Navigation – Plan du site

Olivier Hassid, Criminalité et insécurité : comprendre pour agir

Guillaume Arnould
Criminalité et insécurité
Olivier Hassid, Criminalité et insécurité. Comprendre pour agir, Saint-Marcel, CNPP Éditions, 2015, 246 p., Préface de Maurice Cusson, ISBN : 978-2-35505-209-5.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage d’Olivier Hassid se veut pragmatique. Ce traité de criminologie appliquée mobilise à la fois les apports théoriques d’un domaine de connaissance dont le caractère de « discipline scientifique » à part entière est encore en débat, et une variété de statistiques produites par les Nations Unies, l’Union européenne ou divers ministères. De lecture très agréable, dans un format synthétique, Criminalité et insécurité aborde les grandes questions qui se posent dans le domaine de la sécurité. Il va piocher dans des travaux sociologiques, économiques ou de sciences politiques notamment, et est construit comme un guide introductif à la gestion des risques. Il comporte de riches indications bibliographiques qui permettent d’approfondir les différents thèmes abordés tout du long de l’ouvrage.

2Le premier chapitre dresse les grandes lignes de la criminalité au XXIe siècle. Il montre à la fois une baisse de la délinquance depuis les années 1990 environ (après une tendance historique à la hausse lors de la période de forte croissance de l’après-guerre) et une hausse du sentiment d’insécurité. De manière factuelle, et aussi un peu provocante, Olivier Hassid rappelle les très faibles probabilités qu’ont les individus d’être tués, victimes d’un acte terroriste, agressés ou volés… Apparaissent ainsi les principaux enjeux de la sécurité, qu’elle soit publique ou privée : cerner les formes de délinquance sur lesquelles on peut agir efficacement et déterminer les méthodes qui permettent effectivement de réduire la criminalité et l’insécurité.

3Le chapitre suivant s’intéresse aux délinquants et à leurs victimes. L’auteur fait le point sur nos connaissances en la matière et montre le décalage qui existe avec l’appréhension de la criminalité, plus idéologique, qui peut exister dans le débat public. Ainsi, les crimes élucidés sont le plus souvent commis par des proches ; les délinquants juvéniles restent très majoritaires mais commettent de nombreux actes répréhensibles ; la délinquance en « col blanc » économique et financière a des conséquences lourdes et parfois minorées dans la prise en compte de la criminalité ; les mafias et le crime organisé existent encore et ont un fonctionnement qui relève d’une logique managériale ; enfin, le terrorisme moderne s’inscrit et se déploie parfaitement dans la société de réseau qui est la nôtre (structures informelles, forte médiatisation).

4Olivier Hassid présente ensuite les territoires de l’insécurité. Cette géographie de la criminalité, qui ne s’inspire pas pour autant des travaux de géographes en la matière, permet de passer en revue les lieux où sont réalisés les actes criminels. La démarche est d’en apprécier la forme et de déterminer la réponse qui peut y être apportée : dans la sphère privée ou dans l’entreprise, l’insécurité peut ainsi être évitée par des mesures de prévention (par exemple, le contrôle d’accès aux locaux), ce sont également des lieux où la violence peut être psychologique. Le raisonnement est différent dans les espaces publics, collectifs, ou sur les réseaux d’information et de communication, où les comportements criminels sont traités avant tout par la puissance publique.

5L’ouvrage aborde dans un quatrième chapitre la gouvernance de la sécurité. C’est une partie très intéressante pour le lecteur français qui découvre que notre organisation nationale n’est pas forcément le modèle le plus répandu. Plusieurs pays ont des polices locales et régionales aux pouvoirs et aux prérogatives très développés. Certains n’ont ni police municipale ni police nationale (Angleterre et Pays de Galles). De même, le développement de coopérations internationales ou l’expansion de la sécurité privée sont des phénomènes peu connus du grand public français alors que leur impact sur le travail quotidien des forces de police et de gendarmerie est important. Enfin, Olivier Hassid évoque le rôle que jouent les citoyens en matière de sécurité. La surveillance et le signalement sont des pratiques courantes en Allemagne, aux Pays-Bas et en Angleterre (rondes ou patrouilles de citoyens en lien avec la police, lanceurs d’alerte auprès de l’opinion publique ou des institutions).

6Après avoir décrit les nouveaux métiers de la sécurité (consultants ou directeurs spécialisés dans les entreprises), l’auteur décrit les grands principes de la prévention du crime. Dans un contexte de baisse de la criminalité et de hausse du sentiment d’insécurité, il convient de comprendre les méthodes de prévention du crime. La prévention peut être sociale (intervention de personnels qualifiés auprès des délinquants ou de publics susceptibles de le devenir) ; comportementale (soutien familial et scolaire à destination des jeunes risquant de devenir délinquants) ; juridique (par les mesures alternatives à l’emprisonnement) ou situationnelle (dispositifs qui permettent de protéger les territoires contre les actes criminels).

7Le septième et dernier chapitre est extrêmement stimulant : il analyse l’évolution des politiques de sécurité et des discours qui les fondent. La « tolérance zéro » popularisée aux États-Unis n’est en réalité qu’un discours mobilisateur qui n’a jamais réellement pu faire la preuve de son efficacité. L’accroissement significatif des dépenses de sécurité a permis le développement d’un véritable marché mais dont les bénéfices ne sont pas encore clairement établis. Olivier Hassid plaide en effet en faveur d’une réelle évaluation des dispositifs mis en place. La vidéosurveillance est par exemple une solution dont les effets positifs pour réduire le crime ne sont pas établis. Enfin, vouloir assurer la sécurité a bien évidemment des conséquences sur la restriction des libertés individuelles. Il est difficile de trouver un équilibre en la matière avec la généralisation des mesures d’exception.

8Rédigé avant les attentats de novembre en France et les débats de fond qui se posent encore sur l’adaptation du cadre légal aux nouvelles formes de criminalité, Criminalité et insécurité offre, dans un langage clair et dans un but opérationnel, une très bonne introduction aux nombreux travaux de sciences sociales qui cherchent à éclairer la question de l’insécurité et les moyens d’y faire face.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Olivier Hassid, Criminalité et insécurité : comprendre pour agir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20142

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional, académie de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page