Navigation – Plan du site

Olivia Angé, David Berliner (dir.), « Nostalgie », Terrain, n° 65, 2015

Irene Gallego
Nostalgie
Olivia Angé, David Berliner (dir.), « Nostalgie », Terrain, n° 65, septembre, 2015, Paris, ISBN : 9782735120444.
Haut de page

Texte intégral

1Comme un pied-de-nez au temps, il apparaissait presque inévitable que la revue Terrain mette fin à son activité éditoriale avec une dernière publication autour de la nostalgie. Si ce dernier numéro publié par la revue se veut symbolique, il se fait également l’écho d’un intérêt renouvelé et actuel pour cette notion, intérêt à la fois social et académique. On voit en effet depuis quelques années se multiplier les publications consacrées à la nostalgie et c’est dans ce cadre qu’il faut replacer le présent dossier.

2Le numéro se compose d’un corpus de textes qui établissent un lien avec un ensemble d’auteurs, pour la plupart non francophones, qui depuis les années 1960 ont jalonné les études sur la nostalgie. En effet, il semble que cette notion ait eu du mal à se faire une place dans la production académique française. Une difficulté qui peut être interprétée par le caractère glissant et connoté du concept de nostalgie. Comme le rappellent ici les coordinateurs du dossier, il s’agit d’une notion floue, souvent confondue avec la mélancolie et « critiquée pour son sentimentalisme et sa propension à falsifier les récits historiques » (p. 6). Elle apparaît souvent comme une attitude réactionnaire de fuite en arrière, associée à des processus d’instrumentalisation et de commercialisation du passé. À cet égard, l’apport de ce numéro est double : il introduit un ensemble d’ouvrages anglophones dans une publication francophone et il met en exergue de nombreux présupposés sous-jacents à la notion.

3Dans ce dossier cependant, le refus d’une posture de dénonciation ou de moralisation du passé, et la mise en avant du caractère performatif voir créatif et critique de la nostalgie n’induisent pas pour autant un éloge inconditionnel ou une négation de sa puissance idéalisatrice et imaginative. En effet, la démarche empruntée vise plutôt à une plus grande connaissance des multiples expressions et des manières d’opérer de la nostalgie, ainsi qu’à une meilleure compréhension des divers enjeux sous-jacents aux processus et pratiques où elle intervient. Les différents objets d’étude et les approches mobilisés montrent comment la nostalgie, en tant que « posture spécifique envers le passé comme irréversible » (p. 10), prend diverses formes à travers des affects, des pratiques et des discours. Plutôt que de la nostalgie, ce numéro thématique traite plus spécifiquement du nostalgique. L’exigence ethnographique qu’impose l’observation et la description de l’expérience empirique nostalgique permet en retour d’élargir la compréhension de la nostalgie en tant que concept et de l’envisager dans toute sa potentialité, c’est-à-dire comme une « force sociale » (p. 10).

4L’analyse de trajectoires individuelles d’artistes apporte tout d’abord des éléments pertinents pour enrichir cette approche de la nostalgie. C’est celle qu’empruntent Sophie Moiroux et Emmanuel de Vienne dans leur article sur les toiles d’Amtiwana Trumai, indien d’Amazonie brésilienne, ou Patrizia Ciambelli et Claudine Vassas dans leur article sur l’œuvre de l’écrivain turc Orhan Pamuk. Moiroux et de Vienne voient la nostalgie comme un socle commun à la pratique de l’artiste et aux opérations de collecte du musée du Quai Branly pour soulever les différentes motivations, valeurs et procédures sous-jacentes à l’un et à l’autre. L’activité artistique et documentaliste de Trumai renvoie à sa préoccupation des fortes transformations subies par son peuple dues à la colonisation ; ses toiles sont un moyen de faire face à la perte et de matérialiser les savoirs de son peuple Les scènes de la vie quotidienne et les épisodes mythiques représentées, au-delà de garder une trace du passé du groupe, rappellent aussi ce qu’il aurait dû ou pu être. Autrement dit, la nostalgie ici n’est pas simplement un regret de ce qui a disparu mais porte avec elle la tension entre le fait et la norme qui fonde le rapport du groupe. Quant à Ciambelli et Vassas, ils interrogent la façon dont Orhan Pamuk réfléchit et mobilise la nostalgie dans son œuvre, en s’appuyant notamment sur roman Le musée de l’innocence et le musée homonyme qu’il a crée à Istanbul, le « Musée de l’innocence ». Musée et roman représentent deux dispositifs nostalgiques interdépendants : si le musée, sorte de cabinet de curiosités, donne corps et montre l’histoire du roman, il s’inscrit toutefois dans la suite fictionnelle du roman. Ainsi, fiction romanesque et fiction muséale enchevêtrent à la fois l’expérience de l’auteur, la vie des protagonistes et l’histoire de la ville. À travers l’analyse de la place des objets dans l’espace narratif et muséal, l’article met en lumière leur rôle paradoxal face à la perte. Cette ambivalence renvoie au fait que la dimension nostalgique relève autant des propriétés formelles de l’objet que des relations qu’il entretient avec les personnes et d’autres objets. Ce sont ces multiples dimensions qui permettent à Pamuk de se déplacer de l’individuel vers le social, du présent vers le passé.

5D’autres articles privilégient la dimension collective pour interroger la nostalgie. C’est le cas de celui de Ruy Llera Blanes et Abel Paxe sur des processus de commémoration et de patrimonialisation de Vale do Longo, dans le nord de l’Angola. La vallée est un haut lieu de l’histoire précoloniale et coloniale d’Angola, un site où coexistent à présent plusieurs géographies mémorielles. La récente reconnaissance de la valeur économique de la vallée et les tensions au sein de l’Église tokoïste ont transformé ce lieu en un espace de confrontation où les différents groupes impliqués négocient et revendiquent leur légitimité autour de discours nostalgiques divergents. Cependant, ceux-ci ont en commun le fait de reconstruire la fin de la période coloniale comme un âge d’or tout en re-signifiant les expériences douloureuses du passé. C’est sont les enjeux à la fois administratifs, politiques et ecclésiastiques qui sous-tendent les dynamiques contemporaines de commémoration et de patrimonialisation et qui permettent de comprendre l’émergence et la mobilisation de la nostalgie. Ce rapport entre un groupe et un lieu est aussi au centre de l’article de Michèle Baussant sur les juifs d’Égypte en France. L’usage de la langue arabe par ces derniers apparait comme un moyen privilégié pour appréhender la nostalgie dans l’actualisation du lien à l’Égypte ; elle participe ainsi à la recomposition de leur l’identité juive en France. L’apport majeur de l’article consiste à saisir les mécanismes concrets qui activent la nostalgie dans les échanges et les pratiques concrètes où l’arabe est à la fois langue parlée et langue évoquée. En effet, la spécificité identitaire de cette communauté juive se joue notamment à travers une façon particulière de prononcer et d’agencer la voix selon les situations et les interlocuteurs. Les évocations nostalgiques d’un espace-temps privilégié n’implique toutefois pas la négation des hiérarchies et des différences du passé, ni la dévalorisation du présent. Il s’agit plutôt d’une nostalgie créative qui actualise le passé comme une source pour construire l’avenir.

6L’article de Gil Bartholey sur la photographie rétro et la colorisation, ainsi que celui d’Olivia Angé sur la consommation des produits aux allures nostalgiques, notamment le pain de levain, offerts par la multinationale « Le Pain quotidien » se centrent sur la capacité des choses – objets et aliments – à éveiller et à participer de la nostalgie. La photographie constitue la présence d’une absence, ce qui lui donne un potentiel nostalgique, mais l’article va au-delà pour comprendre comment la manipulation de la couleur permet de susciter des affects nostalgiques. Pour ce faire, l’auteur analyse et met en relation deux opérations a priori contraires : la technique du rétro, qui rend la réalité représentée plus ancienne en simulant l’action du temps, et la technique la colorisation qui vise, au contraire, à rendre le passé plus vivant et saillant. Ces jeux de familiarisation-défamiliarisation constituent des expériences du temps et de soi qui donnent du sens à l’existence individuelle et sociale. Quant à Angé, au rebours des travaux se limitant à dénoncer l’inauthenticité des produits nostalgiques, elle met en exergue les contradictions inhérentes à la consommation de ce type de produits, pour interroger plutôt les appréciations et les appropriations opérées en situation par les consommateurs. Les boulangeries analysées constituent des « micro-lieux de mémoire » (p. 37), des espaces de vente et de restauration, où le choix attentif des couleurs, des images et des objets vise à construire une atmosphère passéiste incarnant les valeurs de l’entreprise (authenticité, simplicité, qualité et convivialité). Ces établissements sont cependant des « dispositifs flexibles » qui permettent au consommateur de mobiliser une « pensée partielle » (p. 46-47) et de se les approprier en fonction de leurs attentes et de leurs sensibilités. C’est à partir d’une série d’évocation de souvenirs, de mises à l’épreuve des valeurs véhiculées par l’entreprise, de découvertes de saveurs et d’odeurs que les consommateurs construisent leur attachement à ces lieux et à ces produits. Les expériences des passionnés du « Pain Quotidien » agissent pour eux comme un remède à l’angoisse face à l’irréversibilité du temps et revalorisent le présent.

7Ainsi, le dialogue entre ces différents articles nous montre que la nostalgie n’est plus l’apanage d’une certaine tranche d’âge, ni d’un groupe social ayant subi des événements traumatiques, et qu’elle n’est plus reléguée à une sorte d’intimité solipsiste et régressive. Bien au contraire, elle semble au croisement de l’ordinaire et l’extraordinaire, de l’individuel et du collectif, du passé et du futur. Au gré des contributions, on voit la nostalgie opérer dans la redéfinition à la fois du rapport au temps et à l’espace, du rapport aux autres et du rapport à soi-même. Toutefois, le dossier accorde une plus grande importance à la dimension temporelle, c’est-à-dire à la problématisation du rapport entre la nostalgie et l’écoulement du temps. Or, la construction du rapport au passé n’est pas exclusivement affaire de mots : elle renvoie aussi à des investissements cognitifs, émotionnels et pratiques qui engagent l’environnement matériel et le corps dans son intégralité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irene Gallego, « Olivia Angé, David Berliner (dir.), « Nostalgie », Terrain, n° 65, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20332

Haut de page

Rédacteur

Irene Gallego

Doctorante à l’EHESS et membre du Centre Norbert Elias, Irene Gallego réalise sa thèse sur les dynamiques de mise en valeur et de patrimonialisation du music-hall à Barcelone en 1970 et aujourd’hui.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page