Navigation – Plan du site

Christophe Brochier, Carolina Pulici (dir.), « Classes sociales et rapports de classes », Brésil(s), n° 8, 2015

Igor Martinache
Classes sociales et rapports de classes
Christophe Brochier, Carolina Pulici (dir.), « Classes sociales et rapports de classes », Brésil(s), n° 8, 2015, 262 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 9782735120659.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À commencer évidemment par la présidente Dilma Rousseff, cible de manifestations de rue conservatri (...)
  • 2 Pour une analyse déjà ancienne de ce mythe fondateur de la communauté nationale brésilienne comme s (...)
  • 3 C’est-à-dire la classe moyenne, suivant une classification par le seul critère du revenu en 5 strat (...)
  • 4 Voir Louis Chauvel, « Le retour des classes sociales ? », Revue de l'OFCE, no 79, 2001, p. 315-359.
  • 5 Notamment, au risque de schématiser excessivement, entre les tenants de la thèse selon laquelle nou (...)

1La société brésilienne compte parmi les plus inégalitaires du monde d’un point de vue économique, comme le rappellent les divers indicateurs statistiques de dispersion des revenus ou des patrimoines publiés par les institutions internationales. Comme ailleurs, ces derniers ne suffisent pour autant pas à saisir la manière dont les inégalités sont concrètement perçues par les premiers intéressés et comment elles se traduisent dans leurs rapports sociaux. Or, ces derniers confrontent l’observateur à un nœud de contradictions : alors que la pensée marxiste irrigue encore largement la sphère académique, ou que la virulence des attaques de la droite du champ politique contre les représentants du Parti des Travailleurs au pouvoir1 pourraient laisser penser que la lutte des classes y bat son plein, la large diffusion de représentations comme celle de la « démocratie raciale »2 ou l’avènement de la « classe C »3 suggèrent au contraire qu’à l’instar de ce que l’on peut observer dans les sociétés dites industrialisées, la conscience de classe ne suit pas nécessairement la dynamique des inégalités4. Alors qu’un débat de fond traverse la sphère académique en Europe, depuis maintenant trois décennies, concernant l’obsolescence du concept de « classes sociales »5, la dernière livraison de la revue interdisciplinaire Brésil(s) propose aux lecteurs francophones un fructueux décentrement en venant explorer différentes facettes des rapports de classe dans la société brésilienne.

  • 6 William Lloyd Warner, Yankee City Series (5 vol.), New Haven, Yale University Press, 1941-1949.

2Dans leur introduction, les coordinateurs du dossier, Christophe Brochier et Carolina Pulici, commencent par revenir sur les différentes manières dont la question a été traitée dans la sociologie brésilienne depuis les années 1940, mettant ainsi en évidence une certaine hétérogénéité, tant en termes théoriques que méthodologiques. Un premier axe a ainsi opposé, à l’origine, les études ethnographiques de communautés locales, dans la lignée de l’étude séminale de Lloyd Warner sur la petite ville de Newburyport aux États-Unis6, aux analyses plus structurelles et théoriques, ambitionnant de rendre compte de la société brésilienne dans sa globalité, à l’instar de « l’école de sociologie pauliste », dont l’impulsion a été donnée par les travaux de Florestan Fernandes. Mais, expliquent les auteurs de la contribution, la « découverte » de la « classe C » au début des années 2000, réduisant la classe sociale à un groupe de revenus, dans un contexte international de recherche marqué par une certaine confusion sur la question, a considérablement sapé ces dynamiques de recherche, et a laissé nombre d’interrogations en suspens sur la caractérisation et les rapports entre les différentes classes composant la société brésilienne.

  • 7 Concept introduit par Jean-Michel Chapoulie, « La seconde fondation de la sociologie française. Les (...)

3Partant du constat d’un certain tropisme des chercheurs brésiliens pour l’analyse historique, théorique ou statistique des classes sociales, Nicolas Fayette propose dans sa contribution un plaidoyer pour les enquêtes ethnographiques, en présentant leurs « formules de recherche »7 particulières dans le contexte brésilien. Pour ce faire, il présente tour à tour quatre recherches portant sur des terrains différents : les pratiques de distinction par la consommation entre ménages d’un quartier populaire de Porto Alegre, les rapports professionnels dans les marchés de rue ou le télémarketing, les rapports de classe dans un centre de santé mentale, et ceux, médiés également par la « race », entre étudiants en première année de droit ayant ou non bénéficié des politiques de quotas.

4Frédéric Lebaron et Lucas Page poursuivent pour leur part l’interrogation sur la manière d’objectiver les classes sociales, mais sur le plan statistique, en soulignant cependant la nécessité de tenir ensemble en la matière une sociologie de la quantification et une sociologie quantitative des inégalités. Après avoir mis en évidence la faible institutionnalisation des classifications socioprofessionnelles et la relative « invisibilisation » corrélative des classes sociales au niveau international, ils pointent plus particulièrement les lacunes de l’appareil statistique brésilien en la matière, et ses récentes tentatives de rattrapage, encore insuffisantes, avant de suggérer quelques perspectives ouvertes par le mouvement général d’harmonisation des statistiques en matière de stratification sociale, impulsé au niveau international, illustré notamment par la création en 2006 de l’European Socio-economic Classification (ESeC) au sein d’Eurostat.

5Les articles suivants abordent cependant des perspectives davantage anthropologiques, semblant ainsi confirmer le désintérêt des chercheurs brésiliens pour l’analyse statistique pointé par les deux auteurs précédents. À partir de 80 entretiens réalisés auprès d’habitants de quatre quartiers (très) favorisés de São Paulo, Camila Georgetti propose ainsi une analyse des représentations des membres des classes supérieures vis-à-vis des pauvres, et de leurs employés domestiques en particulier, dans un contexte de (début de) reconnaissance légale des droits sociaux de ces derniers, en vertu de l’adoption en 2013 d’une Proposition d’amendement constitutionnel (Proposta de Emenda a Constitução - PEC) dite « des domestiques ». L’auteure souligne ainsi, au-delà des discours assez classiques de rationalisation de la pauvreté par l’indolence ou la délinquance chez les membres des classes supérieures, une forte hétérogénéité dans leur façon d’envisager leurs relations à leurs employés de maison, elles-mêmes révélées par leurs réactions à la PEC. L’auteur distingue ainsi trois attitudes idéales-typiques chez ces patrons domestiques : l’une « bienfaisante-traditionnelle », l’autre conflictuelle, encore plus paternaliste, et enfin une dernière contractuelle, dont les tenants se réjouissent au contraire de la formalisation de ces relations entre parties perçues comme égales. Toujours dans la métropole pauliste, Graziela Serroni Perosa, Adriana Santiago Rosa Dantas, Helena de Souza Marcon et Ismara Lopes Rocha Cruz analysent pour leur part les transformations des classes populaires à travers celles de leurs stratégies scolaires, à travers l’exemple de la commune périphérique d’Ermelino Matarazzo. Elles montrent ainsi comment une fraction en ascension de ces classes, recrutant essentiellement parmi la deuxième génération de migrants de l’intérieur venus du Nordeste, met en œuvre une patiente accumulation de capital culturel, à laquelle répond l’accroissement de l’offre d’écoles privées dans un contexte où le système public est fortement dévalorisé.

  • 8 Voir notamment l’ouvrage tiré de sa thèse de sociologie, Nicolas Jounin, Chantier interdit au publi (...)
  • 9 Alain Morice, « Les "pions’’ du bâtiment au Brésil. Quand le capital se fait rebelle au salariat. » (...)

6L’article de Luciano Rodriguez Costa s’ancre pour sa part sur l’observation d’un chantier d’un petit immeuble, situé dans une ville moyenne de l’agglomération de Belo Horizonte, dans l’état du Minas Gerais, sur lequel s’affairent entre 12 et 22 travailleurs au gré de sa réalisation. Dans une perspective qui n’est pas sans faire écho à l’enquête de Nicolas Jounin8 dans le BTP français, d’ailleurs citée ici, l’auteur met en évidence le règne de l’informalité sur ces chantiers, où l’extrême précarité des conditions de travail et d’emploi est cependant acceptée par les ouvriers, en raison de leur perception de celle-ci comme une étape temporaire au cours de leur parcours migratoire – là encore interne au Brésil et non international comme dans le cas français -, et d’une gestion personnalisée des relations par l’ingénieur-chef d’entreprise, le mestre, qui n’hésite pas à mettre la main à la pâte, contrairement à ses homologues hexagonaux. La division des tâches y est en effet bien moins marquée qu’en Europe et l’on ne retrouve pas au Brésil certaines figures intermédiaires de l’organisation des chantiers. Les ouvriers jouent en revanche eux-mêmes ce rôle en matière de recrutement de leurs collègues, et les liens personnels basés sur la confiance viennent ainsi compenser le turn-over élevé résultant de l’intense exploitation et des contournements de la législation du travail. Finalement, ces observations viennent selon l’auteur nuancer la thèse d’Alain Morice, soulignant la force du paternalisme dans le BTP brésilien9. En montrant que si la dureté extrême de l’exploitation y est compensée par la mobilisation de représentations fondées sur la métaphore familiale et la confiance interpersonnelle, Luciano Rodriguez Costa pointe le fait que les travailleurs savent également mobiliser certaines ressources, pour eux ou leurs proches, de la part de leur mestre, dans le cadre d’échanges de faveur qui, sans égaliser la relation, en atténuent néanmoins certains effets.

7Maureen O’Dougherty nous emmène enfin dans sa contribution à la source de nombre des migrations intérieures du Brésil, en proposant une analyse des rapports de classe à Recife. Le déplacement est en fait même double, puisqu’elle s’appuie principalement sur un matériau constitué de lettres envoyées à ses parents, à l’occasion de plusieurs séjours dans la capitale du Nordeste, comme étudiante dans les années 1970, puis professeur d’anglais au milieu de la décennie 1980, complétée par des « discussions avec un échantillon de Recifenses natifs bien informés » sans plus de précisions. Après un retour sur les analyses classiques de la mode vestimentaire, telles que celles de Simmel ou Veblen, soulignant la tension entre individualisation et mimétisme de classe, l’anthropologue souligne plusieurs dimensions de la manière dont se joue la distinction entre classes sociales, mais aussi les bouleversements induits par l’irruption du prêt-à-porter dans la société locale.

  • 10 Voir entre autres le récent numéro de Brésil(s) consacré à la mémoire de cette dernière : James Gre (...)

8Trois articles complètent ce numéro dans une partie « varia » : le premier de Cynthia Sarti, proposant une « anthropologie de la mémoire » relative à la dictature militaire (1964-1985)10 et se centrant en particulier sur la figure de la « victime » et du « témoin », en soulignant les tensions avivées par les différentes lois visant la réconciliation du peuple brésilien au prix de l’amnistie des responsables. Rodrigo Patto Sà Motta propose pour sa part une analyse des images de la police politique, dans les deux sens du terme, photographies produites par cette dernière et caricatures à son encontre, à partir des archives de celle-ci dans le Minas Gerais de la période pré-dictatoriale. Enfin, Diogo Arruda Carneiro da Cunha présente une analyse prosopographique des membres de l’Académie brésilienne des lettres entre 1961 et 1979, pour donner à voir certaines propriétés communes dans la trajectoire des membres de ce secteur important du champ intellectuel brésilien, et en particulier leurs rapports particuliers avec les représentants du pouvoir politique.

Haut de page

Notes

1 À commencer évidemment par la présidente Dilma Rousseff, cible de manifestations de rue conservatrices exigeant sa démission depuis plusieurs mois, en dépit de politiques plus qu’accommodantes pour le capital agricole, industriel et financier, et de la corruption avérée de ses principaux opposants. Mais les attaques très agressives des classes privilégiées visent aussi, entre autres, son ancien ministre de l’Éducation et maire de São Paulo depuis 2012, Fernando Haddad.

2 Pour une analyse déjà ancienne de ce mythe fondateur de la communauté nationale brésilienne comme société multiethnique et tolérante, voir Claudette Savonnet-Guyot, « Races et classes au Brésil. La démocratie raciale en question », Revue française de science politique, vol.29, n°4-5, 1979, p. 877-894.

3 C’est-à-dire la classe moyenne, suivant une classification par le seul critère du revenu en 5 strates (de A à E), véhiculée par les analystes marketing. Pour une analyse critique de celui-ci, voir par ex. Paul Cary, « Réflexions sur la "société de consommation" brésilienne », Problèmes d’Amérique latine, n°78, 2010, p. 75-90.

4 Voir Louis Chauvel, « Le retour des classes sociales ? », Revue de l'OFCE, no 79, 2001, p. 315-359.

5 Notamment, au risque de schématiser excessivement, entre les tenants de la thèse selon laquelle nous serions entrés dans une ère « post-moderne » ou de « modernité avancée », tels Anthony Giddens ou Ulrich Beck, récemment disparu, et ceux qui considèrent au contraire que la position dans les rapports de production continue à influer fortement sur les conduites. Voir notamment Paul Bouffartigue (dir.), Le retour des classes sociales, Paris, La Dispute, 2015 [2005].

6 William Lloyd Warner, Yankee City Series (5 vol.), New Haven, Yale University Press, 1941-1949.

7 Concept introduit par Jean-Michel Chapoulie, « La seconde fondation de la sociologie française. Les États-Unis et la classe ouvrière », Revue française de socioloie, vol. 32, 1991, p. 321-364.

8 Voir notamment l’ouvrage tiré de sa thèse de sociologie, Nicolas Jounin, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte, 2008 et les comptes rendus auxquels ont donné lieu sur Lectures respectivement sa publication et sa réédition en format de poche par Guillaume Rollet (https://lectures.revues.org/646) et François Granier (https://lectures.revues.org/966).

9 Alain Morice, « Les "pions’’ du bâtiment au Brésil. Quand le capital se fait rebelle au salariat. ». In: Genèses, vol.7, n°1, 1992, p. 5-32.

10 Voir entre autres le récent numéro de Brésil(s) consacré à la mémoire de cette dernière : James Green (dir.), « Le coup d'État militaire 50 ans après », Brésil(s), n° 5, 2014 dont un compte rendu est disponible sur Lectures : https://lectures.revues.org/15073.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Christophe Brochier, Carolina Pulici (dir.), « Classes sociales et rapports de classes », Brésil(s), n° 8, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 février 2016, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20157

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page