Navigation – Plan du site

Maxime Boidy, pali meursault et fred Pailler (dir.), « Politiques sonores », Poli, politiques de l’image, n° 11, 2015

Samuel Lamontagne
Politiques sonores
Maxime Boidy, pali meursault, fred Pailler (dir.), « Politiques sonores », Poli, Politique de l'image, n° 11, 2015, 128 p., Paris, POLI Editions, ISBN : 9791094646014.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sterne Jonathan, Une histoire de la modernité sonore, trad. Maxime Boidy, Paris, La Découverte/Phil (...)
  • 2 Citons notamment Szendy Peter, Écoute, une histoire de nos oreilles, Les Éditions de Minuit, 2001 ; (...)

1Interrogeant d’ordinaire les cultures visuelles, la revue Poli, politiques de l’image a choisi pour son onzième numéro de traiter spécifiquement du fait sonore. Le glissement thématique auquel se prête ce numéro, publié en collaboration avec la Philharmonie de Paris, s’inscrit dans le sillage de la récente publication de Une histoire de la modernité sonore, traduction de The Audible Past de Jonathan Sterne1. La traduction de cet ouvrage, fondateur des Sound Studies vise à encourager le développement de ce champ d’étude en France. Tout en rappelant que le son ne reste pas impensé en France2, ce numéro annonce son intention de participer à l’essor des Sound Studies. Au-delà de la simple question du sonore, il ambitionne de mettre en évidence l’articulation du sonore et du visuel et de soupeser les enjeux politiques qui se nouent au sein de leur relation. Les douze contributions qui constituent le numéro font intervenir une large palette de spécialistes de divers domaines (anthropologie, sociologie, musicologie, philosophie, science de la communication, arts, arts sonores) et adoptent différents formats (articles, entretiens, rendus graphiques).

  • 3 Taussig Michael, Mimesis and Alterity: A Particular History of the Senses, Londres, Routledge, 1993

2Une traduction d’un extrait du livre de l’anthropologue Michael Taussig, Mimesis and Alterity: A Particular History of the Senses3, fait suite à l’éditorial du numéro. À travers des situations coloniales précises du début du XXsiècle, Taussig se penche sur la fascination des occidentaux pour l’admiration naïve des « primitifs » envers les diverses technologies de reproduction (photographie, phonographie et filmographie). Il s’appuie sur les travaux ethnographiques de l’anthropologue Richard O. Marsh parmi les Indiens Cuna d’Amérique du Sud, ainsi que sur les récits biographiques de l’épouse de Robert Flaherty, précurseur du cinéma ethnographique, en privilégiant notamment ceux portant sur leur expédition chez les Inuits de la baie d’Hudson. Pour l’auteur, les relations aux technologies de reproduction ne sont pas seulement médiatrices de la socialisation interculturelle, mais sont bien à la base du processus d’élaboration de l’Autre. Il appelle « faculté mimétique » la capacité de production de l’Autre, de formation de l’écart, de la différence à travers laquelle on se saisit soi-même dans le rapport à cet Autre produit. Finalement, en admirant l’émerveillement du « primitif » pour la technologie, symbole par excellence de la modernité, les occidentaux se regardent à travers l’Autre et réalisent l’appréhension de leur propre complexité.

  • 4 Eagleton Terry, The Ideology of the Aesthetic, Oxford, Basil Blackwell, 1990, p. 407.

3En s’appuyant sur l’histoire de la catégorisation des sourds, l’article de Nicholas Mirzoeff traite lui aussi des relations de co-production de soi à travers l’Autre, en prenant cette fois pour cadre les relations entre sourds et entendants. Il démontre que la surdité, au-delà d’une altération de l’acuité auditive, relève d’une construction sociale en perpétuelle redéfinition selon les époques et les contextes. Il explique alors comment des sciences comme l’anthropologie ont permis au mouvement oraliste, qui postule la primitivité des sourds et l’archaïsme de la langue des signes, de s’imposer en France au XIXsiècle. Face à cette stigmatisation, la production de nombreux artistes sourds du XIXsiècle a permis de revaloriser la communauté sourde et leur mode de communication. Les artistes sourds, à travers la création artistique, ont réalisé une « reconstruction imaginée »4 de la catégorie sourde, « en affirmant la nature complémentaire de l’Altérité » (p. 75).

4La réflexion sur la technologie se poursuit avec l’article de pali meursault qui s’intéresse à l’histoire des technologies d’enregistrement et de transmission du son. Il montre à quel point ces innovations techniques ont bouleversé les pratiques d’écoute, notamment en permettant de considérer le son pour lui même, détaché de la cause qui le produit. Il rappelle que les changements induits par l’insertion du phonographe et de la radio dans la société ne sont pas transparents, mais résultent de l’invention de ces dispositifs en tant que mediums culturels, dont les prescriptions d’usages influencent les pratiques. En problématisant l’écoute via ces dispositifs, meursault rejette un rapport naturel et déterminé à ces technologies, dont les usages constituent des savoir-faire devant sans cesse être contextualisés. Au-delà des pratiques d’écoute, c’est la relation à la musique toute entière qui a été transformée par les nouveaux usages potentialisés par ces technologies, qu’il s’agisse de sa production, de sa réception, de sa commercialisation par l’industrie du disque, ou bien de l’invention de nouvelles esthétiques musicales. Les usages du phonographe et de la radio ne sauraient se limiter à la reproduction et à la transmission sonore. En fournissant de nombreux exemples d’appropriations artistiques, des plus ordinaires (expérimentations gestuelles des DJs turntabilists) aux plus expérimentales (performances de Tetsuo Kogawa utilisant les ondes radiophoniques comme instrument), meursault montre que ces technologies peuvent tout aussi bien être utilisées en tant qu’outils de production.

  • 5 « L’an-écoute serait ce qui forme, ou in-forme l’écoute comme ouverture » (p. 32).

5Loin de n’être que le simple résultat de la perception auditive, d’une réception passive et frontale du monde audible, l’écoute est un processus actif et producteur qui, reposant sur des médiations et des pratiques, organise l’expérience. C’est à la question de l’écoute ou plutôt à celle de l’an-écoute5 dans la musique noise que Paul Hegarty consacre son article. Le bruit, qu’il identifie comme un son non-désiré, excessif, s’opposant à la musique, serait la matière première de la noise, musique cultivant l’échec de l’écoute, la défaite de la « musique ». Pour Hegarty, le bruit est avant tout abstraction, il est « le champ où se produit le jeu de la forme contre l’informe, de la musique contre le bruit, du sens contre le non-sens » (p. 33). L’auteur développe ainsi une conception non essentialiste du bruit. En effet, pour lui le bruit n’est en rien immuable ou donné pour lui-même, il est toujours à faire, à produire. Il évite ainsi une approche simpliste de la noise comme « musique du bruit » pour la présenter comme musique de l’enjeu de faire advenir le bruit par le déploiement d’une « stratégie d’an-écoute » (p. 33). Le bruit qui devient désirable, auquel on accorde un sens, atteint une certaine musicalité et anéantit ainsi la noise qui « ne parvient pas à rester bruit » (p. 33). La noise subsiste donc dans l’incertitude, en fuite permanente de la possibilité de son entendement, de sa musicalisation.

  • 6 Audio Spotlight de Holosonics.
  • 7 Long Range Acoustic Device (LRAD).

6L’article de Juliette Volcler porte sur les usages du son comme instrument de contrôle et de rationalisation de l’espace public. Elle aborde le comportementalisme acoustique, doctrine qui pense le son comme pouvant influencer les conduites et les décisions des individus, dont les premières applications remontent aux années 1930 et aux musiques d’ambiance diffusées par la société Muzak. Plus récemment cette approche a été investie par le design sonore, procédé par lequel les marques se fabriquent une identité sonore en accord avec les valeurs qu’elles choisissent d’incarner. Cependant, Volcler met en doute le pouvoir du son, reposant selon elle en partie sur un fantasme alimenté par des statistiques hasardeuses fournies par les entreprises de fonds sonores, visant à entretenir un discours et surtout un marché. L’efficacité ne relèverait ainsi pas exclusivement du son mais de la performativité du discours comportementaliste : « Diffuser du son dans un lieu public, c’est une façon élégante d’en énoncer formellement le règlement informel » (p. 26). De l’utilisation marketing des haut-parleurs ultra-directionnels6 au prototype de la ville intelligente qui réagit à son activité sonore, en passant par les usages hygiénistes du Mosquito, fameux boitier diffusant des sons stridents uniquement audibles par les jeunes, et les emplois répressifs des drones policiers7 émettant une alarme de 150 décibels sur leur cible, Volcler étudie comment les avancées technologiques qui accompagnent la maîtrise du son stimulent l’investissement croissant du domaine acoustique. Sa réflexion sur le son comme arme fait écho à la contribution graphique de Yann Leguay, « Huit modèles de grenades assourdissantes », qui illustre les formes de domination et d’annihilation par le son.

  • 8 Lévi-Strauss Claude, Le Cru et le Cuit, Mythologiques I, Paris, Plon, 1964, p. 26.
  • 9 Buch Esteban, « Le passé audible : des humains, des machines et des sons », La Revue internationale (...)

7Le numéro, construit de manière cyclique, se clôt sur un entretien avec Jonathan Sterne. Ce denier revient sur les sources d’inspiration théoriques et personnelles qui l’ont amené à écrire Une histoire de la modernité sonore, ouvrage qu’il lie à son ambition d’écrire une « histoire du son » et de rompre avec l’approche de la musicologie académique. Il s’attache également à présenter plus en avant les Sound Studies, champ qu’il a largement contribué à former. Dans cette entreprise, sa démarche a été de tenter une revalorisation du fait sonore comme objet d’étude valable au sein des sciences humaines. Une telle perspective fait ainsi perdre à la musique son privilège de « suprême mystère des sciences de l’homme »8, selon la formule de Lévi-Strauss, pour lui accorder une place quelconque au sein de l’immensité du domaine sonore. De même, Sterne cherche à reconsidérer les conceptions courantes de nos sens, comme celle qui fait de la vision le sens du réel et de la raison, et celle qui fait de l’ouïe le sens des affects et des passions. Par là, il remet en cause ce qu’il appelle la « litanie audiovisuelle ». Il y parvient principalement par l’étude des technologies de reproduction sonore, en démontrant « que celles-ci eurent partie liée avec la raison et avec la science de manière aussi décisive que [les] technologies de la vision »9.

8Nous l’aurons compris, la diversité des contributions n’est pas signe d’un éparpillement de la réflexion. Au fur et à mesure de la lecture, des corrélations et des complémentarités se dessinent. Bien que reposant sur des sujets variés et des approches divergentes, les travaux présentés se rejoignent, particulièrement en ce qu’ils éclairent, chacun à leur manière, la question du sonore dans son rapport au visuel, au politique, à la technologie, à l’esthétique ou encore à la réception.

Haut de page

Notes

1 Sterne Jonathan, Une histoire de la modernité sonore, trad. Maxime Boidy, Paris, La Découverte/Philharmonie de Paris, 2015 ; compte rendu de Rémi Lecompte pour Lectures : https://lectures.revues.org/19571. Publication originale : The Audible Past: Cultural Origins of Sound Reproduction, Durham, Duke University Press, 2003.

2 Citons notamment Szendy Peter, Écoute, une histoire de nos oreilles, Les Éditions de Minuit, 2001 ; Nancy Jean-Luc, À l'écoute, Galilée, 2002 ; Le Guern Philippe, « L'oreille cassée. Construction administrative et technique du bruit urbain à Angers », Communications, nº 90, 2012, p. 131-153 ; ainsi que les travaux du laboratoire Cresson parmi lesquels Torgue Henry, Le sonore, l'imaginaire et la ville : de la fabrique artistique aux ambiances urbaines, Paris, L’Harmattan, 2012. Nous pensons aussi à des auteurs précurseurs tels que Pierre Schaeffer, Roland Barthes ou Jacques Attali, dont les travaux reviennent de manière récurrente à travers tout le numéro.

3 Taussig Michael, Mimesis and Alterity: A Particular History of the Senses, Londres, Routledge, 1993.

4 Eagleton Terry, The Ideology of the Aesthetic, Oxford, Basil Blackwell, 1990, p. 407.

5 « L’an-écoute serait ce qui forme, ou in-forme l’écoute comme ouverture » (p. 32).

6 Audio Spotlight de Holosonics.

7 Long Range Acoustic Device (LRAD).

8 Lévi-Strauss Claude, Le Cru et le Cuit, Mythologiques I, Paris, Plon, 1964, p. 26.

9 Buch Esteban, « Le passé audible : des humains, des machines et des sons », La Revue internationale des livres et des idées, nº 2, 2007, p. 55-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Lamontagne, « Maxime Boidy, pali meursault et fred Pailler (dir.), « Politiques sonores », Poli, politiques de l’image, n° 11, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 février 2016, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20158

Haut de page

Rédacteur

Samuel Lamontagne

Étudiant en anthropologie à l’EHESS, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page