Navigation – Plan du site

Serge Graziani (dir.), « L’aide au développement. Entre contraintes et résistances au changement », Quaderni, n° 87, 2015

Flore Guiffault
L'aide au développement
Serge Graziani (dir.), « L'aide au développement. Entre contraintes et résistances au changement », Quaderni, n° 87, Printemps, 2015, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 9782735119950.
Haut de page

Texte intégral

1Ce dossier de Quaderni, conçu comme un dialogue entre universitaires et acteurs du développement, s’intéresse aux facteurs d’efficacité de l’aide à travers les notions de modernité, d’innovation, de justice et de sécurité. Un premier ensemble de contributions s’ingénie à mettre en histoire la construction des États africains et la naissance des différentes générations d’acteurs de l’aide pour mieux comprendre leur diversité et leurs limites. Un deuxième ensemble tend à dégager des bonnes pratiques à travers une comparaison entre plusieurs études de cas portant sur des projets de parcs scientifiques et technologiques qui visent à développer l'innovation dans les pays en développement et émergents, et une critique des outils de justice et de sécurité utilisés par les acteurs de l'aide pour construire la paix, à partir d'exemples tirés de projets dans des pays africains.

  • 1 Voir : David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Éditio (...)
  • 2 Lila Abu-Lughod, « Écrire contre la culture. Réflexions à partir d’une anthropologie de l’entre-deu (...)
  • 3 Voir : Lila Belkacem, « Jeunes descendants d’immigrants ouest-africains en consultations ethnoclini (...)

2En guise d’ouverture au dossier, Quaderni propose un article de Serge Graziani intitulé : « L’aide au développement et les sociétés en quête de cohésion sociale ». Y sont abordés les problèmes identitaires des élites africaines et d’une population en plein exode rural qui serait prise entre deux identités : l’une traditionnelle, rurale et porteuse des valeurs africaines ; l’autre moderne, urbaine et résultant de la mondialisation. L’aide au développement – dans la continuité de la colonisation – aurait comme objectif le progrès de ces sociétés vers la modernité, ce qui renforcerait d’autant la tension identitaire des élites et serait facteur de déstabilisation. Les « évolutions technologiques » (p. 13) viendraient perturber l’équilibre des sociétés africaines en apportant trop de savoirs et de techniques, rendant impossible leur assimilation par les administrations locales. Cet article semble soutenir que la modernité et les innovations sont des facteurs exogènes des sociétés africaines. Or, l’histoire des sciences a montré que rien n’est moins vrai1. Faire des sociétés africaines un ensemble homogène sur la base de caractéristiques qui se retrouvent dans de nombreux autres endroits – comme l’attachement aux valeurs traditionnelles en milieu rural, et aux valeurs modernes en milieu urbain – revient à adopter une approche culturaliste vivement critiquée2 parce qu’elle contribue à créer un Autre imaginaire. Pour éviter de tomber dans ce biais, les chercheurs en sciences sociales auraient tout intérêt à ne pas éluder la question des enjeux politiques liés à la construction des identités3.

3Les articles de François Pacquement et de Dominique Darbon viennent mettre en histoire la construction des États africains et l’aide au développement pour mieux en comprendre les limites. Pacquement retrace les moments historiques qui ont donné naissance tant aux acteurs nationaux – anciens colons, ONG, pays émergents ou anciens communistes – que multilatéraux – première génération d’organisations à vocation universelle, institutions régionales puis institutions sectorielles –, expliquant ainsi le foisonnement des acteurs et leurs difficultés à mener des actions coordonnées et efficaces. Il montre que les objectifs et le public de l’aide évoluent dans le temps mais aussi selon les différents domaines dans lesquels elle intervient puisqu’à l’aide aux plus pauvres s’ajoutent la prévention et le traitement des crises, l’appui aux négociations multilatérales et la diplomatie économique. L’article de Dominique Darbon revient sur la construction exogène des États africains par une administration coloniale, qui rend difficile l’imposition de son mode de gestion et ne suscite qu’un faible soutien de la population. Dans un second temps, il brosse un tableau des différents syndromes qui affectent l’aide : solutions techniques inadaptées aux problèmes, recyclage constant de programmes qui ont montré leur inefficacité, formatage des solutions proposées, mesures de l’efficacité qui portent sur les procédures et non sur les objectifs, importance de la technique au détriment des aspects politiques.

  • 4 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, Union Générale d’Éditions, 1963 [1919].
  • 5 Voir : James Scott, Seeing Like a State: How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Fa (...)

4Les articles de Michel Lacave, Kora Andrieu et Charles Girard portent sur les « recettes » qui permettent de rendre l’aide au développement efficace. Lacave s'intéresse à la coopération technique pour la mise en place de politiques et d'instruments d'appui à l'innovation dans le cadre de projets de parcs scientifiques et technologiques, dont deux au Panama et en Tunisie qui ont été achevés et deux au Congo qui en sont au stade de l'étude de faisabilité. En comparant l’avancée de ces projets en fonction des contextes « politico-institutionnel et macro-économique » (p. 55), il détermine des bonnes pratiques qui permettent aux États de s'approprier ces projets pendant différentes phases : ex ante, on going et ex post. Dans leur article, Kora Andrieu et Charles Girard analysent le travail de redéfinition des notions de sécurité, de conflit et de paix qui accompagne le renouveau sectoriel de l’aide au développement dans le domaine de la prévention des crises et du maintien de la paix. Ce travail de redéfinition va de pair avec l'invention de nouveaux outils comme la réforme du secteur de sécurité (RSS), qui consiste à doter les États de forces armées pour leur assurer le monopole de la violence légitime4 et renforcer leur pouvoir. Le concept de justice transitionnelle est défini comme « les divers mécanismes qui visent, après un conflit ou à la chute d'un régime autoritaire, à faire face au passé, de manière tant juridique que non juridique, et à créer un cadre institutionnel supposé garantir la « non répétition » des exactions subies par les populations » (p. 83). Les auteurs défendent l’idée que les conflits nationaux naissent d’un accès inégal aux ressources et aux formes d’existence sociale. Pour prévenir les conflits et s’assurer d’une paix durable, l’aide au développement devrait porter sur la construction d’un État fort – ayant le monopole de la violence – et compétent – notamment doté d’instances de vérification des qualifications des fonctionnaires –, ainsi que sur une redistribution équitable des ressources et sur l’accès les populations les plus vulnérables à des sphères d’expression sociale. La « justice transitionnelle » doit permettre de réparer les torts faits aux victimes des violences en identifiant les coupables et en les faisant payer. L’exemple est donné de grandes compagnies minières en Sierra Leone qui financent l’aide au développement. Ce principe est difficile à mettre en œuvre parce qu’il va à l’encontre des négociations de paix et d’amnistie, comme le remarquent les auteurs. Mais faire financer des politiques de développement par les entités reconnues coupables d'être à l'origine de certains conflits, c'est aussi s'exposer à de nouvelles formes de détournement de l'argent du développement puisque, comme en parle Pacquement, de nombreux acteurs bilatéraux lient leurs aides, c'est à dire qu'ils mettent en place certaines conditions d'attribution communes. L'argent qu'ils donnent ressemble alors davantage à un investissement dans la mesure où une partie leur revient indirectement, par exemple lorsqu’ils imposent de dépenser l'argent dans tel secteur dans lequel ils interviennent. Pour les auteurs, l’échec des politiques sécuritaires qui accompagnent l’aide au développement serait dû à une « mauvaise application du concept » (p. 89) de RSS puisque les États renforceraient leurs effectifs de sécurité sans tenir compte ni des différences de parcours entre les membres des groupes armés intégrés dans l’armée officielle, ni des politiques sociales censées accompagner ces réformes sécuritaires. Ils vont dans le sens de Darbon en expliquant qu’il est bien difficile de vouloir créer un outil de construction de la paix ex nihilo (p.90) calqué sur ceux des États occidentaux. Si les auteurs invitent à réfléchir sur le sens du vivre ensemble et les conditions de la paix durable, leur réflexion se centre plutôt cependant sur la construction de l’État et sur le rôle qu’il peut jouer comme régulateur des conflits, sans mentionner les violences qu’une telle construction engendre inévitablement5.

5Ce dossier met en lumière les difficultés de conjuguer aide et développement, en décrivant la multiplicité des acteurs et de leurs objectifs, les syndromes dont l'aide souffre, les faiblesses des États africains bénéficiaires, les obstacles qui se dressent lors de la mise en œuvre des projets de développement et les besoins auxquels elle doit répondre. La question sous-jacente de l’efficacité de l’aide et de sa mesure est traitée par différents articles. Pour l'évaluer, Michel Lacave, reprend des critères macro-économique internationaux (niveau de développement, revenu par tête, etc.), qu'il associe à des critères plus subjectifs (comme « l’attitude de l’appareil politico-institutionnel vis-à-vis du secteur privé », p. 56). Andrieu et Girard analysent l’efficacité de l’aide en fonction des objectifs qu'elle arrive à atteindre et de son intégration dans un projet de vivre-ensemble. Cependant, le dossier fait l’impasse sur plusieurs points. Si une attention particulière est portée aux États africains bénéficiaires d’aides au développement, elle ne tient pas compte de leur diversité et des rapports singuliers qu’ils peuvent entretenir vis-à-vis de ces aides. Les auteurs reprennent sans le déconstruire le discours qui associe modernité, technologie et Occident. On finit par se demander si une modernité est envisageable en dehors du modèle occidental, qu’il s’agisse d’innover ou de construire un modèle social et politique de vivre-ensemble.

Haut de page

Notes

1 Voir : David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique », 2013, traduction de Christian Jeanmougin, compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/11712.

2 Lila Abu-Lughod, « Écrire contre la culture. Réflexions à partir d’une anthropologie de l’entre-deux », in Daniel Cefaï (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, p. 417-446.

3 Voir : Lila Belkacem, « Jeunes descendants d’immigrants ouest-africains en consultations ethnocliniques : migrations en héritage et mémoires des “origines” », Revue européenne des migrations internationales, vol. 29, n° 1, 2013, disponible en ligne : https://dx.doi.org/10.4000/remi.6277.

4 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, Union Générale d’Éditions, 1963 [1919].

5 Voir : James Scott, Seeing Like a State: How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed, London, Yale University, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flore Guiffault, « Serge Graziani (dir.), « L’aide au développement. Entre contraintes et résistances au changement », Quaderni, n° 87, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20405

Haut de page

Rédacteur

Flore Guiffault

Doctorante au Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, École des hautes études en sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page