Navigation – Plan du site

Loïc Le Pape, Une autre foi. Itinéraires de conversions en France : juifs, chrétiens, musulmans

Gaétan du Roy
Une autre foi
Loïc Le Pape, Une autre foi. Itinéraires de conversions en France : juifs, chrétiens, musulmans, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Sociétés contemporaines », 2015, 198 p., ISBN : 979-10-320-0032-8.
Haut de page

Texte intégral

1Loïc Le Pape se propose dans cet ouvrage de comparer les itinéraires de conversion dans les trois monothéismes, en France, à travers une enquête de terrain approfondie. L’auteur inscrit sa démarche dans le sillage de la sociologie pragmatique française (Boltanski, Thévenot, Lemieux) et s’intéresse particulièrement aux récits de conversion. Là réside l’intérêt principal de l’ouvrage. En effet, ces récits sont considérés bien sûr comme une source d’information sur le vécu et le ressenti des convertis, mais ils sont en outre vus comme des actes, le résultat d’une compétence à se raconter à des publics souvent réticents. L. Le Pape a également mené une observation participante dans des groupes de convertis et tenté d’inscrire les récits dans leurs contextes d’énonciation.

2Le livre est structuré en trois parties. C’est tout naturellement l’entrée en religion qui inaugure le parcours. L. Le Pape présente l’entrée en religion des convertis comme une épreuve formatée essentiellement par les institutions d’accueil. Les différentes traditions religieuses concernées présentent bien entendu d’importantes différences les unes par-rapport aux autres, ainsi les autorités juives s’occuperont dans un premier temps à décourager les individus tentés par le judaïsme pour les mettre à l’épreuve. Mais l’auteur montre aussi que la conversion ne répond pas à un format établi une fois pour toutes, que le converti évolue dans l’interaction avec les hommes de religion. Les candidats à la conversion doivent dès lors apprendre à parler de leur foi, à ajuster l’exposé de leurs motivations à intégrer une nouvelle religion, notamment dans les cas où la démarche est enclenchée par un projet de mariage. Enfin, les Églises, une fois la conversion accomplie, doivent intégrer le nouveau croyant, et canaliser « les émotions trop fortes » (p. 83) qui sont souvent à la base de leur cheminement. Il faut « favoriser le passage de l’émotion individuelle au sentiment collectif » (p. 80). Ensuite, à la manière d’une convention tacite, l’oubli de la conversion s’impose d’abord parce qu’elle apparaît souvent comme une trahison (celle de la religion originelle) mais aussi car le statut de converti peut attirer la méfiance principalement quand il s’agit d’islam.

3L’auteur nous propose dans une deuxième partie d’étudier les manières de « dire sa conversion ». Supposons donc, pour commencer, que raconter sa conversion à autrui, qu’il soit familier ou pas, est une publicisation […] d’une histoire privée, et que cela nécessite des compétences (p. 92).

4Pour être recevable par autrui le récit de la conversion doit montrer un « engagement distancié » (p. 95) c’est-à-dire rendre acceptable la narration de l’expérience religieuse intense vécue dans l’intimité, en marquant une forme de relativisation ou en faisant part de ses doutes. La phase de doute est d’ailleurs – au-delà de sa fonction dans l’énonciation de face-à-face – un moment important dans la structure typique du récit. La narration de la conversion exige aussi, de celui qui doit l’assumer dans des discussions, de savoir réagir face aux étonnements et aux interrogations qui peuvent aller jusqu’à prendre la forme du sarcasme. Il est parfois nécessaire de se montrer capable d’en rire avec les autres, de prendre sur soi pour ne pas réagir à l’offense ou, d’autre fois, de couper court à la discussion avec un interlocuteur désobligeant. Le converti doit donc être capable de parler de soi-même dans plusieurs contextes et de s’adapter aux publics et aux circonstances. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, parler de soi dans l’espace privé n’est pas forcément le plus simple. Même dans le contexte intime, « les convertis sont amenés à diversifier les façons de parler d’eux-mêmes » (p. 125). Par exemple Djamel, qui a choisi de renoncer à l’islam pour le catholicisme, confie pouvoir en parler à ses frères et sœurs mais pas à ses parents qui le vivraient difficilement. Les blogs quant à eux – sur lesquels se racontent de plus en plus de conversions – sont un espace ou privé et public sont difficiles à départager, mais qui sont de plus en plus consultés par ceux qui sont en quête d’un accomplissement spirituel. L. Le Pape laisse en suspens cette orientation de recherche qui pourrait prolonger l’investigation de cette thématique de la conversion.

  • 1 Charles Taylor, L’Âge séculier, Paris, Seuil, 2011.

5La dernière partie de l’ouvrage s’intitule « être croyant dans un monde incroyant ». Il s’agit en quelque sorte de juger de l’influence du contexte sur les compétences à mettre en œuvre par les convertis. L’auteur, en s’inspirant de Charles Taylor et de son Âge séculier1, insiste sur le fait que les Occidentaux vivent aujourd’hui dans un monde où la religion relève essentiellement d’un choix au même titre que l’incroyance. De même, ajoute L. Le Pape, le choix religieux peut souvent constituer un stigmate social, surtout dans le contexte français empreint de méfiance vis-à-vis du religieux. Le maintien des liens avec l’entourage (conjoint, famille, amis) présente souvent une épreuve difficile à négocier. Les convertis perdent fréquemment des amis ou décident de cacher ce choix à leur famille. Le rapport au travail peut également se trouver considérablement modifié surtout quand la nouvelle religion impliquedes contraintes qui peuvent influer sur le déroulement de la fonction : jour chômé, ramadan, voile, régime alimentaire spécifique… Le dernier élément de contexte abordé par l’auteur concerne l’inscription dans un paysage laïc, républicain (pour la France). Il s’agit d’une sorte de contrainte argumentative pour éviter d’être catalogué comme « radical ». Le récit de conversion pour être recevable doit être présenté comme un choix personnel, et lié à la sphère privée de l’individu, ce que Le Pape qualifie d’« intimisation » (p. 163). La conversion se doit enfin d’être républicaine, c’est-à-dire que le converti se doit d’exprimer à ses interlocuteurs son intention de respecter les lois quelque soit, par ailleurs, son désaccord privé.

6L’originalité principale de l’ouvrage est d’étudier ce qu’implique le fait de s’exprimer en converti et d’assumer son choix dans une société particulière. L’aspect comparatif entre chrétien, juifs et musulmans est également intéressant et étayé par un riche matériau socio-ethnographique. Ce choix mène quelque peu à gommer les différences liées à chaque parcours et surtout au type de groupe religieux choisi par le croyant. Le but de l’auteur est de parvenir, au travers d’un effort de montée en généralité, à dégager une « grammaire » de la conversion, lequel objectif est atteint car l’ouvrage montre bien les compétences nécessaires aux individus qui choisissent d’assumer une conversion dans le contexte français. On pourrait cependant regretter l’absence d’une vraie mise en contexte, à la fois concernant les trois religions et leur histoire dans la société française mais aussi à propos des débats de société sur la question de la conversion et leur évolution récente. On peut penser notamment à l’encadrement communautaire, bien plus ancien et organisé chez les juifs que chez les musulmans dont la communauté, souvent invoquée par les médias, constitue plutôt un ensemble de groupes encore très marqués par les cultures d’origine des croyants. Pour finir on signalera de trop abondantes coquilles qui se multiplient dans la deuxième partie de l’ouvrage (par ex. aux pages 114, 117, 125, 164, 168).

Haut de page

Notes

1 Charles Taylor, L’Âge séculier, Paris, Seuil, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaétan du Roy, « Loïc Le Pape, Une autre foi. Itinéraires de conversions en France : juifs, chrétiens, musulmans », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 02 mars 2016, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20265

Haut de page

Rédacteur

Gaétan du Roy

Chargé de recherche au FNRS (Belgique) et membre du LaRHis à l’Université catholique de Louvain

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page