Navigation – Plan du site

Elisabeth Defreyne, Ghazaleh Hagdad Mofrad, Silvia Mesturini, Anne-Marie Vuillemenot (dir.), Intimité et réflexivité. Itinérances d’anthropologues

Bruna Lopes Ribeiro
Intimité et réflexivité
Élisabeth Defreyne, Ghazaleh Hagdad Mofrad, Silvia Mesturini, Anne-Marie Vuillemenot (dir.), Intimité et réflexivité. Itinérances d'anthropologues, Louvain-la-Neuve, Editions Academia, coll. « Investigations d'anthropologie prospective », 2015, 190 p., ISBN : 978-2-8061-0234.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre résulte de débats qui ont eu lieu entre 2013 et 2014 au sein du Laboratoire d’anthropologie prospective (LAAP) de l’Université catholique de Louvain en Belgique. Il s’agit pour les auteurs de revenir sur leurs expériences de travail de terrain afin de réfléchir à ce qu’il a de plus intime, puisque ces expériences sont avant tout des rencontres particulières entre un chercheur et des interlocuteurs de recherche. Selon les coordonnatrices, l’ambition de l’ouvrage est de « remettre en question les procédés scientifiques de production de vérité » (p. 7), ainsi que de « [défendre] un projet de connaissance qui ne peut exister en dehors du parcours du chercheur » (p. 8). C’est également une entreprise qui a pour ambition de toucher le public plus large de « tous ceux qui sont à la recherche du sens de l’autre » (p. 10).

  • 1 Clifford James, Marcus George (dir.), Writing culture : the poetics and politics of ethnography, Be (...)

2Tout au long de l’introduction et des six articles qui la suivent, les notions d’intimité et de réflexivité ne seront pas définies de manière explicite. Cependant, on peut trouver dans l’usage opératif de ces deux mots des repères pour concevoir les phénomènes qu’ils entendent délimiter. Ainsi l’intimité apparait à la fois comme synonyme de la trajectoire, voire de la subjectivité, des chercheurs et des interlocuteurs de recherche, et comme la dimension privée de leurs rencontres pendant une enquête de terrain. La réflexivité est vue comme une démarche qui permet de penser le rôle et les effets de l’intimité dans la production des connaissances anthropologiques. Par sa thématique, l’ouvrage se place dans le mouvement de critique de l’anthropologie, un champ de production qui a gagné en notoriété avec Writing culture1, livre qui fête son trentième anniversaire de publication cette année.

3Si les coordonnatrices du livre n’ont pas établi de sous-sections ou exprimé ce qui motive l’ordre de présentation des articles, on peut visualiser une organisation qui regroupe les textes selon le statut des auteurs : les deux premiers articles ont été écrits par, respectivement, Bernard Charlier et Hélène Carmon, deux jeunes chercheurs en anthropologie qui reviennent sur leurs travaux doctoraux ; le troisième est signé par Nathalie Burnay, une sociologue qui dit se sentir proche du champ anthropologique et qui présente une discussion sur des dynamiques liées à la réalisation d’entretiens ; les trois derniers ont pour auteurs Jacinthe Mazzochetti, Anne-Marie Vuillemenot et Pierre-Joseph Laurent, des anthropologues qui ont réalisé de longs travaux ethnographiques. Les articles, d’une vingtaine de pages en moyenne, présentent soit plusieurs extraits de carnets de terrain, soit des narrations de moments-clés des parcours des chercheurs, ainsi que des propositions concrètes pour articuler intimité et réflexivité dans les recherches. Le langage employé est fluide et les dialogues théoriques peu développés dans l’ensemble des contributions.

4Les textes de Charlier et Carmon sont des retours sur des moments où le sentiment d’échec de leurs travaux de recherche a pris place, et où la réflexivité s’est imposée comme un outil pour pouvoir mener à terme leurs projets. Pour le premier, il s’agit d’expliciter comment son enquête sur la chasse au loup en Mongolie semblait avoir échoué face au constat de la rareté apparente des situations d’une telle chasse, sur le terrain. Pour la seconde, il est question de saisir les raisons de la polémique suscitée par un texte où elle discutait des aspects intimes de ses séjours en Namibie, tels que les souffrances dues aux maladies contractées sur place et la peur pour sa sécurité. Les deux auteurs saisissent le sentiment d’échec comme un indice du besoin de faire un pas de côté pour produire des ajustements qui seront fructueux à la recherche.

5Nathalie Burnay cherche à comprendre ce qui amène des interlocuteurs de recherche à dévoiler des détails assez intimes de leur vie au chercheur, cet inconnu, au cours de l’entretien de type sociologique. Son texte est également le fruit d’un processus de réflexion à propos des effets de ces révélations sur la vie privée des interlocuteurs de recherche et du chercheur lui-même : est-il possible de sortir indemne de ces moments de dévoilement de l’intime où des inconnus vous racontent par exemple des violences qu’ils ont subis et qu’ils affirment n’avoir jamais révélé à personne d’autre – pour reprendre un des cas évoqués dans l’article ? En plus, l’auteure souligne certains effets que la publication de textes avec des données intimes récupérées sur le terrain peut induire : des institutions ou personnes risquent de voir leur anonymat dévoilé, ce qui les expose, par exemple, à subir des réprimandes de leurs proches ou supérieurs ou, même, à être harcelés par les médias.

6Mazzochetti, Vuillemenot et Laurent mettent en avant la biographie de leurs longs parcours d’anthropologues : le cheminement des rencontres avec des interlocuteurs divers et les déplacements entre des différents terrains sont les toiles de fond des trois textes. Mazzochetti se demande que faire des sentiments ambigus qui prennent place lorsque ses interlocuteur opposent des réactions négatives à sa présence sur le terrain, en tant que chercheuse blanche et occidentale. Vuillemenot et Laurent s’interrogent sur le sentiments d’étrangété que provoque l’arrivée sur un nouveau terrain de recherche et, à l’inverse, sur le sentiment de familiarité que procure la réalisation de plusieurs recherches sur un même terrain.

7Le livre offre un bel ensemble de récits associés à des questionnements et propositions qui sont exposés de manière didactique et qui trouvent leur pertinence dans la généralité des enjeux qu’ils soulèvent. Le choix de regrouper sous les notions d’intimité et de réflexivité des situations qui sont en général approchées par les chercheurs sous l’angle de l’éthique, de l’épistémologie ou des effets politiques de l’enquête, s’avère un pari réussi. Pourtant, on ressent le manque de dialogue avec d’autres travaux qui thématisent des situations semblables. Si certains auteurs évoquent des textes classiques dans la matière, comme ceux de Jeanne Favret-Saada ou de George Marcus et James Clifford, ils s’en tiennent à de simples références et ne s’engagent pas dans un véritable dialogue avec eux.

  • 2 Florence Weber, Alexandre Lambelet, « Introduction : ethnographie réflexive, nouveaux enjeux », Eth (...)
  • 3 Ribeiro Gustavo Lins, Escobar Artur (dir.), Antropologias mundiais: transformações da disciplina em (...)
  • 4 De L′Estoile Benoîte, Neiburg Federico, Sigaud Lygia Maria (dir.), Empires, nations, and natives: a (...)
  • 5 Bourdieu Pierre, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n°  (...)

8Certains auteurs, ainsi que les coordonnatrices de l’œuvre, notent le peu d’adhésion que soulèvent des débats comme ceux présentés dans le livre. Ils affirment, comme on peut lire sur la quatrième de couverture, qu’intimité et réflexivité sont des sujets « souvent tus en milieu académique ». Pourtant, comme le signalent Weber et Lambelet2, c’est seulement dans l’espace francophone que le débat de la réflexivité est arrivé tardivement. Ribeiro et Escobar3, L’Estoile, Neiburg et Sigaud4 et encore d’autres ont démontré comment les traditions dans la pratique de l’anthropologie sont liées aux contextes nationaux. Bourdieu, quant à lui, a bien signalé que « L’univers “pur” de la science la plus “pure” est un champ social comme un autre, avec ses rapports de force et ses monopoles, ses luttes et ses stratégies, ses intérêts et ses profits »5. Il reste comme possibilité de prolongation des considérations présentes dans le livre de mieux situer et singulariser ce milieu académique afin d’exposer plus clairement ce qui pose problème à la réalisation de telles discussions.

Haut de page

Notes

1 Clifford James, Marcus George (dir.), Writing culture : the poetics and politics of ethnography, Berkeley, University of California Press, 1986.

2 Florence Weber, Alexandre Lambelet, « Introduction : ethnographie réflexive, nouveaux enjeux », Ethnographiques.org, n° 11, octobre 2006, en ligne : http://www.ethnographiques.org/2006/Weber,Lambelet.

3 Ribeiro Gustavo Lins, Escobar Artur (dir.), Antropologias mundiais: transformações da disciplina em sistemas de poder, Brasília, Editora UnB, 2012.

4 De L′Estoile Benoîte, Neiburg Federico, Sigaud Lygia Maria (dir.), Empires, nations, and natives: anthropology and state-making, Durham, Duke University Press, 2005.

5 Bourdieu Pierre, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n° 2-3, juin 1976, p. 88-104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruna Lopes Ribeiro, « Elisabeth Defreyne, Ghazaleh Hagdad Mofrad, Silvia Mesturini, Anne-Marie Vuillemenot (dir.), Intimité et réflexivité. Itinérances d’anthropologues », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20408

Haut de page

Rédacteur

Bruna Lopes Ribeiro

Doctorante en anthropologie sociale à l’École des hautes études en sciences sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page