Navigation – Plan du site
Le travail au noir : une fraude parfois vitale ?

Le travail au noir : une fraude parfois vitale ?

Florence Weber, Le travail au noir : une fraude parfois vitale ?, Rue d'Ulm, coll. « La rue ? Parlons-en ! », 2008, 63 p., EAN : 9782728804047.
Notice publiée le 09 juillet 2008

Présentation de l'éditeur

Le maintien, voire l'augmentation du travail au noir dans les économies développées sont révélateurs des dysfonctionnements durables du marché du travail et des politiques fiscales et sociales. Sans chercher à unifier le phénomène, Florence Weber distingue les différentes règles qu'il transgresse. Elle s'attache ensuite à deux enquêtes ethnographiques significatives, dans la Bourgogne industrielle des années 1980 et dans la région parisienne des années 2000. Epouses bénéficiant des droits sociaux de leur conjoint, femmes seules ou travailleurs sans papiers enfermés dans des carrières au noir, sans-abri faisant feu de tout bois, prestataires de l'aide sociale, professionnels ou bénévoles en quête de reconnaissance - les stratégies, parfois inévitables, parfois risquées, mises en œuvre par les individus sont très diverses, revêtant une double dimension économique et morale ; et ceux qui les observent de près sont confrontés à de véritables dilemmes. Entre la tolérance bien informée et la réforme des politiques fiscales et sociales, la solution n'est-elle pas à chercher du côté d'une économie mondiale qui construirait des droits sociaux au lieu de s'adonner à une course au profit sans règles ? Les conférences-débats " La rue ? Parlons-en ! " initiées par l'Association Emmaüs font intervenir des personnalités du monde de la recherche afin de rapprocher la réflexion universitaire et l'action sociale menée sur le terrain.

Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Le site de l'Association Emmaüs

Haut de page