Navigation – Plan du site

Anne Muxel (dir.), Temps et politique. Les recompositions de l’identité

Alexandre Eyries
Temps et politique
Anne Muxel (dir.), Temps et politique. Les recompositions de l'identité, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Fait politique », 2016, 204 p., ISBN : 978-2-7246-1830-3.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce riche et dense ouvrage collectif dirigé par Anne Muxel et composé de neuf chapitres, les différentes études proposées portent sur le caractère fluctuant et sans cesse renouvelé (voire régénéré) de l’identité personnelle, professionnelle, culturelle et a fortiori politique des individus singuliers, des personnalités ordinaires mais aussi et surtout des hommes et des femmes politiques. Cette identité est renégociée, retravaillée, infléchie, gommée parfois au gré des phénomènes sociaux et sociétaux et des anecdotes et événements de la vie personnelle.

2Dans une perspective de fertilisation croisée les analyses de sociologues et de politologues cohabitent avec les réflexions de psychologues, d’historiens mais aussi de philosophes. Toutes ces contributions s’assignent pour mission de donner à voir les soubassements des changements politiques qui façonnent la grande histoire comme les existences individuelles. Elles soulignent l’importance du temps dans l’appréhension du politique ainsi que des identités plurielles qui le traversent autant qu’elles le sous-tendent : « l’identité se dit et s’inscrit dans une narration à plusieurs voix (conscient / inconscient, moi / les autres, voix du passé / voix du présent / voix de la projection et de l’avenir) et dans le cadre d’une multiplicité d’appartenances, de rôles et d’affiliation », écrit Anne Muxel (p. 16).

3Dans le chapitre inaugural (« Le changement politique au fil du parcours de vie »), Anne Muxel souligne fort à propos que la politique prend forme et sens selon une partition existentielle dont les ressorts sont complexes car enchâssés dans des interactions entre plusieurs types de phénomènes : les héritages familiaux, la socialisation primaire mais aussi les effets générationnels et les dimension identitaire et affective qui sont propres à toute biographie : « le changement politique se marque au travers de temporalités successives, plus ou moins articulées, dans un schéma d’interprétation relevant d’une mise en cohérence du parcours de l’individu » (p. 21). Dans nos démocraties occidentales postmodernes, l’essor de l’abstention lors de campagnes électorales, mais aussi sa publicisation en disent long sur les profondes mutations de la norme civique ainsi que sur le modèle même de la citoyenneté. Les électeurs sont plus mobiles que par le passé (ils ne vont plus systématiquement voter comme leurs aînés), passablement désenchantés et déçus par leurs institutions ; ils font par conséquent un usage beaucoup plus intermittent des urnes et désertent les élections moins par conviction que par paresse : « les profondes mutations du rapport des individus au système politique, […] induisent de toute évidence un nouveau paradigme, celui d’une citoyenneté à la fois plus autonome et plus incertaine, à la fois plus réflexive et plus critique » (p. 43). Des parcours de vie devenus plus incertains et plus flottants impliquent nécessairement une réinvention permanente de soi et l’identité politique ne déroge pas à la règle.

4Dans le troisième chapitre (« Personne et citoyen, deux identités ? »), Janie Pélabay établit – à partir des travaux du philosophe John Rawls – une distinction intéressante entre l’individu singulier et l’homme appartenant à une collectivité qui l’englobe et le dépasse. Chez Rawls, l’identité du moi (appelée self) se départage entre, d’une part, l’identité privée, personnelle ou morale de l’individu, « faite d’engagements moraux particuliers et d’appartenances à des communautés spécifiques et, d’autre part, l’identité publique du citoyen, également qualifiée de politique ou d’institutionnelle en ce qu’elle touche à la possession et à la jouissance des droits et libertés attachés à la qualité de citoyen dans les démocraties constitutionnelles » (p. 63). En effet, même si l’individu change d’engagements personnels au cours de sa vie (conversion religieuse par exemple), il reste – ou doit pouvoir rester – la même personne politique, continuant d’être reconnu dans sa qualité de citoyen et d’être doté des droits et libertés de base qui en découlent. La séparation rawlsienne entre identité personnelle et identité publique (donc politique) fait figure de rempart « face aux menaces pesant sur la liberté de choisir ses convictions, engagements et appartenances ainsi que sur le droit d’être traité en citoyen libre et égal aux autres, sans être obligé pour cela de s’assimiler au mode de vie majoritaire » (p. 86).

5Annette Wieviorka, dans le cinquième chapitre intitulé « Juifs et communistes : l’engagement politique à l’épreuve de trois génération », s’efforce d’établir un rapport signifiant entre les identités, la biographie personnelle et familiale, et les engagements politiques, à partir d’une enquête portant sur des résistants juifs et communistes pendant la Seconde Guerre mondiale : « l’histoire de la sous-section juive du Parti communiste français appartient à trois histoires : celle de l’immigration en France ; celle du mouvement communiste international ; celle des Juifs » (p. 107). C’est donc à travers cette triple histoire, montrant l’emprise du temps sur la construction des engagements personnels, politiques et sur l’élaboration des carrières militantes, que l’historienne nous permet d’appréhender les causes profondes de certaines trajectoires politiques : « on entre en communisme comme on entre en religion. Pour le militant, le communisme est davantage qu’un engagement politique : il est une vision du monde, une transcendance qui a valeur de messianisme universel. On s’y donne corps et âme. Cette conversion implique la mise entre parenthèses de la judéité, son dépassement au service d’un universel dans lequel l’identité juive se dissout parfois complètement » (p. 109).

6Dans le chapitre 6 (« Mai-juin 1968 : temps et contretemps de l’événement »), Ludivine Bantigny montre l’entrelacement étroit de la temporalité et de l’engagement politique dans le cadre de ce que l’on a longtemps pudiquement appelé les événements de mai 1968. Elle souligne judicieusement que le temps est perçu « comme la matrice même de la politisation et des recompositions d’identité qu’elle engendre. […] Il est à penser comme un sujet de l’engagement, dans la manière qu’ont les acteurs de le prendre à bras-le-corps, en l’incorporant bel et bien au cœur de l’expérience comme au sein même de l’événement » (p. 123). Si le mouvement Mai 1968 n’a pas été à proprement parler une révolution puisqu’il n’a donné lieu à aucune prise de pouvoir ni à aucune chute de régime, il a tout de même matérialisé une forme de temps discontinu, plein de brèches, d’accélérations et de sauts, au sens où l’entendait Walter Benjamin. Cela permet d’envisager les affects dans leur lien entre politique et intimité et de ne pas sombrer dans la célébration lénifiante mais au contraire de tendre vers une vision de l’histoire de Mai 1968 qui ne soit ni un musée ni un mausolée mais bien une « puissance “de reviviscence” » (p. 142).

7Le politologue Pascal Perrineau donne à voir, dans le neuvième et dernier chapitre de l’ouvrage (« Le gaucho-lepénisme : des fractures dans la transmission des valeurs et des orientations politiques ? »), la proximité parfois surprenante entre les thèses du Front national et celles de la gauche. Il convient donc « de penser le choix frontiste non pas uniquement à partir de la droite et de ses composantes mais aussi à partir de la gauche et des flux d’idées, de thématiques, d’inspirations, de militants et d’électeurs qui peuvent en provenir » (p. 181-182). Tout courant politique, et le Front national ne fait pas exception, s’alimente à de multiples sources hétérogènes. En un mot, la question du Front national ne peut pas être posée dans le seul univers de la droite ; la non-droite et la gauche sont elles aussi directement concernées et de plus en plus à une époque où le Front national a fini par devenir l’une des premières forces électorales en France : « les liens entre le vote frontiste et la gauche sont loin d’être inexistants ; ils témoignent d’évolutions politiques qui marquent des changements ou qui mettent au jour des paradoxes et des contradictions plus ou moins apparentes » (p. 183).

8Les trois gaucho-lepénismes (d’origine, de l’instant, de destination) identifiés par Pascal Perrineau marquent à des degrés divers un processus de changement d’identité politique ou du moins un processus de recomposition ou de tension, qui recèle de nombreux paradoxes et soulève des questionnements féconds : « les électeurs provenant de milieux de gauche qui se rallient au Front national rompent totalement, pour certains, les amarres avec la gauche et oublient les choix du passé qui ont été les leurs ou ceux de leur famille. D’autres vivent dans une tension entre une affiliation maintenue à la gauche et un choix électoral en faveur du Front national » (p. 189). C’est un processus méconnu de rapprochement idéologique entre des partis à priori aux antipodes de l’échiquier politique que le politiste nous permet de comprendre. Le gaucho-lepénisme pourrait connaître, dans l’actuel contexte de perte d’identité et de délitement de la gauche, un prolongement qui serait à la fois le symptôme et le facteur d’aggravation de cette crise d’identité que le temps ne fait qu’accentuer. Cet ouvrage à la pluridisciplinarité affirmée et aux réflexions éclairantes constitue une contribution de tout premier plan à l’analyse des mutations de l’identité politique sous l’influence d’un temps à la fois singulier et collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Anne Muxel (dir.), Temps et politique. Les recompositions de l’identité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 18 février 2016, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20152

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page