Navigation – Plan du site

« Élites transnationales », Cultures & conflits, n° 98, 2015

Ferhat Méchouèk
Élites transnationales
« Élites transnationales », Cultures & Conflits, n°98, 2015, Paris, L'Harmattan.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Busino Giovanni, Élite(s) et élitisme, Paris, Puf, 1992, p. 117.

1Deux ans après la table ronde du 12e congrès de l’association française de science politique (AFSP), la revue Cultures & Conflits publie ce numéro consacré à la question de « l’analyse des positions dominantes dans un univers social donné » (p. 9). Selon le sociologue Giovanni Busino, « le mot “élite” désigne tous ceux qui se trouvent au sommet de la hiérarchie sociale, y exercent des fonctions importantes, lesquelles sont valorisées et reconnues publiquement au travers de revenus importants, de différentes formes de privilèges, de prestige et autres avantages officiels ou officieux »1. Les travaux portant sur les élites sont nombreux. Néanmoins l’approche de la sociologie politique de l’international, qui se veut transdisciplinaire et multidimensionnelle, apporte un nouvel éclairage aux mécanismes sociaux propres à la formation d’élites en abordant plus particulièrement leur caractéristique transnationale.

  • 2 Et encore : « il ne faut pas avoir une liste de noms, avec pour tous la même liste de questions » ( (...)

2L’entretien avec le sociologue Yves Dezala permet d’introduire les trois articles centraux. Le parcours intellectuel d’Yves Dezala et ses différents travaux sur les élites juridiques et internationales nous éclairent sur ces élites diplômées d’une prestigieuse école ou université (par exemple l’École nationale de l’administration ou Science Po) qu’il nomme, comme Pierre Bourdieu, « la noblesse d’État ».Celle-ci est plus cosmopolite et tournée vers l’international que les élites traditionnelles. Dezala revient sur les méthodes d’investigation « peu orthodoxes » nécessaires pour enquêter sur ces élites (par exemple, trouver des alliances ou être introduit par une « personne stratégique »2), car le milieu et les coulisses du pouvoir sont difficiles d’accès. Il évoque également l’internationalisation des élites qui étendent « la compétition permanente entre héritiers et méritocratie » au-delà du cadre des frontières nationales, du fait de leur mobilité géographique.

  • 3 Bourdieu Pierre (avec Loïc Wacquant), Réponses, Paris, Seuil, 1992, p. 72.

3L’idée commune des politologues et des sociologues réunis dans ce numéro est qu’un champ du pouvoir transnational (en général) se base sur une « configuration de relations objectives entre des positions »3 détachée des limites nationales. Philippe Blanchard, François-Xavier Dudouet, et Antoine Vion démontrent l’existence dans la zone euro d’un groupe d’acteurs transnational structuré sur un réseau d’interconnaissance « dominant l’univers économique ». À partir de l’analyse qu’ils ont réalisée dans les années 2000 sur les réseaux des grandes entreprises européennes cotées dans les cinq principaux indices boursiers de la zone euro (AEX 25, BEL 20, CAC 40, DAX 30, et MIB 40), les auteurs dressent une typologie des carrières et déterminent les caractéristiques collectives de ce qu’ils qualifient « acteurs-clefs transnationaux » (« interlockers »). Ils dévoilent les nouvelles stratégies et logiques sociales particulières à ces élites économiques, basées sur leur importante ressource en capital social. Ainsi, « loin d’être un espace fragmenté, le milieu des affaires repose sur un réseau d’interconnaissance relativement dense et surtout, connexe » (p. 82).

  • 4 Olivier de Sardan Jean-Pierre, Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du cha (...)

4Les deux autres articles des politologues Grégory Daho et Médéric-Martin Mazé mettent plus en avant la conflictualité des élites transnationales en soulevant des « luttes » de pouvoir pouvant naître d’un enjeu transnational (gestion des crises internationales au Kosovo, et des menaces dans la région de l’Asie centrale) disputé par des groupes sociaux en compétition (« civilo-militaires », et « guildes professionnelles »), et de la tension entre deux modes de gouvernance étatique : national et international. Pour Grégory Daho le champ du leadership des activités de gestion des crises internationales est en voie de structuration. C’est pourquoi il évoque plutôt une lutte au sein d’« arènes politico-militaires », où les urgentistes, les officiers des forces spéciales, et l’armée de terre s’affrontent ; « mus par des intérêts (matériels ou symboliques) plus ou moins compatibles, les acteurs étant tous dotés de pouvoirs relationnels plus ou moins inégalement distribués »4. Quant à Médéric Martin-Mazé, il soulève l’épineux problème de « la lutte contre les menaces transnationales » pour des élites dirigeantes (gouvernements nationaux) dépassées par l’ampleur des conflits. Les conflits aux frontières de l’Ouzbékistan, du Kirghizstan et du Tadjikistan dans les années 1990 conduisent l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à intervenir en Asie centrale. Tout au long des années 2000 un dialogue s’instaure principalement entre l’OSCE et l’Union européenne (UE) sur la circulation, le contrôle et la surveillance (humaine et technologique) des personnes « dans un espace transnational » centrasiatique. La circulation des données et des informations d’État relatives à la mobilité et à la sécurité aux frontières engage le plus souvent des États souverains (élites dirigeantes) à entrer en « lutte symbolique » contre des « guildes professionnelles » défendant leur « doctrine de gestion des frontières ». Le cas de l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’UE (Frontex) est l’une des illustrations de cette opposition où les visions sur la défense de la territorialité et autour d’un « savoir européen sur les frontières » sont en concurrence. De ce fait, l’auteur nous met en garde contre l’erreur d’une confusion entre l’espace des prises de position (vision ou modèle) et l’espace des positions (pouvoir de décision) sur l’enjeu de « l’import-export de savoirs d’État sur les frontières » (p. 99), pouvant se brouiller dans un espace transnational.

  • 5 Du nom de cet informaticien états-unien (ancien employé de la CIA et NSA) qui a révélé en 2013 des (...)

5Le sujet sur lequel se termine ce numéro nous invite à interroger les effets de la globalisation numérique sur un nouveau genre de leadership politique. En effet, un groupe de chercheurs – composé des sociologues Zygmunt Bauman, David Lyon, et des politologues Didier Bigo, Paulo Esteves, Elspeth Guild, Vivienne Jabri, Rob B. J. Walker – revient sur les impacts de l’affaire Snowden5 sur la surveillance et la circulation d’informations personnelles et confidentielles. Selon les auteurs, face à l’enjeu de la gestion des « frontières numériques » et confrontées au phénomène de la globalisation numérique, les élites dirigeantes des pays touchés directement ou non par cette affaire (Allemagne, Brésil, Canada, Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, et Russie) s’entendent pour faire prévaloir en règle générale la raison d’État sur les libertés individuelles. Les auteurs proposent des pistes de réflexion sur la transformation des relations de pouvoir à l’échelle du cyberespace, et élucident alors « la conjonction de trois processus qui vont s’articuler : transnationalisation, numérisation et privatisation » (p. 140).

6Dans une perspective où le pouvoir s’étend au-delà des frontières nationales, les luttes symboliques ou les positions défendues aux postes de commandement par les élites transnationales influencent voire redéfinissent l’idée que nous nous faisons au XXIe siècle de la nation et du pouvoir de décision de l’État. Ce numéro présente l’intérêt d’élargir la théorie classique des élites. Il met au jour des mécanismes nouveaux de domination dans une hiérarchie sociale transnationale. Les enjeux, les réseaux, ou les activités à l’international des élites délimitent un nouvel « espace social » (ou une « arène ») par leurs « luttes symboliques » pour de hautes positions dans un espace transnational (milieu d’affaires, circulation des informations d’État, sécurité et mobilité aux frontières, gestion des crises internationales).

Haut de page

Notes

1 Busino Giovanni, Élite(s) et élitisme, Paris, Puf, 1992, p. 117.

2 Et encore : « il ne faut pas avoir une liste de noms, avec pour tous la même liste de questions » (p. 17).

3 Bourdieu Pierre (avec Loïc Wacquant), Réponses, Paris, Seuil, 1992, p. 72.

4 Olivier de Sardan Jean-Pierre, Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995, p. 174.

5 Du nom de cet informaticien états-unien (ancien employé de la CIA et NSA) qui a révélé en 2013 des informations secrètes sur des programmes de surveillance intérieure et extérieure (« métadonnées »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ferhat Méchouèk, « « Élites transnationales », Cultures & conflits, n° 98, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 février 2016, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20168

Haut de page

Rédacteur

Ferhat Méchouèk

Doctorant en anthropologie et en sociologie au Clersé (Lille 1), mes travaux portent sur la formation des élites et le développement en Guinée-Bissau, et plus généralement sur le pouvoir des sociétés postcoloniales en Afrique subsaharienne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page