Navigation – Plan du site

Alain Eraly, Autorité et légitimité. Le sens du collectif

Nicolas Simon
Autorité et légitimité
Alain Eraly, Autorité et légitimité. Le sens du collectif, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie clinique », 2015, 249 p., ISBN : 978-2-7492-4920-9.
Haut de page

Texte intégral

1Le constat que fait Alain Eraly (docteur en sciences sociales et docteur en économie appliquée, professeur à la Solvay Brussels School) dès le premier des six chapitres que contient son ouvrage, c’est celui de l’absence d’une théorie systématique de l’autorité. Précisons que l’idée de départ de l’auteur était d’écrire un ouvrage sur le déclin de l’autorité, processus qui « semble avéré » selon lui depuis le XIXe siècle (p. 235) même s’il ne donne aucun exemple concret de ce déclin. Réalisant qu’il était impossible de rédiger un ouvrage concernant le déclin de l’autorité « sans essayer d’envisager ce que recouvre le terme » (p. 10), Alain Eraly a réorienté son entreprise intellectuelle. D’emblée, cette remarque de l’auteur surprend, puisque si l’on est convaincu de l’existence d’un phénomène (ici le déclin de l’autorité), on devrait tout de même en avoir une idée assez claire.

  • 1 Il écrit presque la même phrase dans le second chapitre : « Les deux auteurs préfèrent parler de “p (...)

2Il semble à l’auteur que nous aurions perdu la « transcendance du divin et du collectif » dans un monde où ne subsisteraient que des « monades subjectives » (p. 11-12). En quoi consiste cette autorité qui déclinerait ainsi ? Précisons d’emblée qu’il y a ici comme une contradiction : l’auteur suggère dès l’introduction que le « problème typique dans les sciences humaines » tient à la « fluidité sémantique des concepts » (p. 9), mais il entretient lui-même ensuite ce flottement : par exemple, en début de sixième chapitre, Alain Eraly recourt aux théories de Marcel Gauchet et de Claude Lefort tout en précisant que « là où les auteurs parlent de pouvoir, [il] préfère parler d’autorité » (p. 186)1. L’auteur indique d’ailleurs qu’il s’est affranchi « des lexiques en usage » et a pris « la liberté d’appeler “autorité” certains phénomènes » que d’aucuns peuvent appeler le « pouvoir institué », le « pouvoir symbolique », le « chef » ou le « roi » (p. 78). Mais qu’importe : l’auteur pose donc les fondements de sa réflexion en s’appuyant sur la pensée de Max Weber, même si celui-ci usait du terme « domination » plutôt que de celui d’« autorité ». Pour Weber, la domination légitime – l’autorité dans les mots d’Alain Eraly – est un « ordre qui a des chances d’être obéi ». La relation commandement-obéissance est donc primordiale : sans une croyance en cette légitimité du commandement, il n’y a pas d’obéissance. S’il souligne l’importance de Weber, l’auteur entreprend toutefois la critique des types d’autorité/domination développés par le sociologue allemand (charismatique, légale-rationnelle, traditionnelle). Il rappelle en effet qu’il n’y a pas d’autorité purement impersonnelle comme le sous-entend la logique légale-rationnelle envisagée par Max Weber. L’auteur souligne ensuite que « toute autorité est une instance de transcendance » (p. 27). C’est-à-dire qu’il faut comprendre que les chefs traditionnels, charismatiques ou bureaucratiques renvoient à un niveau qui les dépasse, qui les transcende. Cela n’étant pas très clair dans l’œuvre de Max Weber selon Alain Eraly, il tente donc de montrer qu’on ne peut penser l’autorité sans un petit « supplément » (p. 28) – la légitimité – qui doit l’aider à se stabiliser.

3Dans le deuxième chapitre, l’auteur critique certaines logiques tendant selon lui à nier toute existence à l’autorité : la pensée économique, le psychologisme, le fonctionnalisme et la vision contractuelle de l’autorité. En pensant le sujet comme uniquement régi par des besoins rationnels, l’économisme oblitèrerait complètement le fait qu’un individu peut disposer d’aspirations particulières, défendre certaines valeurs, etc. Ensuite, le psychologisme postulerait l’autorité comme une évidence psychologique où elle serait attribuée à un individu en raison de ses seules qualités. Les critiques que l’auteur adresse à l’approche fonctionnaliste s’expliquent quant à elles par la réduction qui est ainsi effectuée de l’autorité : le fonctionnalisme constituerait une abolition de l’historicité des sociétés puisqu’on supprime l’idée d’un « passé fondateur et d’un ordre traditionnel » à continuellement réactualiser (p. 52). Enfin, l’approche contractuelle reviendrait à dire qu’il n’y a « nulle vie politique avant le contrat ».

  • 2 Abélès Marc, Le lieu du politique, Paris, Société d’Ethnographie, 1983; Anthropologie de l’état, Pa (...)

4Dans un troisième temps, Alain Eraly entend montrer grâce à des exemples tirés de l’anthropologie des sociétés sans État (Nuer, Yanomami, Achuar, etc.) que l’on peut penser l’autorité sans se référer au registre de la coercition. Il ne faut pas considérer que l’obéissance à un commandement implique un rapport de force. La qualité d’un agent d’autorité pour certaines communautés est, par exemple, la générosité. Disposer de l’autorité sur un groupe n’implique donc pas que l’on doive nécessairement imaginer un pouvoir de rétorsion. Si dans ce chapitre, l’auteur recourt à des travaux fondamentaux en anthropologie (Godelier, Malinowski, Evans-Pritchard), ceux-ci n’incarnent pas toujours l’avenir de la discipline, et on pourra regretter par exemple que les travaux de Marc Abélès ne soient pas davantage cités, puisque la volonté d’Alain Eraly est aussi de s’interroger sur la place de l’autorité et de la légitimité dans le monde actuel2.

  • 3 Laurent Pierre-Joseph, Les pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison, Paris, Kart (...)

5Dans un quatrième chapitre, l’auteur met en avant les modalités pragmatiques par lesquelles l’autorité peut advenir (rituels, investitures, etc.). Dès lors, l’autorité doit être instituée par des pratiques et des moments particuliers. Cette institution de l’autorité permet à l’agent d’autorité d’incarner un personnage qui ne parle plus en son nom propre, mais qui dépasse sa seule personne. L’autorité articulerait un imaginaire (soumission à une Loi qui transcende) et du pratico-social (hiérarchie, ordre de clans, etc.). Alain Eraly cite notamment le cas des Mossi au Burkina Faso où un roi « choisi par les seuls Mossi descendants des conquérants qui ont envahi et soumis » le territoire incarnerait l’autorité (p. 154). L’analyse est ici malheureusement beaucoup trop rapide. L’autorité chez les Mossi est en effet bicéphale : d’une part, un chef de la terre renvoyant aux autochtones envahis par les Mossi et, d’autre part, le chef de guerre – celui dont parle l’auteur – incarnant la frange aristocratique disposant d’un pouvoir de commandement. Il s’agit de deux mondes étroitement liés de sorte que les chefs politiques ont besoin des chefs de terre pour assurer la stabilité et l’entente au sein du village3. C’est la raison pour laquelle on ne peut penser l’un sans y adjoindre l’autre.

6Dans les deux derniers chapitres de l’ouvrage, Alain Eraly tente de démontrer que toute autorité est également synonyme de pouvoir normatif dans la mesure où l’agent d’autorité incarne une officialisation de la vision du monde à travers la parole. Cette dernière est de nature à rassembler « la collectivité dans l’unité d’un imaginaire du monde » (p. 159). L’agent d’autorité constituerait ainsi la communauté comme sujet collectif doué d’une volonté. Il faut donc envisager l’agent d’autorité comme un « Autre incarné » (p. 225), un « autrui généralisé » (p. 226). L’auteur affirme alors que l’autorité est une « position d’exception » qui permet à l’agent d’autorité de parler au nom du groupe. En effet, pour « faire société », il faut pouvoir se figurer la totalité que les individus forment et concevoir des actions orientées vers cette totalité. S’appuyant presque exclusivement sur l’œuvre de Marcel Gauchet, l’auteur soutient que l’autorité « parle » d’un lieu excentré à partir duquel il est possible de réfléchir sur la communauté. Il s’agit du lieu de la légitimité de l’autorité.

7Enfin, l’auteur tire quelques enseignements généraux dans une longue conclusion (p. 223-237). Il y revient sur la diversité et la contingence de l’autorité, car « nul, dans son existence, n’est soumis à une seule autorité » (p. 223). Cette dernière n’est pas un état statique, mais un processus en constante réactualisation. L’autorité doit être personnifiée et l’agent l’incarnant doit répondre aux attentes astreignantes et inhérentes à son statut. Cet individu, par ses actes de discours, parle ainsi au nom d’une communauté. En outre, l’agent d’autorité détient un réel pouvoir normatif qui ne doit pas se confondre avec une logique coercitive. L’autorité peut in fine se résumer d’après l’auteur « comme une transcendance qui s’incarne publiquement » (p. 229).

8Par cet ouvrage, Alain Eraly entendait proposer « l’esquisse d’un raisonnement général » d’après des « éléments de théorisation » qu’il développe tout au long des six chapitres que compte le livre. Néanmoins, l’entreprise paraît quelque peu démesurée dans ses prétentions à l’aune des développements proposés et du résultat obtenu. En bref, les objectifs sont trop importants, compte tenu des moyens que l’auteur se donne. En effet, celui-ci propose une réflexion sur l’autorité et la légitimité principalement par l’intermédiaire de grands auteurs. Ceux-ci font sans doute autorité dans le domaine de l’anthropologie et de la philosophie politique, mais le tout s’apparente parfois à une simple succession de résumés d’ouvrages issus de la littérature scientifique.

Haut de page

Notes

1 Il écrit presque la même phrase dans le second chapitre : « Les deux auteurs préfèrent parler de “pouvoir”, mais cela ne change rien au raisonnement » (p. 54).

2 Abélès Marc, Le lieu du politique, Paris, Société d’Ethnographie, 1983; Anthropologie de l’état, Paris, Armand Colin, 1990.

3 Laurent Pierre-Joseph, Les pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison, Paris, Karthala, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Simon, « Alain Eraly, Autorité et légitimité. Le sens du collectif », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20229

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Simon

Aspirant FRS-FNRS à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Doctorant en histoire. Membre du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page