain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20141

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Brundu-Gonzalez

Benjamin Brundu-Gonzalez étudie l’histoire contemporaine à l’École normale supérieure de Lyon et la sociologie à la London School of Economics and Political Science.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page