Navigation – Plan du site

Fethi Benslama, L’idéal et la cruauté. Subjectivité et politique de la radicalisation

Benjamin Ducol
L'idéal et la cruauté
Fethi Benslama (dir.), L'idéal et la cruauté. Subjectivité et politique de la radicalisation, Fécamp, Éditions Lignes, 2015, 200 p., ISBN : 978-2-35526-148-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut notamment citer l’ouvrage récent : Farhad Khosrokhavar, Radicalisation, Paris, Éditions de (...)
  • 2 Sur ce point, consulter : Tobias Gemmerli, Radicalisation is a politically contrived concept, Copen (...)

1Sujet d’étude qui est longtemps resté quasi absent du champ universitaire français, la radicalisation violente suscite un volume croissant de publications scientifiques1. Bien qu’elle fasse l’objet d’une pluralité de sens, de définitions contestées2 et parfois contradictoires, la radicalisation violente renvoie généralement au processus par lequel un ou plusieurs individus en viennent à adopter un système de croyances légitimant l’engagement dans l’action contestataire violente ou l’utilisation de la violence à des fins idéologiques.

2Au regard des débats actuels autour de cette problématique, on ne peut que souligner l’intérêt de voir s’ajouter au corpus déjà existant cet opus collectif dirigé par Fethi Benslama. Le volume réunit une douzaine de contributions issues d’une journée d’étude organisée au printemps 2015 sur la thématique : « Les processus de radicalisation : aspects subjectifs et cliniques ». Rassemblant psychologues, psychanalystes et sociologues, les treize chapitres du livre convergent autour de l’exploration des ressorts subjectifs de la radicalisation et du passage à l’action violente lorsqu’elle devient idéologiquement motivée. Plus précisément, c’est la subjectivité symbolique et idéationnelle des phénomènes de radicalisation qui est interrogée par les différents contributeurs du livre, en particulier autour d’un diptyque, celui de « l’idéal » et de la « cruauté ».

3La thématique choisie par Benslama s’articule en effet autour de ces deux pôles et permet de tracer un lien entre les différents chapitres qui composent l’ouvrage. D’un côté, « l’idéal » et sa quête renvoient aux dynamiques subjectives sous-jacentes à la radicalisation, celles des motivations et des aspirations idéationnelles qui conduisent certains individus jusque dans les postures les plus fanatiques. De l’autre, « la cruauté » et ses incarnations illustrent les solutions et les moyens choisis par certains afin d’accéder à cet « idéal ».

  • 3 Fethi Benslama, La guerre des subjectivités en islam, Paris, Éditions Lignes, 2014.

4Si la prémisse générale de l’ouvrage est à première vue stimulante, les chapitres qui composent celui-ci s’avèrent relativement inégaux dans leur qualité et dans leur apport scientifique. Parmi les chapitres d’intérêt, on retiendra tout d’abord celui de Fethi Benslama qui poursuit la réflexion entamée dans son ouvrage précédent autour de la « guerre des subjectivités »3 au sein de l’islam et de(s) monde(s) musulman(s).

  • 4 Sur ces dimensions, consulter Gérald Bronner, La Pensée extrême. Comment des hommes ordinaires devi (...)

5L’auteur revient ici, sous la forme d’une généalogie historique, sur « la blessure infligée à l’idéal islamique » par l’Occident au cours de la période coloniale et les effets que celle-ci continuerait de produire sur la définition même du « sujet musulman » dans notre espace contemporain. Mobilisant les outils de la psychanalyse, Benslama déconstruit l’islamisme radical comme l’incarnation du «  surmusulman  », identification réactive qui conduit certains individus à basculer dans une logique de sur-identification à cet « idéal musulman », envisagé comme absolu, anhistorique et aculturel. L’auteur aborde ainsi les enjeux d’identification et de dés-identification qui s’avèrent cruciaux pour comprendre les processus de radicalisation. À travers le rapport d’identification à certains idéaux se noue la construction des dynamiques parfois glissantes entre imaginaires collectifs et actions individuelles. Parce qu’il devient un imaginaire absolu ou un horizon mental indépassable et structurant à lui tout seul, la totalité de l’individu, « l’idéal » peut se transformer en puissant moteur de cette « cruauté »4.

6Autre chapitre d’intérêt, celui de Fahad Khosrokhavar qui propose un texte synthétique sur le phénomène jihadiste, à la lumière du contexte hexagonal et européen. Dressant une typologie des formes que prend cette radicalisation jihadiste, Khosrokhavar souligne l’identification chez certains individus à une figure du « héros négatif », acteur qui renverse, par la violence, les valeurs dominantes des sociétés pluralistes contemporaines. Pour Khosrokhavar, cette figure du « héros négatif » est d’autant plus attractive pour certains jeunes « désaffiliés » qu’ils trouvent dans le jihadisme une offre de transcendance leur permettant de retourner le stigmate social et la marginalisation qu’ils vivent au sein des sociétés européennes. À côté de ce premier modèle de radicalisation jihadiste, Khosrokhavar ajoute également celui des convertis qui constituent, depuis plusieurs années, un bassin croissant de recrutement pour les organisations jihadistes. Parfois caricatural sur certains points, le chapitre de Khosrokhavar n’en demeure pas moins une des synthèses les plus fines et les plus éclairantes sur la radicalisation jihadiste parue à ce jour en langue française.

7Si, à l’instar des chapitres de Benslama et de Khosrokhavar, la majorité des contributions portent plus ou moins directement sur les phénomènes de radicalisation liés au jihadisme, l’ouvrage laisse néanmoins une place à des textes portant sur d’autres formes de radicalités violentes. On renverra ainsi au chapitre de Patricia Cotti sur le cas d’Anders Breivick, terroriste norvégien auteur de l’attentat d’Oslo et de la tuerie d’Utoya.

8Intéressant par la diversité des auteurs réunis, cet ouvrage collectif se caractérise par un parti pris très psychanalysant qui pourra attirer, dérouter ou inversement rebuter certains lecteurs. En effet, si l’ouvrage propose plusieurs pistes de réflexion stimulantes, on peut lui reprocher une pente « interprétative » qui laisse parfois place à des raccourcis explicatifs douteux et à des hypothèses causales trop faiblement ancrées dans une réalité empirique. Ainsi, affirmer que des facteurs aussi généraux que l’affaiblissement de l’autorité parentale et la généralisation de la famille recomposée constituent une des causes de la radicalisation, ou qu’il puisse exister de supposés déterminismes mis au jour par la psychanalyse au sein des grands monothéismes pour expliquer les phénomènes actuels de radicalisation, mériteraient d’être des arguments étayés sinon par des éléments empiriques concrets du moins par un volume plus important de références à des travaux scientifiques existants.

  • 5 Sur le conceptualisme et ses écueils, lire notamment Nathalie Heinich, Le bêtiser du sociologue, Pa (...)

9En définitive, on éprouve un certain malaise face à un propos qui manque parfois d’un ancrage empirique véritable et face à la multiplication des concepts psychanalytiques mobilisés (surmoi terroriste, Autre absolu radical, etc.) pour analyser le phénomène évoqué. En effet, le placage ou la transposition de certains concepts psychanalytiques sur les phénomènes de radicalisation tend à produire un « conceptualisme »5 où les notions utilisées construisent la radicalisation comme certains auteurs souhaiteraient la voir, plutôt que comme elle se pose aux acteurs dans le monde réel. Cette perspective conduit au risque de tordre la réalité en vue de la faire rentrer dans un cadre disciplinaire et conceptuel, au lieu de s’attacher à son explication véritable.

Haut de page

Notes

1 On peut notamment citer l’ouvrage récent : Farhad Khosrokhavar, Radicalisation, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Interventions », 2014, notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/17541, ainsi que le dossier : « La radicalisation violente », Cahiers de la sécurité et de la justice, n° 30, 2015, publié par l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ).

2 Sur ce point, consulter : Tobias Gemmerli, Radicalisation is a politically contrived concept, Copenhagen, Danish Institute for International Studies (DIIS), 2015 ; Arun Kundnani, « Radicalisation: the journey of a concept », Race & Class, vol. 54, n° 2, 2012, p. 3-25 ; Mark Sedgwick, « The concept of radicalization as a source of confusion », Terrorism and Political Violence, vol. 22, n° 4, 2010, p. 479-494.

3 Fethi Benslama, La guerre des subjectivités en islam, Paris, Éditions Lignes, 2014.

4 Sur ces dimensions, consulter Gérald Bronner, La Pensée extrême. Comment des hommes ordinaires deviennent des fanatiques, Paris, Denoël, 2009.

5 Sur le conceptualisme et ses écueils, lire notamment Nathalie Heinich, Le bêtiser du sociologue, Paris, Klincksieck, 2009, p.127-132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ducol, « Fethi Benslama, L’idéal et la cruauté. Subjectivité et politique de la radicalisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20347

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Ducol

Chercheur associé au Centre international de criminologie comparée (CICC) de l’Université de Montréal et à la Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme de l’Université de Montréal.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page