Skip to navigation – Site map

Michèle Riot-Sarcay, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France

Thibault Scohier
Le procès de la liberté
Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, La Découverte, 2016, 353 p., ISBN : 978-2-7071-7585-4.
Top of page

Full text

  • 1 On peut lire Miguel Abensour, Utopiques I. Le procès des maîtres rêveurs, Paris, Sens&tonka, 2013, (...)

1Michèle Riot-Sarcey s’est lancée dans une aventure périlleuse. Son livre ne se contente pas de décrire une « autre histoire » de la liberté au XIXe siècle en France, il essaye de renverser les méthodes classiques de l’historien et de l’historiographe. Plus qu’un condensé savant, il s’agit d’un essai d’histoire discontinue, avec son lot d’expérimentations qui se déroulent au fur et à mesure des pages. Directement inspiré par les thèses de Walter Benjamin, et d’autre grands philosophes comme Foucault, Arendt et Castoriadis, le livre poursuit deux objectifs parallèles : présenter une vision alternative du « combat pour la liberté » des classes populaires au XIXe siècle et réfléchir à la manière dont leur histoire a été à la fois construite et occultée. La postface de l’ouvrage peut d’ailleurs se lire comme un texte à part entière sur le travail de l’histoire. Pour situer sa démarche, l’auteure cite des mouvements comme les subaltern studies mais précise qu’elle s’inscrit dans une autre veine, que je décrirais comme à mi-chemin entre l’histoire populaire d’un Howard Zinn et l’histoire des idées d’un Miguel Abensour1.

  • 2 Une lecture de Maurizio Gribaudi et Michèle Riot-Sarcey, 1848. La révolution oubliée, Paris, La Déc (...)

2Précisons-le avant d’entrer dans les détails : il faut connaître son XIXe siècle sur le bout des doigts pour pouvoir apprécier tout à fait le travail de Riot-Sarcey2. De la Révolution française à la Commune de Paris en passant par les insurrections de 1830 et la révolution de 1848, c’est à chaque fois le cœur de la France révoltée que l’auteure interroge. Elle redonne la parole aux acteurs : parfois directement aux ouvriers, quand les documents existent, la plupart du temps aux penseurs qui ont formalisé les idées du temps. Il s’agit d’un des points forts du livre : sa capacité à céder très régulièrement à la citation, plutôt que de paraphraser.

3Le concept central de cette histoire discontinue est la liberté, et avant tout sa définition. Loin d’une conception libérale aujourd’hui ultra-dominante de la liberté, comme « droit de », « qui n’empiète pas sur », Riot-Sarcey démontre que la véritable brèche du sens qu’on doit à cette époque est la conception et la réalisation en actes de la liberté comme « pouvoir d’agir ». Le social et le politique ne font qu’un et la possibilité d’une action concrète et collective incarne cette liberté. L’histoire n’est plus un moteur ou une justification extra-sociale mais plutôt le sujet même de l’action. La liberté, c’est celle d’agir sur la réalité sociopolitique et, logiquement, sur l’histoire. L’auteure ne le précise pas en ces termes mais on distingue aussi clairement que la liberté est, au moins autant, le « pouvoir de vivre », où le mot « vivre » est chargé d’une acception utopique révolutionnaire, dérivée de Saint-Simon, de Fourrier, d’Owen et de leurs disciples orthodoxes et hérétiques.

4Ce qui est fascinant c’est qu’après l’émergence et l’autoreprésentation des insurrectionnels, Riot-Sarcey explique comment l’esprit si particulier de l’époque a été gommé par la tradition libérale et républicaine. Elle cite directement ces faiseurs d’histoire officielle qui gardent des révolutions ce qui les arrangent, et ces historiographes qui parlent du peuple pour mieux s’en emparer. Contre la construction, elle aussi périlleuse mais profondément originale, d’une histoire actuelle du socialisme par Pierre Leroux, l’auteure révèle le rôle d’un Thiers qui a été l’un des grands fossoyeurs de cette liberté comme pouvoir d’agir, avant d’être le fossoyeur des corps de l’insurrection en 1871.

5Plus original, le livre démystifie les grands littérateurs comme Hugo et Zola, qu’on associe instinctivement « au peuple » ou au moins à l’un des partis du « peuple », mais dont les grandes œuvres (Les Misérables, Germinal) ont en fait réécrit une histoire du peuple sans le peuple. L’analyse ne se borne pas à décrier des choix artistiques mais cherche dans la littérature une philosophie de l’histoire qui saute dès lors aux yeux : un imaginaire où le peuple est masse et menace, surtout quand il n’est pas proprement dirigé, où le collectif est toujours le résultat d’une direction et pas d’une auto-organisation. Malgré leur positionnement politique, Hugo et Zola, chacun à leur manière, ont participé à la création de la légende libérale, qui veut que le peuple soit une menace constante pour le « bon gouvernement », dès lors qu’il s’autonomie de ses maîtres. Platon ne disait pas autre chose.

6Le pari historiographique du livre, celui de l’histoire discontinue, est tenu sur le fond, mais la forme de l’ouvrage appelle quelques réflexions. La première moitié du livre est très touffue et un peu labyrinthique, alors que la seconde moitié semble mieux structurée. Surtout, Riot-Sarcey risque de perdre le néophyte. Il est paradoxal d’offrir une vision aussi ouvertement populaire de l’histoire, si celle-ci doit rester parfaitement ésotérique pour le peuple d’aujourd’hui. Le procès de la liberté est riche – riche d’une histoire trop peu connue, riche d’une conception originale de l’histoire, riche des échos d’utopies et d’insurrections que Riot-Sarcey murmure aux oreilles de l’époque. Sa plus grande qualité est le respect, même à travers le temps, que l’auteure porte à ses sujets : aux anonymes qui ont bouleversé, et qui bouleversent encore, l’histoire.

Top of page

Notes

1 On peut lire Miguel Abensour, Utopiques I. Le procès des maîtres rêveurs, Paris, Sens&tonka, 2013, qui, outre une accroche semblable (le procès), traite le même sujet en se focalisant sur la thématique utopique et Pierre Leroux.

2 Une lecture de Maurizio Gribaudi et Michèle Riot-Sarcey, 1848. La révolution oubliée, Paris, La Découverte, 2009, aidera considérablement à la compréhension du présent ouvrage.

Top of page

References

Electronic reference

Thibault Scohier, « Michèle Riot-Sarcay, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 21 March 2016, connection on 21 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20415

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page