Navigation – Plan du site

Mathieu Fulla, Les socialistes français et l’économie (1944-1981). Une histoire économique du politique

Adeline Blaszkiewicz-Maison
Les socialistes français et l'économie (1944-1981)
Mathieu Fulla, Les socialistes français et l'économie (1944-1981). Une histoire économique du politique, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2016, 468 p., ISBN : 978-2-7246-1860-0.
Haut de page

Texte intégral

1« C’est toujours la même chose, chaque fois que les socialistes sont au pouvoir, ils vident les caisses vous avez déjà entendu ce slogan et n’avez pas fini de l’entendre ! » Cette phrase que lance, agacé, Guy Mollet lors du congrès socialiste de mai 1957 juste après sa mise en minorité au parlement (p. 117) pourrait être placée en exergue du présent ouvrage, issu de la thèse de Mathieu Fulla dirigée par Marc Lazar. L’auteur part d’un stéréotype qu’il cherche à déconstruire : celui de l’incompétence économique qui serait consubstantielle aux socialistes, depuis le Front Populaire jusqu’à l’actuel gouvernement socialiste (p. 19). En matière d’histoire économique, l’auteur constate, de plus, que les années 1950-1970 constituent un véritable angle mort historiographique, entre le consensus modernisateur de la Libération et le premier quinquennat de François Mitterrand, qui ont suscité de nombreuses études. L’originalité de la thèse réside dans le parti pris d’une « histoire économique du politique » qui étudie « le cheminement des idées économiques du stade de leur élaboration par les experts […] à celui de leur intégration dans l’idéologie partisane, puis de leur publicisation par les dirigeants et par les propagandistes » (p. 25-26). À ce titre, l’ouvrage ne vise pas à simplement à étudier, sur le papier, le programme officiel des partis, mais bien à s’immiscer dans les rouages de la « fabrication de ce discours public » (p. 28) pour mettre au jour la pluralité des cultures économiques qui irriguent le socialisme politique. Un acteur, « l’expert engagé », occupe une place centrale dans cette étude : il est le spécialiste des questions économiques dont le rôle devient prépondérant dans le parti, à mesure que la compétence et la crédibilité en matière économique s’affichent comme des ressources incontournables dans la compétition électorale sous les IVe et Ve Républiques. Le choix d’un plan chronologique en quatre parties permet de rendre compte avec finesse de cette mutation de l’expertise « en coulisses », qui ne correspond pourtant pas toujours au discours économique dominant la communication électorale du parti.

  • 1 Notamment sous l’égide de Daniel Mayer et de son Comité d’Action Socialiste (p. 54-55).

2Dans la première partie consacrée à la période 1944-1958, l’auteur dresse un rapide bilan de la relation des socialistes à l’économie. Rompant avec une forme initiale d’hostilité, la Grande Guerre a converti les socialistes au rôle de l’État dans l’économie. Dès la Deuxième Guerre mondiale, c’est l’idée même du dirigisme qui s’affirme dans le parti1, mais l’entrée en guerre froide dès 1947 impose, dans leur communication économique, une prise de distance à l’égard de l’économie dirigée des communistes. Les socialistes promeuvent alors une politique, moins incisive, de défense de l’État social. Cet apparent mélange des genres qui réside dans l’émergence d’une vision de l’économie, « fidèle dans sa rhétorique à l’idéal révolutionnaire, avec une culture réformiste » (p. 65) est analysé avec brio par Mathieu Fulla, non sous le prisme de l’éternelle schizophrénie des socialistes en matière économique, mais du fait de l’évolution de son expertise interne. Durant cette période, celle-ci provient de deux forces ouvertement réformistes : d’un côté les syndicalistes de Force Ouvrière et de l’autre les anciens planistes reconvertis dans les commissions d’études du parti. Cependant, sous le gouvernement Mollet (1956-1958), les contraintes de l’exercice du pouvoir remettent sur le devant de la scène le stéréotype de l’incompétence économique des socialistes, alors pris en étau entre la gauche communiste et la gauche mendésiste keynésienne montante. Il faut dire que si les experts du parti sont nourris de réformisme, ils n’en restent pas moins étrangers aux grandes directions économiques de la France, ce qui suscite le mépris des hauts fonctionnaires qui les peuplent et jugent la SFIO vieillissante et archaïque (p. 92). Mathieu Fulla, toujours soucieux de la concordance des temps entre économique et politique, montre cependant que ce soupçon d’incompétence s’abat sur l’intégralité de la politique de Guy Mollet, alors en pleine tourmente algérienne. C’est ainsi l’expérience même du pouvoir qui empêche au parti de renouveler son image tant politique qu’économique.

3Ainsi dans les années 1958-1968, c’est finalement hors du gouvernement et dans un contexte de crise interne à la SFIO que l’expertise va connaître un profond renouvellement permettant une « réinvention du socialisme économique ». Ainsi, l’auteur montre que le renouveau « passe par les marges socialistes » (p. 142) : PSA, PSU, CFTC ou encore Club Jean Moulin sont autant de nouvelles formations politiques qui troquent le marxisme pour une approche « keynésiano-mendésiste ». Ouverts aux propositions du néo-planisme, ils sont de plus en plus sensibles à une « planification démocratique » de l’économie par un État régulateur qui place la production au centre des préoccupations. Cependant, ce souffle nouveau se heurte au conservatisme doctrinal de Guy Mollet, qui voit, de plus, d’un mauvais œil cette tentative d’unification de la gauche non communiste autour de son concurrent, le PSU. Paradoxalement, c’est finalement la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1965 pourtant placée sous le signe de la rhétorique marxiste qui permet l’intégration de la planification démocratique dans la culture politique des élites de la gauche non communiste. Mitterrand s’appuie en effet sur un brain trust dominé par des experts de sensibilité keynésiano-mendésiste, voire libérale à l’instar d’Etienne Hirsch ou encore Jacques Delors, tous deux fonctionnaires au Plan. Si le rapprochement avec le PCF en 1968fait renouer Mitterrand avec la rhétorique marxiste, il ne s’agit pas d’une« conversion soudaine aux thèses de l’auteur du Capital » (p. 186). Il illustre au contraire l’instrumentalisation de la question économique dans le jeu des alliances électorales. Au terme de cette partie, l’on comprend bien que le processus de conversion des experts socialistes aux habitus et aux outils de l’expertise économique nationale, nécessaire pourra croître leur crédibilité, est ralenti par cette prise en tenaille entre la doxa marxiste du PCF et les idées mendésistes jugée plus « réalistes » par les élites économiques.

  • 2 Jacques Attali, jeune docteur en économie, polytechnicien a d’abord servi comme expert au sein du C (...)
  • 3 Des grands patrons lancent un appel en faveur de Mitterrand dans le Nouvel Observateur en 1965.
  • 4 L’étude a été réalisée à partir d’un corpus de 196 experts engagés dans le socialisme (p. 29).

4Dans ce contexte de concurrence au sein des gauches, la troisième partie montre bien que, dans les années 1968-1974, l’économie et le social servent dans un premier temps de monnaie d’échange avec le PCF en vue de la conclusion d’un accord politique. On assiste ainsi à une remarxisation du discours économique du parti qui s’accompagne d’une recrudescence des experts chevènementistes dans les études du PS né d’Epinay ; elle ne signifie cependant pas de leur hégémonie. En effet, l’irruption de la thématique de l’autogestion, portée notamment par les évènements de 1968, complexifie les apports idéologiques à la pensée économique socialiste, sans pour autant interrompre, en coulisses, le processus de pénétration du socialisme dans l’État. Ses experts prennent place dans les grands rouages de l’État et se familiarisent peu à peu avec les instruments de la statistique nationale. Ainsi, à l’aube des élections présidentielles, la promotion de Jacques Attali2, flanqué de Michel Rocard pour la rédaction du programme économique du candidat Mitterrand ouvre l’ère des « experts régulationnistes keynésiens », favorisant le retour du « keynésiano-mendésisme » dans l’idéologie socialiste (p. 262-264). Le programme ainsi proposé, remettant à l’honneur l’idée de planification démocratique n’empêche pas de prôner la politique monétaire du « franc fort », permettant ainsi au PS de gagner en crédibilité aux yeux des élites. Le tout est alimenté par les réseaux de Mitterrand avec les grands patrons3qu’il sait utiliser à bon escient dans sa communication politique valorisant la compétence. Le chapitre 9 de l’ouvrage, l’un des plus remarquables de cette thèse, étudie dans une démarche prosopographique4 le parcours et le profil sociologique des principaux experts du PS, qui, à partir de la campagne présidentielle de 1974 quittent les coulisses pour occuper le devant de la scène politique. L’historien fait émerger trois pôles majeurs de l’expertise qui cohabitent sans pour autant occuper les mêmes fonctions dans le parti. Le premier groupe est celui des « politiques-experts », à savoir des « professionnels de la politique disposant d’une formation économique suffisamment solide pour superviser les travaux des nombreuses structures d’études du PS » (p. 274). À la croisée de l’économie et du politique, ces parlementaires ou universitaires ont pour rôle de « politiser » les réflexions strictement économiques. Le deuxième pôle, lui, se compose d’énarques, de hauts fonctionnaires et secondairement de cadres du privé. Membres des commissions du parti, ils sont selon l’historien les « petites mains » qui travaillent pour le premier pôle. Enfin, le troisième pôle, qui sert de relai auprès des forces vives de la société civiles, se compose de réseaux patronaux et syndicaux. Alors que les deuxièmes sont finalement les experts « historiques » du Parti, les premiers sont promus à partir du leadership mitterrandien sur le parti. Mathieu Fulla montre bien que la spécificité de l’expertise socialiste réside dans sa position de « médiateur entre technique et politique » (p. 296), mais aussi dans sa grande dépendance (cependant pas totale) au calendrier politique pur – entendons électoral – et aux demandes du « Prince » (p. 282).

5La quatrième partie qui s’ouvre après la défaite des socialistes aux élections de 1974 confirme la précédente analyse. Dans le contexte de débats autour du programme commun avec le PCF, puis de tensions croissantes entre les courants qui explosent au Congrès de Metz de 1979, s’opère une forme de remarxisation du discours économique de François Mitterrand. Le futur candidat aux élections présidentielles cherche à couper court aux critiques du PCF mais aussi à celles des rocardiens qu’il accuse à l’envi de « dérive réformiste » (p. 361). Mais si cette « stratégie du fil du rasoir » répond à l’échéance électorale de 1981, elle n’en cache pas moins, dans le programme du candidat, une complexification des propositions économiques montrant l’acceptation feutrée des règles du capitalisme libéral. Le mitterrandisme s’affirme donc bien comme « un pragmatisme économique » au service de la conquête du pouvoir. Dans cette dernière période, on observe ainsi une « discordance des temps », entre celui du politique et de l’économique, le premier dictant clairement son rythme au second. Mais ces années sont surtout l’aboutissement d’un processus de maturation de l’expertise socialiste qui remet en cause pour un temps le stéréotype de l’incompétence des socialistes. Le célèbre débat d’entre-deux-tours entre François Mitterrand et Valérie Giscard d’Estaing du 5 mai 1981, finement analysé par Mathieu Fulla, montre en effet que « pour la première fois depuis 1936, le recours de la droite à l’une de ses armes favorites, la mise en avant de l’incompétence économique atavique de la gauche, échoue » (p. 391), Mitterrand répondant aux chiffres…par les chiffres.

6Il convient ainsi de saluer la publication d’une thèse remarquable, qui renouvelle l’histoire politique de la gauche, tout en ouvrant de riches perspectives pour l’histoire économique du politique dont l’ouvrage se veut un véritable plaidoyer5. Cette démarche permet en effet largement de dépasser l’opposition stérile entre le discours et les faits, particulièrement mobilisée pour analyser les programmes et les actions de la gauche aux affaires. Elle permet ainsi de comprendre le cœur de la « salle des machines », entre pluralité des influences théoriques, impératifs électoraux et rôle des experts, figures passées de l’ombre à la lumière dans la compétition politique de la Ve République. L’ouvrage, bien qu’il soit pointu, saura ainsi trouver une résonance forte dans les débats qui animent actuellement la gauche. L’historien le présente lui-même comme une « histoire du temps présent6 » et le pari est plus que réussi.

Haut de page

Notes

1 Notamment sous l’égide de Daniel Mayer et de son Comité d’Action Socialiste (p. 54-55).

2 Jacques Attali, jeune docteur en économie, polytechnicien a d’abord servi comme expert au sein du CERES avant de rejoindre le courant Mitterrand.

3 Des grands patrons lancent un appel en faveur de Mitterrand dans le Nouvel Observateur en 1965.

4 L’étude a été réalisée à partir d’un corpus de 196 experts engagés dans le socialisme (p. 29).

5 Mathieu Fulla présente sa méthode en introduction mais aussi ici : http://devhist.hypotheses.org/3141.

6 http://devhist.hypotheses.org/3141

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Blaszkiewicz-Maison, « Mathieu Fulla, Les socialistes français et l’économie (1944-1981). Une histoire économique du politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 02 mars 2016, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20267

Haut de page

Rédacteur

Adeline Blaszkiewicz-Maison

Agrégée d’histoire, professeure d’histoire géographie au collège Edgar Varèse à Paris

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page